La politique monétaire dans l’impasse

Le crédit peine à reprendre dans les grandes économies mondiales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
It's a dead end-Andrew Mason(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique monétaire dans l’impasse

Publié le 13 janvier 2016
- A +

Par Gabriel A. Giménez-Roche.
Un article de l’Institut économique Molinari

It's a dead end-Andrew Mason(CC BY 2.0)
It’s a dead end-Andrew Mason(CC BY 2.0)

L’actualité économique mondiale est paradoxale. Au Japon, le chômage baisse, mais la croissance ne reprend pas. La croissance est présente aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais elle dépasse difficilement les 2% par an en dépit de la baisse du chômage. La reprise en Europe est mitigée. Visible mais timide dans l’Europe du Nord, elle est hésitante dans l’Europe du Sud, et absente en France. La stagnation semble être la règle partout.

Autre point commun : la politique monétaire en vigueur en parfaite conformité avec les décisions récentes du gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) à savoir des injections massives de liquidité, un taux d’intérêt en-dessous de 1%, des rachats importants d’actifs financiers par les banques centrales. Après la crise financière de 2008, tout a été mis en place pour renflouer les banques et remettre en route la création de crédit. L’assouplissement quantitatif est devenu le nouveau mantra des banques centrales. Et pourtant, le crédit peine à reprendre dans les grandes économies mondiales. Il reste bien en-dessous des niveaux d’avant la crise.

Une très faible demande de crédit

Certes, les nouvelles règles de Bâle III imposent aux banques un certain conservatisme au moment d’accorder des crédits. En outre, du fait des taux d’intérêt bas, les banques sont devenues plus exigeantes à l’égard de leurs débiteurs potentiels. Cela ne peut cependant pas tout expliquer car les entreprises saines ne cherchent pas non plus à s’endetter massivement auprès des banques. L’écart entre les taux de refinancement des banques et les taux accordés au public n’a jamais été aussi bas de même que l’écart entre les taux de court et long termes. Ceci n’est pas le symptôme d’un credit crunch, mais plutôt d’une demande mondiale très faible pour le crédit.

Les entreprises endettées

Si l’augmentation des dépenses publiques lors de la crise et le surendettement massif des gouvernements dans toutes les économies développées a évité une banqueroute majeure de l’économie, cela n’a pas permis la reprise. Alors d’où vient le problème ? L’analyse des bilans des entreprises nous offre une bonne piste. En effet, la crise a fortement dévalué les actifs des entreprises qui doivent encore rembourser d’énormes dettes. Leurs actifs ont été dévalués, leurs profits ont diminué mais leurs opérations restent suffisamment rentables pour survivre.

Surendettées et sans grandes opportunités à exploiter, les entreprises se désendettent. Au lieu d’investir et prendre des risques, elles préfèrent assainir leurs bilans. Les entreprises investissent seulement quand elles disposent suffisamment de capitaux propres ou quand l’évaluation de leurs actifs est suffisamment solide pour garantir un endettement supplémentaire. Depuis 2008, nombre d’entreprises ont découvert qu’elles ne remplissaient ni l’une ni l’autre des conditions.

Inciter à investir

Les banques centrales se rendent probablement compte du problème et tentent en vain de les inciter à investir. Les assouplissements monétaires menés aujourd’hui dans les principales économies mondiales ne visent plus à sauver des banques, déjà bien renflouées, mais à soutenir les prix des actifs financiers. L’idée est que si la valeur des actifs est élevée, les entreprises cesseront de chercher à se désendetter et recommenceront à investir.

Les investisseurs ne sont cependant pas dupes et savent très bien que les cours des marchés financiers sont aujourd’hui intimement dépendants des politiques monétaires généreuses des banques centrales. Comment expliquer sinon que les marchés d’actions soient aussi florissants alors que les taux de croissance dépassent rarement les 2% ? Si, après beaucoup d’hésitations, la Fed a très légèrement augmenté son taux directeur, c’est parce qu’elle craint une reprise du désendettement. Il faudra attendre encore longtemps avant d’atteindre un taux de 1% ou plus.

Aucune reprise à l’horizon dans les pays comme la France

La croissance timide que nous observons aujourd’hui vient de ce que quelques entreprises saines ont bien résisté à la crise et investissent, enregistrant ainsi de bons résultats. Les innovations technologiques aident également à baisser les coûts et à améliorer leurs résultats. Cette légère croissance ne reste cependant le fait que des économies flexibles. Les pays comme la France ne voient aucune reprise à l’horizon du fait de leur rigidité. Les déficits publics peuvent aider à maintenir l’économie à flot, mais ils déplacent le problème vers le futur.

Les entreprises qui deviennent dépendantes de l’État ne sauront pas survivre sans lui, désendettement ou pas. L’endettement public devient alors inévitable et les taux bas incitent les gouvernements au surendettement. La BCE reconnait que la politique monétaire est insuffisante et que seules des réformes structurelles pourront relancer la croissance. Autrement dit, il est devenu crucial de mener les réformes nécessaires à une grande flexibilisation de nos économies afin d’accélérer le désendettement et favoriser une reprise de l’investissement. Le cas échéant, on ne pourra pas éviter une japonisation de nos économies et des décennies de stagnation.

  • Texte d’opinion publié le 30 décembre 2015 dans La Tribune.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre rubrique politique monétaire

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La demande de crédit est faible parce que les banques ont déjà créé les dettes partout où elles le pouvait. On ne va pas emprunter juste pour leur faire plaisir.
    Bâle III n’a aucun effet de régulation car il existe un mécanisme qui lui enlève toute efficacité.
    En effet, une banque a 15 jours pour redemander des crédits auprès de la banque centrale en cas de dépassement. Une banque ne se pose donc pas en premier la question de la limite imposée par Bâle III.
    La limite n’est pas atteinte lors de la création du prêt, puisque l’argent créé est versé sur le compte de l’emprunteur et n’est pas utilisé instantanément, il entre donc dans les réserves de la banque. La question se pose en fin de journée, lors de l’opération de compensation. La monnaie sort de la banque à ce moment et c’est donc en fin de journée que l’on vérifie le critère de Bâle III. Ajouter à cela que la banque centrale accorde toujours l’augmentation des réserves de la banque par peur d’un credit Crunch.

    Le principal problème aujourd’hui avec la politique monétaire est la relation entre la circulation monétaire et la dette. Pour que la monnaie circule, il faut créer une dette et aujourd’hui, le total des dettes de la zone Euro (publique + privé) est supérieur au double de la monnaie en circulation (M3). Tout désendettement supprime de la monnaie en circulation pourtant nécessaire au fonctionnement de l’économie. Les QE ne servent pas à grand chose, car pour que cette monnaie (M0) circule, il faut que les banques créent de la dette (M1). Au mieux, les QE seront placé sur les places de marchés mais ne créeront pas de richesse nouvelle. Les places de marché ne reflètent donc plus le niveau de l’activité économique réelle qui devrait la financer en retour.
    Le problème n’est plus de savoir s’il va y a voir une crise, mais quand celle-ci se déclenchera.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles