Italie : la droite en décomposition

La droite italienne est sortie exsangue des années Berlusconi dont elle ne cesse de subir les dernières convulsions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Silvio Berlusconi (Crédits Samuele Silva, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Italie : la droite en décomposition

Publié le 13 janvier 2016
- A +

Par Jean Senié.
Un article de Trop libre

Silvio Berlusconi (Crédits Samuele Silva, licence Creative Commons)
Silvio Berlusconi (Crédits Samuele Silva, licence Creative Commons)

Dans son édition du 24 décembre 2015, le quotidien italien Il Foglio lançait l’initiative « unleaderperladestra@ilfoglio.it » (« un chef pour la droite »), invitant les lecteurs à écrire au journal pour l’aider à proposer un « casting » pour les mois et les années à venir. Au-delà du caractère ludique de cette démarche, le projet d’Il Foglio met le doigt sur un problème crucial de la vie politique italienne : la disparition de la droite et du centre-droit depuis maintenant plusieurs années.

Or, cette disparition va de pair avec l’affirmation de deux forces. D’une part, et contrairement à certains pronostics, celle de l’enracinement durable du Mouvement Cinq Étoiles de Beppe Grillo dans le paysage politique italien. D’autre part, celle de la montée en puissance de la Lega Nord qui connaît avec Matteo Salvini une deuxième jeunesse. À cet égard, la réflexion italienne, et plus spécifiquement celle de la Lega, sur les élections régionales françaises des 6 et 13 décembre 2015 sont éclairantes dans ce qu’elles révèlent des projections politiques italiennes.

Quel modèle pour quelle droite ?

La droite italienne est sortie exsangue des années Berlusconi dont elle ne cesse de subir les dernières convulsions. La participation de Silvio Berlusconi le 8 novembre 2015 à une réunion organisée par la Lega Nord à Bologne sonnait ainsi comme son adieu à la politique, tout du moins signifiait une réelle perte d’influence. Or, le flambeau tombé n’a, pour l’heure, été relevé par personne. Forza Italia, le parti créé par Berlusconi, n’en finit plus de connaître une longue descente aux enfers. Le Nuovo Centrodestra, fondé par Angelino Alfano en 2013 après une scission, n’a pas tenu ses promesses de renouvellement et s’est retrouvé empêtré dans des crises internes et dans sa participation au gouvernement. Aucun homme politique de la carrure d’un Matteo Renzi n’a encore émergé à droite. En outre, aucun programme clair n’a été dessiné. Ainsi, la plupart des mesures restent d’anciennes recettes qu’on appliquait déjà du temps du berlusconisme. La situation au centre-droit et à droite est donc particulièrement confuse.

À cela s’ajoute la forte pression exercée par la Lega Nord et son secrétaire fédéral Matteo Salvini. Celui-ci a décidé de faire de son parti non plus un mouvement ethnorégionaliste comme auparavant, mais un rassemblement national s’inspirant du Front National. On évoque même la présence, en chair et en os, et non plus seulement en vidéo, de Marine Le Pen le 28 janvier 2016 pour un grand rassemblement à Milan – auquel participeraient aussi des représentants du pouvoir russe. Les élections régionales françaises et le résultat élevé du FN au premier tour ont d’ailleurs été l’occasion pour Salvini de réitérer ses déclarations d’amitié à Marine Le Pen. Il a aussi vanté les mérites de sa stratégie et souhaité l’adapter à l’Italie : il reprend le discours contre le « système », contre les étrangers et notamment les migrants, contre le libéralisme et contre l’Europe. Son espoir est de parvenir à atteindre les régions du Mezzogiorno, toujours réfractaires aux messages d’un parti qui, encore récemment, les traitaient de « voleurs », d’« assistés » et d’« Italiens de second rang ». Pour le moment, les sondages le créditent d’environ 15% des intentions de vote, au-delà du meilleur score historique du parti à des élections législatives – celles de 1998 – qui a été de 10,8%. La Lega connaît ainsi une forte dynamique à droite, car elle est servie par un dirigeant charismatique et un programme qui, à défaut d’être réaliste, est lisible. Le principal risque des partis de droite est de se dissoudre dans une coalition avec ce parti d’extrême-droite comme principal pôle agrégateur.

Un modèle italien ?

Peut-être faudrait-il inverser la comparaison et réfléchir alors à ce que la vie politique italienne se propose de nous dire sur la recomposition de droites. Les partis de droite et de centre-droit, s’ils n’ont pas encore disparu, apparaissent quelque peu par rapport à l’action conquérante de la Lega Nord, pour ne rien dire de leurs relations avec le Mouvement Cinq Étoiles. Ainsi, il est loisible d’envisager un scénario où le centre politique de la droite italienne serait occupé par la Lega qui aurait changé de nom, se serait respectabilisée et deviendrait la troisième force politique avec le PD et le Mouvement Cinq Étoiles. Ce scénario est d’autant moins fictif que, sous Berlusconi, la Lega et Sforza Italia ont pratiqué des logiques d’alliances. Cela avait permis à la Lega d’exercer des responsabilités dans plusieurs centaines de communes et dans deux régions, la Lombardie et la Vénétie. Si Matteo Salvini atteint – il en est encore loin – la masse critique des 20% de votes en 2016, on pourrait imaginer que cette situation ne tienne plus uniquement à de la politique fiction mais soit de l’ordre du probable.

La situation de la droite en France est fort éloignée de celle de la droite italienne. Pourtant, les récents déchirements que connaissent Les Républicains, auquel on peut adjoindre pour l’occasion l’Union des Démocrates et Indépendants, montrent que la situation n’est pas sans risque, a fortiori quand l’on sait qu’un des principaux objectifs de Marine Le Pen est de parvenir à faire imploser les partis de droite traditionnelle afin de devenir le centre d’un nouveau « front » de droite. Cette logique, parallèle à celle qui entend rassembler les souverainistes contre ceux qu’elle appelle les « mondialistes », est lourde de menaces. Si la situation politique italienne n’est pas la situation française, et s’il faut se garder de surestimer le poids de la Lega, il n’en demeure pas moins que l’état de la première doit servir de leçon pour la seconde.

Évidemment, on est là dans le domaine des hypothèses. Par ailleurs, rappelons-le, c’est un fait que la Lega regarde vers le Front national et non l’inverse. Toutefois, la déliquescence de la droite italienne risque de constituer un terreau favorable au projet de Matteo Salvini. Elle nous remet surtout en mémoire que l’extrême-droite prospère, tout du moins en partie, sur les faiblesses de la droite traditionnelle.

Sur le web

Lire sur Contrepoints les articles de Trop libre

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles