COP21 : un grand gâchis

La Cop21 est un grand gâchis pour le monde développé et elle le sera aussi pour les pays pauvres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 : un grand gâchis

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 décembre 2015
- A +

Par Jean-Philippe Delsol

cop21 rené le honzec

Le grand cirque organisé à Paris pour prétendument sauver la planète est une vaste tromperie. Il ne s’agit pas de nier que certaines années connaissent des températures plus élevées que d’autres, ni que les trente dernières années ont connu un certain réchauffement dont certains pays peuvent souffrir. Mais la génération précédente avait connu un refroidissement qui faisait craindre aux scientifiques de l’époque l’annonce d’une nouvelle ère glaciaire. Le climat oscille de siècle en siècle. Et surtout il n’est pas démontré que l’activité humaine soit déterminante comme cause du réchauffement ni que les dépenses incommensurables que veulent engager les États pour lutter contre ledit réchauffement soient efficaces.

Certes, il est souhaitable que l’air soit plus vivable à Pékin, où il est irrespirable, comme à Paris où il est moins nocif. Mais est-ce une raison pour ameuter le ban et l’arrière ban à l’effet de multiplier les contraintes et de renchérir la vie des hommes pour un objectif spéculatif et invérifiable à l’échelle de notre génération, et par la mise en œuvre de moyens dont personne n’a démontré l’efficacité et la portée effective ? Les exigences légitimes en matière de qualité de l’environnement font fuser de toutes parts des innovations qui sauront répondre aux défis de ce siècle mieux que les contorsions politiques.

La réalité est que les partisans de nouveaux engagements internationaux et démesurés pour abaisser la température de la planète sont peu ou prou des collectivistes qui utilisent le climat, consciemment ou inconsciemment, pour renforcer le pouvoir des États sur les individus et bâtir à l’échelle du monde un gouvernement central qui s’établirait en nouveau Big Brother. Ils veulent aussi entraver le progrès et niveler les modes de vie sur le modèle des plus pauvres. Ils proposent des dépenses énormes qu’ils veulent faire contrôler par des États appelés à grossir sans cesse au détriment de la liberté des citoyens et de leurs finances. Non contents de dépenser chez eux, ils promettent d’inonder les pays les moins développés de subventions nouvelles. Barack Obama s’est engagé à leur consacrer 3Md$ dont 0,5 dès l’an prochain. François Hollande a annoncé une aide publique de 6 Md€ d’ici 2020 à l’Afrique. C’est si facile de déverser l’argent des autres !

Cet argent sera pourtant inutile et même sans doute pervers. Quand le monde développé donne de l’argent aux pays pauvres, cette manne qui reste souvent entre les mains de pseudo élites défaillantes et souvent malhonnêtes ne sert qu’à perpétuer et prolonger la situation de pauvreté du pays concerné, comme l’observe Angus Deaton, prix Nobel d’économie 2015, qui souligne l’énormité des montants reçus par certains pays connus pour leur pitoyable gestion : le Zimbabwe de Mugabe a bénéficié d’aide internationale représentant 10% de son revenu national en 2010 ; la même année, le régime de Meles Zenawi Asres en Éthiopie, l’un des plus dictatoriaux du monde, a reçu 3 Mds$ d’aide ; dans les pays comme le Bénin, le Niger, le Sierra Léone, le Togo, l’Ouganda, le Congo, le Mali, l’Éthiopie, Madagascar, les aides internationales représentent plus de 75% des dépenses publiques. « La corrélation entre l’aide, comme part du revenu national, et la croissance reste négative même en prenant en compte toutes les autres causes importantes de croissance », note Angus Deaton (The Great Escape, Princeton University Press, 2013, p. 288).

Bien sûr cette aide internationale aux pays pauvres a permis de construire des routes, des écoles et des hôpitaux ; de nourrir des enfants, mais elle a aussi rendu les gouvernements et les gens de ces pays moins responsables, elle en a affaibli les institutions et parfois les a corrompus. « Nous devons laisser les gens pauvres se prendre en charge et s’en sortir par eux-mêmes », conclut le prix Nobel (p.312). Davantage d’aide, souligne-t-il, serait préjudiciable à ces pays. Il en faut moins, mais il faut leur permettre de vivre et se développer. Il vaudrait mieux libérer le commerce avec eux, moins aider nos agricultures et accueillir leurs produits.

La Cop 21 est un grand gâchis pour le monde développé et elle le sera pour les pays pauvres. Elle contribue au massacre de la liberté et du progrès. Elle est le paroxysme du conformisme de la pensée, de l’abêtissement des peuples autant que de leur appauvrissement. En incitant au renforcement des pouvoirs, elle les corrompt elle-même comme elle incite à la corruption tous ceux qu’elle entraîne dans son sillage ; par exemple la trentaine d’entreprises auxquelles elle a demandé de financer le grand barnum de Paris et qui ne manqueront pas de venir demander leur monnaie d’échange. Ainsi que l’écrivait Lord Acton, « le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument ». Méfions nous de tous les discours qui ne tendent qu’à faire grossir le pouvoir.


Sur le web

Envie de lire d’autres articles sur la COP21 ? C’est ici.

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • Que la Chine soit traitée différemment, sans avoir à faire les mêmes efforts que les pays développés me dégoûte, ce pays pollue bien plus que les autres.
    L’Afrique et l’Inde ça se comprend mais pas la Chine!

    • La Chine pollue la Chine pas la planète (le CO2 n’est pas un polluant et de toute façon ses émissions par habitants sont 2.25 fois moindre que pour les USA et équivalente à celle des pays de l’UE) la pollution elle est nuisible avant tout pour les chinois des villes, si les pays développés sont assez stupides pour s’imposer des contraintes ce n’est pas la faute de la Chine.

      Il faut vraiment être sans coeur (ou escrologiste) pour trouver normal qu’empêcher des millions de chinois d’accéder au confort moderne sous prétexte de sauver la planète qui se moque bien du sort des humains et de toutes les formes de vies qui l’habitent soit souhaitable.

      • Décidément vous le faites exprès aujourd’hui…la Chine pollue bien au-delà de la Chine, le Japon et la Corée en savent quelque chose.

        • Zut encore une info qui m’avait échappé la pollution de l’air elle est principalement circonscrit à proximité des sources.

          http://waqi.info

          Vous remarquerez qu’au Japon comme dans tous les pays du monde qu’étonnamment les zones ou la pollution atmosphérique est la plus élevée sont les zones à fortes concentrations de population.

          Par conséquent il est toujours un peu facile de rendre ses voisins responsables de la pollution comme le fait la France avec l’Allemagne car même si l’Allemagne nous envoie des particules, les particules premièrement responsables des pics de pollution en IDF sont celles émises par les franciliens eux mêmes car ceux que l’on oublie souvent (parce que taper sur l’automobile et le diesel en particulier) c’est que le secteur qui émet le plus de polluants est le résidentiel.

          • Bonjour
            Très bon site à diffuser, pour tordre le cou à la désinformation des catastrophistes.

          • comment expliquer dans ce cas les pics de pollution fréquents sur Hokkaido depuis quatre ou cinq ans: peu urbanisée, peu industrialisée, moins de 5% de la population du Japon.

            • Peut-être que comme en France, ils réduisent les seuils d’alerte quand il n’y en a pas assez souvent pour justifier les mesures politiciennes ? Autrement, les torchères de Sakhalin, vous savez, celles exploitées par nos Texans d’Exxon-Mobil et par Shell, ne sont peut-être pas bien réglées ?

  • C’est bon, je suis totalement rassuré sur l’issue de la COP21 : c’est totalement bidon.

    Il n’y a rien à part le transfert de fric usuel (ne valant rien grâce aux BC) balancé vers les pays du sud (création de terroristes supplémentaires et de haine de l’Occident).

    Bref, rien que du très banal finalement…

  • Ouf, le délire climato-gazeeeeeux est terminé (momentanément).
    Ce jour d’élection, les citoyens vont pouvoir s’exprimer (en bien ou en mal selon son appartenance politique…).
    Cet accord bidon, comme les précédents, constituera un formidable terrain d’étude politique et sociologique dans 20-30 ans pour les jeunes thésards qui étudieront et publieront sur les grandes idéologies foireuses du XX°-XXI° siècle. Le réchauffisme anthropique occupera des étagères entières à la BNF !
    FAFA sera bien placé dans les personnalités politiques marquantes… mais dans le sens de la vacuité.

    • Fafa nous a quand même offert un moment historique de flagornerie en déclarant aux côtés de Hollande «C’est un petit marteau, mais je pense qu’il peut faire de grandes choses!»

  • « Certes, il est souhaitable que l’air soit plus vivable à Pékin, où il est irrespirable, comme à Paris où il est moins nocif »
    Monsieur l’auteur inconnu de cet article, vous êtes un manipulé désinformé: la qualité de l’air n’a rien à voir avec le CO2 qui est un gaz incolore, inodore, sans saveur et inoffensif même en multipliant par 5 les doses actuelles. C’est le CO2 qui est accusé à tort de créer un réchauffement, pas les pollutions par particules ou autres gaz en quantité sensible à certains endroits comme certaines villes mais qui sont d’un effet ridiculement petit en moyenne sur terre. De plus les poussières produisent un petit refroidissement. allez voir les rapports du GIEC.
    Par contre pour le reste de l’article vos observations sont exactes.
    Je me remémore avoir vu il y a quelques années en Ethiopie une famille éthiopienne arriver dans un hôtel de bon niveau avec le Toyota tout neuf climatisé marqué : »UNICEF ». Voilà à quoi sert l’argent de l’UNICEF!

    • À moins que nous n’ayons pas lu le même article vous faites un procès d’intention : monsieur l’auteur ne fait que dire qu’il serait souhaitable de réduire la pollution partout où elle est, que ce soit à Pékin où l’air est réellement irrespirable certains jours, ou à Paris où quoi qu’on en dise il est tout de même beaucoup plus pur (à ce titre, le site prevair.org, qui est un site institutionnel, est un très bon moyen de relativiser les « alertes à la pollution » parisiennes). Nulle part il ne l’attribue directement au CO2.

      • @Anagris: Certes, mais comme l’auteur traite de la COP21, qui a pour seul hypothèse et coupable, le CO2, il est bien de lui signaler la confusion qu’il fait entre les produits toxiques et un produit résiduel très commun, inoffensif et même utile.

        Un tel autre barnum sur les produits toxiques et la maitrise des ressources naturelles, auraient été universellement acceptable.

        Mais si la cible est le CO2, il s’agit bien d’une politique idéologique et contraignante d’une élite qui veut changer le monde. C’est d’ailleurs souvent la raison des soit-disantes donations des milliardaires américains, qui en réalité, n’en sont jamais.

    • Il me semble que ce que veut dire l’auteur, c’est que dans un certain nombre de cas, lutter contre les émissions de CO2 permet de diminuer en même temps la pollution (la vraie). Cela ne suffit pas à justifier les politiques actuelles et il vaudrait mieux se concentrer sur la pollution. Le récent scandale VW illustre assez bien cette problématique.

  • Un magnifique accord vient d’être signé, limitant a 1.5º le réchauffement. J’aurais préféré 1.7234º ça aurait été plus ambitieux et plus courageux !

    Ils nous prennent vraiment pour des demeurés.

    • Vous avez lu la presse ce matin ? Ils auraient tord de s’en priver, tous les gogos marchent à fond. « Justice climatique » « sauver la planète » ils y croient vraiment. Je ne comprends pas ce qui est arrivé à l’Occident pour que le niveau moyen baisse à ce point. C’est déprimant.
      J’en peux plus de tous ces gogols qui applaudissent quand on s’assoie sur leurs libertés.

      • Que voulez-vous, les troupeaux ont été formatés dès la petite enfance sur les thèmes les plus pathétiques pour éveiller en eux un sentiment d’injustice perpétuelle, avec pour point d’orgue, ou plutôt comme bouc-émissaire, le vilain pays producteur de pétrole qui verrait son pécule atteint.
        Le lavage de cerveau a particulièrement réussi. De beaux petits militants pastèque tous mignons.

      • Il ne vous a pas échappé qu’aujourd’hui est une journée électorale. Le FN en tant que pari anti systeme fait aussi peur aux USA et autres européens qu’au PS ou au LR. Il fallait de toutes façons avoir les apparences d’un succes et c’était prévisible.
        A notre qu’on retrouve une vieille ficelle de nos politiciens: voter un texte qui n’aura d’effet que quelques années plus tard. Nous, pour les taxes, on commence à avoir l’habitude!

      • ce qui est carrément terrifiant c’est l’aspect quasi religieux, je dirais même plutôt sectaire de ces milliers de bouffons vêtus de robes blanches ou de tenues fruits et légumes psalmodiant leurs incantations lénifiantes. Ca fout franchement les jetons

    • 1,5° => 100.000.000.000 $,
      1,7234 => … $
      Vous êtes vraiment sûr ?

  • C’est tellement énorme dit Obama que le texte a été adopté sans vote, par consensus dit-on ! Ce truc est assez simple :on lit un texte somnifère en public, et si quelqu’un fait la moindre remarque, 190 Chefs d’Etat vont perdre une journée supplémentaire en propos oiseux , alors qu’ils ont prévu d’aller faire la java. Même les moins malins comprennent vite qu’il faut absolument se taire pour en finir. Alors il est facile de dire que s’il n’y a pas d’opposition, ce n’est pas la peine de voter pour accepter le texte à l’unanimité ! Délicieux!

  • Pour croire que l’homme est responsable de phénomènes physiques gigantesques, il faut être d’une prétention inouïe.

    « niveler les modes de vie sur le modèle des plus pauvres »

    C’est l’inverse qui est souhaitée, croyances malthusiennes obligent. Des pauvres qui s’en sortent d’eux-mêmes mettrait à mal toutes les théories foireuses sur l’exploitation de ces pays par les Occidentaux. Et surtout, ça permet aux escrologistes d’aller jouer au petit colon raciste à Madagascar.

  • Qu’attendre d’autre d’une équipe de charlots ❓

  • Analyse tout à fait juste sur les arrières pensées idéologiques de nostalgiques du « gosplan » qui subsistent en nombre dans le système onusien.
    A lire le dernier ouvrage de remy prud’homme, « l’idéologie du réchauffement « , on y est.

  • Même si l’on rentre dans le jeu compréhensible mais contestable de la peur de la modification de l’équilibre de l’atmosphère, la logique voudrait que l’on port l’effort là où il y a le plus de potentiel de réduction des émissions. C’est à dire dans les pays développés où il y a de bons gisements d’économie d’énergie (résidentiel, transports…). Il est complètement antiéconomique de transférer des capitaux vers les pays pauvres. Quand à les dédommager pour des dégâts hypothétiques dans le futur, attendons au moins que ces dégâts apparaissent.
    Enfin, le problème de fonds est celui des priorités. Pour le monde, la question du CO2 est mineure devant l’explosion démographique. Et cette explosion n’est pas une hypothèse, c’est une certitude. Commençons donc par là.
    Enfin, pour rester sur le plan économique, il faut bien voir que les efforts de lutte (surtout pilotés par des structures étatiques inefficaces) ont un cout qui se traduit par une baisse de revenu disponible pour investir et cet investissement, tout particulièrement en recherche pourrait très bien être la solution de pas mal de problèmes. Passer prématurément en régime d’austérité pourrait très bien retarder ou empêcher l’émergence de solutions techniques. Il est tout à fait exact que notre gestion passée de la planète a entamé une partie de notre capital mais en contrepartie elle a permis l’émergence d’autres formes de capitaux (un capital de connaissances, notamment celles permettant de mieux se nourrir et se soigner, des infrastructures…)

    • « la logique voudrait que l’on port l’effort là où il y a le plus de potentiel de réduction des émissions. C’est à dire dans les pays développés où il y a de bons gisements d’économie d’énergie (résidentiel, transports…). »

      Il faut chercher à « optimiser » mais pas à « réduire ». L’important n’est pas de fixer un chiffre mais de trouver des solutions rentables, c’est à dire dont l’économie d’énergie compense le cout et fournit un retour sur investissement.

      Dans le cas contraire, on assiste à tous les détournements possibles. L’économie d’énergie devient du pur marketing, les chiffres sont pipés, les économies basées uniquement sur des subventions, la technologie trop complexe et impossible à déployer dans les pays en voie de développement. Au final, on bloque la recherche vers de vraies solutions, peut-être moins efficaces dans l’absolu que les « objectifs » utopiques, mais globalement utilisables et ayant un sens économiquement.

      Réduire de 10% dans les pays riches – au prix d’une pénalisation de l’économie – alors que 50% du monde va fortement augmenter ses besoins énergétiques (et ne copiera pas les pseudo solutions) n’a aucun sens. Les écologistes n’ont aucune vision globale du problème (trop nombrilistes pour prendre en compte le reste du monde).

      • Tout a fait d’accord. C’est bien l’optimisation que je prône : 1 n’agir que si les bénéfices de l’action l’emportent sur les effets secondaires négatifs 2 s’il y a plusieurs actions possibles, choisir la meilleure pour remplir les objectifs. C’est en fonction du 2 que j’avance l’idée qu’un euro investi pour réduire les émissions est sans doute plus efficace s’il est utilisé dans les pays riches (et via des mécanismes de marché et non de contrainte administrée) que dans les pays pauvres. Reste bien sur à prouver (ce n’est pas gagné !) que cet euro dépensé économisera des dépenses futures liées à un climat moins favorable, si tant est que le climat change de façon significative.

        • @JCB: L’optimisation de pas grand chose, cela fait rien du tout !
          L’amélioration des chaînes chez Danone sur le seul point de l’émission en CO2 vaut peanuts face à l’ouverture d’une centrale au charbon, ou le BTP dans les pays en développement.

          A vous lire, on croirait que le problème réside dans la qualité chimique et non la quantité de CO2 émis !

          Note: Je ne crois absolument pas au catastrophisme climatique par le CO2. Sinon, l’énorme quantité produite depuis près de 20ans n’aurait pas abouti au hiatus actuel (pas d’augmentation de température)

  • « ..que l’air soit plus vivable à Pékin, où il est irrespirable… est-ce une raison pour ameuter le ban et l’arrière ban.. » (Sic). Tout à fait d’accord !
    C’est la relation entre air pollué à Pékin et le CO2 du monde que l’on a entendue ou vue à la télé tout au long de cette COM21.
    .
    À la vérité, c’est soit une ineptie scientifique soit une volonté de faire peur en assimilant pollution avec CO2.

    Rappelons peut-être, que le CO2 n’est en rien un polluant. Sinon nous polluons tous, en respirant seulement.
    Le CO2 est sans odeur et sans saveur, il est absolument transparent et quasi totalement inoffensif pour l’Homme et bon pour les végétaux.

    Il est surtout dans l’air dans des proportions infinitésimales malgré les mégatonnes dont on nous parle tous les jours.
    Le CO2 dans l’air est en proportion de 4 pour 10000 (ou bien 0,04%. ou encore 400ppm)…

    Et l’Homme là-dedans ? :
    L’Homme n’est comptable « que » de 3% de tout ce CO2 (27 Gigatonnes sur 850 selon la NASA) soit 3% de 0,04% soit en gros une molécule de CO2 (toujours invisible) pour 100000 molécules d’air… Soit des peanuts de peanuts… certainement pas visible à Pékin, Paris ou ailleurs…

    Alors tout ce cirque de CO(M)P 21 pour que, avec des milliards, l’on arrive à passer de 1 molécule pour 100000 de CO2 dans l’air à 0,7 molécules pour 100000 me laisse froid, … comme le climat à venir :
    « « nous avons affaire système non linéaire chaotique couplé, et par conséquent les prévisions à long terme des états futurs du climat sont impossibles »…. »
    Vient d’écrire le GIEC dans son dernier rapport.

    Mais c’est dans la partie scientifique du rapport… of course, jamais repris dans les commentaires cette COM21. C’est bien dommage.

    • Ma nièce m’a raconté l’expérience qu’on leur a fait faire dans une pièce close où le taux de CO2 était mesuré et augmentait rapidement, à cause de la respiration des personnes présentes. J’ai dû lui expliquer que pour obtenir le même résultat dans un seul km3 d’atmosphère, il aurait fallu y mettre 10 millions de fois le nombre de personnes présentes dans cette pièce (soit plus que toute la population française).
      L’expérience, organisée par des animateurs « écolo-conscients » de parfaite mauvaise fois, avait évidemment pour but d’impressionner les jeunes présents.

      • Vos animateurs « ecolo-conscients » sont de bonne foi. Ils croient ce qu’ils disent ils sont bien manipulés et ne le savent pas.

  • Avec le battage médiatique énorme, les convaincus d’un réchauffement d’origine humaine sont de plus en plus nombreux.
    Dans tout les magazines, y compris celui qui était mon préféré(science et vie) on ne parle plus que de ça.
    Idem à la télé: pas moyen de regarder un doc animalier ou autre sans entendre les divins mots »réchauffement climatique ». Me reste plus qu’a regarder le télé-achat, et encore…

  • Enfin un article sensé qui nous éloigne de lhysterie ambiante. Si c’était gratuit ce serait un moindre mal, cela ne va servir qu ‘a redoré le prestige de Malborough s’en va t’en guerre et l’aréopage d’urluberlu qui l’entoure
    La conséquence directe est la dépense inutile que cela entraîne comme l’a démontré le prix Nobel
    La pollution à Pékin regarde avant tout les Chinois qui roulent met rien que pour eux
    Les doux dingues de l’écologie vont être une fois de plus roulés dans la farine

  • Quand un avocat fiscaliste spécialisé en climatologie nous donne son analyse sur le climat … des affaires du secteur de la fiscalité , ça ne manque pas de piquant. Forcément dès qu’il est question de renvoyer une part de la fiscalité qui est « optimisée par ce monsieur » dans un quelconque paradis fiscal pour le compte de multinationales qui exploitent les sous-sols de ces pays « de pauvres » , ça grince .
    Je sais pertinemment que ces gouvernements sont corrompus et que trop peu de cet argent ira dans les poches de ceux qui en ont besoin . je sais que cette conférence n’est qu’un « spectacle » pour rassurer la plèbe , et n’apportera rien de bien concret. Mais le fond du problème n’est pas là, ce qui gêne ce monsieur , ce n’est pas ce qui sera fait de cet argent , mais c’est seulement qu’on le lui prenne qui le fait souffrir. Tout en oubliant qu’avant de le prendre dans sa poche , cet argent , il l’a lui-même pris dans les poches de ces états ( lui et indirectement tous les occidentaux )…. c’est cocasse.
    car si ces pays fermaient du jour au lendemain l’accès à leurs ressources naturelles , il y aurait pénurie de smart-phones dans une occurrence de 2 semaines(risque de révolution sanglante évidente). et les grosses  » Bm. » perdraient de leurs superbes sans pétrole et avec 2 ânes pour les tracter. car oui , gros malins d’européens que nous sommes , nous avons épuisé nos sous-sols , il nous faut donc imposer un libre échange à ses pays , détruire leurs agricultures avec nos concurrences , afin de leurs vendre des poulets en échange de leurs ressources. qu’est ce que l’on est malin ,non ?
    En plus , ils ne se rendent compte de rien … enfin leurs élites politique certainement , mais on les arrose suffisamment pour regarder ailleurs. mais rassurez vous , si par malheur , un jour certains de ces pays réapprenaient le sens du mot protectionnisme , nos gouvernements trouveraient très vite des armes de destruction massive/ attaques au gaz sur civil pour faire ces nouvelles guerres « humanitaires » ou « préventives » avec mise en place de gouvernement « puppets » en bout de route.( toute ressemblance avec des faits passé,présent ou futur n’est que fortuite)

    concernant le climat … météorologique , je vais faire preuve d’intelligence , et il en manque pas mal dans le coin, j’ai l’intelligence de dire… que je n’ai pas la moindre idée sur la responsabilité humaine ou non du réchauffement actuel, mais dans 50 ans , si dieu me prête vie (sans intérêt… je sais, ça créera une bulle ) jusque là et que l’on se rende compte que l’on s’est planté sur toute la ligne , je préfère m’endormir en souriant sur notre naiveté volontariste et sur une planète avec à peu près le même visage qu’à ma naissance plutôt que de fermer les yeux sur un monde dévasté par l’excès de cupidité de ma génération .
    bon trolling.

    • Le paradis fiscal n’existe que par … l’enfer fiscal.

    • oui, laissons les climatologues s’exprimer, enfin pas tous hein, juste ceux certifiés par le club de la poele à frire

      http://judithcurry.com/2015/12/10/reactions-on-the-senate-hearing/

      en plus un fiscaliste, devrait avoir honte le Monsieur, d’essayer d’aider Mme Michu de s’y retrouver dans le barnum de nos lois fiscales

      et se plaindre de se faire faire les poches pour aider les pauvres du monde, mériterait qu’on lui colle quelques familles syriennes dans sonb appart de luxe, non mais

      au fait c’est quoi une ressource?

      car si bwana blanc ne vient faire un petit trou, la ressource ça vaut rien?

      paraît que le Venzuela ne survit que grâce à ses ventes de pétrole aux méchants américains, allez comprendre?

      un jour certains de ces pays réapprenaient le sens du mot protectionnisme

      oui, cela serait terrible pour eux, des centaines de millions de morts,car si on examine le budgey de la plupart des pays africains, la plus grosse part provient de transferts venant des méchants pays capitalistes

      j’ai l’intelligence de dire
      vous auriez pas du lésiner et en prendre 2/3 kilos de plus, parce que là, votre dernier goulbigoulba ,c’est du shadokk grand style.

      Pas étonnat qu’avec des gens intelligents comme vous, nos politiques se paient notre tête.

      bon, je retourne dans ce monde dévasté…. c’est terrrrrriiiibbbllleeee

      • – Les histoires de pensée unique , allez savoir pourquoi , les anti-libéraux en ont vaguement conscience…
        – Je n’ai pas dit que ce monsieur devait avoir honte , j’ai dit qu’il n’est p-e pas le mieux placer pour en parler , j’imagine que vous trouvez pertinentes les analyses macro-économiques de votre belle-soeur , caissière en supermarché ou de votre voisin , dessinateur de BD…moi , moins.
        – Là , je vois une accumulation de mots , le sens des phrases reste à déterminer.
        – Si le bwana noir refuse de creuser des trous dans le sol pour fournir ressources à bwana blanc et découvre qu’il peut produire lui même ses poulets , le bwana blanc roulera avec roue en bois et moteur à avoine, toi comprendre ?
        – Quand aux millions de morts , c’est sur que les bombardements occidentaux justifiés par les guerres humanitaires , on les a évités ces 30 dernières années vous pensez ? …la bienveillance occidental , là j’avoue elle est collector.
        – L’intelligence de dire que j’ignore ce que tout le monde ignore , à savoir si le climat change par l’activité humaine est un goulbigoulba que vous n’arrivez pas à saisir ? …comme on dit et pour rester dans le thème, « On ne saurait faire boire un âne s’il n’a pas soif. »
        – Je ne suis en rien responsable de la curie UMPS depuis 30ans , je me garde bien de voter « nos maitres » , je laisse ça aux gents cultivés comme vous.
        -vous retournez dans ce monde dévasté … vous vivez dans le futur ?

    • Il me semble que la seule chose qui menace le business d’un avocat fiscaliste est la « flat tax » et surtout pas les taxations écolos supplémentaires. Pourquoi lui faire un procès d’intention ?

      Et sur le fond malthusien de votre commentaire et sa conclusion : « une planète avec à peu près le même visage qu’à ma naissance », je dirais que c’est impossible. Le monde évolue, en bien ou en mal. J’ai pu constater comment mes grands-parents, puis mes parents et maintenant moi-même perdaient peu à peu contact avec la modernité. Evoluer est la nature de l’espèce humaine et de la vie en général. L’évolution est accélérée par le nombre de contacts humains et dont la taille de la population et l’ouverture du monde. La seule façon de stopper ça est de revenir à de petites tribus éparses, fortement rivées à leur traditions – ce qui est contraire à votre souhait nombrilique de figer le monde à la date de votre naissance.

      • Au train où vont les choses à l’heure actuelle, je ne serais même pas étonné qu’on retourne à cet état là, sans même avoir à prodiguer quelconque politique malthusienne.
        http://www.gif-maniac.com/gifs/54/54265.gif

      • la « flat tax » ne menace pas le boulot de fiscaliste , car il y aura toujours un pays »passager clandestin » pour siphonner la fiscalité des autres, par contre c’est l’harmonisation fiscale qui le peut … on reste l’un comme l’autre dans l’utopie.
        je n’idéalise pas le climat du monde de ma naissance , il était lui même déjà certainement chamboulé , mais nous parlons de « changement climatique » , nous ne sommes pas menacé par le climat , nous sommes menacé par le « changement » de celui-ci . nous sommes à l’heure actuel complètement incapable d’anticiper toutes les conséquences que cela générera. d’ou l’intérêt de réduire ce « changement »à sa portion congru , est -ce nombriliste d’éviter des évolutions majeurs à notre climat et éventuellement permettre à nos descendants de rectifier plus facilement le tir si ils le trouvent pertinent ? , je ne le crois pas, je pense par contre que ne penser qu’a son petit confort sans jamais avoir une pensée pour les prochaines générations de locataire planétaire … ça par contre , ça me semble être un parfait exemple de nombrilisme.j’avoue qu’accuser une personne qui s’inquiète peut être à tort pour les autres , de nombriliste en opposition à une personne qui semble s’en moquer comme de son dernier slip , ça s’appelle un retournement… c’est fort de café, bravo champion !

        • « réduire ce « changement »à sa portion congru »

          Le climat, c’est des centaines de paramètres, qui ne s’expriment que de façon aléatoire. On parle souvent des « projections » du GIEC en terme de température globale (paramètre qui n’a aucun sens : la température est une grandeur intensive), mais la prédiction de paramètres tels que la probabilité d’avoir une chute de neige qui rompe les lignes électriques à Toronto au mois de décembre dans un siècle … est du pur délire, et c’est pourtant ce qui importe. Dire si le réchauffement augmente ce risque ou le réduit est une bouffonnerie. Et pourtant, je serais étonné que cette probabilité soit constante en aucun cas. (Avez vous entendu parlé de l’effet papillon).

          Personne ne peut maitriser le « changement » climatique. Le comité 1 du GIEC est une escroquerie, le 2 une escroquerie au carré, quand au 3 … Et si vous étiez capable de maitriser le climat, jamais vous n’auriez d’accord entre les perdants et les gagnants, ceux qui peuvent rendre leur pays plus habitable à condition que d’autres pays le soit moins. Soit vous agissez et c’est la grande empoigne, soit vous ne faites rien et il n’y a pas de raison de modifier UN des paramètres comme la concentration de CO2, dont on ne connais même pas l’effet exact, l’intensité de cet effet et le détail sur les multiples paramètres du climat en fonction de la position géographique.

          Mesurez vous le degré d’arrogance du GIEC et de l’ONU. Mesurez vous aussi l’arrogance que constitue le fait de choisir le climat et la façon de vivre des générations futures. Imaginez qu’en 1915 on ait voulu figer le monde tel qu’il était alors. Vous seriez dans une tranchée en train de vous les geler en attendant l’assaut des lignes allemandes. La mémoire est sélective et ne retient que les bons moments : on pense que c’était mieux avant. Ce n’était ni mieux ni moins bien. Pas plus que demain. C’est seulement différent.

          Et si vous voulez vous occuper des autres, définissez d’abord le sens de la vie. Pour moi, le seul sens que j’ai trouvé est une progression de l’humanité vers un peu plus de pacification et un peu moins de misère. (D’où l’idée que le tiers monde doit se développer, CO2 ou pas, ressources ou pas, démographie ou pas). Sinon, si c’est pour s’étriper éternellement, peu importe le climat, la façon de s’étriper et le nombre de victimes. Car il restera toujours assez de survivants pour pondre une nouvelle génération prête à s’étriper.

          • Où avez vous vue que je défendais la ligne du GIEC ou même des écolos ? , je dis et répépette, que personne ne sait si l’homme est responsable de ce réchauffement , ni vous , ni eux , arrivez vous à comprendre la nuance ? , et dans le cadre d’une ignorance généralisée , de mon point de vue , le mieux est de miser sur la politique là moins nocive . le tout simple principe de précaution.

            Heureux de voir que vous ne relancez pas votre vision de mon nombrilisme , faut avouer que vous touchiez les sommets 😉

            Entre l’arrogant qui a la certitude que l’homme est responsable du réchauffement , et l’arrogance de ceux qui ont la certitude de l’inverse , mon coeur balance d’une égale force ! , vous l’aurez compris , je vomis les « certitudes ».

            <>
            Vous en choisissant avec vos certitudes , qu’il ne faut pas réduire notre voilure industrielle… vous ne faite pas preuve d’arrogance ? , vous ne choisissez pas la façon de vivre des générations futur ? , moi je choisis par défaut le modèle qui impacte le moins notre environnement et pourra potentiellement donner aux générations futures le même monde que j’ai trouvé en arrivant. vous , vous choisissez l’inverse, vous choisissez de prendre le risque d’éventuellement le changer radicalement … qui est le plus arrogant des 2 ?

            <>
            alors , le rapport entre vouloir empêcher un trop grand changement climatique et figer le monde sur une période de guerre mondiale. comment dire …non je renonce , si vous vous relisez vous trouverez tout seul

            Vous souhaitez voir l’Afrique se développer , et j’en suis tout à fait d’accord , donc il va falloir les laisser utiliser leurs ressources pour eux mêmes , leurs transférer les technologies et savoir faire , leurs envoyer quelques machines outils pour produire leurs propres consommation ( comme on dit souvent , Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours) Pour le moment l’intérêt occidental a toujours été de déverser des poissons 😉
            Et nous dans tout ça , ben il va falloir apprendre le mot décroissance et ne plus consommer que ce que l’on trouve sur notre sol, au lieu d’aller puiser ce qui nous manque sur leur continent … sacré révolution écologique.

            • Le principe de précaution est une ânerie. Il sert uniquement à protéger les politiques en leur donnant l’immunité. Quand on ne sait pas quantifier le risque de l’action ou de l’absence d’action, on ne peut pas définir de probabilité et définir un choix raisonnable. Evaluez-moi les risques respectifs d’un changement climatique, d’un épuisement de ressources qu’on ne saurait pas remplacer, d’une collision avec un astéroïde qu’on ne pourrait éviter, d’une épidémie qu’on ne saurait pas juguler, et d’un conflit mondial causé par une planification de décroissance mal contrôlée (sachant que la planification de l’économie a toujours échoué), et je vous dirais où doit être appliqué le principe de précaution.

              Quant à l’Afrique, inutile d’envoyer des machines complexes (qu’ils ne pourront pas maintenir) dans un pays sans infrastructures et où l’agriculture se fait encore à la main – sans même recourir à la traction animale. Leur besoin est avant tout de s’embourgeoiser et de perdre leur conscience ethnique par le commerce et les déplacements hors de leurs villages. Quand un villageois dit de son voisin à 30 kilomètres : « lui, je le mange », ce n’est pas du second degré.

              • Bonjour
                Du point de vue des écologiste le principe de précaution est gagnant-gagnant. Soit les theses catastrophiques se révelent vraies et ils ont bien fait. Soit elles sont fausses, mais la politique collectiviste qu’ils veulent sera appliquée par la ruse.
                Pour les libéraux, soit le climat évolue défavorablement.. et les politiques écologiques seront inefficaces au final, soit les annonces catastrophiques sont fausses et tout l’argent aura été dépensé en pure perte.
                Un écologique-collectiviste ne peut rien comprendre aux réticences des libéraux.

                • « Du point de vue des écologiste le principe de précaution est gagnant-gagnant. Soit les theses catastrophiques se révelent vraies et ils ont bien fait. Soit elles sont fausses, mais la politique collectiviste qu’ils veulent sera appliquée par la ruse. »

                  C’est le « pari de Pascal » : on pose à priori que Dieu est comme on le décrit, et il en découle qu’il est logique de croire en Dieu. Résonnement pipé : les axiomes de départ contiennent le résultat et ne sont que des axiomes sans fondement.

    • « bon trolling. »

      Le choix du pseudonyme hégémon fait-il référence au terme hégémonie, c’est-à-dire la suprématie ou domination sans partage – dans votre cas de l’idéologie écologiste ambiante et son eschatologie apocalyptique, le tout teinté d’un anticapitalisme primaire – , ou bien référence à Hégémon de Thasos, poète comique du Vème siècle avant J.-C. ? J’opterai bien pour la seconde alternative. 😀

      • masturbation intellectuelle , et proces d’intention ,un hégémon est entre autre un général grecque de l’antiquité. si en partant de se pseudo vous arrivez à prédire le nombre d’enfant que je vais avoir , ou les chiffres du loto , je suis intéressé par vos compétences, veuillez me contacter sur mon portable … j’imagine que vous avez déjà déterminer mon numéro.
        cordialement

        • « un hégémon est entre autre un général grecque de l’antiquité »

          Tout à fait, et c’est de cette fonction militaire qu’est dérivé le terme hégémonie.

          Par contre je n’ai rien prétendu prévoir – je n’ai pas les compétences du GIEC – mais j’ai émis une hypothèse avec deux alternatives possibles, et j’ai donc posé une question : je n’ai fait aucune affirmation.

          Quoi qu’il en soit, il n’y avait rien de sérieux dans mon message : vous concluiez le votre par un « bon trolling », j’ai saisi la perche, il ne fallait pas me la tendre. 😛

    • « gros malins d’européens que nous sommes , nous avons épuisé nos sous-sols »

      Hier soir sur BFM Tévé (que voulez vous faut bien que je m’informe sur l’avancement de la pensée unique). Suite à la signature du traité, un scientifique intervenait. Déjà pour commencer il était particulièrement confus sur les chiffres et les objectifs à atteindre et à même parler une fois de moins de 1 à 2% d’augmentation des température et non de degrés (quelle rigueur pour un scientipif, et évidemment personne pour relever autour de la table).

      Il a même réussi à reconnaitre en citant Jean Jouzel que l’Europe avait pas du tout épuisé ses ressources, qu’il restait 80% du gaz de schiste européen dans ses sols mais qu’il fallait qu’il y reste!

      Il n’y a aucune rationalité dans les discours mais ça passe quand même.

      • Eh oui ! Il y a le mauvais méthane que l’on a sous nos pieds et le bon méthane qu’on achète à l’étranger pour se chauffer et bientôt suppléer au moulins sans vent.

        De même il y a le bon Poutine qui nous vend ce gaz (qu’on a chez nous), et bombarde l’EI et le mauvais Poutine qui soutient Assad et fait de la géopolitique en Syrie pour passer ses gazoducs.

        • Vous êtes vraiment mesquin d’appeler les éoliennes des « moulins à vent »… On vous à pourtant dit qu’il s’agissait d’un technologie révolutionnaire !!!

  • La COP21 est un grand gâchis. Mais heureusement l’accord qui a été négocié ne sera jamais appliqué.

  • Oui, évidemment. Déjà rien que de parler de dérèglement climatique ou de lutte contre le réchauffement climatique indique l’aspect sectaire de la chose.
    Depuis quand le climat est normé et répond à des règles? La nature évolue et le climat est changeant. C’en est affolant de devoir écrire ça. La lavage de cerveaux est impressionnant.
    Même chose, comment peut-on croire une seule seconde que l’homme soit responsable de phénomène météorologique à l’échelle planétaire?

    La pensée unique et la propagande marche à fonds les ballons. On a déjà assisté à une chasse aux sorcières justifiée par le fait que les climato-sceptiques n’exprimerait pas une opinion. On assiste à l’éclosion d’un fanatisme à l’échelle mondiale et sur lequel les élites espèrent bien asseoir leur pouvoir hégémonique et s’accaparer les richesses.

    On parle déjà de négationnisme. On finira par parler de crimes climatiques, poursuivre et exécuter les gens n’entrant pas dans la pensée unique. Normal puisqu’il s’agira de sauver des millions et des millions de personnes.

    On est en plein obscurantisme. Quand j’étais petit et c’était il y a pas encore longtemps, même à l’école publique, on apprenait que la science fonctionnait par expérimentation, qu’elle était empirique et qu’un phénomène scientifique n’était considéré comme prouvé qu’une fois qu’il avait été reproduit en laboratoire. On apprenait aussi que le scepticisme était partie intégrante de la démarche scientifique. Où sont ces expériences en laboratoire? Nulle part, toute cette supercherie est fondée sur des modèles mathématiques qui nous renvoient à la fin du siècle façon prophétie des Mayas.

    J’ai peine à croire que cela se passe dans le monde réel. Cette COP21 marque l’entrée dans un nouveau Moyen-Âge.

  • Oh là tous, l’accord COP21 et abyssalement vide, quiconque pourra y mettre ce qu’il veut, ne pas respecter ces engagements et partir quand il veut, cool !
    Mieux, tout votre commerce pourra être inclu dans votre budget COP21, il suffira d’y mettre la bonne étiquette. Et l’accord regorge de libellé d’étiquette toute prête.

    Ne vous bouffez pas le foie pour ça, mangez en du gras.
    Bonnes fêtes !

    • C’est sur qu’on a rarement vu une telle disproportion entre la réalité (un accord vide) et la com du gouvernement et des media (accord « historique »).

      Pour ma part, j’ai la décision historique de manger du poulet ce soir. J’espère que la presse en fera largement écho à 20 heures, plutôt que de couper en quatre les pourcentages de la montée inéluctable du FN dans ce pays perdu.

  • Je partage totalement la thèse de cet article sur l’effet néfaste des subventions déversées par milliards aux pays pauvres. On se donne des apparences de générosité pour un problème de réchauffement par CO2 anthropique qui est douteux, mais en réalité on retarde sciemment le développement de pays pauvres qui auraient besoin de l’accès aux marchés mondiaux pour leurs produits agricoles. Or comme on subventionne nos agriculture, c’est difficile pour eux.
    L’Afrique aura 4,5 milliards d’habitants en 2100 (projection ONU).
    En adoptant ces mesures, on ne lutte nullement contre des réfugiés climatiques (que personne n’a jamais vus, vaste blague), mais au contraire on crée les réfugiés de la pauvreté du futur.

  • Je ne comprend pas comment il arrive en 3 lignes à balayer le sujet. Depuis quand la fiscalité est aussi synthétique! Il a fait plus froid avant donc il fera pas plus chaud demain.. bref

  • Cop 21 : pitoyable cirque, affligeante et dispendieuse clownerie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Réuni ce vendredi à Matignon, ce qui s’apparente à un gouvernement technique en pleine campagne législative s’est vu confier sa feuille de route par le Premier ministre Élisabeth Borne.

Une feuille de route fondée sur trois priorités : le pouvoir d’achat, la santé et le climat.

Cette liste fait écho à une autre, adressée une semaine auparavant par le président de la République dans un tweet :

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1526250371638874115?ref_src=twsrc%5Etfw

 

Le chef de l’État évoque une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles