Grande-Bretagne : un Brexit ? Mais pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Cameron - Credits : Number 10 via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grande-Bretagne : un Brexit ? Mais pourquoi ?

Publié le 11 décembre 2015
- A +

Par Cécile Chevré.

David Cameron - Credits : Number 10 via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)
David Cameron – Credits : Number 10 via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Le dernier numéro de nos collègues britanniques de MoneyWeek prend ouvertement parti pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, dit aussi Brexit.

En 2013, lors des dernières élections, David Cameron s’était engagé à organiser un référendum sur une possible sortie de l’Europe, et tout ceci sur fond de crise de la zone euro, de crise grecque et de demandes pour plus, ou moins, d’intégration politique et économique au sein de l’UE. Référendum qui devrait être organisé l’année prochaine. Alors risquons-nous d’assister à un départ du Royaume-Uni en 2016 ?

Cette volonté de quitter l’UE ne date pas de la dernière pluie : Londres n’avait rejoint le processus européen, à l’époque la Communauté économique européenne, en 1973, qu’en traînant sérieusement des pieds et en faisant régulièrement entendre sa différence.

Ces dernières années, alors que l’UE ne cesse de s’élargir, de s’alourdir, de se compliquer, que les divergences au sein des pays membres ne font que s’accentuer et que certains réclament une plus grande intégration, le Royaume-Uni se sent manifestement de moins en moins à l’aise dans ce mariage de raison et envisage ouvertement le divorce.
Les derniers soudages donnant le « oui » au Brexit gagnant, il m’a semblé utile de nous pencher sur les causes et conséquences d’une telle rupture.

Pourquoi le Royaume-Uni veut-il quitter l’UE ?

Bonne question. Que le Royaume-Uni ait beaucoup à reprocher à l’Union européenne, cela n’étonnera personne. Le pays a refusé d’intégrer la zone euro et milite très clairement pour une vision de l’UE libérale, reposant principalement sur un grand marché commun. Depuis son entrée dans la CEE, Londres fait régulièrement entendre sa différence et a obtenu un régime assez particulier constitué de nombreuses exemptions et dérogations. Pour Londres, l’Europe c’est donc à la carte, pas un menu imposé.

Or ces dernières années, certains pays plaident au contraire pour une Europe plus fédérale, souhaitant la mise en place de plus d’unité en matière de législation, d’écologie, de droit du travail ou encore de politique étrangère ou de défense. Et ça, vu de l’autre côté de la Manche, cela ne passe pas du tout. Rares sont les Britanniques qui adhèrent à cette vision plus fédérale de l’UE.

Pour résumer, disons que les Britanniques se partagent entre ceux qui souhaitent quitter l’Europe et ceux qui veulent y rester, mais uniquement pour la faire évoluer de l’intérieur. Bien sûr, dans un camp comme dans l’autre, les raisons des partisans du In et ceux du Out sont diverses et variées. Certains espèrent plus de libéralisme, d’autre une vision plus « social-démocrate » pour ne pas dire « socialiste » (ces deux termes étant entendus avec de nombreux guillemets).

Londres pose ses exigences

Comme dans tout processus de rupture, avant que celle-ci ne soit consommée, il faut en passer par la phase de négociations. Celle-ci vient de prendre forme avec la lettre adressée par David Cameron à Donald Tusk, le président du Conseil européen.

Y sont regroupées les demandes du Royaume-Uni pour se maintenir dans l’Union européenne :

  1. Moins d’importance accordée à l’euro. Une des principales craintes de Londres est la mise en place d’une Europe à deux vitesses, avec d’un côté les pays membres de la zone euro, disposant d’un droit de décision renforcé en particulier en matière financière, et de l’autre les pays non-membres et de fait de « seconde zone ». Le Royaume-Uni ne tient ni à abandonner la livre sterling, ni la City !
  2. Plus de libéralisme. Dans sa lettre, David Cameron a rappelé l’importance du marché unique et a demandé son extension aux biens et services. Il a en outre appelé à un allègement des réglementations imposées par Bruxelles ainsi qu’à la multiplication de partenariats commerciaux avec les principaux marchés de la planète dont les États-Unis, le Japon ou l’Asie du Sud-est.
  3. Moins de fédéralisme. La fin de l’obligation d’évolution de l’Union européenne vers plus de fédéralisme. Londres tient à sa souveraineté nationale, et le fait savoir. Cameron demande en outre que les parlements nationaux disposent d’un droit de véto contre les directives européennes.
  4. Limitation des droits des immigrés européens, et tout particulièrement en matière de prestation sociale. La lettre de Cameron précise que ceux-ci seraient tenus de cotiser 4 ans au Royaume-Uni avant de pouvoir bénéficier d’aides sociales.

David Cameron a déjà prévenu que ces 4 demandes étaient une base à de futures discussions et non un couteau posé sous la gorge de Bruxelles. Tant mieux car non seulement aucun pays européen ne souhaite le Brexit et que, en l’état, ces demandes sont fortement problématiques. Ne serait-ce parce que certaines d’entre elles nécessiteraient, pour être mises en place, une modification des traités.

C’est le cas par exemple de la formule rappelant que les pays membres s’engagent à une union toujours plus étroite. Or un changement en profondeur des traités doit passer par un référendum dans les pays européens. Je vous laisse imaginer le bazar…

L’autre demande qui coince sérieusement du côté de Bruxelles est la limitation des droits des immigrés européens qui instaurerait, de fait, une discrimination entre les citoyens européens. Les pays d’Europe centrale et de l’Est se sentent particulièrement visés par cette demande et se sont déjà déclarés extrêmement opposés à cette demande britannique. Les (plombiers) Polonais sont devenus la cible préférée de certains tabloïds et hommes politiques un poil populistes ; cela nous rappelle quelques souvenirs, n’est-ce pas ?

Pour le reste, disons que le Royaume-Uni est depuis longtemps une exception au sein de l’Union européenne et que certaines des demandes britanniques pourraient être satisfaites par des contournements des règles existantes plutôt que par leur refonte.

Pour l’instant donc, les discussions, même si elles sont tendues, sont loin, très loin d’être parvenues au point de rupture. David Cameron a indiqué, début novembre, qu’il souhaitait que ses demandes soient examinées avant le prochain sommet européen, le 17 décembre. Mais flegme britannique oblige, les affaires étrangères ont aussi précisé que le Royaume était ouvert à une plus longue période de discussions.

Que se passerait-il en cas de Brexit ?

Je vous le disais, les derniers sondages donnent le oui au Brexit gagnant. La décision pourrait donc échapper au gouvernement anglais.

Les débats et discussions font rage au Royaume-Uni, chacun affûtant ses arguments. Parmi ce maelstrom, je vous propose de nous concentrer sur les arguments économiques, que nous verrons demain.


Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Lire sur Contrepoints notre dossier Royaume Uni

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « les derniers sondages donnent le oui au Brexit gagnant »

    A-t’on idée de ce que donneraient des référendum en France ou en Allemagne sur une sortie de l’Europe ?

  • PArceque la démocratie est une question de passionelle : vous allez voter quand vous êtes intimement concernés.
    Que l’Europe n’est pas, en ce sens, un espace démocratique, : en gros les gens s’en fichent.
    Qu’il s’agit d’un hold-up démocratique, d’une tentative d’installation d’un Empire régit par des inconnus, nomenklatura aux intérêts divergents de ceux des gens.

  • « certains pays plaident au contraire pour une Europe plus fédérale »

    Non, les européistes au pouvoir dans ces pays. Ainsi, avec le changement de gouvernement en Pologne, on a pu voir un changement brutal pour le goût à une europe plus bruxelloïsée de ces pays.

    Et qui sont-ils d’ailleurs ? L’Allemagne ? Le Benelux ? Pas le Danemark. La France, tant qu’elle pourra payer ses électeurs européens ? Les PIGS, branchés sur l’€ ? Il reste donc ces pays de l’Est…

  • Impatient de voir la suite.
    J’espère qu’ils resteront et changeront l’UE, on a besoin d’eux.

  • une sortie de Bruxelles, devrait-on dire, car en réalité les anglais resteraient européens et continueraient les alliances et affaires en tout genre avec les différents pays de l’Europe.

    Au final ce serait assez rigolo et pourrait nous inspirer( si seulement…), mais quelle angoisse pour les fonctionnaires et élus européens qui perdraient postes et avantages !

    • Il faut d’abord savoir que D.Cameron est opposé au « non  » (= oui au Brrerxit), que la City l’est aussi: du point de vue financier , ils y auraient beaucoup à perdre.

      D’autre part, il n’est que normal qu’ils mettent la barre haut, avant la discussion! Mais ce sont des concessions qui les attendent.

      Il n’est pas possible de demander à chacun des 28 de faire son menu à la carte! Idem pour le Royaume-Uni qui ne voudrait (depuis longtemps) qu’un marché libre sans frein, mais sans aucune autre obligation commune.

      Dès le début, les Britanniques ont joué un double jeu indéniable de « cousin-US » et d’européen. Et ils sont d’accord pour participer aux avantages mais certainement pas aux inconvénients ou autres contraintes!

      Pendant des années, je me suis demandé si ils étaient dans l’Europe pour la soutenir ou pour la torpiller. Je n’ai toujours pas la réponse. Mais il est clair que le « My money back! » réclamé par Mrs M.Thatcher, montrait bien sa limite étroite dans son engagement dans le projet.

      Maintenant, je suis persuadé que les U.S.A. vont tout faire pour conserver leur « cousin » (qui n’a rien à leur cacher) dans l’Union Européenne, évidemment.
      Est-ce que l’Union Européenne a besoin de la Grande-Bretagne? Non, pas forcément! C’est évidemment ce pays qui y perdra le plus!

      Et c’est le même cas pour la France, pays fondateur qui a adopté et signé puis fait voter tous les traités et directives de l’U.E., en France, par des parlementaires français, mais pour qui « Bruxelles » (jamais Strasbourg, cet appendice ridicule et hors de prix?) reste ce bouc-émissaire indispensable derrière lequel se cachent les autorités française, la France devant bien sûr rester parfaite.

      Même M.Le Pen ne vous dira rien d’autre!

  • Le Royaume-Uni est actuellement le principal frein à l’achèvement de la soviétisation de l’Union Européenne. Un Brexit ne sera pas une catastrophe pour les Britanniques, mais bien pour les autres européens, si ceux-ci n’abattent pas la bête aussitôt. Mais on ne peut pas supplier les Britanniques de rester pour brider la bête immonde, simplement parce qu’on est trop paresseux pour l’abattre.

    • Et c’est également la raison principale, non évoquée dans l’article : les anglais en ont marre de prêcher dans le désert à des politicards qui vivent encore au XIX° siècle et qui regardent en discutant des délires rouges genre Siriza, Podemos ou bruns genre FN en faisant comme si c’était normal… et qui sont incapable de régler leurs problèmes (mais très forts pour faire la morale)

      Brefs, ils sont polis les anglais, mais il n’ont que très moyennement envie de se retrouver dans un bateau qui coule en compagnie d’une bande de malades.

    • Vue excessivement française du problème!

      La « soviétisation » ne guette guère d’autre pays!
      Vous pensez que les « ex-pays de l’est » rêvent de régime soviétique?
      Que même l’ Ukraine (hors citoyens nés russes) rêve de soviétisme?

      Vous rêvez?

      Ou plutôt vous projetez votre « gestion » nationale sur les 27 partenaires qui ne semblent pas du tout vous suivre, sans bien comprendre où vous allez?

      Non, si la France, riche de tout, ne parvient même pas à dégager, chaque année, un bonus de tout ce qu’elle pourrait exploiter, ce n’est évidemment pas la faute des autres! Comique!

      • Je pense que c’est l’inverse : c’est la soviétisation de l’Europe, qui sous les coups de butoir des sociaux démocrates et autres étatiques est en train de virer au néant point de vue légitimité et impact qui ne plait pas aux Anglais : pas le fait que l’Europe soviétise les pays, mais que les pays soviétisent l’Europe et que celle-ci reste impuissante à mettre en œuvre les réformes libérales nécessaires.

        • L’Europe de Jean Monet,à la différence de celle de Schuman, est une Europe constructiviste.
          Il y a donc concomitance entre ce constructivisme , celui des « élites françaises » et de toutes les forces politiques ,technocratiques, économiques etc qui veulent arriver à un équivalant « soviétiques ».
          Cette situation à été bien envisagée par Vladimir Boukovsky dans son livre:L’Union européenne, une nouvelle
          URSS?. (Livre encore disponible d’occasion).
          (Boukovsky, un auteur indispensable si l’on veut percevoir les forces encore à l’oeuvre, qui furent le fruit de l’URSS, et qui
          continuent leurs nuisances depuis leur simple inertie)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles