Régionales 2015 : la France est sauvée !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
regions

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Régionales 2015 : la France est sauvée !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 décembre 2015
- A +

Plusieurs régions maintenant confrontées à un scrutin triangulaire, favorable au Front National ; des scores jamais vus pour le parti de Marine Le Pen, des leaders d’autres partis aux mines déconfites, aux discours consternants de vacuité et à l’œil marqué de soubresauts que seule la panique explique bien… C’est donc une déroute sans nuance pour le Parti Socialiste, un honorable sauvetage des meubles pour Les Républicains, et à l’inverse une puissante montée du Front National alors que l’abstention, comparée aux précédents scrutins régionaux, ne permet même pas de mettre ces scores sur le dos de militants absents.

gifa - hollande vote de travers

Ces constatations établies, quels enseignements peut-on tirer de ce scrutin, si tant est qu’on puisse tirer quoi que ce soit de cette approximation de démocratie, dans un pays sous tension et surtout totalement polarisé sur des questions quasiment choisies hors de toutes considérations des problèmes concrets et réels vécus par les électeurs eux-mêmes ?

Un élément important, bateau certes mais qui nécessite d’être rappelé, est que le prochain profil des nouvelles « super-régions » accordera finalement moins de postes aux habituels politiciens du LR et du PS. En somme, le pays devra supporter un peu moins d’apparatchiks recyclés.

Ceci entraîne une conséquence évidente pour les deux partis historiques puisque ces pertes de postes provoquent mécaniquement une baisse des fonds disponibles (les élus étant traditionnellement invités à leur reverser une partie de leurs indemnités). On peut même imaginer ici un cercle vicieux où plus un parti perd des postes, moins il a de fonds et moins il peut faire entendre ses passionnantes idées politiques, accroissant ainsi ses risques de perdre encore des postes, etc.

Parallèlement, cela donne aussi un regain de puissance au FN. D’une part, par le même mécanisme évoqué, sur le plan financier, chaque frétillant nouvel élu venant abonder aux caisses du Front. D’autre part, parce que le succès politique séduit inévitablement les requins. Petit-à-petit, ce parti peut espérer, avec ses récentes victoires, attirer à lui des têtes pensantes un peu plus affûtées au petit jeu politique et s’éviter ainsi ces candidats qui le gênent dans sa course au pouvoir par leurs déclarations ridicules (encore qu’avec celles de Marine Le Pen, régulièrement consternantes, on comprend qu’il y a une solide marge de manœuvre avant d’impacter vraiment négativement la montée du parti).

On le comprend : ces victoires du Front National, mêmes partielles, provoquent bien des soucis pour les autres partis en place, en plus de « normaliser  » un parti qui a longtemps agi comme un repoussoir.

Car oui, voilà bien le principal enseignement de ce scrutin, au-delà des petites bidouilles d’appareil politique : le constat fort inquiétant de l’incroyable nullité du Parti Socialiste et, dans une mesure à peine moindre, des Républicains en face. Encore une fois, l’évidence est cruelle mais doit être rappelée : le Front gagne d’autant mieux que ses adversaires sont de plus en plus mauvais.

Bien sûr, on doit accorder un certain succès aux efforts évidents de Marine Le Pen de gauchiser le discours de son père pour en faire une chose ratissant progressivement si large qu’elle épuise même les rangs du NPA ou du parti mélenchonesque. Mais indépendamment, ce qui aurait dû être un signal clair pour la gauche et la droite traditionnelles de reconstruire un discours cohérent, bâti sur des fondations idéologiques solides (conservatrice pour l’une, progressiste pour l’autre), n’a pas été entendu : ils furent d’abord médiocres, ils sont maintenant pénibles, nuls, déplorables, consternants, voire odieux.

gifa - cat - gramophoneIl n’est qu’à voir l’actuel Premier secrétaire du bateau ivre socialiste pour bien comprendre : Cambadélis répète ainsi comme un gramophone des formules éculées depuis trente ans (les heures les plus sombres, les amalgames, les valeurs socialistes, l’abomination vichyste, etc.) comme si les dernières décennies n’avaient pas eu lieu, comme si les réseaux sociaux n’existaient pas, comme si la pensée actuelle ne s’accommodait pas de plus en plus mal des slogans tout faits et de plus en plus bas de plafond, et surtout comme si les dirigeants socialistes avaient vraiment épuisé toutes les misérables ressources de leur intellect pour répondre à la montée du Front.

Eh oui : le Front National, si l’on met de côté quelques rares individualités, a bien de mal à attirer à lui autre chose que des cinquièmes roues de carrosse et de parfaits inconnus au bagage minimaliste, mais il n’en reste pas moins capable d’infliger une bonne branlée de magnitude 9 au Parti Socialiste qui, théoriquement, est une machine à élections depuis des années. Cela en dit long sur le personnel politique français, ou plus exactement son total remplacement par une bande de sous-fifres politiquement limités.

Ceci posé, il ne faut pas perdre de vue que nous parlons ici d’élections régionales. Manifestement, aux mines déconfites de certains, on comprend que la défaite est très amère, mais il n’en reste pas moins que du point de vue de l’électeur lambda, et tout autant du contribuable, ces élections restent définitivement des escarmouches, une façon pour eux d’égratigner un peu les uns et les autres, sans pour autant que la donne change fondamentalement dans le pays.

Car les régions, ce sont des lieux de pouvoir politique parce qu’il y a un budget attaché. C’est, certes, une façon pour ceux qui sont élus d’obtenir une visibilité médiatique en plus d’émoluments grassouillets, mais en termes de pouvoirs effectifs, on reste dans la compétence mineure : un peu de gestion des lycées, un peu d’infrastructure – les TER, quelques routes – les fonds régionaux, et un peu d’« investissement » public pour les entreprises du cru, ainsi qu’une petite fanfreluche culturelle, bref, on est loin d’un réel pouvoir législatif, très loin d’un ministère, à des années-lumières du pouvoir exécutif.

Autrement dit, si le pouvoir du Front National dans la vie politique vis-à-vis des autres partis augmente clairement, pour le reste, son pouvoir pratique dans la vie des Français ne change guère. On peut même assez facilement imaginer qu’il y aura de multiples tensions au niveau des départements ou des municipalités opposées avec une multiplication des obstructions diverses et variées. En somme, même avec le basculement maintenant prévisible de plusieurs régions au FN, même si certains, sentant ce basculement, pourraient s’écrier « La France est sauvée ! », en pratique, rien ne changera et on peut même facilement parier que les différences avec les précédentes majorités régionales seront marginales.

De tout cela, on pourra conclure un « tout ça pour ça » désabusé mais pas étonné. Ne vous réjouissez pas trop vite cependant : nous sommes en France, dans ce pays où toute la classe jacassante (politique et médiatique) se gargarise de démocratie et de voix du peuple, mais qui, éminemment conscientisée et tremblante à la vue de cette poussée frontiste, va maintenant pleurer dans toutes ses colonnes, dans toutes ses interviews et dans tous ses meetings à l’abominable menace que la nouvelle donne représente. Ce faisant, elle va saouler un peu plus les électeurs lassés d’être, encore une fois, pris pour des enfants capricieux et incultes.

M’est avis que tout ceci va très bien se terminer.

this will not end well - bunny and soldiers
—-
Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • « M’est avis que tout ceci va très bien se terminer. »

    Ou la, je sent une inquiétude dans ce billet, on est passé de la colère à l’inquiétude

  • Bonjour

    Je suis perplexe. Perplexe car, comme vous le soulignez, le premier parti de France est celui des abstentionnistes. Ceux qui ne disent mot feront partie de ceux qui se lèveront contre la Démocratie et crieront haro si le FN emporte une (des) région(s).
    Je suis perplexe car comme je l’ai déjà écrit, NS ne peut pas honnêtement briguer la présidence de la République. Battu une fois, il risque de l’être une nouvelle fois si on considère le vote d’hier comme un rejet pour lui et ses positions.
    Je suis perplexe de constater que des gens soient « lobotomisées » de cette manière. Prenons la Bretagne. Une personne faisant partie du gouvernement se présente en tête de liste en disant qu’elle fera les deux, ministre et président de Région, ce qui va à l’encontre de ses anciennes prises de position avec le non-cumul. Pas de parole, pas d’honneur, et pourtant des gens votent pour lui.
    Je suis perplexe car ce vote ne fait rien changer dans les politiques. Ce n’est pas pour eux. Ce n’est pas leur politique qui est mauvaise mais les gens qui n’ont rien compris.
    Je suis perplexe car rien ne changera malgré le fait que les actuelles régions sont devenues les anciennes provinces de l’Ancien Régime. Nous sommes revenus au temps de la Royauté et tout le monde s’en moque.
    Je suis perplexe quand je vois mes libertés se réduire comme c’est de plus en plus le cas aujourd’hui, soi-disant pour l’intérêt général. Or c’est comme ça que certains socialistes ont procédé au début de leur mandat pour arriver ensuite à une dictature. Je précise que NAZI est l’abréviation de National-socialistes pour ceux qui ne le savent pas. Je précise que les membres qui ont participé les premiers au gouvernement Pétain et qui ont mis en place les premières lois liberticides étaient socialistes.
    Je suis perplexe car l’augmentation des taux de la FED n’augure rien de bon. Ce n’est pas le pédalomane qui fera quelque chose hormis dépenser plus. La France est dans le rouge économiquement. Les gens qui votent FN et partis souverainistes le vivent au quotidien, ils en souffrent, s’inquiètent pour leur avenir. Or quelle image renvoie ceux d’en haut ? Une image nombriliste en mettant le FN en horreur absolu pour être sur de conserver leur petit fauteuil et leurs grands avantages.
    Aussi, cela pourra-t-il durer ? Je ne le pense pas. Une personne voulait une « France apaisée ». Je constate que au contraire que les tensions sont de plus en plus dures, que les clivages sont de plus en plus importants, que le discours de ceux qui devraient être dans la retenue sont de plus en plus violent, que des gens les suivent. Tout un système est en train de s’installer pour que nous vivions en communauté, en nous regardant en chiens de faïence.

    Alors oui, le néant approche à grands pas mais il revêt aujourd’hui beaucoup de couleurs politiques.

    • « NS ne peut pas honnêtement briguer la présidence de la République. Battu une fois, il risque de l’être une nouvelle fois si on considère le vote d’hier comme un rejet pour lui et ses positions. »
      sans faire de l’anti-Sarkozisme primaire , pour moi Sarkozy est le seul candidat républicain qui peut faire gagner … Hollande .

      • + 1
        Ce Monsieur n’a manifestement pas compris qu’il avait fait naître un espoir en 2017 et que la déception en a été d’autant plus cruelle.

        C’est un boulet pour la Droite.

  • Comme le souligne h16, ce sont « juste » des régionales, et en plus elles sont à la proportionnelles. Donc pas de raisons d’en faire tout le pataquès médiatique auquel on assiste en ce moment (si je peux ajouter « avec écoeurement  » ! )

    C’est là qu’on voit clairement la struture politico-médiatique actuellement en place (qui ne font qu’un !). Tous ces journaux qui pleurent parce qu’ils savent qu’ils vont se faire couper les subventions si un jour le FN arrive au « vrai » pouvoir … …

  • Moi ce qui m’a fait rigoler c’est la réaction des socialistes. Ils se vantent que le bloc de gauche est premier parti de France. Ces crétins ont vraiment du mal avec la logique car il est illogique de mettre l’extrême gauche dans le bloc de gauche et de ne pas faire la même chose avec l’extrême droite pour le bloc droite. De toute façon, ce qui compte c’est le résultat final au second tour. Pour l’instant, il est trop tôt pour tirer des conclusions

    • le problème c’est qu’a part sur le côté sociétale « conservateur », le FN n’a rien à faire à droite , ils sont économiquement bien plus socialiste que le PS, faut être aveugle pour ne pas le voir. de mon point de vue , sur l’hémisphère économique , la gauche économique est l’immense gagnante et sur le sociétale , c’est complètement l’inverse, le conservatisme et le nationalisme sont grand gagnant. bref que du bonheur …

      • Si vous regardez comme sont gérés les municipalités détenus par le FN, la gestion n’est en rien de gauche.
        Oui, le FN a un programme économique socialiste. Cependant, il s’agit d’un programme national et qui ne peut pas être appliqué au niveau régional. Ce programme est irréaliste et même les gens du Fn le savent. Au sein de la droite classique, il y a beaucoup de socialistes au niveau économique.

      • Le FN ce n’est pas tant le conservatisme que l’immigration et le sécuritaire.

  • Quand même gonflés à bloc les SOTScialistes, les autres à peine moins.

    S’ils avaient fait ce qu’il fallait, le FN n’aurait pas trouvé un terreau aussi fertile. Ils n’ont donc qu’à s’en prendre à eux même. Quand à l’argument qu’un électeur sur six seulement veut du FN, il est à double tranchant de la part de ceux qui l’énoncent, surtout s’ils s’ont d’un grand parti. Car un seul sur 7 veut du LR et un sur 8 du PS. Ce n’est guère mieux.

    La Belgique s’est retrouvée sans gouvernement pendant quelques mois. Le pays existe toujours. Cet exemple devrait être retenu. Vous ne servez à rien, alors messieurs les polytocards, on ne veut pas de vous.

  • Tsunami, séisme, que n’entend-on pas? Nos élites trembleraient-elles? Mais la vraie catastrophe n’est-elle pas la situation dans laquelle se trouve notre pays?
    Quoi qu’en disent les partis que l’on peut encore appeler « de gouvernement », ils n’ont pas entendu le message des Français. Car la vérité est difficile à entendre: ils leur disent qu’il en ont assez d’une classe politique qui a trusté pendant plus de trois décennies les postes et les rentes, d’une classe politique qui leur a menti sans vergogne dans un but uniquement électoral, d’une classe politique qui s’est servie de l’Etat plus qu’elle ne l’a servi, d’une classe politique qui a conduit le pays dans la situation désastreuse où il se trouve aujourd’hui. D’une classe politique qui a justifié sa prédation en accordant des prébendes ou quelques miettes avec « l’argent des autres » et surtout, aux frais des générations suivantes. Fort logiquement, des Français de plus en plus nombreux se tournent vers le parti qui n’a jamais gouverné et donc, n’est pas responsable du désastre actuel.

  • Posture … posture … posture …
    Cuisine électorale … Cuisine électorale … Cuisine électorale … j’additionne carpes et lapins …

    Ils n’ont toujours rien compris au film ces guignols … et ils continuent encore et encore c’est à croire que nous sommes encore au XX siècle !!!

    Et « ON » te ressort des génies incontournables de la parole genre BHL !?!?!?

    Alors qu’ils aillent réfléchir et se faire voir (chez les Grecs?)

    Tant que le discours politique se paiera la tête du citoyen avec autant de vergogne, je ne changerai rien à ma position:

    Bulletin blanc et allez voir ailleurs.

    • Pareil pour moi, je persiste a penser qu’ils sont tellement proche de leur nombril que jusqu’au jour de la déflagration quelque minute avant ils seront toujours dans l’illusion d’etre élu et de conserver leur poste.

      Ce systeme ne peut pas se réformer il est crée pour les élus par les élus ca ne peut pas marcher

      La place du citoyen est tellement faible, de plus ils sont tellement dans la connivence que totalement intouchable.

      Je crois qu’on a du mal a imaginer a quel point c’est pourris

      Triste France

  • mr Hollande, mr Valls, vous porterez devant l’histoire une lourde responsabilité, celle d’avoir fait du FN le premier parti de France.
    Pour le meilleur ou pour le pire, l’avenir nous le dira.

    Mr Valls, votre suffisance, votre morgue, votre mépris pour les français est insupportable. Il n’y a de bons français, pour vous, que ceux qui pensent comme vous. Et vous confondez idéologie et démocratie. Est-ce au-dessus de vos possibilités?
    Et vos discours grandiloquents ne sont que des baudruches qui sonnent creux, car les actes derrière n’ont jamais suivi. Vous n’êtes qu’un Tartarin.

    Mr Hollande, ou devrai-je vous appeler Pinocchio, les hasards de la vie politique vous ont porté à un poste pour lequel vous n’êtes décidément pas fait.
    On ne peut indéfiniment mentir aux citoyens, encore et encore, adopter des postures, gouverner par la communication, gérer un pays avec une bande de singes savants incompétents sous prétexte qu’ils sont de votre promotion.
    Vous avez fait la preuve de votre incapacité, car vous n’êtes bon que pour faire des promesses que vous ne tenez jamais. Elles n’engagent que ceux qui les écoutent? peut-être,, sauf que c’est la troisième grosse claque que vous prenez en 3 ans de mandat.

    Ne vous trompez plus, vous devez protéger les français, et non porter des fleurs sur leurs tombes, c’est votre plus grand devoir moral.

  • Tout de même une bonne nouvelle ce matin: l’opposition vénézuélienne rafle 99 sièges sur 167 ! 🙂

  • Je pense que les succes électoraux vont attirer des competences et je l’espere des motivations sinceres
    Si c’est le cas le le « gauchisme »évoqué par notre talentueux redacteur ,sera éliminé du programme
    Si cela ne marche pas ,il restera:

    -l’état de siege
    -l’ article 16 et l’armée!

  • « un honorable sauvetage des meubles pour Les Républicains »

    vous placez l’honneur des républicains au niveau de la pâquerette !
    voir un sauvetage dans ces circonstances , c’est se cacher le naufrage

    • Moi non plus, je ne vois pas un « honorable sauvetage des meubles ».

      Ils ne sont même pas surs de gagner une région comme l’Ile de France, où le candidat socialiste est un gangster avéré.

      Plus généralement, avec les péripéties ridicules du pédaloflambyste et de sa clique, la Droite devrait pulvériser le PS et même quasiment gagner certaines régions au premier tour.
      Ce qui n’est clairement pas le cas.

      Alors bien sûr, contrairement à un âne bâté de journaliste du Point qui voit Flambouille réélu en 2017, on peut quand même observer que la Droite est deuxième. Ce qui veut dire que dans une présidentielle, ils ont une sérieuse chance d’élection face à MLP.
      Mais gagner une élection dans ces conditions revient à n’avoir aucune légitimité et aucune marge de manoeuvre.

      • Vous êtes comme beaucoup de politiques, vous considérez comme négligeable les électeurs du FN. Pourtant ils existent et les considérer comme de minus habens, des »gens mal dans leur peau » comme déclarait ce matin un commentateur, ne fait que les renforcer et même augmenter leur nombre.
        Il y a de gros problèmes dans ce pays et les principaux responsable de la montée du FN sont ceux qui refusent de voir ces problèmes, qui ne font rien pour rassurer la population
        Mais quel parti donne aujourd’hui l’envie, l’envie d’avancer, de construire, l’envie d’avenir… Aucun, même pas le FN, mais le FN apparaît comme le parti capable de virer ces incapables et de les remplacer par quelque chose à créer. C’est pour cela qu’il a encore beaucoup de réserve de voix malgré la chasse aux sorcières des partis traditionnels qui sont incapables de proposer quelque chose de nouveau.
        Ce n’est pas un pseudo « front républicain » agonisant qui pourra faire quelque chose, mais des idées neuves, des homme neufs qui ne fustigent pas mais qui proposent.

        • De toute façons quand vous essayez d’écouter les débats qu’il y a eu, le niveau est tellement bas que je vois pas vraiment les choses avancer donc, encore une fois il se passera rien a si quand même j’attends avec délectation le virage à gauche toute des socialistes, je le savoure déjà. c’est pour ca peut etre qu’on ira plus vite dans le mur.

          triste france

  • Le PS vient de se prendre un bon coup de pied au c… C’est bien là le principal motif de satisfaction de cette élection.

  • « En pratique, rien ne changera  » … Pas d’accord du tout : une chose va clairement changer : les petits partis avec des idées nouvelles (bonnes comme farfelues, c’est un peu le problème … mais bon) mais qui arriveront à lever de l’électeur abstentionniste (des partis startup en quelque sorte) ont un boulevard devant eux et la capacité de monnayer leurs quelques % d’influence sur les programmes des grands partis (ou de se faire racheter au deuxième tour de table, ou carrément d’entrer en bourse)

    C’est vraiment le moment de faire entendre le seul message crédible d’opposition au système : le message libéral, face à tous ces partis qui de droite à gauche essayent de revendre une version customisée (plus ou moins Jacky) du programme du CNR et se battent dans la surenchère de promesse et de solutions payées avec nos impôts (pardon, avec l’argent de l’Etat, l’argent gratuit)

    • « les petits partis… qui arriveront à lever de l’électeur abstentionniste … ont un boulevard devant eux »
      Ah non même pas en rêve.

      • Ben … le FN y est bien arrivé lui à sortir de nulle part en 84 avec des idées débiles, en profitant du tripartisme après l’explosion de l’union de la gauche … (ok, ca ne veut pas dire qu’on peut répliquer avec des idées pas débiles, je suis d’accord)

    • La grande majorité des électeurs ne sont pas sensibles aux idées nouvelles ; ils ont des opinions et en général (pour ne pas dire tout le temps) les politiques calent leur discours sur elles (démagogie). La preuve, les idées de Mélanchon, trop intellectualisées pour être consommables font de moins en moins recettes.

      Un dernier mot sur les opinions, qui ne doivent pas être considérées avec mépris, car celles-ci sont fermées si les citoyens sont sous tension et plus ouvertes si les citoyens sont libérés (moins de contraintes). C’est à dire que le contexte économique et social joue beaucoup.

      Ce n’est donc pas au niveau de l’électeur que cela se joue.

  • Voir Tartine Au Brie, pratiquement en larmes, appeler à voter Xavier Bertrand est l’un de ces délices qui exalte à son paroxysme ma haine du socialisme.

    Peut-être que les choses ne changeront pas beaucoup d’ici la fin de l’année mais je ne crois pas que le PS pourra encore survivre longtemps avec autant d’échecs. Venezuela, France, le socialisme est en train de mourir lentement, ce qui devrait quand même nous ouvrir quelques perspectives.

    • Bah je crois que est totalement l’inverse en france, la preuve se FN encore plus socialiste que socialiste, non je crois qu’on va dans le mur mais on y est pas encore faut attendre une ptite dizaine d’année, pour voir l’implosion.

      En aucune manière vous pouvez coupé un dépendant de sa drogue du jour au lendemain, il faudra bien plus de temps et du sang pour faire comprendre au gens le pourquoi.

      Imaginé que des socialistes vote FN en se disant pourquoi pas, certain doivent se retourner dans leur tombe. Malheureusement certain ont la mémoire courte et ceux la « vendrait leur mère » pour conserver leur avantage, donc on est pas prêt en aucune manière aux basculement vers une autre politique en dehors du totalitarisme vers lequel on se dirige tranquillement mais surement.

      La seule chose mais on est la presse ? Derrière la ligne Maginot peut être ….

      Triste France

      Triste France

  • Les régionales en effet c’ est un mandat donnant peu de pouvoir comparé à la présidentielle qui est un sacrement en France , souvenir , le prétendant a ce trone fut victime du placage d’une femme de ménage US et voila que nos si cultivés socialococo chute de nouveau

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Édouard Fillias est un entrepreneur, auteur et ancien homme politique français. Il a fondé en 2001 l'association française Liberté Chérie (initialement baptisée Liberté, j'écris ton nom), et a été président d'Alternative Libérale, parti politique français qu'il a également fondé avant d'être désigné candidat pour la présidentielle de 2007 sur la ligne d'un « libéralisme grand angle ».

En campagne, il a défendu la fin du monopole de la sécurité sociale pour l'assurance maladie et les retraites, la réduction du rôle de l’État et la défen... Poursuivre la lecture

Contrepoints - Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots pour nos lecteurs ?

Othman Nasrou - J’ai 35 ans et je suis Vice-Président de la Région Île-de-France, depuis 6 années. Je suis notamment en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche mais aussi de la promesse républicaine pour faire en sorte que tous ceux qui veulent réussir puissent le faire.

J’ai également été Président du groupe majoritaire de la Région Île-de-France durant cette période. Je suis diplômé d’HEC, et je me suis en... Poursuivre la lecture

J'imagine que comme tous les libéraux français, je suis très intéressé par David Lisnard, membre du parti Les Républicains. Non seulement il défend de nombreuses idées libérales, mais il en a mis certaines en action en tant que maire de la ville de Cannes depuis 2014. On peut lire sur le site de son mouvement, Nouvelle Énergie, qu’il est parvenu à réduire la dette de la municipalité de 60 millions d’euros en six ans, que 43,2 millions d’euros d’économies ont été réalisées sur le fonctionnement de la mairie tout en maintenant une haute qualité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles