Être ou ne pas être républicain

Un essai décapant sur les valeurs réelles ou supposées de la république française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Être ou ne pas être républicain

Publié le 26 novembre 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Frédéric Rouvillois Etre ou ne pas être républicainFrédéric Rouvillois a entrepris de décaper la République. Cette dame de 223 ans est régulièrement repeinte aux couleurs de ses valeurs proclamées : laïcité, éducation pour tous, égalité, démocratie, ouverture… L’auteur constate que le discours politique ne cesse de revendiquer la république et de multiplier les références à cette chose, sans réellement la définir. On promeut ainsi les banquets républicains, les marches républicaines et les valeurs républicaines. Imagine-t-on pour autant des valeurs monarchiques ou des marches monarchiques pour dire « Je suis Charlie » ? Or, si le discours se réfère à la République, le terme n’est jamais réellement défini. De même, ceux qui le pratiquent se rattachent à une République statufiée, idéale et intemporelle, alors même que l’idée de République en France est évolutive : celle de 1792 n’est pas celle de 1848 ou de 1880.

Au crible de cette analyse, République devient un label creux et un concept vide. En juriste qu’il est, Frédéric Rouvillois étudie les textes, les discours, les références et il constate que la République a surtout édifié un mythe auquel elle essaye de se rattacher, sans que ce mythe soit réel. La construction est totale et la réalité fluctuante. Il en va ainsi de l’éducation, qui n’est pas spécifiquement républicaine, ou de la laïcité, dont le concept est neuf dans l’histoire de la république et date en fait des années 1950. République est un terme à la fois creux et sacré. On ne touche pas à la République, et nul n’oserait se dire non républicain. Un terme sacré auquel on ne touche pas, mais qui ne repose sur aucun fondement historique ou philosophique ; un terme incantatoire qui essaye de rassembler les Français autour d’une foi commune, celle de la foi républicaine.

Pourtant, après l’analyse précise de Frédéric Rouvillois, il ne reste plus grand-chose de ce concept. La République apparaît dans ce qu’elle est : un mot creux, dénué de fondement politique, qui est surtout une construction intellectuelle permanente pour tenter de cacher les trous et les vides.

Sur le web

Lire aussi sur Contrepoints notre série Les généraux de la république

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Vu les dérives idéologiques et politiques actuelles, il est difficile de croire réellement que la République signifie encore quelque chose.

    -Liberté? les textes de lois s’alourdissent chaque jour, s’empilent sans jamais faire le ménage du passé. La liberté d’expression, soi-disant imprescriptible, est inexistante, car encadrée au fil des modes idéologiques, elle n’est plus sacrée, mais à géométrie variable.

    – Egalité? elle n’existe plus, remplacée par les castes, les réseaux, l’argent, le pouvoir, l’idéologie, le statut.

    – Fraternité? oui, elle existe encore, mais de plus en plus remplacée par l’assistanat doctrinaire avec tous ses effets pervers.

    • Bjr , j ‘abonde complètement dans votre sens !
      Meme la fraternité n’existe pas car elle devrait reposer sur le consentement mais a été remplacée par le fraternité obligatoire avec des gens dont je n’ai nulle envie d’être solidaire ni fraternel ‘ ( c’est mon droit ) !

      • J’ai toujours trouvé que la fraternité n’avait pas sa place dans la devise, pourquoi pas l’amour tant qu’ils y sont. Non les individus avec qui j’établirais une relation fraternel seront ceux de mon choix et uniquement ceux ci. la devise française aurait du être : liberté, égalité, responsabilité

    • Le problème est que tout le monde a sa conception personnelle de la liberté, l’égalité, la fraternité.

      Ainsi, au final, si c’est cela qui défini la République, alors oui, nous sommes tous républicain

  • En bon belge, les références à la Rrrrépublique en France m’étonnent tous les jours 😉

    • Parce quel Belgique est une monarchie ? Faut pas. La « République » en France a son « monarque républicain » (l’oxymore est assumé) doté de nettement plus de pouvoir que le roi des belges ; le fait qu’il soit élu pour un temps limité et qu’on l’appelle officiellement « président de la République » n’a pas d’importance.

  • J’ai mes propres valeurs, transmises par mes parents et qui s’appuient sur le Droit naturel. Les valeurs de la République, connais pas et je m’en porte très bien.

  • En 1974, on avait Les mots bleus. En 2015, on a les mots creux pour meubler quand on a rien à dire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

L’amour rousseauiste de l’État nation rejette, par définition, l’idée même d’un système politique constitué en factions ou groupes d’intérêt. Sous la révolution, les jacobins considéraient le centralisme comme gage d’unité et de stabilité face aux régionalismes et communautarismes. Cela n’a pourtant pas fait obstacle aux changements incessants de régime, ni permis de pacifier les relations entre identités régionales et État central.

 

Un système à bout de souffle

Aujourd’hui, nos institutions démocratiques sont à bout de so... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles