Face aux discours politiques : restez zen !

Ne vous enthousiasmez pas pour les leaders charismatiques ! Face à eux, restez zen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Little Red Riding Hood & The Wolf, credits Helena perez garcia via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face aux discours politiques : restez zen !

Publié le 21 novembre 2015
- A +

Par Patrick Aulnas.

Vote for me
Little Red Riding Hood & The Wolf, credits Helena perez garcia via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0))

 

N’ovationnez jamais un politicien ! Ne vous enthousiasmez pas pour les leaders charismatiques ! Face à eux, restez zen. Vous pouvez applaudir le talent, mais sans perdre votre esprit critique. Beaucoup de politiciens ont du talent et, pour les plus grands, une capacité d’action rare qu’il faut saluer. Sans plus. Car les plus grands malheurs du monde viennent de certains d’entre eux. Ceux-là ont utilisé une idéologie ou une religion pour asservir leurs semblables. Comment ? Toujours de la même façon, en faisant miroiter un avenir radieux, en promettant le bonheur ici-bas ou la félicité dans l’au-delà. Vous voilà prévenu. Vous n’aurez aucune excuse si vous tombez dans les filets des petits maîtres de la communication qui entourent aujourd’hui les politiciens. Ayez donc, face au politique, une morale de simple soldat selon le conseil du philosophe Alain. Traînez les pieds pour obtempérer. Résistez au pouvoir, empêchez-le de croître car il est toujours à la recherche de sa propre croissance.

Toujours la promesse de l’Éden 

Si les hommes se passionnent tant pour la politique, s’ils débattent de l’avenir et se querellent sur le passé, baptisé Histoire, c’est que la politique leur a toujours promis le bonheur pour les leurrer et recueillir ainsi leur assentiment. Toujours promis, jamais atteint, l’horizon lointain et édénique des discours politiciens constitue une constante de la conquête du pouvoir. Il faut donner de l’espoir et promettre le bonheur pour convaincre. Les plus cyniques et les plus idéalistes n’y vont pas par quatre chemins. Votez pour moi et votre vie sera transformée, en beaucoup mieux s’entend. Les modérés ne promettent pas le paradis mais une amélioration significative. Votez pour moi et la société sera beaucoup mieux gérée. Modération oblige.

Le risque politique

Pourtant notre histoire montre amplement que le politique ne nous apporte pas grand-chose. Si notre vie est moins rude que celle des hommes du paléolithique, ce n’est pas aux gouvernants que nous le devons mais au génie créatif de l’homme. Les politiques sont rarement des créatifs. La maîtrise du feu, les pierres taillées puis polies, la métallurgie, l’architecture, la peinture, la philosophie, les sciences, les techniques doivent bien peu aux gouvernants. Au mieux, ils facilitent, encouragent, financent. Au pire, ils négligent, contrecarrent, interdisent. Bien entendu une gouvernance est un mal nécessaire pour faire société. Même dans les tribus ou villages néolithiques, des chefs existaient. Mais la réversibilité de l’usage du pouvoir est un danger omniprésent car les hommes ont une forte propension à profiter d’une situation de pouvoir pour en abuser. Désignez un consul (1799) et il se fait sacrer empereur (Napoléon 1er). Instituez la seconde République (1848) et quelques années plus tard elle devient Second Empire (Napoléon III). Le président désigne un chancelier en 1933 en Allemagne et le pays devient en moins d’un an une dictature. Les exemples historiques de ce type sont une constante depuis l’Antiquité.

Des conflits de plus en plus sanglants

Oui, vraiment, les grands malheurs du monde ont une origine politique. L’esclavage de l’Antiquité romaine résulte de la construction d’une entité politique expansionniste qui transforme en esclaves les prisonniers. Dans la République romaine initiale, de petits propriétaires exploitaient les terres sans esclaves. Les dictatures communistes, fascistes et nazies ont pour origine des idéologies et donc la volonté politique de construire une société selon des préceptes théoriques. La part d’instrumentalisation pure de l’idéologie n’est probablement pas négligeable chez les leaders. Des monstres comme Staline ou Hitler n’avaient que faire de la réflexion, sauf bien entendu dans le but de dominer. Le politique a ses pathologies destructrices. Les guerres, qui n’étaient que de petites bagarres au temps des villages néolithiques, deviennent des batailles rangées féroces dans l’Antiquité et d’épouvantables carnages au 20e siècle. Pourquoi ? Parce que les entités politiques en conflit sont devenues beaucoup plus puissantes. Parce le politique a pris une place plus importante, trop importante, dans les sociétés humaines.

Le terrorisme contemporain et l’extrémisme politique

Le commerce des armes, en partie clandestin, et la maîtrise des techniques d’endoctrinement permettent aujourd’hui à quelques leaders politiques de manipuler des esprits faibles pour les amener à tuer de prétendus ennemis. Ennemis de classe pour les brigades rouges italiennes ou la bande à Baader allemande dans les années 1970-80, mécréants dégénérés ne méritant pas de vivre pour les leaders du groupe État islamique. Le terrorisme cherche toujours à susciter la peur pour aboutir à radicaliser les positions et parfois à déstabiliser la société visée. L’extrémisme politique obtient ainsi ce qu’il cherche, deux camps nettement constitués se considérant comme ennemis. Il doit y avoir un vainqueur et un vaincu. L’extrémisme rejette les compromis, base de toute société paisible.

Sans liberté pas de justice

Le libéralisme sous toutes ses formes représente la tendance principale qui affiche sa réticence face au politique, sa défiance à l’égard de l’État, sa répulsion pour la violence. La gauche a renforcé l’État pour instaurer le communisme ou le socialisme. Le prétexte était la justice. La droite a utilisé l’État pour maintenir l’autorité et parfois pour installer des dictatures. Le prétexte était l’ordre. Aujourd’hui, le terrorisme islamiste tente de construire un État dans lequel la barbarie sanglante devient la règle. Le prétexte est la foi. Face à cet engouement pour le pouvoir politique, la liberté individuelle a bien peu de laudateurs. Ne vous semble-t-il pas étrange que le terme libéralisme, dérivant de liberté, soit aujourd’hui associé par les étatistes au chacun pour soi, à l’égoïsme le plus pur. Simple subterfuge, bien sûr, pour laisser entendre que nous avons le choix entre la justice avec le renforcement de l’État et l’injustice avec la liberté individuelle. Mais vous ne pensez pas si sommairement, vous savez que sans la liberté, la justice n’existe pas.

Lire aussi sur Contrepoints notre dossier sur le terrorisme.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • la BD « la zizanie » pourrait servir de modélisation politique. Questionner l’air de rien, à tout propos, sur tous sujets, avec des implicites…et vous parvenez à créer du désordre. L’air posé, mesuré, pondéré que vous prendrez, pourra alors laisser pensé aux belliqueux que vous avez généré, que vous êtes la solution de ses problèmes.
    Paul Valéry s’étonnait qu’il n’y eu pas d’histoire de l’électricité…qui a pourtant davantage changé la vie des hommes, que les bavards zizanesques.
    Gilles Deleuze dans un de ses cours sur Spinoza, insistait sur la méfiance qu’il faut avoir vis à vis de ceux qui jugent la vie, qui « l’attriste » suggérant que leur pouvoir vient de cette tristesse.
    La passivité crée par l’écoute des médias est une tristesse. L’affaiblissement par de multiples règles et protocoles tatillons, et déclarations administratives sont des tristesses…Il suffit de passer quelques temps loin de d’eux et d’elles pour respirer à nouveaux.

  • à partir du moment ou un politique nous dit ce que nous voulons entendre , nous pouvons être sur qu’il ment ; c’est pas plus compliqué ; en dehors de ça , cela va être difficile pour eux de nous promettre un  » avenir radieux « …..là ce ne sera plus un gros mensonge mais du foutage de gueule ;

  • Quand j’entends que les français sont prêts à sacrifier leur liberté pour une hypothétique « sécurité », je me dis que politicien est un métier toujours d’avenir…malheureusement.

  • Les exploité(e)s envient les exploiteurs, c’est aussi simple que cela.

    Je ne fais pas parti, ni de l’exploiteur, ni de l’exploité, et je pense que
    les gens comme moi sont encore en sous nombre pour que cela devienne un art de vivre partagé par l’ensemble.

    Bon courage.

  • Les étatistes n’ aiment ni le libéralisme ni la démocratie , les memes qui prétendent que je vote lorsque je mandate prétendent sur leur site web que  » la fellation s’ est démocratisée  »
    Chère confusion des mots donc forcément des valeurs
    Donc , Mon Député est une Loi ? ok j’ y crois

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles