Après les attentats : repli national ou vivre-ensemble ?

Face aux attentats du 13 novembre 2015, deux voies extrêmes sont à éviter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après les attentats : repli national ou vivre-ensemble ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 novembre 2015
- A +

Par Marcel Kuntz

pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)
pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)

 

La colère est mauvaise conseillère. L’émotion aussi. L’aveuglement idéologique ne l’est pas moins : face aux attentats du 13 novembre 2015, deux voies extrêmes sont à éviter.

Celle du repli national illustré par le discours de Marine Le Pen, à la connotation volontairement « présidentialisable », tout en conservant ses obsessions du bouc émissaire européen et de la fermeture tous azimuts.

À l’autre extrême, Anne Hidalgo, la maire de Paris, face aux événements chante l’hymne de la Gauche postmoderne : la « diversité » et le « vivre-ensemble ».

L’idéologie nationaliste veut expulser l’Autre pour protéger la Nation et son identité, tandis qu’une idéologie cosmopolite voit l’identité nationale comme un particularisme offensant pour l’Autre qu’il faut accueillir sans conditions. La première profite des errements de la seconde devenue la pensée dominante du camp du Bien depuis des décennies.

Aucun de ces discours n’aborde la question centrale posée par une longue liste d’attentats : pourquoi des enfants passés par « l’École de la République », laïque, se construisent-ils une identité à l’opposé des valeurs proclamées par cette école ? N’est-ce pas parce que cette école et la bien-pensance médiatique ont trahi ces valeurs pour une idéologie postmoderne déconstructrice de l’État-nation au profit de « communautés imaginées » ?

Il faudra plus que le discours d’Hidalgo sur « ce Paris populaire, ouvert, heureux de partager les cultures du monde parce que c’est un Paris fort de sa diversité » pour imaginer une nouvelle politique. À défaut, le retour du nationalisme est inéluctable, malheureusement.

Sur le web

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Pendant une guerre, on ferme les frontières et on interne les suspects. D’autant plus qu’ils sont visiblement déjà repérés et connus.
    Une fois que c’est fait, on compte les points et on les libère quand la guerre sera finie.

    • La France n’est pas en guerre.

      Et violer les droits et libertés de personnes qui n’ont commis aucun crime – même en temps de guerre –, c’est le meilleur moyen de donner raison aux terroristes.

      • AH bon ? 120 mort sur le sol français cela ne suffit pas ? Des bombardements dit  » massifs » ? Un porte-avion qui appareillera ?

        Vraiment, sortez vous la tête de vos livres ?

        • Paris a subi une série d’attentats. Rien à voir avec une guerre.
          Torturer les mots de la langue et altérer leur signification n’a jamais été le meilleur moyen de réfléchir à un problème.

          • Des militaires armés dans la rue, çà ressemble fort à une guerre, de plus une guerre forcément au faciès, un jeune blond ne sera pas observé de la même manière qu’un jeune maghrébin ou noir.

            30 ans d’antiracisme pour en arriver là, à pleurer…

            • À cette aune, la France est en guerre depuis 12 ans.

              • La France est régulièrement en guerre. Rarement sur son sol. Là vous avez eu un avant-gout de ce qu’est la guerre.

                • Manifestement, vous n’avez pas la moindre idée de ce que recouvre la réalité de la guerre.

                  • Mort de rire. Le mali c’était quoi, la lybie c’était quoi ? etc etc….

                    Dois-je vous apprendre que nous sommes en guerre en quasi permanence ?

                    Dois-je vous apprendre que la France participait a une coalition depuis un an concernant la Syrie ?

                    Manifestement vous croyez que la guerre se résume à un concept comme pour tout le reste de votre réflexion qui n’est que conceptuelle et en dehors de la réalité.

                    Et bhé la réalité c’est 120 morts sur le sol français, 4 attentats depuis le début de l’année. Sans doute de nombreux déjoués. etc…

                    C’est aussi des ennemis de l’intérieur amenés par des gens qui prônaient une idéologie proche de la votre: l’ouverture des frontières à tout va.

                    Merci à ces défenseurs de la liberté.

                    • Curieusement, quand l’armée française bombarde des gens à des milliers de kilomètres, avec force dommage collatéraux, on ne parle pas de « France en guerre ». À raison, d’ailleurs : quelques opérations militaires ne signifient pas une guerre. Par contre, une série d’attentats à Paris suffit pour faire de ce pays un pays en guerre. On doit supposer que la guerre, c’est seulement quand un Français meurt.

                      Sinon votre pitoyable laïus sur le principe libéral de la liberté de circulation, il tombe bien à côté de la plaque : les terroristes ne viennent pas de l’extérieur.

                    • Vous savez José le saint , partez en, Syrie sauvé des pt’ites enfants au lieu de me donner à moi et à tant d’autres, des leçons d’humanisme.

                      Je paye déjà assez de charge sociale pour scolariser vos copains qui nous crachent dessus.

                      Je vous propose d’aller voir si l’armée française ne mène pas des guerres, destitue des présidents, fait et défait des régimes…. allez-y et racontez ce que vous y voyez. Et quand vous aurez connu le feu des armes dites moi franchement que ce n’est pas la guerre la bas.

                      Encore dans le concept…. vous êtes simplement gerbant de discuter et de polémiquer alors que 120 de vos concitoyens décédés dans d’atroces souffrances.

                      D’ailleurs c’est un reproche que je ferai à ce site dans son entier:

                      celui de faire de la politique politicienne dans ce moment grave.

                    • @romaric

                      C’est sûr qu’abdiquer toute raison et se laisser guider par les tripes et les préjugés lors des moments graves, c’est la voie à suivre. Surtout quand toute cette rhétorique guerrière servira de prétexte pour rogner encore plus nos libertés, comme on a pu l’observer à chaque fois.

                    • C’est aussi des ennemis de l’intérieur amenés par des gens qui prônaient une idéologie proche de la votre: l’ouverture des frontières à tout va.

                      Mouais, on est déjà pas capable de laisser un criminel s’échapper en Belgique, alors empêcher quiconque d’entrer tient du rêve.

                    • Curieusement, quand l’armée française bombarde des gens à des milliers de kilomètres, avec force dommage collatéraux,

                      Bon, là si ces fous laissent des familles dans des centres de commandement ou à proximité, on ne pourra plus stopper qui que ce soit.

      • Vous oubliez que Hollande a déclaré , officiellement, la guerre contre Daech il y a deux ou trois mois.
        Et tout seul, en dehors de la coalition. Avec « ses Rafales ».

        Seul problème, ce haut-fonctionnaire digne produit de l’ENA, ignorait que dans la guerre il y a toujours au moins deux armées. Il vient de l’apprendre.

        Ou alors il l’a fait délibérément, histoire de nous refaire un deuxième Charlie pour redorer un blason décrépi. On ne parle plus de chômage, de crise économique, de budgets exposés, et il passe pour un grand homme de guerre.

        Il est assez cynique pour ça.

        • « Vous oubliez que Hollande a déclaré , officiellement, la guerre contre Daech il y a deux ou trois mois. »

          De mémoire, il n’y a eu aucune déclaration de guerre officielle. Et je n’ai pas souvenir non plus que le parlement ait été consulté.

    • La fermeture des frontières aurait-elle permis d’empecher :
      – Nemouche né en France,
      – Merah né en France,
      – Les Freres Kouachi nés en France,
      – Coulibadi 1 né en France,
      – Coulibadi 2 né en France,
      – ,…

      Personne est repéré… il y a 4000 personnes en fiches S, et si ces 4000 étaient dangereux, on aurait pas 6 terroristes, mais 4000, et comment dire ? La France serait pas belle a voir.

      Fermer les frontières c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire, nos ennemis sont intérieurs, les freres kouachi ont tapper en France car l’Etat islamique a une seule revendication principale à leur destination… « venez rejoindre vos freres en Syrie pour établir un état, si on vous empeche d’y aller, battez-vous dans le pays qu’on vous refuse de quitter »… nos ennemis étant intérieur, fermer les frontières c’est, les empecher de sortir du territoire, donc agir ici. On en reparle d’ici quelques mois, vu que Hollande a décider de fermer les frontières, et le prochain attentat sera commis par un enfant Francais… qu’on aura remarqué après qu’il était interdit de sorti du territoire…

      • Vous ne comprenez pas. Le but n’est pas qu’ils s’en aillent, c’est de les supprimer ou de les arrêter.

        S’ils s’en vont, ils nourrissent le contingent de l’EI en Irak ou en Syrie, ce qui ne peut que retarder la chute de Bagdhadi.

        De plus, ils essaieront de revenir pour commettre des attentats en France, avec pour différence qu’ils seront bien plus aguerris une fois de retour.

        • Le but n’est pas qu’ils s’en aillent, c’est de les supprimer ou de les arrêter.

          Ben non. Supprimer quelqu’un qui n’a rien fait de criminel, c’est quand même très arbitraire. Assigner à résidence avec liberté de mouvement limité à la rigueur, et droit de visite limité, pourquoi pas. Quant à la prison, c’est les multiplier comme Jésus multipliait les petits pains. un très mauvais miracle.

          A la rigueur, demander à l’AS, Quatar, Emirat AU… s’ils en veulent bien, et les expédier là-bas par le premier vol (non AF…) sera bien moins coûteux. Les inviter fermement mais courtoisement à aller voir ailleurs et leur interdire le territoire est bien plus constructif.

          Seuls des gens pacifiques ont le droit de résider. Ceux qui ne s’y conforment pas n’ont rien à faire sur le territoire français comme européen.

          • Au moins nous sommes d’accord sur un point: les gens extrêmement violents ne peuvent qu’être ennemis potentiels de la France.

      • La fermeture des frontière aurait empêché la venus des parents des terroristes nommés dans votre commentaire ce qui aurait automatiquement empêché leurs naissance sur notre sol.

        Donc oui la fermeture des frontières aurait empêché tout cela

  • la colère est mauvaise conseillère……certe , mais à ce jour elle est parfaitement justifiée ,car voyez vous cela fait des années que l’insécurité règne en france et cela fait des années que les dirigeants de droite comme de gauche ferment les yeux ; il faut des morts pour que le gouvernement ouvre enfin les yeux sur cette réalité ;

    • Bonjour marie
      Si le problème est l’insécurité en france alors laissons l’état de droit agir, cad la justice (indépendante) et la police contrôlée par la justice.
      L’émotion est grande, mais la peur n’est pas bonne conseillère en effet.

      • Pour le moment, il n’agit pas beaucoup, votre Etat. Serait-il de droit, d’ailleurs?

      • Ou plutôt, je rectifie, il commence à comprendre, vu les perquisitions effectuées et le remue-ménage qui a été déclenché. Mais il faut encore espérer que ce soit efficace. En tout cas, j’espère que ça le sera.

      • Où est-ce que vous voyez un état de droit en France?

        – Dans la Justice? qui libère les criminels?
        – Dans un gouvernement qui vend tous les jours la France à ses ennemis?
        – Dans des partis au pouvoir qui protègent les terroristes, et sont même prêts à porter les valises, et veulent même leur donner le droit de vote?
        – Un état où le Président va rendre hommage aux ennemis de la France en s’agenouillant devant leurs morts, et crachant sur les morts français?
        – Un pays où le premier ministre interdit à la police d’entrer dans les quartiers sensibles?
        – Un pays qui fait voter des lois, mais où la police n’a pas le droit de les appliquer, ne serait-ce que pour le voile?

        etc…etc…

        Non, nous ne sommes pas dans un pays de droit, nous sommes dans un pays de gauche. C’est différent.

    • @ marie Je vous approuve il est evident que  » ce vouloir vivre ensemble  » ne fonctionne pas et cette elite comme par ailleurs les liberayx qui durant cet ete ont ecrit des articles sur une immgration vertueuse nient la réalite sociale. La cessite de ces grands penseurs est de ne pas vouloir voir l’exaspération des francais . Cette colere est rentree depuis trop longtemps puisque le peuple est foule du pied par cette elite Moi ces attentas ne me surprenne pas helas comme ceux de Charlie Hebdo. Il faut arreter de nous prendre pour des go gols

  • Les pays sont soit des maisons familiales réservés aux enfants du pays et qui peut y faire rentrer des étrangers sur invitation, ou soit des hôtels. On connait l’idéologie des gauchistes argentés…

    • Justement non, un pays n’est ni une maison, ni un hôtel.

      • et la métaphore cela vous dit quelque chose ? Je préfère celle d’Alfred à celles employées par certains croyants.

      • @ José le notre est une auberge espagnol Vous qui etes un liberal regardez la politique d’un pays comme l’ Australie ! Si je vais dans ce pays croyez que je pourrais avoir tous gratos !

    • Comme le dit José, la France n’est pas une maison, mais gardons la métaphore, si un invité qui est chez vous dans votre appart, vous menace de vous tuer, sert-il a quelque chose de mettre des policiers partout en bas de l’immeuble pour interdire aux gens de rentrer dans l’immeuble ?

  • « vivre-ensemble »: s’il vous plais je vous en supplie, pas cette p**ain de novlangue sur contrepoints

  • « Vivrensemble », « padamalgam », « diversité » : foutez-nous la paix avec cela !

    • Ce sont toujours ceux avec lesquels nous ne voulons pas prendre l’apéro qui nous parlent de « vivrensemble », ceux qui ne parviennent pas à se distinguer par eux-mêmes des malfaisants de « padamalgam », ceux qui méprisent nos valeurs éprouvées et veulent nous en faire changer de « diversité ». Nous n’avons guère entendu ce week-end « responsables », « cultivés et instruits », « libres », « formés et vigilants », au point qu’il s’agit d’une position extrémiste dans une autre direction, et pas du tout d’un juste milieu qui n’existe pas entre le repli et l’ouverture.

  • Le vivre-ensemble, c’est justement l’arme qu’utilise la « composante religieuse à problème » pour pénétrer, pervertir et culpabiliser notre société.

  • Pour vivre ensemble il faudrait sortir de la haine de la France sur laquelle le :monde arabe et la France se construisent depuis la décolonisation.

    http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=france-qu-est-ce-qui-nous-unit—705

  • L’Etat d’urgence proclamé nous ramène 60 en arrière, sous la IVe. Alors l’Algérie c’était des départements français. Déjà l’universalisme jacobin. Les algériens contestaient ce modèle et s’en différenciaient comme « musulmans ».

    C’est pareil aujourd’hui, dans les villes musulmanes de France. Les musulmans bien qu’arrivés un par un, forment une société à eux. C’est leur société réelle, faite d’échange économique, même non déclaré, et cimenté par la solidarité (et parfois l’omerta) de l’Oumma. Ce que dénonce les politiciens républicains comme « communautarisme ».

    Dans ce contexte le gaulois resté sur place est de plus en plus isolé, et faute de confiance locale, finira par migrer., « Ne te fait pas d’amis parmi les associateurs (les chrétiens) » parole du Coran.

    Le « vivre ensemble » républicain est liberticide, et particulièrement odieux car il vous oblige, par le logement social préfectoral, à côtoyer des gens qui ont de fortes chances de ne pas vous apprécier (commandement coranique) et la réciproque risque de se vérifier à l’usage. Le meilleur remède serait l’entière liberté du logement (qui profite à l’immigration en ascension sociale), et l’entière liberté scolaire. La République n’emprunte pas ce chemin apaisant.

    Solder l’Etat-providence français serait tout aussi bénéfique, car les familles bénéficiaires sont par construction les familles les plus nombreuses (donc le plus souvent allogènes), et toutes les politiques de la ville et ses externalité éducatives et juridico-policières dépassent le montant du déficit budgétaire de L’Etat.

    Rappeler que chaque famille qui amène ses enfants au monde a le devoir de les prendre en charge complétement. Ce qui n’est pas le cas actuellement, trop de parents prennent le logement et les allocations républicaines, et laissent entièrement à l’école, la charge d’éduquer leur progéniture. Cette attitude est confortée par le Coran où l’infidèle paye capitation au croyant. Il paye aussi en s’humiliant, et l’antiracisme républicain est idoine dans ce but.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles