Baisse de la CSG : du pain et des jeux

La baisse de la CSG est un écran de fumée qui dissimule un projet beaucoup plus nuisible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tous les jours je lave mon cerveau avec la télé credits Denis Bocquet (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisse de la CSG : du pain et des jeux

Publié le 14 novembre 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Tous les jours je lave mon cerveau avec la télé credits Denis Bocquet (CC BY 2.0)
Tous les jours je lave mon cerveau avec la télé credits Denis Bocquet (CC BY 2.0)

Jean-Marc Ayrault a obtenu de l’Assemblée la baisse de la CSG pour les salariés payés moins de 1,3 SMIC. Cette mesure d’un populisme imbécile illustre bien, dans le domaine fiscal, la conception de la démocratie qui domine : du pain et des jeux, comme on disait à Rome, façon commode d’endormir la conscience des citoyens peu à peu privés de leurs libertés de choix et d’agir.

Les objectifs d’une baisse de la CSG

L’amendement porté par Jean-Marc Ayrault et Pierre-Alain Muet est issu de leur ouvrage publié cet été à la fondation Jean-Jaurès. La particularité de cet opuscule est de ne jamais interroger le sens de l’impôt et de considérer celui-ci comme acquis : il faut baisser l’impôt des revenus les moins aisés, sans s’interroger sur ce qu’il finance, ni sur la limite fiscale haute acceptable, il faut favoriser les familles où les deux conjoints travaillent et pénaliser celles où la femme ne travaille pas, il faut créer un impôt unique qui soit progressif.

Cette doctrine repose sur une série de non-dits qui dissimulent un projet global d’étatisation de la société : la dépense publique est bonne par principe et ne doit pas avoir de limite.

Il est urgent de retrouver ce qui fonde l’adhésion à l’impôt pour financer nos priorités : l’éducation, les services publics, la solidarité, l’accès à l’emploi, les investissements d’avenir…

On découvre donc que l’accès à l’emploi ou les investissements d’avenir sont par nature des dépenses publiques, non limitatives, bien entendu. Les trois petits points qui suivent l’énumération soulignent que la logique à l’œuvre dépasse largement les dépenses régaliennes classiques.

L’objectif sous-jacent de l’amendement Ayrault consiste bien à baisser les impôts des moins favorisés pour rendre acceptable une expansion permanente du domaine de l’État.

Baisse de la CSG et Sécurité sociale

En diminuant la CSG pour les revenus inférieurs à 1,3 SMIC, la logique de Jean-Marc Ayrault comporte un puissant impact sur l’étatisation de la Sécurité sociale. Dans la pratique, l’amendement de l’ancien Premier Ministre porte en germe un impôt « citoyen » où l’impôt sur le revenu et la CSG seront fusionnés. Autant dire que cette mesure prépare une étatisation en bonne et due forme, actée, définitive, de la Sécurité sociale. Dans la pratique, le financement de celle-ci ne se distinguera plus de l’impôt classique.

C’est d’ailleurs ce point qui soulèvera probablement des questions sur la constitutionnalité du dispositif. Jusqu’ici, le Conseil Constitutionnel a toujours considéré que la progressivité de la CSG était inconstitutionnelle dans la mesure où elle transformait la CSG en un impôt lié aux capacités contributives de chacun sans évaluer celles-ci. L’amendement Ayrault se propose de remédier à cet inconvénient.

L’effet immédiat de ce dispositif, s’il était validé, reviendrait donc à étatiser la Sécurité sociale de façon totalement officielle.

Cette étatisation passerait par une diminution de la contribution des ménages les plus modestes au financement de la dépense. La Sécurité sociale, inventée initialement comme système contributif, c’est-à-dire apportant des prestations en échange de cotisations, deviendrait alors un système de solidarité financé par l’impôt.

Sécurité sociale et solidarité

Le passage d’un système contributif à un système de solidarité pose deux problèmes majeurs.

Premièrement : il n’est nullement discuté et s’opère par une manœuvre d’arrière-cour sans aucun débat démocratique. La technique pose quand même un sérieux problème de transparence. Il serait pourtant tout à fait possible d’imaginer une fiscalisation de la Sécurité sociale encadrée par une logique d’objectifs qui responsabilise les Français. Mais il faudrait que le sujet soit mis sur la table, et non préempté en catimini.

Deuxièmement : à la différence de tous les systèmes de solidarité existants dans le monde (notamment en Grande-Bretagne), il va prendre une dimension extrêmement intrusive. D’ordinaire, les systèmes de solidarité se contentent d’assurer un minimum de prestation pour les plus pauvres. En France, la Sécurité sociale prétendra bientôt instaurer une dégressivité complète sur l’ensemble des prestations qu’elle délivre.

Autrement dit, de la naissance à la mort, les assurés les plus pauvres pourront bénéficier d’une assistance de vie, d’un revenu de solidarité, totalement financé par les classes moyennes : allocations familiales, prestations hospitalières, retraites, minima sociaux.

À la différence du système anglais, le système français se fonde sur des assiettes englobant l’ensemble des revenus. Il consistera donc à forcer ceux qui produisent de la valeur à financer l’existence et les besoins de ceux qui n’en produisent pas. Ce saut vers l’inconnu, qui produit de fortes désincitations à l’effort et au travail, a toujours été refusé par les concepteurs de la Sécurité sociale.

Une mécanique injuste

Ce faisant, l’amendement Ayrault va introduire une profonde injustice dans son mécanisme.

Lorsque les prestations de Sécurité sociale sont financées par des cotisations proportionnelles au revenu du travail, elles permettent une ouverture de droit : pour percevoir une retraite, il faut avoir cotisé. Pour percevoir des indemnités journalières en cas de maladie, la contrepartie est la même.

La mécanique introduite par Jean-Marc Ayrault rompt avec cette logique de contributivité des prestations. C’est le propre de la fiscalisation de la Sécurité sociale, qui suscite déjà, dans certaines portions de la société française, un important agacement vis-à-vis de la CSG. Ceux qui y sont soumis ne perçoivent aucune prestation en contrepartie. C’est tout particulièrement le cas de la CSG sur les revenus du capital, qui diminue fortement la rentabilité de l’épargne sans ouvrir aucun droit spécifique aux assujettis.

La fiscalisation de la Sécurité sociale aggravera cette distorsion : l’accès à la Sécurité sociale aussi invasive et protéiforme que nous la connaissons aujourd’hui sera déconnecté de son financement. Plus que jamais, la Sécurité sociale, et singulièrement la santé, apparaîtront comme un bien gratuit pour ceux qui paient peu. En revanche, les quotients fiscaux les plus élevés seront assommés par des prélèvements exorbitants.

Les dangers de ce choix sont bien connus.

D’un côté, les ménages qui financent le moins la Sécurité sociale et qui en seront donc les bénéficiaires nets seront totalement déresponsabilisés dans leurs actes de consommation dans la mesure où chaque acte constituera pour eux un gain net. C’est la porte ouverte à la visite incessante chez le médecin et à la lutte obstinée contre un relèvement de l’âge de départ à la retraite pour équilibrer le système.

D’une autre côté, les ménages qui seront les contributeurs nets du système seront désincités à produire de la richesse pour le financer, ou bien quitteront progressivement un système qui les asphyxie : le coût de la santé deviendra, pour eux, prohibitif, et leur taux de remplacement de revenus au départ à la retraite deviendra ridiculement bas.

Du pain et des jeux

La logique de Jean-Marc Ayrault est bien connue. Elle repose sur un grand troc. D’un côté, les citoyens abandonnent tout principe de responsabilité et acceptent d’entrer dans un système de soumission à l’État. De l’autre, l’État leur garantit sécurité matérielle et distraction. N’allez plus travailler pour vous nourrir ! du pain vous sera distribué gratuitement dans les arènes.

Télévision et Sécurité sociale sont les mamelles du déclin français.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bidochon 1er se prend pour Obama (ce qui n’est pàs une référence), comme l’ont dit les sauvages qui ont assassiné des français, Qu’allons-nous nous faire en Syrie ?
    Sachant que le voyou hassad sera encore au pouvoir dans un an et plus.

  • si vous connaissez quelque chose sorti des cerveaux du ps et qui ne soit pas nuisible , faite moi signe….

    • Facile : le bon sens par exemple, est sorti de ces cerveaux il y a bien longtemps.
      C’est ce qui y reste qui est le plus effrayant …

  • « Télévision et Sécurité sociale sont les mamelles du déclin français. »

    Hélas, ce pays est foutu comme le dit si bien Henri Seize.

  • Je ne suis pas convaincu.
    Certes la déresponsabilisation des individus est évidente, … mais elle résultera bien plus de la réforme de Marisol Touraine.
    Mais le vrai problème résultant de ce gouvernement « socialiste » (prière de ne pas rire) résulte plus de son attitude libérale-libertaire (ou plutôt mondialiste) et de sa politique antifamiliale
    (priorité aux dink ‘dual-income-nokids’).
    Donc, s’ils veulent continuer à enfumer les électeurs « socialistes », il faut bien quelques mesures de ce genre ! D’autant qu’elles bénéficient essentiellement au peuple de substitution !

  • Responsabilisation , Une anecdote amusante , bien que j’ étais soumis à la csg je n » avais droit à aucun remboursement , ( escroc de sécu et fisc français ) ayant subit un passage au bloc j’ ai demandé à sortir au plus vite le lendemain de l’ op ce qui m’ été gentiment accordé , le sympa infirmier ou aide soignant l, e vendredi soir est venu me serrer la main et m’ a dit : à lundi !
    ouais ! le samedi midi j’ ai stoppé MES frais avec mon gros pansement et 3 petits retour au foyer

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles