COP21 et contrôle des frontières : l’ultime hypocrisie

COP21 : la réinstauration de contrôles aux frontières prend un caractère hautement polémique dans le contexte actuel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barbelés (Crédits Emmanuel Huybrechts, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 et contrôle des frontières : l’ultime hypocrisie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 novembre 2015
- A +

Par Stéphane Montabert, depuis la Suisse.

Barbelés (Crédits Emmanuel Huybrechts, licence Creative Commons)
Barbelés (Crédits Emmanuel Huybrechts, licence Creative Commons)

 

En France, COP21 est sur toutes les lèvres : enfin l’Hexagone aura l’occasion de briller sur la scène internationale, organisant le dernier grand raout diplomatique en date autour de la thèse controversée du réchauffement climatique d’origine humaine – laquelle bat un peu de l’aile ces derniers temps face aux aléas de l’actualité…

Puisque le sujet est franco-français, citons un site local :

« Fin novembre, la quasi-totalité des dirigeants mondiaux seront à Paris pour la COP21, la grande conférence internationale sur le réchauffement climatique qui doit durer 12 jours. Pour cette occasion, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait une annonce ce 6 novembre : les contrôles aux frontières vont être renforcés.

Gares, ports, aéroports… Chaque mouvement sera scruté. L’État redoute les menaces terroristes, un sujet sensible depuis les attentats de janvier 2015 dans la capitale. »

En guise de « quasi-totalité des dirigeants mondiaux », tablons sur quelque 80 chefs d’État, ce qui n’est pas si mal. S’il leur vient l’idée saugrenue de se déplacer pendant les douze jours du sommet, les Parisiens passeront probablement un mauvais quart d’heure.

Mais au-delà de la paralysie habituelle d’une capitale lors de la visite de hauts dignitaires étrangers, la réinstauration de contrôles aux frontières prend un caractère hautement polémique dans le contexte actuel de la crise des migrants et des tensions institutionnelles autour de l’Espace Schengen.

Les possibilités d’explication ne sont pas légion.

Imaginons que cela soit utile

Cela voudrait dire que quelques groupes terroristes hors sol français attendent le dernier moment pour venir en France lors de la COP21 et faire un carton. Enfin, dernier moment, c’est encore discutable : l’annonce de M. Cazeneuve le 6 novembre leur laisse encore une bonne semaine pour rapatrier tranquillement leur matériel sur le territoire. On a déjà connu plus efficace comme effet de surprise…

Mais attention : on sait qu’ils sont décidés et dangereux, on sait qu’ils veulent frapper lors de COP21, on sait qu’ils sont quelque part à l’extérieur du territoire français, on sait que leurs plans diaboliques seront déjoués avec un contrôle aux frontières d’un mois instauré une semaine plus tard, mais… On n’en sait tout de même pas assez pour les identifier et les arrêter. Crédible de bout en bout !

Imaginons que cela soit inutile

cop21 frontières rené le honzecSachant que le journaliste précédent utilise comme exemple les attentats de 2015 – dont les exécutants sont nés en France et y ont vécu pendant plus de trente ans – il est probable que les menaces éventuelles sur COP21 soient déjà profondément établies sur le sol français, peut-être même depuis plus d’une génération.

La décision de surveiller les frontières ne serait donc qu’une mesure folklorique destinée à distiller un sentiment parfaitement illusoire de sécurité à l’attention des chefs d’État invités. Les cyniques pourraient même y déceler une excuse à posteriori : voyez, il y a eu des problèmes mais nous avons fait de notre mieux, nous avions même remis en place la surveillance des frontières… Mais même si rien ne se produit, et bien qu’elle soit tolérée dans le cadre des accords de Schengen, la réinstallation temporaire de la surveillance aux frontières reste le signe que la France n’a pas confiance dans les règles de sécurité communes de l’espace et préfère ses propres contrôles lorsque les choses sont vraiment importantes.

Bien sûr, on pourra plaider que cette mesure n’a rien d’exceptionnel ; elle a été appliquée en France en 2009 lors du sommet de l’OTAN à Strasbourg, en 2011 lors du G8 à Deauville puis lors du G20 à Cannes. D’autres membres de l’Espace Schengen mirent en place des mesures similaires lorsqu’ils accueillirent la COP eux-mêmes, comme le Danemark en 2009 et la Pologne en 2013. Il n’en reste pas moins que dans le contexte actuel de l’effondrement de l’Espace Schengen, la surveillance de frontières à l’échelle d’un pays entier et pour une période aussi longue est un acte symbolique fort dont la signification n’a pas pu échapper à l’exécutif français. On ne peut décemment pas placer cette décision sous le signe de la banalité.

Comme on voit, la décision du gouvernement socialiste français n’a guère de sens, et en tout cas aucune conséquence positive. C’est, au pire, un aveu d’impuissance, et au mieux un effet de manche destiné à distraire la galerie.

Dans les deux cas, l’insulte finale est à destination du petit peuple. Il a bien compris qu’en fin de compte seule la conférence COP21 a de l’importance. Rien n’est trop beau pour la grand-messe médiatico-politique. La crise des migrants n’est pas un motif suffisant pour reprendre le contrôle des frontières ; la sécurité des personnes ordinaires non plus. Mais qu’un parterre de hauts dignitaires se rende à Paris et tout le pays peut, doit, être paralysé !

Vue de Suisse, la COP21 ne semble qu’une nouvelle occasion de dépenser de l’argent public et de se goinfrer de petits fours, et, pour des dirigeants en perdition, de tenter de redorer leur blason en « rayonnant » internationalement à la veille d’élections régionales fort mal engagées. Se livrant à l’exercice avec sa maladresse habituelle, il n’est pas sûr que la manœuvre du gouvernement socialiste français produise les effets escomptés.


Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • faire ça a Paris alors que se tient tous les ans a Moncrabeau le festival des menteries , cette récupération parisienne est une honte , quel mépris de la province et de ses coutumes , menteurs de France , tous a Paris pour faire échouer cette mascarade de très mauvais menteurs !

  • c’est clair qu’un événement organisé par François , ça devrait foirer à un moment ou à un autre.
    en plus on peut s’attendre à avoir de la pluie ou des chutes de neige 🙂

  • en plus tous les flics de France seront mobilisés en région parisienne, si vous devez braquer une banque c’est le bon moment

  • Cela nous donnera l’impression que le FN a gagné tous les départements et fermé les frontières.

  • C’est digne de tonton Case Naze, je pense en fait qu’il essaye d’empêcher les djihadistes de sortir du territoire.
    Car il a déjà intégré qu’en cas d’attentat, il pourra plus facilement retrouver les auteurs en les bloquant en France.

    Bref, il envisage Charlie II. D’autant que tous les terroristes sont depuis longtemps fichés, et sûrement sous surveillance, mais présomption d’innocence oblige, il est doit attendre qu’ils passent à l’acte. SOS Racisme veille.

    • le problème est un peu plus subtil que ça : les terroristes potentiels sont connus, ils sont fichés, mais on n’a pas les moyens de les suivre tous. D’où la surveillance massive d’Internet, pour attraper des gens qui se savent plus ou moins repérés, qui savent les réseaux surveillés mais qui sont quand même assez c..s pour les utiliser (ils méritent un darwin award, ceux là !). Il est inutile de ramener la présomption d’innocence là dedans, elle n’a juste rien à y faire.

  • COP21 est surtout sur les lèvres des médias et politiciens parisiens, qui s’en gargarisent, persuadés que Paris est toujours la lumière du monde.

  • « la thèse controversée » ; elle ne l’est pourtant pas. Que les climato-sceptiques aient tort ou raison, l’auteur ne peut l’affirmer. Pour le reste, je ne vois pas où est le problème ni la polémique.

    • Avec un score soviétique…

      • Le réchauffement climatique n’est pas une opinion, un référendum ou autre promulgation ! Votre référence trahit l’influence politicienne dans vos propos. Vous parvenez quand même à faire d’un consensus scientifique un dictat soviétique.

        • Pourtant, vous aimez, adorez même les scores … soviétiques ❗ Et toc …

        • Djama: « Votre référence trahit l’influence politicienne dans vos propos »

          Je ne crois pas t’avoir jamais vu poster une quelconque donnée scientifique ici !?
          De la science en voila, les 102 modèles CMIP-5 du GIEC qui sont totalement plantés :
          http://www.pensee-unique.fr/images/Christy-hncr8.jpg

          C’est toi qui es dans une posture idéologique.

          Djama: « Vous parvenez quand même à faire d’un consensus scientifique un dictat soviétique. »

          Les certitudes ou les « consensus » basés sur des théories infirmée par l’observation sont de l’ordre de la religion. PERSONNE n’est capable de prédire ou va le climat actuellement.

          ——————-
          « nous ne savons pas ce que le climat fait. Nous pensions le savoir il y a 20 ans. Cela a conduit à des ouvrages alarmistes – y compris de ma plume – parce que cela semblait clair, mais cela ne s’est pas produit »
          James LOVELOCK – Scientifique et Père de la théorie Gaïa

    • « « la thèse controversée » ; elle ne l’est pourtant pas. Que les climato-sceptiques aient tort ou raison … »

      Si je vous comprend bien le thèse du RCA apocalyptique est controversée par des gens qui n’existent pas. Mais alors pourquoi répondez vous à des gens qui n’existent pas pour convaincre d’autres qui ne doutent pas ?

  • Cette COP21 ressemble aux décors et mises en scène organisés pour manipuler les visites de représentants étrangers en pèlerinage en l’URSS, Allemagne nazie, Corée du Nord, et leur faire croire au paradis en cachant l’enfer . La politique française actuelle est en effet un retour vers un enfer sabotant les baisses de l’effet de serre, elle est au delà du climatoscepticisme (qui ne cherche pas spécialement à augmenter l’effet de serre), en faisant sciemment augmenter les émissions de CO2 par dogmatisme et volonté de nuisance:
    – remplacement de centrales nucléaires ne dégageant pas de CO2 par un système d’énergies intermittentes, en particulier les éoliennes, accroissant la combustion d’énergies fossiles qui émettent plus de CO2,
    – énormes pressions pour faire remplacer les moteurs à gazole par les moteurs à essence qui émettront des dizaines de millions de tonnes de CO2 en plus si le régime au pouvoir y arrive,
    – politique contre les automobilistes reposant sur la création d’infrastructures routières urbaines aggravant les embouteillages et leurs dégagements de CO2,
    – extension de l’ouverture des magasins le dimanche faisant consommer plus d’énergie pour leur ouverture et le transport des employés, sans augmentation sensible des ventes puisque les ventes qui y sont faites le dimanche ne sont plus faites en semaine,
    – politique de laisser délocaliser bienveillante, ce qui fait remplacer les produits fabriqués en France avec peu de CO2 émis, par des produits importés, généralement fabriqués avec de très supérieures émissions de CO2, par exemple en Chine,
    – vous trouverez beaucoup d’autres mesures du régime actuel qui augmentent les émissions de CO2 par diminution de l’efficacité de l’économie et des emplois, derrière des actions et déclarations de façades pour faire croire que le régime lutte contre les émissions de CO2.

  • Sans soutenir en aucune manière ces décisions, je redoute effectivement un attentat pendant la cop21. Vu l’ambiance « Charlie » actuelle, les médias mainstream auraient tôt fait de faire l’amalgame « climatosceptique=terroriste », un parfait « incendie du Reichstag »…

    • Après « charlie » tout le monde se tournerait en priorité vers les intégristes religieux et ils auraient bien raison, puisque la raison scientifique est chez les « climato-sceptiques ».

  • Quoi ? En Suisse, on ignorerait l’usage de certains mots plutôt que d’autres quand il s’agit de manier l’hypocrisie envers ses tares ?

    Le contrôle au frontière parce que « l’Etat redoute la menace terroriste » est évidemment une hypocrisie. Ce ne sont pas les terroristes du 15janvier, mais les zadistes, et surtout les activistes de gauche qui sont visés.

    Voila qui ferait encore une bien mauvaise image pour les élections régionales, de voir des destructions se faire pendant que le gouvernement semble encore patienter.

  • Putain je regrette d’avoir eu raison

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les constructivistes, les protectionnistes, les enfermistes, ont cru un temps avoir décroché le pompon grâce au virus. La peur, enfin. La peur tant espérée, par les Verts, les experts, les activistes, le philosophie allemand Hans Jonas lui avait même trouvé une vertu heuristique, la peur est passée sans grand succès de l’hiver nucléaire avec son revers « plutôt rouge que mort » au réchauffement climatique devenu changement climatique pour ne pas dépendre des variations météorologiques, mais avec le virus, la peur a enfin triomphé. Même Greta ... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Schengen
0
Sauvegarder cet article

La libre circulation des personnes est un principe fondateur de l’Union européenne, autorisant tout citoyen à circuler librement sur le territoire des États membres. Consacré dans le Traité de Rome de 1957, ce principe a subi de nombreuses évolutions, façonnant au fil des décennies la construction européenne.

 

La libre circulation des personnes : plus d’un demi-siècle d’existence

D’abord limité aux travailleurs des États membres, le principe s’élargit le 14 juin 1985 lors de la signature des Accords de Schengen entre la Fr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles