Taxez le Pepsi, et ils boiront de la bière

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pintes de bière Fosters (Crédits : Octave.H , licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxez le Pepsi, et ils boiront de la bière

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 octobre 2015
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon.

Pintes de bière Fosters (Crédits : Octave.H , licence Creative Commons)
Pintes de bière Fosters (Crédits : Octave.H , licence Creative Commons)

La semaine dernière Scott Drenkard, économiste et directeur de projets à la Tax Foundation, un institut de recherche non partisan établi à Washington, envoyait cette lettre au New York Times (traduction libre) :

Margot Sanger-Katz écrit, dans « Oui, les taxes sur le soda semblent faire diminuer la consommation de soda », que l’expérience du Mexique avec les taxes sur les boissons gazeuses fonctionne très bien, entraînant à la fois une augmentation des recettes publiques et une diminution de la consommation de soda. Tout le monde gagne !

Mais une question demeure sans réponse, et c’est la plus importante : est-ce que les taux d’obésité ou de diabète ont diminué ?

Sur ce point, une étude effectuée en 2010 a révélé que lorsque les boissons sucrées sont taxées, les adolescents les remplacent par d’autres boissons, en particulier le lait, qui contient davantage de calories. Une autre étude, en 2012, a révélé que les consommateurs plus âgés, eux, remplacent le soda par la bière, et celle-ci contient davantage de calories.

Je peux comprendre que certains voudraient que le gouvernement prenne des décisions de santé à la place des individus, mais il est important de se rappeler que la réaction de ceux-ci face à une nouvelle taxe n’est pas toujours prévisible.

Dans le cas du Mexique, qui a imposé une telle taxe en 2013, la consommation de boissons sucrées semble diminuer, mais cela ne règle pas nécessairement les problèmes d’obésité ou de diabète, alors que l’argument de « santé publique » est souvent l’argument évoqué pour justifier de telles taxes.

En fait, comme le souligne elle-même la journaliste dans l’article en référence : « Très peu de recherches ont été effectuées pour comprendre ce qui arrive lorsque vous changez les habitudes de boisson des gens à long terme. Il faudra donc plusieurs années avant de savoir si une diminution de la consommation de boissons sucrées se traduit par de réels gains de santé pour les Mexicains. »

Malgré la foi que semblent placer en elles les plus ardents militants anti-boissons sucrées, anti-tabac, ou ou anti-tout ce qui semble « mauvais » pour la santé, les taxes ne sont pas une solution magique pour gérer les comportements humains.

Gardons également en tête que les problèmes d’obésité, notamment, ne tirent pas leurs sources uniquement des boissons sucrées, loin de là. En fait, les Canadiens obtiennent moins de 2,5 % de leurs calories à partir des boissons gazeuses…

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • « Sur ce point, une étude effectuée en 2010 a révélé que lorsque les boissons sucrées sont taxées, les adolescents les remplacent par d’autres boissons, en particulier le lait, qui contient davantage de calories »
    D’un point de vue diététique, le lait est bien meilleur que les sodas.

  • Conclusion : quand l’etat et les élus sortent du cadre régalien de leurs attributions, ils ne font que des c***eries. Mais toujours dans notre intérêt, bien sûr.
    C’est fou comme, une fois élus, les hommes politiques sont persuadés que la population est stupide et irresponsable, et ne redevient intelligente qu’aux élections suivantes.
    Nous ne sommes que les mouons de nos bergers, en somme.

    • le problême des élus , c’est qu’ils se prennent pour des cas d’or, alors qu’en fait ils valent moins qu’une boite en férraille ….l’orgueil est un vilain défaut mais tout comme l’avidité ça ne se soigne pas ;

    • C’est normal de penser que la population est stupide et irresponsable elle a voté pour eux ….

  • « Je peux comprendre que certains voudraient que le gouvernement prenne des décisions de santé à la place des individus ».

    Désolé, mais moi j’y arrive pas.

    Le rôle de l’état, dans les états constitutionnels modernes c’est de protéger nos libertés, pas des les annihiler. La liberté définie négativement c’est le droit de chacun de décider de ses objectifs de vie, bref de ce qui fait son bonheur, et de tenter de mettre en place les moyens qu’il juge bon pour les atteindre tant qu’il n’empêche pas les autres de faire de même. De considérer que l’état peut décider à notre place en matière de santé, revient à considérer que c’est l’état qui détermine nos objectifs de vie et les moyens afférents, donc ce qui peut ou doit faire notre bonheur. C’est contraire à la protection de nos libertés.

  • Très bon article hormis que calories n’est pas forcément synonyme d’obésité.

    Il faut cesser de croire que si on prend du poids, c’est parce qu’on avale plus de calories qu’on en consomme ; ce n’est pas comme cela que ça marche.

    • certes mais alors..qu’est ce qui CAUSE l’obésité…
      soit , des facteurs multiples…toutefois, il y a chez une écrasante majorité de personnes obèses, le fait que ces personnes ingèrent plus de « calories » qu’ils en usent.. simpliste ? absolument…réducteur? itou..mais…incontournable..
      et l’auteur s’en fiche aussi… il demande juste : on taxe mais est ce efficace?

    • oui mais on ne vide pas un tonneau en le remplissant tout le temps….

  • Une suggestion:

    si « ON » taxait toutes ces décisions totalement débiles prises par ce qu’il serait convenu d’appeler notre « gouvernement » le déficit de la France serait très vite comblé …….. ;D)

    Avons nous vraiment besoin que l’état pense, agisse et décide de tout à notre place ????? il ferait bien mieux de faire le travail pour lequel il a été mis en place plutôt que d’annihiler à travers décrets, taxes et autres billevesées la vie quotidienne des citoyens.

  • Pq ne pas taxer la stupidité ? L’état n’aurait même plus besoin de lever d’autres impôts et de taxes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Toujours avide de taxer et de réglementer afin de restreindre la concurrence entre les États membres et dicter aux citoyens la bonne conduite, la Commission européenne a dans ses tiroirs quelques projets – portant sur l’alcool, l’alimentation et la cigarette[1. Cet article doit beaucoup à Christopher Snowdon de l’Institute of Economic Affairs (IEA) et à sa note « Over-reach : the EU’s lifestyle regulation plans ».] – dangereux pour nos libertés.

Réduire la consommation d’alcool

B... Poursuivre la lecture

Par Saranath Rimlinger.

La France n’est pas jamais à court d’idées en termes de créativité fiscale et de pénalités pécuniaires.

Pour preuve, la garderie de la commune de Moreuil dans la Somme veut mettre en place un système d’amendes allant de cinq à cinquante euros pour les parents venant chercher leurs enfants en retard.

En réalité, cette idée n’est pas si novatrice et remonte bien avant la crise sanitaire avec la commune de Bourogne en région Bourgogne-Franche-Comté et Asnières-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine en 2013... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond.

Voici le vingt-quatrième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique présente une courte description des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Cette semaine, nos héros sont Frederick Banting et Charles Best, les deux scientifiques qui ont créé le premier traitement efficace contre le diabète en réussissant à isoler l'insuline, hormone sécrétée par le pancréas. Grâce aux travaux de Banting et Best, des millions de diabétiques ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles