Votre épargne est-elle l’ennemie de l’économie ?

money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

La relance de la croissance passe par la baisse des impôts, pas l’endettement public !

Par Gilles Agricole.

money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.
money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

 

« Plus de 2 000 milliards de dettes, tu te rends compte ! » s’exclame Madame Michu. Assise à une terrasse de café, elle discute avec une amie. « L’État français est surendetté ! Moi, je mets un peu de sous de côté ; au rythme où vont les choses on n’est jamais trop prudent ! »

Les propos de Madame Michu illustrent parfaitement les limites du keynésianisme : lorsque l’État s’endette, les gens voient des ennuis et des impôts se profiler à l’horizon et sont enclins à épargner, sapant ainsi la relance par la dépense publique.

Selon la pensée économique dominante :

  1. les entrepreneurs ne produisent et n’embauchent que s’ils anticipent des profits ;
  2. dès lors, en cas de chômage, l’État peut relancer l’économie par des dépenses publiques ou des taux d’intérêt quasi nuls, faisant ainsi espérer des profits aux entrepreneurs.

Hélas, les dépenses publiques financées par des déficits créent… des déficits, donc des impôts en devenir, les taux d’intérêt quasi nuls créent des bulles spéculatives.

Comment les déficits créent… des déficits !

« Vous avez fait des plans de relance avec de l’argent qui n’existe pas » reprochait récemment un journaliste à un homme politique. Le recours aux déficits se justifierait par le concept d’effet multiplicateur. Vulgarisé par l’économiste Keynes, ce concept suggère que l’investissement public permet d’obtenir bien plus que la dépense initiale. Ainsi, si l’État dépense 1, l’effet multiplicateur lui permet d’espérer en retour sur investissement d’au moins 1,25 voire 1,5 en recette de l’État ; cette « impulsion » créée par la dépense publique (financée par déficit) serait source de croissance, de hausse des revenus, donc d’impôts supplémentaires et au final de recettes pour l’État. Dès lors, pourquoi s’abstenir ? Autant empiler les déficits et y aller gaiement.

C’est ce que l’on a fait. Résultat : plus de 2 000 milliards de dettes !

En réalité, les déficits créent… des déficits et l’effet multiplicateur n’est pas prouvé. Plusieurs études montrent en effet qu’une dépense publique de 1 n’augmente pas le PIB de 1 ou 1,25 mais de… 0,44 ! Pire, les dépenses publiques subventionnent bien souvent l’achat de produits étrangers (en stimulant les importations). N’oubliez pas que notre économie est largement ouverte sur l’extérieur. Le degré d’ouverture de la France représente près de 30% du PIB.

En 1975 comme en 1981 les plans de relance se sont soldés par un creusement du déficit du commerce extérieur. Nos déficits ont surtout relancé la croissance… de nos partenaires commerciaux ! Les Français ont acheté des produits des pays émergents ou des machines allemandes.

La relance par le déficit est inopérante. Alors comment relancer la croissance ? La baisse des taux d’intérêt fonctionne-t-elle ?

Les taux d’intérêts quasi-nuls créent des bulles spéculatives

Le gouverneur de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, déclarait récemment :

« Une période trop prolongée de taux d’intérêt réels très bas peut avoir des conséquences indésirables dans des sociétés vieillissantes où les ménages s’inquiètent de devoir mettre plus d’épargne pour leur retraite » – Les Échos, 18 mai 2015

Taux bas signifie moins de rémunération. D’où la nécessité de « davantage d’épargne ». Davantage d’épargne en France, cela veut dire davantage d’argent sur les livrets A, les contrats en euro d’assurances-vie ou l’immobilier.

  • Les deux premiers placements financent la dette publique dont le taux n’a jamais été aussi bas de toute l’Histoire de France. Ce qui veut dire que les obligations souveraines françaises n’ont jamais été aussi chères ou n’ont jamais rapporté si peu.
  • Quant à l’immobilier, les prix atteints sont si élevés qu’ils privent la majorité des jeunes actifs de toute perspective d’accession à la propriété.

L’immobilier et les marchés obligataires ont atteint des sommets historiques et la seule motivation des acquéreurs pour acquérir à ces prix déjà très élevés est qu’ils espèrent revendre plus cher. Ceci est la caractéristique d’une bulle.

Mais Mario Draghi aurait pu aussi ajouter qu’avec des niveaux de dettes publiques aussi élevés, chacun anticipe des hausses d’impôts ! Selon l’économiste Robert Barro, les agents économiques anticipant des hausses d’impôts épargnent : la relance s’en trouve alors neutralisée (Robert Barro, « Are Government bonds net wealth ? » Journal of political economy, 1974). Dès lors, on comprend mieux l’échec des différents plans de relance.

Les déficits conduisent aux déficits, l’épargne et donc l’investissement sont mal utilisés, la perspective de hausse d’impôts rend les gens frileux et amplifie le phénomène. À la clé, chômage et croissance en berne.

Je vous donne rendez-vous demain car nous verrons ensemble comment mettre toutes ces théories de côté et je vous montrerai une solution pratique pour mettre votre épargne à l’abri.

À demain !