Transactions financières : une taxe inutile

Une taxe qui rapporte ou une taxe qui oriente un comportement mais ne rapporte rien : il va falloir choisir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transactions financières : une taxe inutile

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 octobre 2015
- A +

Par le Parisien libéral

Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)
Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

 

En ce moment, les députés discutent du budget. Et parmi les sujets qu’ils traitent, entre taux de TVA sur les produits d’hygiène féminine et le relèvement des taxes sur le gazole1 : la taxe sur les transactions financières (TTF).

Ah, la TTF… tout le symbole de la contamination de la gauche, du centre et de la droite par les idées d’extrême-gauche antilibérale. En effet, qu’est-ce que la TTF ?

L’idée de départ est simple : dérivée de l’idée de la taxe Tobin (taxer les transactions pour rendre la spéculation sur les titres financiers non rentable), la TTF vise à taxer les mouvements financiers (en plus des taxes déjà existantes comme l’impôt sur les bénéfices, la TVA…).

Il y a une TTF en France depuis août 2012.  Et pour nous vendre cette taxe, on nous dit deux choses :

  • d’une part, il est normal de taxer la finance, pour la punir d’avoir déclenché la crise de 2008 ;
  • d’autre part, il faut réduire la spéculation excessive.

Mais c’est complètement contradictoire.

Prenez les militants pro TTF, Oxfam, One France, etc. Que disent-ils ? Ils veulent une TTF qui rapporte, afin de pouvoir financer des projets de développement. Autrement dit, plus il y a de transactions de « la finance folle », plus ils seront contents car cela signifiera beaucoup de rentrées fiscales.

D’un autre côté, il y a d’autres militants qui veulent une TTF efficace, c’est-à-dire une TTF qui rend la spéculation non rentable. Autrement dit, l’objectif sera atteint quand les traders haute fréquence et autres spéculateurs court terme auront mis la clé sous la porte, faute d’opportunités de trades rentables.

Réconcilier ces deux éléments est impossible. Il va falloir choisir entre taxer ou réglementer les comportements. Sans même aborder l’aspect de concurrence internationale, point pourtant incontournable, notons donc que la TTF, taxe comportementale, ne rapportera rien si elle est efficace.

C’est Charles de Courson (UDI) qui a raison : ceux qui veulent la TTF pour des raisons morales ne devraient pas composer : ils devraient exiger l’interdiction des produits financiers visés, et non pas vouloir les taxer.

Sur le web

  1.  Avez-vous remarqué que quand vous achetez un litre de carburant, vous payez une taxe sur une taxe ? Regardez bien vos tickets et cherchez quelles sont les bases de taxation pour la TIPP puis la TVA.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • De toute façon ils ne vont rien taxer du tout.
    Les produits « taxés » vont aller ailleurs (sur d’autres places financières) et les communistes qui ont proposés la taxe vont obtenir ce qu’ils ont toujours eu …. RIEN .

  • Je suis pour la taxation des produits des transactions financières + l’interdiction de la répercuter (à l’image de la TVA) sur tout ce qui suit en aval jusqu’aux consommateur. Je comprends mal (pour ne pas dire « pas du tout ») comment on peut faire autant de bénéfices « en dormant » qui vont rester entre les mains d’un seul bénéficiaire (ou d’une tout petit nombre de bénéficiaires) sans qu’ « en fin de course » les consommateurs n’en retirent eux le moindre avantage. Bien au contraire, c’est la spéculation qui fait grimper les coûts de façon irréaliste … « grimpette » mise au final à la charge des consommateurs.

    • Un petit truc vous échappe… le risque et le rôle d’absorption de celui ci qu’a la finance.

      Si on peut faire des bénéfices en dormant, pourquoi ne le faites vous pas ? Si tout le monde le faisait les « profits colossaux » s’évanouiraient rapidement.

      Mais, surement, la possibilité de perdre tout votre capital en quelques jours vous dissuade, vous et les autres contempteurs de « la finance casino » ?

      Et puis, il faut rappeler que « la spéculation » c’est prendre position sur l’avenir (incertain par nature) pour tenter d’en tirer profit. Ce que fait un entrepreneur. Ce que fait un(e) jeune en se mariant. Ce que fait un fonctionnaire en entrant dans la fonction publique. C’est pour tout dire ce qui caractérise l’humain et le fait progresser.

      Les consommateurs en sont en fait les grands bénéficiaires : la spéculation permet l’ajustement des prix au plus vite et une liquidité importante. Ce faisant cela permet que « les bons » aient un financement important et « les mauvais » non. Ce qui contribue tout à la fois à faire baisser les prix, monter la qualité et l’emploi.

    • « Je suis pour la taxation des produits des transactions financières + l’interdiction de la répercuter (à l’image de la TVA) sur tout ce qui suit en aval jusqu’aux consommateur. »

      Qu’est ce que vous entendez exactement par « l’interdiction de la répercuter » ?

      C’est impossible d’empêcher par la loi de répercuter un taxe sauf en interdisant toute hausse de prix. Comment faire sinon la différence entre le vendeur qui augmente ses prix pour compenser la taxe et celui qui augmente ses prix pour une autre raison ?

    • Où avez-vous vu que certains faisaient « autant de bénéfices », en dormant qui plus est ? Il faut éclaircir la question de l’origine, de la destination, et de l’usage de l’argent que vous voudriez confisquer.

      Personne ne fait de bénéfices en dormant dans cette affaire. On fait des bénéfices en prenant des risques, et les faillites et les blocages en temps de crise devraient attirer votre attention sur le fait que si ces risques se concrétisent, ce qui a été gagné (et réinvesti) pendant les beaux jours repart, et que les blocages conduisent à l’arrêt de l’activité économique et à la misère généralisée.

      Les consommateurs retirent un bénéfice considérable de l’importance des transactions financières. Les sociétés sont à même d’investir pour produire à moins cher. Il n’y a qu’à se souvenir de ce qui se passait en URSS… Ce que vous appelez « spéculation », c’est ce qui permet au paysan de se garantir qu’il aura de quoi vivre et semer à nouveau en vendant une partie de sa récolte avant qu’elle ne soit engrangée, même s’il y a au final surproduction.

  • D’autant plus que ce sont essentiellement les acteurs français qui seront touchés. Ce matin, à la radio certains disaient déjà qu’ils seraient obligés de quitter Paris. Ces politocards sont décidement impayables, jamais une once de bon sens, de recul, toujours dans l’iédologie la plus crétine.

    • Vous croyez que le départ de gens qui ne votent pas du « bon » bord va gêner nos gouvernants ? La taxe est stupide, elle consiste à se mettre les pieds l’un sur l’autre avant de s’y tirer une balle, aucun média mainstream ne le dira, aucun ne fera l’effort d’en étudier les conséquences, les protestations des gens sensés ne sont qu’un gage de respectabilité de plus pour le(s) gouvernement(s) étant donné le genre d’électeurs qu’il(s) courtise(nt).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Selon l’agence Reuters citée par Boursorama, la Commission européenne va proposer à ses membres une taxe sur les bénéfices réalisés par les entreprises du secteur de l'énergie lors de la récente flambée des prix du gaz. 

Cette nouvelle recette serait ensuite investie pour subventionner encore un peu plus les énergies renouvelables et les travaux de rénovations permettant de réaliser des économies d'énergie.

Un racket institutionnalisé

Les gouvernements seront également encouragés à utiliser les recettes de ce racket institutionn... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles