E-cigarette : l’emballement médiatique qui cache l’essentiel

Les professionnels de la vape sont victimes des annonces alarmistes qui surgissent régulièrement dans la presse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
e-cigarette (Crédits : www.vaping360.com via Flickr(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

E-cigarette : l’emballement médiatique qui cache l’essentiel

Publié le 16 octobre 2015
- A +

Par Kévin Mailly.

e-cigarette (Crédits : TBECvia Flickr ((CC BY 2.0) ) Review (CC BY 2.0)
e-cigarette (Crédits : TBECvia Flickr ((CC BY 2.0) ) Review (CC BY 2.0)

Le 29 septembre dernier, un communiqué de presse de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) repris par l’ensemble des médias pointait du doigt de « nombreuses anomalies » et non-conformités de liquides et chargeurs de cigarette électronique. Un emballage médiatique qui passe encore à côté de l’essentiel.

Non-conformité méthodologique

Que ressort-il du communiqué de presse diffusé par la DGCCRF et relayé par l’AFP avant de faire l’ouverture du JT de 20h de TF1 ? « 90% des liquides prélevés » se révèlent non-conformes, « 6% présentent un danger et près de la totalité des chargeurs présentent des non-conformités ». Ces chiffres alarmistes repris tels quels par l’ensemble de la classe médiatique ont à nouveau fait les gros titres et jeté l’opprobre sur la cigarette électronique. Il ne fallait pourtant pas éplucher un épais rapport pour nuancer ces résultats et éviter le sensationnalisme. Effectivement, le rapport n’a pas été publié, nous devrons donc nous contenter d’un communiqué de presse et d’une synthèse de 4 pages pour tout matériel. Nous avons déjà fait mention dans ces colonnes des méthodes « seralinesques » qui consistent à communiquer sur des rapports non-consultables avant de publier ladite étude. D’autant que les non-conformités portent avant tout sur l’étiquetage des produits : « Représentations d’aliments ou de boissons », « absence des informations obligatoires relatives aux dangers sur les publicités », « mention d’étiquetage incomplète », sont autant de non-conformités qui sont apparues pendant les contrôles menés par la DGCCRF. Or, ces défauts de conformité ne portent en rien sur la qualité ou la dangerosité supposée des produits étudiés pour le consommateur. Il n’en est fait aucune mention, pas plus que de non-conformités vis-à-vis des normes présentées en avril dernier par la commission de normalisation présidée par le Pr. Dautzenberg sur la sécurité des produits.

Des retombées prévisibles

Sciences et Avenir a interrogé la DGCCRF, des médecins et les acteurs du marché sur la décorrélation entre les résultats d’étude et le relai donné au message. La DGCCRF précise ne pas se prononcer sur les risques pour la santé humaine. Le service de presse pointe l’interprétation qui a été faite du communiqué de presse, alors qu’il était aisé de prévoir les réactions qu’il allait provoquer, le but d’un communiqué de presse étant de pré-mâcher le travail des journalistes. Afin de se dédouaner, le service de presse s’étonne candidement que les médias ne retiennent que les chiffres mis en avant dans l’introduction du communiqué. Étant donné l’angle de ce dernier, il est inutile de préciser que le service de communication était parfaitement conscient des retombées qu’il allait provoquer, notamment sur le sujet particulier de la cigarette électronique qui fait régulièrement l’objet de campagnes anxiogènes. Le Pr. Dautzenberg est très critique envers la communication de la DGCCRF, mais il ne faut pas oublier que ses préconisations auront pour conséquence de ralentir la pénétration de la cigarette électronique comme produit substitut à la cigarette.

La Fédération Interprofessionnelle de la Vape (Fivape) se désole quant à elle à juste titre que cette campagne de communication prenne le pas sur les efforts menés en commission de normalisation par l’ensemble des acteurs et remettent en question plusieurs années de discussion. Rappelons à toutes fins utiles que les normes AFNOR sont d’utilisation volontaire et visent à établir des standards de bonnes pratiques, mais ne sont en aucun cas force exécutoire.

Et les professionnels ?

Face à ces accusations régulières, les professionnels de la vape se sont depuis longtemps organisés spontanément. Valeur ajoutée du conseil client, attention portée à la qualité et à la sécurité des produits, création de fédérations sont autant d’actions mises en œuvre par les acteurs de ce marché en vue d’organiser un cadre rassurant pour le consommateur et de pouvoir réagir à d’éventuels problèmes. Le marché commence à atteindre un stade de maturité et le consommateur n’a plus obligation de se fournir chez des fabricants chinois par internet pour se procurer son matériel et ses liquides.

En France, le marché a beaucoup de potentiel car les fumeurs y sont nombreux. Les professionnels de la vape sont néanmoins les premières victimes des annonces alarmistes qui surgissent à intervalles réguliers dans la presse.

Interrogé par le journal Le Populaire, un fabricant français se désole des coups portés à son activité malgré les efforts déployés depuis plusieurs années pour améliorer la qualité des produits. Malheureusement, nous pouvons craindre que cela changera très certainement le jour où l’État taxera à la même hauteur tabac et e-cigarettes, à l’encontre de toute logique autre que fiscale.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • La non-conformité du point de vue de la DGCCRF ce n’est pas QUE l’étiquetage comme semble le laisser croire l’article. La non conformité c’est également le non respect de la procédure légale de mise sur le marché d’une mixture dangereuse.
    Entre autres :
    -réalisation de FDS (carte d’identité du eliquide) sur la base d’analyse prouvant que le producteur connaît la composition chimique exacte du eliquide
    -Enregistrement de la dite FDS auprès de l’INRS, prouvant qu’en cas de pépin, le centre anti-poison sait comment réagir et que globalement la commercialisation du liquide nicotiné est admise par les autorités compétentes

    En gros non-conformité veut aussi dire que le responsable de la mise sur le marché n’a aucune idée de la composition du eliquide et de la toxicité éventuelle des arômes quand inhalés et non ingérés.

    La ou la DGCCRF se trompe c’est qu’en 2015 les producteurs français sont globalement carré. La ou elle ne se trompe pas c’est quand on commence à parler de la jungle des liquides américains importés à la petite semaine.

  • Tout d’abord, merci à Khemas pour les précisions apportées dans son post. Néanmoins je reste assez sceptique sur un point: force est de constater que la plupart des vapoteurs que j’ai l’occasion de croiser disposent de matériel assez ancien et totalement dépassé, que ce soit en terme de qualité de vape voir de sécurité. la volonté de faire du « buzz » étant aujour’hui irrémédiablement inscrite dans notre société et ma foi également dans nos médias, il est très difficile de se rapprocher du fond des choses; en l’occurence les résultats détaillés de la dernière enquête en date issue de la DGCCRF.
    Bon, que TF1 ou d’autres rédactions s’en donnent à coeur joie, cela n’a rien de surprenant, emmener brouter les boeufs ne requiert pas trop d’effort et fait gagner du temps d’antenne.
    J’en viens maintenant au coeur du problème; comment limiter les risques non encore connus du vapotage en bénéficiant d’informations techniques, claires et précises issues d’instituts sérieux à défaut d’être totalement indépendants, et permettant d’adapter sa consommation en fonction de la qualité connue du matériel et des liquides ?

    J’espère en outre, mais je ne me fais pas trop de soucis sur ce point, pouvoir consulter sur ce site l’étude détaillée de la DGCCRF lorsqu’elle sera disponible. J’imagine déja que celle-ci sera réalisée sur des liquides à 3,50 le flacon et vendus en PMU, ainsi sur des cigarettes « No Name » ou équivalentes… A quand une étude sérieuse sur des liquides de grande marque (Vampire Vape, Pulp…) et des ensembles matériels (ex: Kanger eMow, Evod, Spinner…)

    Maintenant je m’interro

  • Cette « étude » est vieille d’un an et demi, elle n’est toujours pas disponible (l’en met, un temps, le rédacteur, pour corriger les fautes!) et elle a été effectuée de plus à une époque où la Vape marchait très fort dans un certain flou artistique. J’ose croire qu’à ce jour, un certain nombre de choses ont changé et évolué dans le bon sens. Mais il ne faut pas oublier que le résumé de son contenu a soigneusement été « pensé » dans le choix des mots pour être orienté à dessein, que cette pseudo- info est passée au 20h et que c’est TF1 qui l’a vomie.
    Mais pour raison garder et prendre un peu de recul, je me demande toujours dans ces cas-là à qui profite le crime. Et il s’avère … que ce super Buzz-info sort juste pile poil au moment on sont débattus les détails de la nouvelle loi santé … diligentée par … Marisol Touraine. Dans le plus pur style du « Moi je le dis … »
    Dire qu’on nous prends pour des perdreaux est un doux euphémisme.

  • Je comprends Marisol Touraine, « plus de fumeurs = moins de retraites à payer », il est donc logique de s’en prendre à l’ennemi de la cigarette pour mieux la favoriser.

    Bravo Marisol, nous sommes tous avec toi dans ton combat !
    (En ce qui me concerne, bizarrement c’est lorsque je tire ma chasse d’eau que je pense le plus à toi. Allez savoir pour quoi … ?)

  • 4000 morts par an sur les routes, emballement politique et répression à tout va !
    76000 morts par an directement lié au tabac, politique raisonnée, diabolisation & éviction pure et simple du seul outil qui marche !
    Ne cherchez pas l’erreur il n’y en a pas, ni midi à 14 heures d’ailleurs… Dans les deux cas, amendes & taxes tombent dans les caisses de l’état… surtout ne pas tuer la poule aux œufs d’or.
    Cette politique machiavélique et nauséabonde me fait gerber.
    JiHem, 52 ans… 35 ans à 1 paquet de tueuses/jours… 2 ans 1/2 à toute vapeur ! de 18mg à 2,5 aujourd’hui, je suis sevré (sauvé ?) & 12 points sur mon PC.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Par Richard Guédon.

Pour lutter contre le tabagisme, il ne faut plus traiter les fumeurs comme des victimes mais comme des consommateurs responsables. Et si on essayait la liberté ?

Le tabac, une catastrophe sanitaire

En matière de santé, le candidat Macron avait promis la prévention, le Président confirme et sa ministre de la Santé annonce un bel objectif : la prochaine génération sera non fumeuse.

On ne peut qu’applaudir car le tabac est une catastrophe sanitaire permanente, une petite guerre à 73 000 morts par an, à co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles