Pourquoi y a-t-il des marchés ?

Pour comprendre le rôle des marchés, la gauche doit abandonner sa nostalgie de la tribu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Consommation supermarché (Crédits Markus Schoepke, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi y a-t-il des marchés ?

Publié le 10 octobre 2015
- A +

Par Gabriel Lacoste.

Consommation supermarché (Crédits Markus Schoepke, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.
Consommation supermarché (Crédits Markus Schoepke, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

 

Au fondement de la gauche contemporaine, il y a un rêve : recréer au sein de l’État la chaleur humaine de la famille, du voisinage, de la tribu ou des églises d’antan. Ce fantasme explique bien des choses. Son langage est celui d’un État paternel et maternel, soudé par la solidarité, plutôt que par l’argent. Le sentiment d’appartenir à un groupe prime sur le calcul. Son focus sur la « démocratie » est en quelque sorte l’attrait d’une grand-messe où tous s’abreuvent de belles paroles en se sentant entre amis.

Si cette gauche refuse agressivement la moindre affiliation avec les religions d’avant, leur attribuant les pires bassesses et se proclamant « progressiste », c’est dû à son rapport ambivalent avec la modernité. Elle accepte de rompre avec une partie de la tradition. Elle se réjouit d’entretenir des rapports plus égalitaires, d’exprimer une sexualité plus ouverte, de vivre une jeunesse décomplexée et d’avoir accès à diverses commodités confortables. C’est sur ce plan qu’elle se dissocie du conservatisme. Cependant, elle accepte mal l’individualisation des consciences, ainsi que la complexité des échanges qui en découlent. Elle y voit la menace d’une dislocation froide des rapports humains, y projetant des fantaisies apocalyptiques. Les médias lui vendent des journaux en jouant sur ces peurs.

Au fond, cette gauche cherche à recréer une nouvelle Église, mais à dimension colossale, tout en l’épurant des errements de l’ancienne. Elle croit l’avoir trouvé dans la démocratie dite « sociale ». Elle pense sincèrement que l’État est un voisinage qui oriente ensemble le monde de façon sérieuse. Sous le couvert de cet imaginaire, elle souhaite reformer les liens brisés depuis le téléphone et l’automobile, mais à l’échelle de pays entiers. Elle donne vie à ce culte grâce à des artifices : élections, manifestations, grand-messe médiatique, proclamation publique de vœux grandiloquents et construction d’institutions glorifiant de pensées cette fabuleuse aventure.

Contrepoints881C’est ici que se joue le drame de la modernité. Cette gauche a une phobie : les marchés. Ceux-ci sont responsables du chômage, de la misère, de la pollution, des guerres, de la violence, des ouragans et des tremblements de terre. Voilà un mystère qui mérite d’être élucidé. Pourquoi tant de peurs et de colères irrationnelles ? Précisément parce que les marchés incarnent ce qui la bouleverse depuis l’ère industrielle : le rapport à l’étranger. C’est là qu’elle rejoint la droite dans un même combat.

Fondamentalement, les marchés existent pour organiser nos échanges avec des gens que nous ne connaissons pas. Le partage, la solidarité et l’action concertés sont tous des façons de faire qui fonctionnent avec ceux qui nous sont familiers. Avec les autres, nous exigeons de l’argent, des contrats et une force qui en garantit les échanges. C’est naturel, car nous y sommes plus exposés aux abus. C’est ainsi que naissent les marchés. Le libéralisme économique constitue ainsi la doctrine qui comprend le mieux comment des collectivités se forment à distance. Pour aller dans le sens de F. Hayek, les prix constituent le langage de telles sociétés. C’est en payant cher ce qui nous manque que des personnes lointaines finissent par nous entendre. C’est en nous enrichissant que nous montrons aux inconnus le chemin qui mène vers l’accomplissement des tâches les plus urgentes. Ces messages sont illisibles pour la gauche, trop enracinée dans la logique des tribus et des familles. La froideur de ces signaux lui glacent le cœur et la révolte. Pourtant, voilà la raison centrale qui fait du « capitalisme » la cause n°1 des succès de la modernité. Ce système a permis à des étrangers de se communiquer des biens et des services en surmontant la frontière de la familiarité.

Voilà ce qui explique les errements de la gauche. Ignorant les raisons sous-jacentes à cette nouvelle forme d’organisation, celle-ci s’enfonce dans la négation de l’altérité. Elle fabule sur la société actuelle en y voyant faussement une chaleur qui ne s’y trouve pas, frappant le réel de sa colère lorsque ça ne fonctionne pas. Elle pense trouver en l’État ce qui manque dans les marchés : le paradis perdu de la tribu d’antan. C’est pourquoi elle analyse les institutions « publiques » comme des organismes de charité éloignés de la logique du profit, soudés ensemble par l’amour, la langue et des symboles hautement émotifs. Ce petit jeu de l’esprit l’aveugle sur la nature froidement impersonnelle des rapports de force qui s’y déploient.

La vérité, c’est que l’État et les marchés sont tous les deux des formes d’organisation reliant des étrangers ensemble. La différence, c’est que l’un établit le lien par la violence des lois et la propagande obligatoire des écoles, alors que les seconds y parviennent par l’attrait de la monnaie et des publicités. Vu sous cet angle, c’est clairement l’État qui constitue l’institution la plus froide, la plus brutale et la plus menaçante. Cependant, la gauche résiste à percevoir cette réalité parce qu’elle est trop troublante. Elle y résiste aux moyens de fables. L’impôt n’est donc pas la saisie de notre travail par un inconnu sans notre consentement, mais une contribution. La mise en commun forcée de nos décisions avec des millions de personne n’est pas un bruit infernal, mais une démocratie. Elle se raconte ces sornettes, puis se ferme les oreilles à tout ce qui pourrait les contredire. Sinon, elle en jette la faute sur des institutions démoniaques allant du FMI aux grandes banques.

Voilà le drame de la modernité. Voilà ce que la gauche résiste à comprendre avec acharnement. Pour qu’elle change d’idée, elle doit perdre sa foi. Cette question en est une religieuse et non économique ou politique. La gauche est, dans un sens littéral, une Église. Elle voue un culte à Prométhée, prétendant que des héros surhumains munis de la science ont créé un Léviathan muni de pouvoirs divins. Pour paraphraser Nietzsche, cette gauche doit réaliser que l’État moderne est à l’agonie. L’idée qui l’anime mourra. La gauche doit en faire le deuil. Pour y parvenir, elle doit avoir foi en des échanges libres et consentis entre personnes éloignées et du médium de la monnaie d’où peut naître un ordre harmonieux. Si elle y parvient, elle se réveillera de son sommeil dogmatique. Sinon, elle peut bien nous faire plonger avec elle dans les ténèbres, comme elle a su si souvent le faire tout au long du 20ème siècle.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • quand on vous dit que le marché est inefficient à établir des prix ..et pan le prix ce sera le prix du marché moins 20%….

    hein???????????????????

  • Avez vous vu une église renoncer à son credo? tout cela n’est pas gratuit .ou voulez vous recaser tous ces gens dont une grande majorité vit mieux (souvent beaucoup mieux)grâce à la politique ?? un peu de réalisme ,merci

  • éclairage très intéressant sur le sujet . J’ai aimé surtout le premier paragraphe .

  • Excellent du début à la fin !

    Oui la gauche a forgé un carcan moral au service de l’utopie d’une société reproduisant de manière scientifique et industrielle la famille, la tribu : le modèle de collectivité idéal.

    Ils n’ont pas compris qu’au plus la société impose les rapports sociaux, au plus ceux-ci disparaissent entre les individus : l’impôt tue la générosité et l’entraide, l’éducation morale tue la prise de conscience morale, etc …

    A vouloir recréer une famille et tribu unique ils ont complètement désocialisé la société : la famille « État » entrant en concurrence avec la famille, idem pour les tribus, ce qui explique la croisade contre les cellules familiales, communautaires, religieuses…

    • Stéphane Boulots > la société c’est les rapports sociaux. L’imposition… impose alors, selon des critères sociaux partagés (mais pas forcément acceptés de plein gré). La remise en question que vous semblez faire implique alors quelles modifications ? Constitutionnelles ? Topologiques ? Selon quels axes et avec quels destins politiques ?

      • @Jukap:

        « la société c’est les rapports sociaux  » … votre raisonnement part d’un axiome complétement faux : les rapports sociaux sont une vision de l’esprit et n’existent pas en tant que tels : il n’existe que des rapports interpersonnels et des normes sociales plus ou moins respectées.

        La vision « sociale » de la société est une intellectualisation, la tentative de rationaliser de manière macroscopique des éléments microscopiques : les relations interpersonnelles suivent un modèle réticulaire et non un modèle horizontal ou vertical à base de groupes sociaux, de classes, de typologies déterminées.

        Les critères sociaux sont dont tout à fait illégitimes et nuisibles : l’imposition d’un modèle ne fait que détruire la diversité, qui est la richesse de l’espèce humaine, créer des fractures et mettre en place des privilèges.

        Le présupposé de toute société devrait d’être additive et non soustractive.

        En dehors de la société, un individu seul ne craint nullement pour sa vie, sa liberté, sa propriété, sa sécurité, n’a pas à redouter de quelconque oppression en dehors des éléments naturels. La base de toute société est donc de garantir ces éléments ou tout du moins de compenser de façon juste l’atteinte à ces droits naturels.

        Le reste découle de cela. La mise en place constitutionnelle n’est sans doute pas suffisante : la preuve en est les divers sophismes qui depuis 200 ans disent respecter ces droits et ne font en fait que les contourner en usant de stratagèmes moraux afin de justifier leur dérives.

  • Intéressant point de vue sur la première partie. Toutefois le côté « militant individualiste » sur la seconde vous fait sombrer dans les travers conceptuels inverses de ceux que vous dénoncez, réduisant le propos potentiel à une bagarre de cours de récré, si ce n’est à littéralement le discréditer en contradictions ou raccourcis (par exemple : le méchant « état » – quel qu’il soit – qui fait rien que prendre mon pognon, ou faire des lois méchantes, mais doit être là pour réguler comme force qui garantit les contrats – auquel cas j’ajouterai aussi : ou parfois comme collectif pour réparer mes conneries, cf montants / banques). J’aimerais sincèrement que vous preniez le temps de redévelopper cette idée initiale dans une vision plus large, si l’envie vous en prend, il y a là matière pour un fil de pensée à dérouler plus profondément que la ficelle ici tirée.

    • C’est effectivement un raccourci, mais je ne peux pas le surmonter en un texte aussi court. Pour y parvenir, je devrais élaboré autour de la théorie des choix publics et de comment elles affectent négativement les décisions venant de l’État, par opposition à celles qui viennent des marchés. Si vous me lisez dans l’ensemble, vous verrez que je peux faire ces analyses. Pour l’essentiel, soit l’État peut devenir « humain » en restant petit et donc contrôlable par les gens, soit carrément disparaître au profit d’un marché concurrentiel de la sécurité et de la justice. Je privilégie la seconde option, mais même si vous privilégiez la première, nous pouvons être d’accord sur le caractère froid, brutal et impersonnel d’un État omniprésent. Notre désaccord demeure marginal et porte sur le caractère d’un État petit.

  • Sur la coche, comme d’habitude.

  • Je pense que le problème fondamentale des gauchistes et autres anticapitalistes c’est qu’ils utilisent le sophisme qui consiste de faire du marché une personne. le marché n’existe pas en tant qu’entité. Le marché, c’est chacun d’entre nous, chacun de ses acteurs, producteurs et consommateurs ou intermédiaires. Le marché ce sont des acteurs, plus ou moins nombreux selon le type de produit échangé. Ainsi, le marché du pain en France est constitué des millions de consommateurs qui achètent leur baguette, des dizaines de milliers de boulangers, d’agriculteurs, etc. Le marché ne désigne que l’ensemble des relations à la fois volontaires et potentielles entre les personnes. Volontaires, cela veut dire que tout le monde y entre exprès en relation, et c’est une preuve suffisante qu’elles y trouvent toutes leur intérêt. Potentielles, cela veut dire qu’il y a marché tant qu’il y a choix. Si l’échange est à long terme, on entre alors dans un contrat, et quand les contrats sont multiples, dans une organisation.

  • Parler avec un gauchiste et vous avez l’impression quand il parle du marché qu’il parle d’une personne

    • Ce n’est pas pour rien que les chrétiens parlent du diable comme d’une personne.
      C’est un biais psychologique que d’anthropomorphiser ce qui ne plaît pas dans une entité.

      Les gauchistes d’aujourd’hui souffre des mêmes tares de jugement que ceux qui brulairnt les sorcières hier.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Les personnes de gauche et, plus généralement, les interventionnistes de tout bord, sont les premiers à revendiquer les valeurs de tolérance et de générosité. En particulier pour cette dernière valeur, le fait de vouloir utiliser l’État à des fins sociales est présenté comme gage de générosité. Les politiques sociales sont bonnes par nature, les autres égoïstes.

Pourtant, comme le montrent les études universitaires, ce sont les gens de gauche - ou, il faudrait absolument préciser, les étatistes - qui sont les moins tolérants et les moi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles