Emplois : l’écart Europe-USA se creuse dangereusement

Pourquoi les USA et la Grande-Bretagne créent régulièrement des emplois et pas le continent ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Emplois : l’écart Europe-USA se creuse dangereusement

Publié le 9 octobre 2015
- A +

Par Bernard Zimmern.

dig here credits paul reynolds (CC BY 2.0)

Depuis des années, nous sommes sidérés de voir l’écart entre les États-Unis et la Grande-Bretagne d’une part, et l’ensemble des pays européens, y compris l’Allemagne, d’autre part.

Qu’on en juge : la création d’emplois par les entreprises nouvelles est d’environ 3 millions par an aux USA, avec une assez grande stabilité quelle que soit la conjoncture, elle est d’environ 500.000 au Royaume-Uni ce qui est presque dans le rapport de tailles des populations (63 millions contre 310), mais seulement entre 200.000 et 250.000 en Allemagne et 100.000 en France.

Nous ne parlons ici que des créations d’emplois dans les entreprises employeuses, les entreprises se créant sans salarié pouvant être n’importe quoi et particulièrement des zombies – en termes d’emplois – le signataire en ayant lui-même créé un certain nombre dans sa vie, sans salarié, pour des raisons parfaitement légales mais pour des montages, des « pass through » en anglais.

Il était difficile de croire que tous ces pays fonctionnent sous le même modèle économique et nous en avons eu la preuve en recherchant un lien entre croissance et création d’entreprises.

L’étude séminale de la Kauffmann, étendue par l’IRDEME avait montré que la création d’emplois n’est pas faite par les entreprises existantes, que celles-ci perdent en moyenne des emplois et que seules les entreprises nouvelles peuvent apporter un solde positif (et relativement régulier alors que les réductions de tailles ou disparitions d’entreprises existantes ont lieu par cycle.

On pouvait donc penser que la création d’entreprises serait un précurseur de la croissance, qu’il y aurait une forte corrélation entre ces créations et croissance.

C’est bien ce que nous avons trouvé mais pas du tout dans l’ordre attendu, la création d’entreprises précédant la croissance. Au contraire, la croissance précède toujours, dans toutes nos statistiques, la création d’entreprises ; on se référera pour le détail des preuves au dossier de l’IRDEME.

Nous nous sommes demandés si ce trait était le propre des pays européens qui constituaient l’essentiel de notre base, et si les USA procédaient d’un modèle différent ; et nous avons repris la même analyse statistique pour les USA en nous procurant les taux de croissance de chacun des 50 États ainsi que la création d’emplois par les entreprises nouvelles employeuses dans chaque État.
Résultat absolument identique : il y a bien corrélation forte entre les deux mais la croissance précède toujours la création d’entreprises, pas l’inverse.

Nous allions abandonner cette recherche qui débouchait sur une évidence : les entrepreneurs sont davantage poussés à créer une entreprise quand l’économie va bien que lorsqu’elle va mal, lorsque, pour clore le dossier, nous avons tracé les droites de corrélation entre croissance et création d’entreprises dont nous reproduisons ci-dessous le résultat.

Pour ceux peu familiers avec cette statistique (élémentaire), ces droites de régression indiquent que la création d’entreprises dans les pays européens continentaux est environ 2 fois plus forte qu’aux USA mais qu’elle s’arrête lorsqu’il n’y a pas expansion alors qu’elle continue, à peine ralentie aux USA où, en période normale (environ 3% de croissance annuelle du PIB), la partie « fixe » de la création d’entreprises représente 2.500.000 emplois créés et la partie augmentée par la conjoncture seulement 500.000, 20% de la création.

Nous n’avons pu malheureusement trouver les données pour le Royaume-Uni mais le parallélisme absolu entre les croissances et les créations d’entreprises dans le temps entre les deux pays nous laissent à penser que la réaction de l’économie britannique à la croissance est similaire, que la Grande-Bretagne dispose d’un socle de créations d’emplois important, que la conjoncture soit bonne ou mauvaise.

Il faudrait pouvoir expliquer ces différences de comportement fondamentales vis-à-vis de la conjoncture ; pourquoi, qu’il pleuve ou qu’il vente, les économies anglo-saxonnes produisent sensiblement le même nombre d’emplois nouveaux alors que les pays de l’Europe continentale voient, eux, cette production s’écraser lors d’une crise économique.

Il faut remarquer que ces deux pays sont les deux seuls pays ayant une population très importante de Business Angels et notamment de BA Indépendants, dont les membres sont capables individuellement d’investir par an et par projet plus de 100.000 $.

C’est en effet le montant moyen investi par Business Angel, que l’on tire des statistiques de l’EIS au Royaume-Uni ou de la SBA américaine. Alors que les BA indépendants sont pratiquement inexistants en Allemagne.

De là à faire le pas que ce sont les systèmes fiscaux, la Sub S d’un côté, l’EIS de l’autre qui sont à l’origine de cette création massive d’emplois par les BA, c’est un saut explicatif dont nous laissons la responsabilité à nos lecteurs.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • lorsque les matelas sociaux (assurance chomage, etc.) sont faibles, comme aux USA / GB, il y a une stimulation naturelle à « monter une affaire » et à le faire quelque soit le temps.

    en France, quand c’est porteur (si j’ose m’exprimer ainsi), on se dit que l’on va monter une affaire et quand le temps est couvert, on en a moins envie et on peut se permettre de rester un peu plus au chaud à profiter de protection sociale.

    • La stimulation naturelle dont vous parlez est surtout un systeme de taxation qui vous donne envie d’y allez .
      Tout le contraire de la France ;rage taxatoire et état d’esprit malsain
      Tant que le Ps sera au pouvoir …..

      • Quand la deuxième gauche qu’on appelle la droite, sera revenue au pouvoir rien ne changera. Et les cryptocommunistes du front national n’y feront rien non plus.

        Alors quoi ?
        Se barrer vite fait, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des « migrants » dans ce pays pourri.

  • Va-t-on enfin reprocher aux us et à la gb ce manque de solidarité avec nos pays comme les « gauchos  » le font régulièrement avec l’allemagne, lui reprochant, c’est un comble, sa bonne santé économique?

  • A noter que 250 000 emplois est largement suffisant en Allemagne vu sa population active en baisse et son chômage déjà bas.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Après Jair Bolsonaro, Shinzo Abe, Robert Fico, c’est donc au tour de Donald Trump de subir une tentative d’assassinat. Comme de coutume aux États-Unis, la tentative a immédiatement versé dans le spectaculaire, surtout du côté de la presse de grand chemin.

Et spectaculaire est probablement le seul qualificatif pour la façon dont cette dernière a relayé le drame au cours des minutes puis des heures qui l’ont suivi : tout fut fait pour en réduire l’importance et la portée. Il faudra attendre plusieurs heures pour que ce qui était pourtant év... Poursuivre la lecture

À l'occasion de la nomination de J.D. Vance comme candidat à la vice-présidence de Donald Trump, Contrepoints vous propose la republication de cet article sur son roman autobiographique intitulé Hillbilly Elegy. Ce best-seller est un document exceptionnel qui aide à comprendre la situation actuelle des déclassés de l’Amérique profonde et les raisons de l’élection de Donald Trump en 2016. Avec pour conséquence la perte de confiance à l’égard des institutions, et la nécessité de reconstruire des communautés.

L'Amérique déclassée

Si vous ... Poursuivre la lecture

Encore une fois, George Orwell a prédit l’avenir…

Depuis quelques années déjà, je mentionne à l’occasion le déclin cognitif patent de Joe Biden qui me rappelle les anecdotes que j’ai entendues au sujet de ma grand-mère morte de la maladie d’Alzheimer. Mais comme le seul et unique but des Démocrates en 2024 – comme en 2020 – est de battre Donal Trump, ils vont s’accrocher coûte que coûte à leur chef actuel.

Comme trop souvent, on va abuser du détournement cognitif (voire aller jusqu'à ignorer ce que nos yeux voient comme dans 198... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles