Assurance complémentaire collective : quelles combines !

L’objet du rapport remis par Dominique Libault, ancien directeur de la Sécurité sociale, est de contourner autant que possible la décision du Conseil Constitutionnel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photomaxmtl(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assurance complémentaire collective : quelles combines !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 septembre 2015
- A +
Photomaxmtl(CC BY-NC 2.0)
Photomaxmtl(CC BY-NC 2.0)

 

La publication du rapport Libault la veille de la présentation du projet de loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS) n’a pas manqué de surprendre, moins par la date que par le contenu final du rapport. En effet, alors que les fuites organisées jusqu’ici avaient plutôt laissé le sentiment que le contenu du rapport serait assez neutre, la rédaction finale a inclus une disposition qui n’était pas claire jusqu’ici : le retour des désignations en prévoyance comme mode normal d’organisation du risque.

Une guerre larvée contre le Conseil Constitutionnel

L’objet du rapport consiste donc bel et bien à contourner autant que faire se peut la décision du Conseil Constitutionnel du 13 juin 2013.

Pour y parvenir, le rapport répète sans aucun recul critique la vulgate habituelle, même s’il s’agit d’une contrevérité manifeste. Ainsi, alors que les prix de la complémentaire santé baissent de façon évidente et forte depuis la disparition des clauses de désignation, Libault ressort à nouveau la soupe de l’augmentation des coûts de gestion. Il faut évidemment une impressionnante mauvaise foi ou une méconnaissance du terrain pour soutenir que ces coûts étaient moins élevés avant l’ouverture à la concurrence : il suffit de voir les dépenses somptuaires de certains, les partenariats dans le cyclisme et autres investissements permis par des marges trop confortables pour savoir que tous ces arguments sont faux.

Tout cela n’est évidemment qu’un prétexte pour refuser l’autorité d’une décision qui a déplu et pour rétablir des pratiques anachroniques fondées sur la combinazione à propos de laquelle il faudra bien un jour que le marché parle pour remettre les poins sur les I.

La désignation pour les multi-employeurs

Sans surprise, le rapport confirme que la désignation serait possible pour les branches où existent de multi-employeurs. Ce serait notamment le cas pour les journalistes pigistes, comme nous l’évoquions il y a quelques jours, où Audiens devrait être désignée.

La désignation en prévoyance

Le rapport propose de façon plus surprenante le maintien des désignations pour des raisons économiques totalement folkloriques dans le domaine de la prévoyance. Cette revendication classique des défenseurs de la branche professionnelle vise à préserver le matelas de provisions là où il se trouve aujourd’hui. Il est assez curieux de voir que les arguments qui prétendaient justifier les désignations en santé ont été ici repris mot pour mot pour justifier les désignations dans la prévoyance.

On voit mal comment ils pourraient résister au Conseil Constitutionnel.

Les conventions collectives de sécurité sociale, nouveau barbarisme

Le rapport Libault innove en outre en proposant la création de « conventions collectives de sécurité sociale ». Ce mécanisme compliqué viserait à permettre une désignation pour les branches prévoyant des mécanismes de solidarité portant sur plus de 10 % des cotisations. On voit bien ici la manœuvre consistant à demander aux entreprises et aux salariés de financer des mesures qui ne bénéficieraient in fine qu’à certains d’entre eux.

Une reprise dans le PLFSS

Selon nos informations, ces dispositions devraient être reprises dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale présenté aujourd’hui. Là encore, la méthode risque de susciter pas mal de remous.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • et comme d’habitude les retraités (certains) vont devoir mettre la main a la poche !
    une mutuelle a titre individuelle est elle déductible des revenus …. toujours pas , le retraité est toujours une vache a lait !

  • Scandaleux en effet. Mais que pouvait on attendre d’autre d’un notable de la sécurité sociale? L’idee même que la libre concurrence puisse avoir des avantages ne l’effleure pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présenté ce mercredi, le troisième rapport de la Commission européenne relatif à l’État de droit dans les 27 pays membres de l’Union interroge.

Si le document d’une trentaine de pages accompagné d’autant de recommandations cite notamment la Pologne et la Hongrie, alors que les Uber Files secouent l’Hexagone le volet relatif aux lobbies du rapport semble répondre à cet épisode qui fait pourtant figure d’exception dans l’océan du capitalisme de connivence français.

 

La France pointée du doigt

Annoncé lors de son disco... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles