Arabie Saoudite : l’hypocrisie barbare

Publié Par Stephane Montabert, le dans Libertés publiques

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Saudi Arabia grunge flag credits Nicoals Raymond via Flickr ( (CC BY 2.0)

Saudi Arabia grunge flag credits Nicoals Raymond via Flickr ( (CC BY 2.0)

Il y a deux jours de cela, vous n’aviez probablement jamais entendu parler d’Ali Mohammed al-Nimr. Le portrait du jeune Saoudien s’affiche désormais partout. Les médias font leur travail, mais un peu tard : cela fait un an déjà qu’il a été condamné à mort. Son dernier appel vient d’être rejeté. Il peut donc être exécuté à tout moment. Et pas de n’importe quelle façon :

« Le condamné sera décapité. Son corps sera ensuite monté sur une croix et exposé publiquement jusqu’au pourrissement de ses chairs. »

En réparation de quoi la justice d’un pays peut exiger cette débauche de barbarie ? De quel crime inqualifiable Ali Mohammed al-Nimr s’est-il rendu coupable ?

Il a manifesté.

Il aurait – le conditionnel est de rigueur – participé à une manifestation en 2012 dans la région de Qatif et, employant toujours le conditionnel, aurait lancé des projectiles en direction des policiers. Il est difficile de savoir avec exactitude de quoi il retourne malgré ses aveux complets, ceux-ci lui ayant été extorqués sous la torture.

Ali Mohammed al-Nimr était mineur au moment des faits. Il était encore mineur lorsqu’il fut torturé par les autorités du royaume pour lui faire avouer tout ce que ses geôliers voulaient entendre.

Dire qu’il suffit de contempler l’Arabie Saoudite pour se retrouver au Moyen Âge serait une insulte faite au Moyen Âge. Il y a une explication derrière la sévérité de la sentence à l’encontre du jeune homme : il est le neveu d’un des plus fervents opposants au régime, le dignitaire religieux Nimr Baqer Al-Nimr. Comme ce dernier, Ali Mohammed est chiite, une minorité bien peu tolérée au pays du sunnisme absolu. Il s’agit donc de tuer le neveu pour frapper l’oncle. En Arabie Saoudite, on ne fait pas dans la dentelle.

Peut-être verrons-nous des manifestations spontanées de par le monde pour tenter de sauver la vie d’Ali Mohammed al-Nimr, mais je n’y crois pas trop ; d’expérience – et sans même effleurer l’à-propos du verdict dans cette affaire – les manifestants contre la peine de mort se font plutôt rares lorsque le pays désigné n’est pas les États-Unis. Les Saoudiens ont pourtant le sabre leste, depuis le début de l’année, le royaume a déjà exécuté 134 condamnés.

CParabieTout au plus voyons-nous quelques manifestations de mauvaise humeur surgies de certains officiels des Nations unies, à Genève. Le timing choisi par la justice saoudienne est mauvais : le lundi, on nomine l’Arabie Saoudite à la tête d’un groupe stratégique du Conseil des droits de l’homme, et le jeudi de la même semaine, on décapite et on crucifie jusqu’au pourrissement des chairs. Quel agenda chargé !

Notez bien que depuis la première condamnation du jeune Ali Mohammed, les vaillants diplomates de nos instances internationales auraient pu se pencher davantage sur le royaume des Al Saoud. Ils savaient très bien ce qui s’y passait. Quelques-unes des 2208 victimes de la peine de mort depuis 1985, parmi lesquelles plus d’un millier d’étrangers, des mineurs et des handicapés mentaux, auraient pu amener une petite enquête. Même récemment nos bureaucrates ont des piqûres de rappel sur les droits de l’homme, comme les 10 ans de prison et les mille coups de fouet infligés à Raif Badawi, un abominable blogueur.

Ils n’ont rien fait.

Et ils ne feront rien.

C’est pour cela et nulle autre chose que le hasard des décisions de justice saoudienne déplaît en haut lieu : le hasard de l’actualité met sous le feu des projecteurs l’inaction et la corruption si caractéristiques des organisations internationales. Voilà ce qui les dérange et rien d’autre, et certainement pas ce qu’il adviendra d’Ali Mohammed al-Nimr.

Alors, faites-vous bien à cette idée : l’Arabie Saoudite est membre de plein droit du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, comme 46 autres pays, comme le Pakistan qui prodiguait récemment encore ses bons conseils à la Suisse. Et non seulement un membre de plein droit mais un membre respecté, puisque désormais à la présidence du comité qui nomme ses experts. Trois fois rien en somme !

Il paraît qu’il y a encore des gens pour avoir la foi dans les nids de vipères que sont les institutions internationales. On en trouve de grands fans jusque dans le gouvernement helvétique. Ils pensent que ces bureaucraties supranationales sont l’avenir de l’humanité. Suivant ce qui leur tient lieu de logique, leur suggestion la plus appropriée pour sauver Ali Mohammed al-Nimr aujourd’hui serait probablement… de convoquer le Conseil des droits de l’homme.


Sur le web

  1. Vous avez raison, on est totalement écoeurés par l’ hypocrisie dans laquelle se vautrent nos belles démocraties. Quant aux organisations internationales , ce ne sont que des machins grotesques auxquels on ne croit plus depuis longtemps.

  2. « « Le condamné sera décapité. Son corps sera ensuite monté sur une croix et exposé publiquement jusqu’au pourrissement de ses chairs. »
    En réparation de quoi la justice d’un pays peut exiger cette débauche de barbarie ? De quel crime inqualifiable Ali Mohammed al-Nimr s’est-il rendu coupable ?
    Il a manifesté.
    [les faits] … lui ayant été extorqués sous la torture. »

    Heureusement qu’il y a des liberaux qui savent bien EUX que les pays musulmans et la saoudie en particulier sont de grands pays liberaux, n’ont ils pas peu d’impots !?

    Mais visiblement Stephane Montabert n’a pas vu la lumière…

    1. Le concept de « condition nécessaire mais pas suffisante » vous échappe …

    2. Tous les libéraux savent que la Liberté ne s’applique pas que dans le secteur économique mais dans tous les secteurs de la vie, qu »elle n’est pas découpable en tranches puisque la Liberté signifie que nous naissons libres et que nous n’appartenont à aucun être humain.
      Par conséquent, le fait de payer très peu d’impôt en AS ne signifie en rien que ce pays est sous un régime libéral. D’autant plus que les droits naturels de la moitié de sa population y sont allègrement et légalement piétines.
      Pourquoi poster des commentaires ridicules sur le libéralisme quand on en connaît les fondements.

      1. Quand on N’en connaît PAS les fondements, évidemment.

      2. « Quand on N’en connaît PAS les fondements, évidemment. »

        vous prenez des risque là, on peut faire un match si vous voulez…

        Le fait est que CERTAINS liberaux ont des discourts complétement délirants condamant par exemple la suisse pour sa democratie « dictature de la majorité » et louant les pays du golf pour leur « liberalisme »

        http://www.heritage.org/index/visualize?countries=saudiarabia|france&src=ranking

        1. La fondation heritage explique clairement que ceci est un classement des libertés économiques et qu’il ne prend pas en compte les libertés civiles et politiques… Bref, ce n’est pas un classement de la liberté tout court (classement à mon sens impossible étant donné la subjectivité des pondérations à faire).

        2. A quand la fin de ce régime dictateur!!!
          grâce aux $$$$$ du pétrole il achète tous les médias et hommes politiques prêt à se mettre à 4 pattes pour financer leur élection etc’…
          J.espère de tous mon coeur que les Yéménites vont faire disparaître cette dictature par leur courage et bravoure .

          1. Les Yéménites ? Les rebelles financés par l’Iran ? Iran qui est tout aussi totalitaire que l’Arabie Saoudite sur de nombreux points ?

            1. Vu comme les combats avancent on a du mal à croire que les rebelles sont soutenus par une grande partie de la communauté chiite du Yémen. Beaucoup d’observateurs imprudents y voient une instance de la guerre entre sunnites et chiites.

              Toutefois les chiites du Yémen ne sont pas de la même branche que les chiites iraniens. Ce sont des Zaidis. La différence est de taille. C’est le culte chiite qui est le plus proche du sunnisme, et bien plus proche du sunnisme de leurs voisins que du chiisme iranien.

              C’est cela qui me fais penser que le Yémen est le pays du moyen-orient qui a le plus de chance de devenir un état multiconfessionnel fonctionnel. D’ailleurs avant la guerre financé par l’Iran dans ce pays le président légitime comptait y mettre en place un état fédéral pour que chacun puisse vivre selon ses convictions.

              La motivation de la guerre actuel vient du fait que selon les Houtis le partage des terres lors de cette fédéralisation n’est pas équitable car les chiites n’auront pas d’accès aux cotes. C’est toutefois une objection ridicule car de par leur positions dans les montagnes du Yémen la communauté chiite ne borde pas les cotes dans les faits. De plus le fait de ne pas avoir de cote ne leur interdit en aucun cas de faire venir des marchandisent depuis les ports. Ajoutons à cela que tout un tas de communauté du ME (notamment les kurdes) se contenteraient très bien d’une fédéralisation ou ils n’auraient pas accès aux cotes.

              Enfin ajoutons que les chiites yéménites ne croient pas au concept « d’imam caché », ce qui fait qu’ils rejette théologiquement l’eschatologie iranienne pour qui la destruction d’Israël est une condition pour faire revenir cet imam. Ils rejette aussi l’infaillibilité des imam, ce qui fait qu’il peuvent se montrer bien plus méfiant que les autres chiites face aux prêches intégristes et risque moins d’être manipuler par l’Iran.

              Bref, on ne peut que souhaiter qu’une foi que le gouvernement légitime contrôlera le Yémen cette fédéralisation se fera et que le Yémen montrera qu’une certaine subsidiarité permet d’avoir un état stable sans une dictature ultraviolente pour maintenir cette stabilité.

              1. Espérons que ça finira bien ainsi.

          2.  » grâce aux $$$$$ du pétrole il achète tous les médias et hommes politiques prêt à se mettre à 4 pattes pour financer leur élection etc’… »

            Vrai. Je rajoute que leur puissance financière leur permet de distribuer partout dans le monde des Corans avec leurs commentaires et interprétation des versets pour imposer leur doctrine qui a emergé sous sa forme actuelle au début du XIXe siècle. Sans compter les écoles qu’ils financent, tout comme certains groupes terroristes.

            Dans un sens l’hypocrisie de certains dirigeants occidentaux est pas mal non plus.
            Ils cautionnent tous leurs agissements et après ils s’étonnent du bordel que ça occasionne.

        3. « Le fait est que CERTAINS liberaux ont des discourts complétement délirants condamant par exemple la suisse pour sa democratie « dictature de la majorité » et louant les pays du golf pour leur « liberalisme » » totalement faux. J’en ai jamais entendu. Les pays du golfe ne sont jamais cité en exemple pour leur libéralisme. D’ailleurs, il n’y a pas de pays du golfe dans le top 15 des pays les plus libres économiquement (voir mon lien en dessous). Les pays du golfe ont une situation très particulière: ce sont des pays bénéficiant de grandes ressources naturelles. Leurs économies sont massivement basées sur leurs ressources naturelles. Je ne vois pas en quoi on peut prendre ces pays comme exemple. Tout économiste sait qu’il est dangereux pour un pays d’avoir une économie rentière basée sur les ressources naturelles. Ces pays ont peu d’impôts car ils n’en ont pas besoin vu que leurs recettes de leurs états viennent des ressources naturelles.

          Vous ne comprenez absolument pas la critique faite à la démocratie par les libéraux. Oui, certains libéraux sont très sceptiques et très critiques envers la démocratie mais cela ne veut absolument pas dire qu’ils sont favorable à la dictature ou qu’ils veulent prendre comme exemple de régimes politiques des pays du golfe. L’une des principales critiques faites à la démocratie par certains libéraux s’est le fait que la démocratie représentative est loin d’être démocratique c’est plutôt un système oligarchique. La Suisse est certes plus démocratique que bcp d’autres démocraties mais cela reste un système oligarchique. Souvent, l’élite politique suisse fait tout pour s’arranger de ne pas mettre en oeuvre la décision de l’initiative populaire.
          Quand à la critique de la dictature de la majorité, elle ne vient pas exclusivement des libéraux. Aujourd’hui, on reconnait une démocratie non seulement comme un régime où les choses sont décidés à la majorité mais aussi comme un régime protégeant les minorité. La plus petite minorité c’est les individus

          1. « L’une des principales critiques faites à la démocratie par certains libéraux s’est le fait que la démocratie représentative est loin d’être démocratique c’est plutôt un système oligarchique. »

            oui, la france est une oligarchie, mais non ce n’est pas la critique libéral. Le libéralisme porte sur les fins plutôt que sur les moyens. Les libéraux sont aussi bien monarchistes, qu’oloigarchiques, que democrates ou anarchistes. La culture jacobine française dont nous sommes tous un peu imprégnés nous pousse plutôt à envisager la mise en place d’institution et lois libérales par des moyens oligarchiques conformément à nos institutions.

            La suisse est bien une démocratie à mes yeux, puisque les citoyens on l’exclusivité de la réforme constitutionnelle.

            Hayek (que j’adore par ailleurs) par exemple met en garde contre la « démocratie illimitée » au sens ou elle pourrait lgifférer dans tous les domaines, mais en fait il parle de régimes comme le notre dit « représentatifs », qu’il essaye d’améliorer dans « droit législation et liberté ».

            On trouve trés couramment le même genre de critiques chez Hoppe ou rothbard mais plutot sous l’angle « dictature de la majorité » tendez l’oreille.

            1. Pas besoin de se référer à des auteurs aussi récents et souvent décrits par les médias comme « extrémistes » s’ils sont seulement connus…
              Le très célèbre, très français et hélas trop peu lu Alexis de Tocqueville disait déjà la même chose dans la deuxième partie du très célèbre et tout aussi peu lu « de la démocratie en Amérique ».

              1. ça n’a malheureusement changé que récemment avec l’école du public choice, beaucoup n’ont pas mis à jour leur logiciel.
                Le théorème de l’électeur médian pour ne citer le plus « connu » expliquant pourquoi les politiciens se fichent complètement de la majorité (sauf pour la tondre).

        4. La Suisse en terme de libertés économiques est bien mieux placé que tous les pays du golfe. La Suisse est classé 5 en terme de libertés économiques

    3. Allons, le poids de l’impôts ne suffit pas à qualifier un pays de libéral. Il y a les libertés économiques et il y a les autres.

      1. On est évidement d’accord.

    4. L’Arabie Saudite se situe à la 77 place en terme de liberté économique contre la 73 place pour la France. http://www.heritage.org/index/ranking
      Ce pays est très peu libre d’un point de vue économique (je ne parle pas d’un point de vue politique, religieux ou autre).
      Il y a bien d’autres facteurs à prendre en compte pour voir la liberté économique que les impôts, il y a les dépenses publiques, la réglementation,….
      L’Arabie Saoudite a peu d’impôts car l’état n’a pas besoin d’impôts vu qu’il a le pétrole. Les recettes de l’état saoudien viennent essentiellement du pétrole. L’état saoudien a un généreux état providence. La majorité des saoudiens sont des assistés. Il n’y aucun libéral qui prend l’Arabie Saoudite comme exemple. D’ailleurs, il est impossible de copier l’arabie saoudite vu que ce pays a d’énormes réserves de pétrole.

  3. Merci pour relayer cette information . « Son corps sera ensuite monté sur une croix  » : L’Arabie Saoudite se rend elle compte de la « publicité » ou du prosélytisme incroyable de cette mise à mort ?Comme quoi , Inutile de se fatiguer contre les impostures , elles se tirent une balle dans le pieds toutes seules . Mais ayant dit ça , le chemin ne sera pas bordé de roses … et prions pour Ali Mohammed al-Nimr.

  4. Le meilleur comentaire est celui de Jack Lang, il fallait bien que celà soit un socialiste, et bien ce sinistre personnage n’a pas hésité à comparer le régime saoudien avec les USA pays qui lui aussi applique la peine de mort. Lang a oublié de préciser que aux USA on ne crucifi pas quelqu’ un pour un simple délit d’opinion.

    1. Aux USA, quelqu’un condamné à mort bénéficie de droits tout au long de la procédure (du moment de son inculpation jusqu’au moment de l’excécution de la peine) ce qui n’est pas le cas en Arabie Saoudite. Aux USA, les gens condamné à mort l’ont été lors de procès équitable (certes, cette notion de procès équitable n’est pas tjs vrai dans les faits. néamoins, un accusé bénéficie de mal de droits pour sa défense) ce qui n’est pas le cas en Arabie Saoudite où il n’y a pas de procès équitable.
      Et enfin, aux USA, on condamne les gens à la peine de morts pour des crimes très graves (vous pouvez voir sur internet la raison pour lesquels les gens ont été condamnés à morts, à chaque fois, il s’agit de crimes horribles (comme le meurtre d’enfants)) alors qu’en Arabie Saoudite, on peut être condamné à morts pour des choses relativement peu graves (ce qui est le cas ici)

    2. Jack Lang est un idiot de toute façon, aux USA les condamnés à mort ont des droits et ne le sont pas pour rien, des crimes horribles généralement. Sans oublier que la peine de mort recule aux USA, lentement mais sûrement.

  5. Bonjour, je viens de lire avec attention votre article. Or, il se trouve que vous passez à côté d’un élément majeur qui rythme la vie du peuple saoudien (et aussi celle de tout musulman pieux où qu’il soit dans le monde), je vous parle de la « charia », socle qui s’applique à tout moment, à toute action. A la différence de vous autres occidentaux, la religion forme la base de tous les textes de loi : ainsi, chaque citoyen de ce pays connaît parfaitement les limites de son champ d’action. Il est donc conscient, lorsqu’il déroge à ses obligations, qu’il commet un acte répréhensible. S’il le commet il en connait les conséquences. C’est un système beaucoup plus simple pour la gestion de votre vie quotidienne. En Europe, chaque pays à ses propres lois qui évoluent au fil du temps et dont vous ne détenez jamais le code civil en vos mains. C’est la porte ouverte à des excès comme à des erreurs. L’islam c’est avant tout la charia : renseignez vous et voyez si celle-ci et son application stricte vous conviennent car quand les musulmans obtiendront son application en Europe vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.
    Par contre, intervenir dans les affaires internes d’un pays tiers n’est surement pas bon, surtout quand vous commettez l’erreur de nommer Président de la commission des droits de l’homme des religieux wahabites saoudiens : êtes vous tombés sur la tête ? D’un côté vous intervenez envers leurs décisions de justice et de l’autre vous livrez les droits de l’homme à ce même pays que vous traitez (mal à propos) de moyen-âgeux !!!
    Réveillez votre capacité cognitive car le temps choisira pour vous ce qui vous adviendra.

    1. @Cruz , l’auteur sait tout cela et nous savons également ce que vous décrivez . Ici , l’article ne dit aucunement qu’il faille intervenir dans les affaire interne de l’Arabie Saoudite, il se borne à décrire un fait divers et pointe l’immobilisme et les incohérences occidentales. Je vous accorde que le manque de cohérence de la part des occidentaux est patent…
      Quant à savoir ce qui adviendra , je pense que nos capacités cognitives , comme souvent chez nous , se reveilleront au contact de la réalité , nous sommes souvent assez « longs à la detente » il faut le reconnaître , mais faisons confiance aux tyrannies,( car pour nous , c’en est une) , elle poussent le bouchon tellement loin que tout le monde finit par saisir le message … et là , nous verrons quelle sera notre réaction.Je suis confiant, nous en avons vu d’autres , et par ailleurs , les tyrannies s’écroulent d’elles mêmes car elles finissent toujours pas écoeurer leurs propres adeptes.

      1. Tyrannie MDR ! il s’agit d’une religion dont la date de naissance, l’Hégire, est 622.
        Cruz est ici le seul dans le vrai.
        Parce que l’Islam est un tout, une religion, un code de conduite, un code civil et commercial, un code pénal qui enserre l’homme dans une foultitude de pratiques qui commencent dès son réveil, avec la manière correcte de se moucher, de se laver, d’aller aux toilettes etc.. tout à l’imitation du prophète.

        Voici ce qu’en disait un prêtre qui l’avait connue; il s’agit du RP Bruckberger, le « père Bruck » surnommé l’aumônier de la résistance http://www.valeursactuelles.com/histoire/on-lappelait-bruck-29936
        « L’Islam est absence de contestation intérieure, c’est sa force et sa faiblesse. La possibilité même d’une contestation est blasphématoire. C’est un système sphérique parfait, hermétiquement clos sur lui-même. Il ne laisse au contestataire d’autre choix que d’être conquis et assimilé ou de se battre. Charles Martel est la seule réponse adéquate à l’Islam ».

        Les juges saoudiens ne sont pas des plaisantins. ils connaissent leurs textes sacrés sur le bout des doigts. N’oubliez pas que le roi est également « gardien des lieux saints ». Ils appliquent la loi divine, la charia, tel que c’est prescrit.

        Et les droits de l’homme, vont couiner certain … OK, mais lesquels, les nôtres c’est à dire ceux déterminés par la déclaration universelle de Paris en 1948 et ratifiée par la cinquantaine d’Etats constituant l’ONU créée à cette époque ou bien ceux adoptés par la Conférence islamique qui réunit l’ensemble des pays musulmans et qui a fait sa propre déclaration de droits de l’homme.

        La conception islamique des droits de l’homme part du principe que la loi n’est pas une oeuvre humaine, mais divine, supérieure à toute autre loi, et que, par conséquent, les droits de l’homme sont subordonnés à la loi islamique.
         
        La 3ème Déclaration des droits de l’homme de l’Organisation de la Conférence Islamique affirme que « tous les droits et libertés énoncés dans ce document sont subordonnés aux dispositions de la loi islamique » (art. 25).
         
        La 2ème Déclaration des droits de l’homme du Conseil islamique dit à plusieurs reprises dans son préambule, comme pour se démarquer de la Déclaration universelle des droits de l’homme, que les droits de l’homme se fondent sur une volonté divine. Le premier passage de ce préambule dit: « Depuis quatorze siècles, l’Islam a défini, par loi divine, les droits de l’homme, dans leur ensemble ainsi que dans leurs implications ». Un des considérants de ce préambule ajoute:
         
        – forts de notre foi dans le fait qu’il [Dieu] est le maître souverain de toute chose en cette vie immédiate comme en la vie ultime […];
        – forts de notre conviction que l’intelligence humaine est incapable d’élaborer la voie la meilleure en vue d’assurer le service de la vie, sans que Dieu ne la guide et ne lui en assure révélation;
        nous, les Musulmans, […] nous proclamons cette déclaration, faite au nom de l’Islam, des droits de l’homme tels qu’on peut les déduire du très noble Coran et de la très pure Tradition prophétique (Sunnah).
        A ce titre, ces droits se présentent comme des droits éternels qui ne sauraient supporter suppression ou rectification, abrogation ou invalidation. Ce sont des droits qui ont été définis par le Créateur -à lui la louange!- et aucune créature humaine, quelle qu’elle soit, n’a le droit de les invalider ou de s’y attaquer.
         
        Le point 10 des conclusions du Colloque du Koweït, relatif aux droits de l’homme en Islam, affirme:
         
        Les droits et libertés dans le régime islamique ne sont pas des droits naturels mais bien des dons divins basés sur les dispositions de la chari’a et la foi islamique.

        CQFD – débrouillez vous avec cela.
        Le père Bruck parlant de  » système sphérique parfait, hermétiquement clos sur lui-même » a tapé juste, c’est exactement cela.
        Vous vous trouvez en face d’une grosse noix de coco avec rien, pas même une pierre pour l’ouvrir.

  6. Il n’y a rien que l’on puisse faire malheureusement, le rôle économique du pays est très important, son importance dans la lutte anti-terroriste l’est aussi, sans oublier qu’il est un rempart contre l’influence iranienne. La seule chose à faire est de les convaincre d’ouvrir leur économie et de leur enseigner les cultures du monde. Par exemple les films étrangers sont pratiquement interdits dans le pays, mais si le pays s’ouvrait aux films Hollywoodiens, au moins à Riyad dans un premier temps, certaines mentalités pourrait commencer à changer;

    1. « La seule chose à faire est de les convaincre d’ouvrir leur économie et de leur enseigner les cultures du monde. »

      Il y a comme dans tout les pays du genre un trafic illicite de biens culturels. Le roi est terrorisé par la partie islamiste de la population et c’est pour cela que les réformes se font à reculons. Toutefois une bonne partie de ces gens, sans dire qu’ils souhaitent vivre comme en Europe, souhaiterais au moins ne plus être la risée du monde et avoir les mêmes liberté que leur voisins émiratis ou qataris.

      J’ai entendu dire qu’en AS vous pouvez vous faire beaucoup d’argent à vos risques et périls en trafiquant des films pornographiques. Je sais aussi, même si je n’ai pas une grande connaissance de l’état du marché noir des produits psychoactifs en AS que ce pays est remplit d’une drogue appelé « Captagon ». C’est théoriquement une molécule bien précise (fénéthylline) mais les aléas du marché noir font que c’est la plupart du temps des amphétamines (cela regroupe un ensemble de composé psychoactifs plus connu sous le nom du « meth » ou « speed ») aléatoire. Même si en théorie tout est interdit, il n’y a pas moins de débauche dans ce pays qu’ailleurs.

      Bref, comme d’habitude les réactionnaires en interdisant n’importe quoi ont rendu les gens extrêmement curieux envers l’interdit ce qui fait qu’au final cette société est complètement hypocrite. J’ai lu que dès que les saoudiens sortait de l’espace aérien de leur pays les femmes enfilaient des mini jupes et les hommes commandaient de l’alcool.

      Le principal problème c’est que ce pays est un trou noir, on a aucune idée de l’opinion de la population. Toutefois on peut estimer en se basant sur ce que l’on sait de la nature humaine ainsi que des évolutions politiques que si aucun fait extérieur (comme une menace de guerre) ne provoque de crispation de la population entrainant une radicalisation ce pays va petit à petit (dans quelques dizaines d’années) devenir un pays « normal » selon les standards du monde actuel.

      1. Cela ne signifie pas que tout le monde a accès à ce marché noir. Maintenant il faut espérer que la jeunesse saoudienne, en particulier les femmes, finira par réclamer plus de libertés et d’ouverture et que ça ne finira pas dans le sang.

  7. En plus, l’Arabie Saoudite est un régime ultra raciste. Les pélérins noirs ont été accusés d’être responsable de la bousculade à la Mecque par les médias saoudiens et par le prince Khaled al-Faisal, , le responsable saoudien du comité central du Hajj.
    Je ne parle même pas du sort des étrangers en Arabie Saoudite où ils n’ont aucuns droits. L’Arabie Saoudite pratique l’esclavagisme vis à vis des serviteurs étrangers.

    « comme le Pakistan qui prodiguait récemment encore ses bons conseils à la Suisse » Le Pakistan pratique l’aparatheid envers les chrétiens, ils ne peuvent pas aller chercher l’eau dans les puits,…Ce sont des sous citoyens.

  8. Pratiquement tous les pays musulmans persécutent les minorités religieuses y compris les pays soi disant modéré (comme le Maroc (des chrétiens ont été jetés en prison pour leur appartenance au christianisme), ou la Turquie,..)

  9. Les médias ne parlent pas du fait que l’Arabie saoudite a jugés 28 personnes pour la panique qui a fait 700 morts dans un procès éclair sans preuves, sans avocat de la défense. Ces personnes ont été condamnées et elles vont être décapitées publiquement.
    Ces personnes servent de boucs émissaires pour cacher la responsabilité des autorités dans le drame

    1. « pour la panique » pour la panique à La Mecque

  10. Si je peux me permettre d’ en rajouter une couche, merci:

    http://corto74.blogspot.fr/2015/09/francois-hollande-un-homme-sur-qui-ali.html

  11. Avec du bon argent les coupeurs de tête peuvent présider la commission des (non)droits de l’homme à l’ONU

    Je suis pantois d’admiration !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.