Scoop : il existerait de vrais écologistes

Écoutons les vrais écologistes, pas les lobbies !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Scoop : il existerait de vrais écologistes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 septembre 2015
- A +

Par Claude Brasseur.

micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)
micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)

Il y a deux sortes d’écologistes. Il y a ceux qui encensent le discours officiel comme s’il s’agissait de paroles d’évangile et il y a ceux qui s’informent. Ces derniers ne sont pas nécessairement des scientifiques et, ainsi, ils ne songent pas à discuter une menace de réchauffement climatique due à l’homme et, essentiellement, à sa production de CO2. Par contre, ils vérifient si la politique réellement menée et la politique défendue par l’Europe s’accordent. Ils veulent savoir si ce qui se fait, ce qui est proposé, peut diminuer la production de CO2.

Ces écologistes curieux et critiques constatent que la Commission européenne arrange un peu la réalité. Ils constatent que toutes les initiatives de l’Europe de promotion d’énergies « propres » renouvelables correspondent à une violente accélération de la production de CO2 ! Elles correspondent aussi à une destruction systématique des pays tropicaux pour satisfaire à ses exigences… La pollution cachée par la Commission et Greenpeace ne compte pas.

Soyons précis : les écologistes qui s’informent apprennent que la biomasse fournit l’essentiel de l’énergie « renouvelable ». Pour produire cette énergie « verte et renouvelable », les fermiers allemands ont été privés d’énormément de terres cultivables : on y cultive du maïs alimentant des digesteurs ! Incroyable mais vrai : à l’origine, ces digesteurs devaient être alimentés avec des déchets agricoles et certainement pas avec des aliments… mais ces aliments transformés en « énergie verte » rapportent des subsides – les industries de la digestion sont subventionnées à 90% – et ces industries vont jusqu’à importer leur maïs du Brésil où l’on détruit pour eux les forêts, où l’on ruine les populations… Et pour mettre une couronne sur ce désastre, nous apprenons que les cuves de biogaz fuitent et crachent leur méthane1. Aucun contrôle officiel !

Il n’y a pas que le biogaz. Il y a les biocarburants dont le biodiesel à base d’huile de palme. On prive des populations de leur milieu naturel, de leurs cultures vivrières, pour multiplier la monoculture du palmier à huile. Ceci se passe par exemple à Bornéo où l’on « convainc» les habitants armes à la main…

Les centrales thermiques aux pellets semblaient finalement les plus rentables sans aides massives. Malheureusement, une forêt rasée exhale tout le CO2 qu’elle avait stocké pendant des siècles et il faudra 500 ans pour que ce CO2 soit récupéré par de nouvelles plantations d’arbres…

Il en est de même pour les vastes tourbières allemandes détruites pour produire du maïs et qui mettront aussi des siècles à récupérer le CO2 qu’elles perdent brusquement.

Et comme tout cela ne couvre qu’une fraction des besoins en électricité, il faut multiplier les centrales à la lignite locale et au charbon de plus en plus souvent importé : la plus grande mine de charbon pour l’Allemagne est située en Colombie, Colombie où il a déjà fallu assassiner 3.000 personnes qui protestaient…contre la pollution de l’air causée par cette exploitation !

Le discours « écologique » officiel de la Commission européenne est que le charbon de demain est un modèle d’écologie car le CO2 sera stocké sous terre. Tous les essais ont pourtant montré que cette technique très dangereuse et incertaine à grande échelle est aussi affreusement onéreuse : une centrale électrique sur 4 devra produire l’énergie nécessaire au stockage du CO2…

Et si le nucléaire – de plus en plus remplacé par lignite et charbon – n’a jamais tué un Allemand, chaque année plus de 10.000 mineurs dans le monde connaissent une mort violente par l’industrie du charbon.

Les faits présentés ici proviennent d’un film de 2013 et sont le témoignage de vrais écologistes, un film Altemeier & Hornung – Filproduktion pour NDR (avec Arte) La fausse promesse d’une énergie propre par Steffen Weber et Reinhard Hornung.

La conclusion est malheureusement que la biomasse, aux mains de géants agro-industriels, amplifie massivement la production de polluants2 et détruit les pays tropicaux avec la bénédiction de la Commission européenne soumise à la pression de lobbies.3

  1.  Le méthane est 25 fois plus « efficace » que le CO2…
  2.  Toutes les activités des industries concernées répandent massivement mille sortes de polluants… sans diminuer mais en augmentant le taux de CO2 dans l’air.
  3.  Les promoteurs de la démocratie directe comme en Suisse proposent entre autres que les actions des lobbies soient obligatoirement transparentes.
Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Ce sujet de la biomasse est peu abordé habituellement, merci pour ces informations.
    On pourrait ajouter que les quotas carbone poussent les pays soumis au protocole de Kyoto à délocaliser les activités fortement émettrices de CO2 vers des pays n’ayant pas cette contrainte. On se targue de baisses d’émissions, alors qu’on les a seulement déplacées.
    Cela ne fait que confirmer que cette croisade anti CO2 est parfaitement stupide, même si on en accepte le principe. Sauf pour les bénéficiaires des malversations qu’elle engendre.
    Regarder objectivement les conséquences des politiques menées serait une bonne chose, peut-être plus facile à conduire vis-à-vis de politiciens sans culture scientifique.
    Mais quels sont ceux qui vont oser se libérer de l’idéologie qui a envahi toute la planète? La pollution des cerveaux est bien plus grave que l’augmentation du CO2!

  • sur le détail, il nous faudrait plus de liens, toutefois, rappeler que les renouvelables en Allemagne reposent sur le brûlage de biomasse ne fait jamais de mal…
    Parfois on hallucine….c’est la victoire de la communication sur la raison….

    • bruler de la biomasse donne un bilan carbone excellent puisqu’il ne provoque pas de hausse du taux de CO2 contrairement au charbon libérant un co2 accumulé durant des siècles en quelques secondes..je ne suis pas écolo mais c’est un fait , bruler du bois ou des déchets n’aggrave pas la situation du CO2……ce qui fait qu’un argument de l’article tombe de lui même :
      cultiver du maïs pour en faire du carburant est bon pour la planète et ne fera mourir personne de faim et défricher un foret pour cultiver le sol est sans importance pour le bilan carbone voir , pourquoi pas positif !

      • certes brûler de la biomasse a un bilan carbone excellent c’est à dire au mieux nul.. à moyen long terme (et ça me semble discutable), mais est ce compatible avec l’idée d’un développement durable et out le toutim et est que que c’est vraiment écologique?

        et puis après tout le charbon…c’est de la biomasse certes un peu âgée…il faut donc admettre qu’il y aune différence fondamentale entre brûler le bois mort d’un sequoia et brûler un bois mort depuis le carbonifère? ( tiré par les cheveux …)

        quand on coupe un arbre on ne fait pas que récupérer un stock de carbone on met à bas une usine de séquestration de CO2… à la rigueur brûler du bois d’une façon similaire à ce que fait la nature en brûlant des foret par ci par là est nul du oint de vue du cycle du carbone… si on brûle en une journée toute les arbres du monde…

        • comme pour tout..il faut couper avec modération..et replanter !
          il bien évident que les énergies fossiles ne sont pas remplaçables par de la végétation (huile ou bois alcool) ..on brule du bois pour se faire plaisir et surtout parce que l’état ne passe pas par là pour y mettre de la surtaxe a gogo… l’Énergie idéale étant électrique(facilité d’utilisation) et bien sur nucléaire ( concentration) !

    • « Parfois on hallucine »

      Pourquoi « parfois » ?

  • Puisque ce article mentionne la déforestation, je voudrais ajouter une précision : au Brésil l’exploitation des forêts primaires pour produire de la pâte à papier, désormais le principal débouché du bois, n’est pas rentable. On coupe cette forêt pour planter des eucalyptus à croissance rapide. Le retour d’expérience sur maintenant 30 ans a montré que le rendement est 9 fois supérieur à celui obtenu avec la forêt primaire. Si on utilisait des eucalyptus génétiquement modifiés pour ne plus fleurir et faire de fruits, ce rendement pourrait encore augmenter de 30 %. Couper la forêt primaire pour planter des arbres à croissance rapide (en Europe, je pense au peuplier) permettrait sur le papier de réduire considérablement la disparition des forêts. L’INRA, dont certains laboratoires font encore de la vraie écologie, s’est intéressé aux peupliers transgéniques stériles dans ce but, les essais ont été saccagés par des militants écolo ultra-politisés qui n’ont rien compris au problème …

    • « militants écolo ultra-politisés qui n’ont rien compris au problème »

      Triple pléonasme !

    • eh attention un jour i l n’y aura plus assez de CO2 pour que cette biomasse pousse!

    • D’accord avec vous. Toutefois ce n’est pas un crime de  » déforester » ( il y a plus de 3 milliards d’hectares dans le monde et c’est tout à fait renouvelable). Même les forêts primaires sont jeunes ( échelle temps géologiques). Rappelons quand même que le CO2 n’est pas un poison et que l’écologie ( la vraie) ne se préoccupe pas du CO2.Le mythe de la forêt qui séquestre du CO2 est toujours présent alors qu’en Amazonie il a été montré que le bilan CO2 était quasi nul car il y a aussi une quantité inouïe de vie dans le sol qui rejette du CO2 . C’est une bonne chose que les Indonesiens améliorent leur condition de vie grâce à l’huile de palme aulieu de regarder la forêt pousser sans en tirer la moindre valeur.

  • il faut bien comprendre que la priorité absolue des verts c’est de au choix :
    arrêter le nucleaire.
    arrêter les émission de CO2
    arrêter la pollution par les particules de combustion
    sauver la biodiversité
    sauver l’humanité
    empêcher la surpopulation etc….

    et ces priorités absolues seront utilisées au gré des circonstances pour s’opposer à tout ce qui déplaît ..
    surtout si c’est le diesel, l’industrie nucleaire, les « grandes surfaces » agricole ou commerciale , la « chime »; les ogm, etc etc…

  • On peut ajouter que les exploitation de biogaz explosent de temps en temps, avec des morts directes à la clé contrairement à Fukushima.

  • faute. On peut ajouter que les exploitations de biogaz explosent de temps en temps, avec des morts directes à la clé contrairement à Fukushima.

    • Tout a fait d’accord avec l’article et l’heresie de faire du biogaz avec du maïs. Mais pas la peinde d’en rajouter, il n’y a pas d’exemple de digesteur ayant explose !

      • Depuis longtemps il y en a de mortels par exemple: Italie en 1997, Allemagne en 2011. Des empoisonnements mortels aussi: Allemagne en 2005.

        • mais ça n’a rien à voir, ce sont des morts naturelles, rien à voir avec Fukushima avec des milliers de morts causés par la conjonction d’un tsunami sont les effets ont été renforcés par le réchauffement climatique et une irradiation artificielle massive aux conséquences qui se feront subir pendant des millions d’années.en outre qui vit auprès d’un digesteur sinon une personne s ayant des accointances financières tout au moins avec l’agrobusiness?

  • Quitte à parler d’efficience et de gaspillage alimentaire, on pourrait aussi aborder le cas de l’élevage alors, quand on voit les ressources en eau, et céréales, nécessaires pour obtenir 1Kg de poulet/boeuf/porc et combien les élevages industriels polluent, on se dit que les écolos ont de quoi faire, et que leur premier argument pourrait se situer là… Mais nous sommes globalement tous égoïstes.

     » La concurrence entre les animaux d’élevage et les hommes s’annonce très rude.
    • 80% de l’alimentation animale proviennent de cultures qui conviendraient également à la consommation humaine : maïs, soja.
    • A l’ère de l’élevage industriel, nos bêtes accaparent à elles toutes seules 60% de la production mondiale de céréales, soit 670 millions de tonnes ! Un volume qui suffirait amplement à nourrir les 923 millions d’êtres humains souffrant de malnutrition. En fait, d’un point de vue malthusien, la viande n’est pas «rentable».
    • On estime que quelqu’un ne mangeant pas de viande consomme en moyenne 180 kilos de céréales par an alors qu’un consommateur de viande en gaspille 930 kilos par an.
    Pour comparer le rendement de diverses spécialités agricoles, les agronomes calculent un taux de conversion alimentaire qui correspond au rapport entre le nombre de protéines consommées et produites.
    • Pour obtenir 1 calorie de poulet, il faut ainsi environ 4 calories de nourriture végétale. Idem pour le porc ou les oeufs. Pour le lait, on grimpe à 8. Et pour le boeuf, à 17, voire bien plus ! En comparaison, la pomme de terre est bien moins gourmande, son taux de conversion n’étant que de 0,46. Et encore, on ne compte pas les besoins en eau :
    • Pour produire 100 grammes de boeuf, il faut 25 000 litres d’eau.
    Glouton, notre cheptel est aussi expansionniste.
    • Au total, l’élevage et la production des aliments pour le bétail squattent 78% des terres agricoles mondiales, soit 30% de toute la surface du globe, trois fois plus qu’en 1960.
    «Sur un hectare de terrain, un agriculteur peut nourrir une trentaine de personnes s’il le consacre à la culture de légumes ou de fruits. S’il produit des oeufs ou de la viande, le ratio passe à cinq personnes. Et à beaucoup, beaucoup, moins, s’il ne s’agit que de viande rouge», dit ainsi Bruno Parmentier, auteur de «Nourrir l’humanité» et directeur de l’Ecole supérieure d’Agriculture d’Angers.

    Des périls verts à quatre pattes :
    • Le plus insensé ? C’est que toute cette bidoche est en priorité destinée à 0,1% de la population de la planète, l’infime petite minorité des riches de ce monde. Notre consommation de viande est passée de 30 kilos par personne et par an en 1919 à plus de 100 kilos aujourd’hui. C’est trois fois plus que la quantité préconisée par les organismes de santé.
    Non seulement notre régime carnivore affame la planète, mais il nous tue aussi par la recrudescence des maladies de « biens nourris » : accidents cardiovasculaires, diabète, obésité…
    Et ça encore, c’est sans citer les dérives liées à une sur-utilisation des antibiotiques, et du bien être animal »

    • Combien d’eau pour l’agriculture ? Interdisons l’agriculture et buvons directement l’eau…
      Sinon, vous prônez donc de faire mourir de faim toutes ces bêtes ?

      « Un volume qui suffirait amplement à nourrir les 923 millions d’êtres humains souffrant de malnutrition. »

      Ce calcul est biaisé… Ce n’est pas par mauvaise redistribution de nourriture qu’il y a malnutrition.
      Si vous supprimez la production de viande pour « libérer » cette production agricole, les malnourris ne seront pas mieux nourris…

      « 80% de l’alimentation animale proviennent de cultures qui conviendraient également à la consommation humaine : maïs, soja. »

      Si vous voulez une recrudescence des maladies cardiovasculaires et du diabète, c’est le top…

      « En fait, d’un point de vue malthusien, la viande n’est pas «rentable». »

      Et malthus s’est sacrément trompé…

      « • Pour produire 100 grammes de boeuf, il faut 25 000 litres d’eau. »

      Et alors ? Pour entretenir un humain, il en faut combien ?
      Vite, exterminons ces humains qui consomment de l’eau !

      « «Sur un hectare de terrain, un agriculteur peut nourrir une trentaine de personnes s’il le consacre à la culture de légumes ou de fruits. S’il produit des oeufs ou de la viande, le ratio passe à cinq personnes. Et à beaucoup, beaucoup, moins, s’il ne s’agit que de viande rouge», dit ainsi Bruno Parmentier, auteur de «Nourrir l’humanité» »

      Et ? Vous présentez cela comme si c’était une mauvaise chose…

      « dit ainsi Bruno Parmentier, auteur de «Nourrir l’humanité» »

      Donc, ce sont les dires d’un écolo…

      « Le plus insensé ? C’est que toute cette bidoche est en priorité destinée à 0,1% de la population de la planète »

      Salops de 0,1% ! Occupy bidoche !

      « Notre consommation de viande est passée de 30 kilos par personne et par an en 1919 à plus de 100 kilos aujourd’hui. »

      Ah ben ouais… C’est sur qu’après la grande guerre, les gens mangeaient mieux…
      D’ailleurs, à l’époque, la 1/2 du globe était en sous-alimentation, contre moins d’1/8 actuellement…
      La proportion de faméliques ayant été divisée par 4, si on établisait une équivalence, on mangerait 25 Kg de viande aujourd’hui…

      Donc, ce passage « Non seulement notre régime carnivore affame la planète, mais il nous tue aussi par la recrudescence des maladies de « biens nourris » : accidents cardiovasculaires, diabète, obésité… » est faux. Surtout qu’apparemment, ce serait plus lié aux huiles végétales, aux céréales qu’aux viandes…

      •  » Donc, ce passage « Non seulement notre régime carnivore affame la planète, mais il nous tue aussi par la recrudescence des maladies de « biens nourris » : accidents cardiovasculaires, diabète, obésité… » est faux. Surtout qu’apparemment, ce serait plus lié aux huiles végétales, aux céréales qu’aux viandes… » il faudrait de temps en temps arreter de sortir des contres verites J’habite pres de Lyon un professeur lyonnais adopte le regime cretois pour les malades atteint justement de maladie cardio vasculaire Les jeunes de cette ile ayant adoptes les moeurs comme d’ailleurs les chinois de la classe moyenne ( les chinois deviennent de bons boufahs ) ont justement des maladies cardio vasculaires Par aileurs le systeme de sante americain se ruinent avec la sante de ses concitoyens: obesite et cout direct pour l’economie Je suis un liberal les gens font ce qu ils veulent meme lorsqu ils detruisent la sante mais in fine c’est toujours le contribuable qui paie meme aux USA

    • hahaha , je n’ai jamais autant ri !
      on va finir végétarien et brouter dans les prés (y en aura t il pour tout le monde?) avec toi..et comme ça on pourra aussi faire notre électricité avec nos propre gaz de pets 😉

    • Et alors ?

      Oui la consommation de viande « consomme » plus de ressources que la consommation de céréales : Il faut tuer tous les lions.

      Oui on mange trop et mal : il faut interdire les gros et les envoyer au goulag !

      Oui la consommation alimentaire augmente quand on exerce une activité physique : il faut interdire le jogging !

      Oui la consommation énergétique est en majeure partie due au chauffage : il faut tous aller vivre sous les tropiques et manger cru !

      Oui les transports consomment des ressources fossiles : il faut renoncer aux vacances, aux sorties et aux visites à la famille !

      Oui on est trop nombreux : il faut euthanasier 90% de la population !

      Alors réservez-moi une place en enfer : pour le paradis socialiste, je ne suis pas convaincu par le prospectus !

    • ah, on a un « vrai » écologiste, c-à-d un idiot utile qui régurgite les mantras de la secte , comme sur tous les sujets, d’ici qu’il aille à la messe le dimanche.

      Figurez-vous que les agriculteurs sont tous des imbéciles.
      Si depuis « la nuit des temps » ils se sont ingéniés à valoriser les ressources disponibles sur les lieux où ils vivent, en consacrant une part de celles-ci à l’élevage, parfois exclusivement même, c’est qu’ils n’avaient rien compris, et qu’il fallait des zozos verts pour leur expliquer la bonne méthode
      et toujours des chiffres tirés du chapeau, c’est la règle

      http://wattsupwiththat.com/2010/09/11/animal-vegetable-or-e-o-wilson/

      et l’eau, si rare, on se souvient avec émotion de l’autre illuminé qui buvait le dernier verre d’eau

      C’est hallucinant de voir ce genre d’imbécilités sans cesse répétées, mais c’est encore plus inquiétant de voir que les politiques, les médias ,emboitent le pas « citoyen »
      Et maintenant les religions , on a mis des siècles à les remettre à la place dont elles ne devraient pas s’écarter,(du moins pour certaines) et les revoilà sous la bannière de mère Gaia.
      Je propose que l’on installe des centres de tri dans les églises, ce serait un bon début pour rétablir un peu leur fréquentation

    • sur un hectare de terrain, un paysan peut nourrir 30 personnes si il fait des légumes et des fruits, et seulement 5 personnes si il fait de la viande ?
      il y a en france 550 000 km, soit 55 000 000 d’hectares. d’où les paysans peuvent nourrir plus de 200 millions de personnes en france si ils ne faisaient que de la viande… donc il n’y a en fait pas de problème.
      ensuite le coup des 25 000 litres d’eau pour 100 grammes de viande de boeuf… n’importe quoi : une vache charolaise de boucherie a une carcasse de 400 kg de viande au bout de 3 ans, elle a besoin d’environ 100 litres d’eau par jour, soit 3 x 365 x 100 = 110 000 litres d’eau bus au long de sa vie pour faire 400 kg de viande… la réalité est un chiffre 1 000 fois plus petit que ce que vous annoncez.
      question annexe, est ce que 110 m3 d’eau est beaucoup pour abreuver une vache pendant 3 ans ? il faut une surface de terrain de 36 m2 pour recevoir la pluie pour avoir cette quantité d’eau en 3 ans. un carré de 6 mètres de coté. pour l’eau, ça ira aussi, on ne va pas en manquer.

      • De toute façon la vache ne consomme pas d’eau : elle ne fait que l’utiliser. Ce qui est absorbé est restitué ( vapeur d’eau, dans l’urine etc…).L’eau fait partie d’un cycle et la quantité de molécules H20 sur la planète est stable quoi que l’on fasse

      • oh il suffit d’integrer tous les chiffres. par exemple pour faire pousser l’herbe ou le mais, ou laver le tracteur etc..etc…

        mais bon….tant qu’assez d’eau tombe du ciel…pourquoi s’inventer des problèmes..

        c’est surtout d’une monumentale bêtise de penser que les agriculteurs ne se rendraient pas compte qu’il n’y pas assez de flotte et que ils ne réagiraient pas…
        comme le producteurs de fruits qui verraient ses arbres fleuris et sans fruits et qui ne ferait rien pour trouver de pollinisateurs…
        on a aussi les agriculteurs qui ne feraient rien pour s’adapter à un changement du climat…

  • L’écologiste est un chrétien zombie : il ne comprend pas ce que veut dire la morale, ni d’où elle vient : morale qu’il associe aux préceptes religieux et qu’il refuse donc par principe : la religion c’est mal.

    Il est ainsi atteint d’une manie irrépressible : sauver le monde du Démon et de l’apocalypse.

    Ainsi le CO2 issue de bouses de vache est bien, alors que celui issu du charbon est mal : ces petites molécules sont très conscientes de leur origine comme chacun le sait.

    Inutile de chercher la logique d’un zombie.

    • « Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles. » GK Chesterton

      • @ph11 belle citation . mais ce ne sont pas les vertus qui sont devenues folles , ce sont les individus qui ont coupé délibérément ces vertus de leur ancrage, ils errent tels des navires sans boussole chahutés au gré des vents cherchant desespérement leur cap.

  • jusqu’au XIXème siècle toute l’énergie était fournie par la biomasse cad les forêts pour une population moitié moins importante. C’est comme ça que nos forêts ont été détruites jusqu’à ce que les énergie fossiles permettent le reboisement. La mode des poëles à bois est insoutenable : on importe des forêts notamment nord américaines par bateaux entiers et la combustion génère bien plus de particules fines que les diesels … on a tout faux

  • En Allemagne, toutes les études (en dehors de celles de verts) sur la transition énergétique Allemande dans le cadre de sa sortie du nucléaire démontre que cela va engendrer une augmentation de la pollution atmosphérique car les énergies « propres » ne couvriront pas les besoins, et que cela va conduire à la construction de nouvelles centrales au charbon et au gaz (ce qui ravit Gazprom et son magnifique gazoduc Northstream).
    Arte a diffusé « L’énergie du Sahara: Du courant pour l’Europe » et « L’éolien dans la tourmente: Polémique sur l’électricité verte » qui allait contre le mythe de l’immédiateté d’un monde vivant des énergies propre, et ceux sans même évoquer la reconstruction des réseaux de distribution d’électricité.
    La transition de la production d’énergie ne se fera pas par un coup de baguette magique,

  • Les éoliennes causent un gros problème de santé publique au danemark. http://www.epaw.org/media.php?lang=fr&article=pr36
    Au Danemark, ils ont même gelé la construction de nouvelles éoliennes pour cela.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

La COP27 vient de s’achever et bien qu’il soit difficile de ne pas se réjouir devant les mines déconfites des participants qui ont tous conclu que les objectifs (dangereux) fixés (arbitrairement) ne seraient pas atteints, il ne faut pas oublier que cette déconfiture sera justement utilisée par les ayatollahs de la religion verte pour réclamer encore plus de vexations écologiques pour tous.

Eh oui, la lutte contre l’humanité sur Terre ne se passe pas toujours comme prévu, les individus qui la composent n’entendant pas tous mourir sans p... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles