Chronique du harcèlement fiscal ordinaire

Témoignage d’une lectrice sur l’oppression fiscale au quotidien dès qu’on veut s’en sortir en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Oppression (Crédits : Jason OX4, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chronique du harcèlement fiscal ordinaire

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 septembre 2015
- A +

Une tribune de Catherine Hoffmann, via le site d’Henri Dumas.

Oppression (Crédits : Jason OX4, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.
Oppression (Crédits : Jason OX4, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

De Catherine Hoffmann, qui tient une maison d’hôte à Fréjus, j’ai reçu ce témoignage. Je le trouve suffisamment éloquent pour vous le communiquer.

Bonjour,

Je ne suis pas très douée en rédaction pour témoigner de mon ras-le-bol fiscal, cependant je peux vous en donner une version à remodeler, et ensuite, à diffuser largement.

À mon degré de persécution, je n’ai aucune crainte à le faire.

Je suis en ce moment face à une alternative :

  1. Soit partir, fuir, vivre zen ailleurs, vivre de moins de choses, de presque rien avec mon petit capital en vendant ma maison, avec ma petite retraite de 645€ mensuels… et de ce que nous offre la nature avec des gens de paix. J’aimerais aussi faire un sketch.
  2. Soit essayer de me battre, au moins au travers des réseaux sociaux car les médias sont frileux, ils attendent qu’il y ait des morts pour éventuellement réagir. Si c’était possible d’atteindre la télévision, les radios pourquoi pas ? Hélas, je comprends qu’eux aussi sont comme la plupart des contribuables, ils préfèrent se taire et subir.

Voici ma première histoire

En 2004, j’étais encore mariée mais séparée depuis 10 ans et domiciliée, seule, dans une maison qui m’appartenais. Je faisais donc une déclaration individuelle de mes revenus. J’avais une part en plus pour avoir élevé ma fille majeure, ou une demi part, je ne sais plus.

J’étais salariée, directrice de crèche dans une association. Je dépendais d’une autre agglomération fiscale. J’ai revendu cette maison.

C’est à ce moment qu’a commencé la folie fiscale.

Après l’achat d’une autre  maison, plus grande, à crédit dans une autre commune…  Achat que je n’ai pu faire qu’en indivision avec une autre personne (un homme, je précise).

Je suis majoritaire dans l’indivision avec 68% des parts, l’autre personne en a 32%

Cela nous a permis d’avoir de l’espace, de partager les charges, en ouvrant pour cela un compte commun. Cette maison nous permet  d’avoir chacun nos pièces privées,  mais les pièces communes en copartage, comme des colocataires. C’est un beau projet.

Les services des impôts et le tribunal administratif n’ont pas compris notre copropriété. Ils n’ont rien compris. Ce n’était pas les mœurs à l’époque ; pourtant, aujourd’hui, on y vient…

Pour moi, cet investissement c’était aussi pour ma retraite, pour avoir un complément de revenus  plus tard, en louant des chambres d’hôtes …

Pour l’administration fiscale mes projets de vie, leur réalité, n’a aucun intérêt.

Elle s’est donc permise de réinventer ma réalité au profit exclusif et sans vergogne de son intérêt.

Pour elle nous étions un couple, puisque nous vivions à la même adresse, nous avions un compte commun et la même taxe d’habitation…

Tout cela pour enlever sur ma déclaration la part de ma fille majeure, jusqu’à affirmer d’autorité que je vivais maritalement avec mon copropriétaire colocataire, ce qui était totalement faux. Et alors que pourtant nous avons eu d’autres colocataires dans notre copropriété et que chacun menait sa vie.

Je n’ai rien pu faire. J’ai payé le redressement, mais j’ai été très affectée par ces mensonges du fisc. Ils touchent à notre vie privée, notre espace intime.

Après le procès au tribunal administratif (TA) j’ai tout détruit pour faire le deuil de ce cauchemar. Quatre ans d’ennuis. Depuis, je fuis le facteur.

Ce contrôleur fiscal ne me lâche pas, mais il a enfin compris que je ne vis pas maritalement  avec mon copropriétaire. Mais trop tard, j’ai payé.

C’est effrayant de voir ainsi la réalité de sa vie privée transformée mensongèrement.

Au tribunal, le rapporteur public dans son réquisitoire, d’une voix laconique a réinventé ma vie. Il n’a pas hésité à prétendre qu’ayant un bien en indivision, un compte en commun pour gérer ce bien, nous vivions donc maritalement….

Il s’est glorifié de savoir, mieux que moi, avec des textes de loi du Code de machin truc, que l’indivision avec cette personne indiquait parfaitement avec qui je vivais !!! Une horreur.

Un tribunal où j’étais dans la fosse aux lions, eux perchés sur l’estrade. Où je n’ai presque rien entendu et surtout pas compris grand-chose. La justice dans toute sa suffisance…nous en bas, eux en haut.

Je pense que cela aurait était moins compliqué si j’avais réalisé mon projet avec une femme, le mariage pour tous n’existait pas encore

Fort de sa toute puissance notre avide contrôleur a continué de plus belle et a même ennuyé sans arrêt mon associé colocataire sur 2 points de déductions fiscales :

  • Aide à sa mère âgée, encore toute une histoire qui l’a conduit à payer au final.
  • Et sur les frais réels de déplacement  travail /maison. Procédure toujours en cours, actuellement au tribunal, évidemment perdue d’avance pour lui

Tout cela accompagné d’un harcèlement pénible et d’une indifférence totale à tous les papiers et justificatifs qu’il a du fournir (certificat de travail, attestation de présence de son proviseur, etc…)

Par exemple, un proviseur attestant la présence d’un professeur ne prouve pas le déplacement travail domicile …il fait 100 km à pied peut-être, ou dort au lycée ? Ou encore, l’état des frais d’essence ? Incomplet prétend le contrôleur fiscal. La carte grise ? Les frais du véhicule ?  Le contrôle technique  attestant du kilométrage ? Etc… La liste est longue, les arguments et les preuves accablants. Et pourtant, c’est toujours “niet, niet, niet” vous devez payer. Rejet, rejet.

Même si l’administration fiscale ne doit pas abuser de demandes de preuves, dixit une circulaire, pour ce contrôleur ce n’est jamais satisfaisant, rien ne lui prouve, à ses yeux, que mon copropriétaire est allé à son travail, toujours en se déplaçant avec son véhicule, 4 fois par semaine hors vacances scolaires. Alors que, curieusement, l’administration fiscale n’a rien dit pendant les 20 ans précédant concernant ses frais réels de déplacements.

C’est toute une histoire entre l’utilisation du barème fourni par l’administration fiscale pour le calcul des frais, et les justificatifs réels des mêmes frais. Il faut  que ceux-ci correspondent au calcul en fonction du barème. C’est le chat qui se mord la queue. C’est l’arbitraire qui s’impose, même si leur barème est faux.

Même chose si vous vous adressez plus haut dans la hiérarchie pour donner vos preuves, c’est un clan où chacun est endoctriné par les gourous de Bercy.

À force d’insistance, le directeur du clan a fini par concéder, par courrier, à mon colocataire : “oui  vous pouvez déduire vos frais réels mais uniquement sur une année et pour 40 km par jour maximum”.  Il a fait sa propre loi.

Ils sont insensibles, totalement. Quand ils expriment un peu d’empathie : danger, c’est pour mieux vous manger mon enfant. À vomir.

À cela, il faut ajouter l’histoire de l’aide à sa vieille  maman. Et comme il a payé, le fisc persiste dans son harcèlement.

À présent,  la suite

Les faits se passent en 2009. J’ai été licenciée économique à 58 ans parce que je coûtais trop cher comme directrice de crèche, après 25 ans de travail.

Dès 2011, j’ai retrouvé un emploi de conseiller en réinsertion grâce à une énorme volonté de travail et beaucoup de courage.

Un licenciement c’est d’une violence extrême. Il faut pouvoir se remettre, s’accrocher à la valeur travail. Comme on me le dit même aux impôts : je suis une battante ; je me suis battue.

Pour m’aider à mon domicile en hiver de temps en temps, pour mon ménage, jardin, petit bricolage, j’ai embauché et déclaré en CESU des personnes au chômage en 2011, 2012, 2013. Peu d’heures, avec contrats, tâches précises, etc…

Je travaillais beaucoup et j’avais peu de temps pour ma grande maison achetée en indivis en système de partage collaboratif. J’ai toujours à rembourser un crédit sur cette maison.

J’avais aussi besoin d’aide de personnes compétentes pour comprendre les outils informatiques comme internet, mobile, vocabulaire, clics, réseaux sociaux, sites, facebook. Ce qui d’ailleurs devrait être une cause nationale pour des personnes prenant de l’âge. Pour mémoire, ici on se souvient de l’histoire du mulot de Jacques Chirac. Je ne suis toujours pas très douée, mais bon …

J’ai démarré par ailleurs, depuis juillet 2009, une activité de chambres d’hôtes, car j’allais bientôt être en retraite, en 2015, et je prévoyais par ce biais un complément de retraite, celle-ci allant être très faible faute de trimestres. J’ai fait de longues études, et élevé ma fille quelques années sans travailler. Cette retraite est de 645 € par mois à ce jour, depuis janvier 2015.

Pour ce projet de chambres d’hôtes ou chambre chez l’habitant — cherchez la nuance, on ne sait pas — je suis passée par d’innombrables étapes. Alors qu’à l’époque une simple déclaration en mairie devait suffire, aux dires de Gîtes de France.

En réalité, rapidement  je me suis vue exiger, par ce contrôleur toujours à mes basques, une obligation de déclarer cette activité au registre des entreprises. J’ai choisi la fiscalité en micro BIC, en forfaitaire à 71 % d’abattement.

J’ai un statut de non professionnel. Si ça c’est non pro, mais alors c’est quoi pro ?

Je dégage un revenu entre 11 000 et 15 000 € par an, pas de quoi engager du personnel. Ce n’est pas la fortune. Cependant, immédiatement les problèmes fiscaux ont suivi….

J’ai eu à me débattre sur un  litige pour la Contribution Foncière des Entreprises alors que je payais déjà la taxe habitation, le fisc m’a demandé d’établir une séparation de fiscalité entre ma maison d’habitation, mes chambres et mon copropriétaire. Ce n’est pas « chambre chez l’habitant », alors ?

J’ai eu à faire des aménagements compliqués : un site à faire évoluer très rapidement, des inscriptions sur des sites, faire face à la nébuleuse internet, à ces mangeurs de commissions des startups non fiscalisées en France, envisager un label et l’obtenir pour finalement l’abandonner car trop cher…

Cette activité fonctionne toujours mais surtout en été.

Je n’ai pas voulu être une assistée, j’ai voulu travailler, mais après tout mes ennuis avec les services fiscaux j’aurais mieux fait de conserver ma prime de licenciement de 50 000 €, ne pas investir toutes mes économies dans des locations, ne pas retrouver du travail, surtout ne pas déclaré mes employés à domicile comme pratiqué au ministère de la Justice qui, on vient de l’apprendre, ne déclare pas son personnel.

Un conseil : en France, surtout ne pas chercher à créer de l’emploi ou votre propre emploi. On vous empêche tout.

Contentez vous de voir simplement les ministres changer.

Je n’aurais pas du chercher à améliorer ma retraite, attendre tout de l’assistance…

Ou peut-être faire du collaboratif (location chez l’habitant) c’est encore flou ….et surtout ne pas déclarer les personnes qui vous aident à votre domicile, les faire travailler au noir, ou pourquoi pas aider des clandestins.

J’aurai dû rester au chômage, percevoir mes indemnités, tranquillement jusqu’à ma retraite, ne surtout pas retravailler et créer ces chambres d’hôtes, et pas de cette manière. Ce n’est pas que l’activité soit déplaisante, bien au contraire je me régale, j’aime bien ces rencontres ces échanges …

Ce que je déplore c’est que l’administration fiscale n’a cessé de me mettre des bâtons dans les roues tous les 2 mois au départ, maintenant je reçois d’elle un courrier par semaine

Jusqu’à me refuser la déduction sur les emplois en CESU pour les affecter à l’activité de mes chambres d’hôtes, celle-ci étant non professionnelle. Bilan : 11 000€ de chiffres d’affaires, moins les cesu = déficit de l’activité …

Autant dire que je ne prendrai plus ce genre de contrat, mais comment se faire aider chez soi, si le seul fait de louer des chambres l’interdit ?

Au lieu de vous aider à vous en sortir on vous enfonce.

On ne va pas demander des comptes a un “booking.com” qui encaisse des sommes pharaoniques sans payer d’impôts, ni à des sociétés multinationales basées à l’étranger.

Je n’ai pas cherché à m’enrichir ni à tricher, j’ai au contraire créé de l’emploi, mais ils attaquent les plus faibles car ils ont peur des plus forts.

J’ai fait des recours, tous les recours possibles. J’ai perdu mon temps, au lieu de pouvoir mieux louer mes chambres. Mais c’était un combat que je pensais juste, lié à mon émotion et à ma détresse

En janvier 2015, après ma mise en retraite, j’ai consulté une assistante sociale car je ne pouvais pas payer une telle somme, elle m’a répondu de vendre la maison. Vivrait-elle avec 645 € /mois ?

Je ne pouvais pas engager un avocat à 2 000€ d’honoraires… J’ai donc fait un recours gracieux qui m’a été refusé en bloc, sans motifs de refus.

On m’a dit de me taire et de payer, dans une lettre qui prétend que j’ai été insultante, discourtoise à l’égard d’employés du fisc, que je risquais une forte amende de 7 500€, ou des sanctions pénales.

On laisse repartir du tribunal des récidivistes dangereux en leur disant soyez sages, alors que moi, qui ai créé des emplois avec l’aide d’exonérations pour l’emploi de chômeurs, je les insulte quand je viens réclamer mes droits, me battre contre l’arbitraire.

Dans cette histoire, à mon avis, ce qui m’est reproché, c’est de vendre à mes clients une prestation réalisée par un employé que je payerais en CESU . Ce dispositif est une prestation aidée, d’usage très encadré. L’aide en l’informatique que j’ai reçue de ces jeunes chômeurs m’était strictement destinée, elle a eu lieu dans ma maison, en hiver, période où je n’ai pas de locataire.

Mais le pire est que 6 mois de retraite m’ont été saisis en une seule fois, soit 445.18 €  x 6 de retraite CARSAT et 197.62 € de complémentaire, sans me laisser 6 mois de minimum social (RSA) de cette retraite soit 523€ /mois. La banque m’a même écrit que cette somme, était saisissable dans le cadre d’un avis à tiers détenteur car je l’ai perçue antérieurement à la date de l’avis à tiers détenteur.

J’ai donc passé 6 mois sans aucun revenu, de janvier à juillet, et lorsque ma retraite a été virée sur mon compte, elle a été saisie en totalité. La banque est dans la combine. Heureusement qu’il y a la famille, et l’aide de ma fille.

J’ai fait un recours gracieux en invoquant que ma situation avait changé depuis 2011, il a été refusé sans motif ; ce qui me laisse penser que c’est grave, très grave, jusqu’à saisir une petite retraite de reçue sur 6 mois, pour avoir créé de l’emploi.

Tout cela m’a profondément atteint dans ma dignité de travailleur.

Je comprends que des systèmes parallèles se mettent en place, copartage collaboratif, coopératif, covoiturage, il y a encore  de la souplesse, de la liberté.

En France ce n’est pas qu’il n’y pas de travail, c’est qu’on empêche le travail …

Je voudrais être aidée pour médiatiser mon histoire avant de vendre ma maison et arrêter d’aimer ce travail, pour aller ailleurs dans ce monde et en profiter sans me prendre la tête.

Sincèrement

Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Témoignage glaçant et édifiant sur le mode de pensée et de fonctionnement d’une administration vampirique qui vide de son sang le peuple qui la nourrit.
    Il faut bien comprendre que tous les étages de l’administration fiscale sont aux abois: les caisses sont trouées et vidées avant même d’être remplies, chaque euro qu’ils peuvent voler est considéré comme acquis avant même son transfert de votre poche aux leurs.

    Tiens j’ai reçu ma TF: elle a presque triplée après une révision de la valeur de base de mon logement.

  • Bonne chance Madame. Moi je suis parti de ce pays des le début parce que ce genre de chose me faisait peur. Je sais aujourd’hui que j’ai eu raison.

  • Désespérant…

    N’y a t-il donc aucun moyen, au même titre qu’on peut porter plainte pour harcèlement contre une personne plus qu’insistante sexuellement, de porter plainte contre tous ces foutraques de l’administration pour harcèlement, abus de faiblesse et en prenant en compte les soucis de santé/dépression causés par leurs interventions excessives?
    Parce que le jour où ils auront à assumer effectivement les conséquences de leurs actes et à en payer le prix avec leurs sous, la donne ne sera pas la même.

  • Une solution, la flat taxe.
    On supprime TOUTES les taxes, impôts, prélevements, cotisations, TVA et on instaure une flat taxe à 15% sur le revenu. Aucune déduction.

    Ca évitera le harcelement basé sur des lois incompréhensibles.

    • Parce que vous imaginez que l’administration ne souhaite pas plus de harcèlement et plus de lois incompréhensibles ?

      • Quand je vois le zèle dont fait preuve l’administration pour pourrir la vie des gens et les pousser à bout, je pense aussi qu’il y a des sadiques et des petits chefaillons qui adorent faire sentir qu’ils ont du pouvoir. Les inspecteurs du fisc c’est vraiment des sales bêtes.

  • Sincèrement, je compatis à votre situation.

  • principal problême de la france : des caisses toujours vides , l’argent dilapidé bêtement , un état incapable d’avoir une vision sur le long terme , des cheffaillons de l’administration qui font du zèle et enfoncent les ceusses qui non seulement veulent travailler mais dont les revenus servent à payer les salaires de ceux qui les écrasent …..ils ont la vue bien courte tout ces gens là , et c’est à se demander s’ils ont un cerveau et à quoi il leur sert ….pauvre france va….

  • Pauvre dame…histoire terrible et tristement banale en socialie. Bon courage à elle. Changez de pays.

  • Venez en Roumanie, le peuple y est accueillant, la vie douce et, si l’État est corrompu, on peut ne pas le fréquenter.

  • voilà ce qu’il arrive lorsque qu’on s’amuse a faire tourner en bourrique un agent du fisc , quand c’est trop , il craque et voit de l’arnaque partout..et c’est un peu ça cette histoire !

    • C’est une blague j’espère?!

      • non , cette personne a essayé d’utiliser toutes les niches fiscales possibles sans prendre conseil auprès d’un ‘ conseiller fiscal’ .ces gens n’existent pas pour rien mais parce que notre fiscalité est démentielle !
        je serais contrôleur , je verrais un fort potentiel de redressement dans tout ce fatras et je doute qu’une once de compassion me ferrais dévier de ma route !

        • « cette personne a essayé d’utiliser toutes les niches fiscales possibles sans prendre conseil auprès d’un ‘ conseiller fiscal ». N’importe quoi. Cette personne a essayé de s’en sortir en utilisant le peu de moyens qu’elle avait pour développer son activité. Je ne vois pas pourquoi elle devrait forcément faire appel à un professionnel alors que l’Etat, qui fait les lois, pourrait l’accompagner à mettre en oeuvre correctement les dispositifs qu’elle utilise. S’il n’en a pas les moyens, qu’il fasse des dispositifs simples.

          • le fisc n’est pas au service des citoyens mais de l’état , on peut essayer de se défendre contre lui mais , seule , c’est impossible .

            • « le fisc n’est pas au service des citoyens mais de l’état »

              et …

              l’Etat est au service du citoyen, en principe.

            • Vous avez parfaitement raison @reactitude et vos dire confirment à quel point tout individus compétent qui souhaite travailler et créer, doit fuir la France pour vivre à fond son projet.

        • Je suis d’accord avec vous sur un point: Elle a fait d’elle même une cible facile. Par contre rien de semble laisser penser que sa démarche est malhonnête. Si l’administration avait seulement un once de bonne foi ils ne procéderaient pas comme ça. Il ne s’agit pas seulement de compassion mais déontologie. Il y a déjà eu des suicides, il y aura des meurtres. J’espère que vous aurez autant d’empathie pour ces gens qui craquent et commettent l’irréparable qu’avec les petits kapos qui les poussent à bout.

          • bien sur qu’elle est honnête mais la fiscalité n’est pas faite par et pour les gens honnêtes !
            elle a cru pouvoir utiliser tout ce qu’il est possible pour minimiser ses impôts..le fisc fait de même mais pour maximiser les rentrées fiscales , c’est son job ..le pot de terre contre le pot de fer

          • « Il y a déjà eu des suicides, il y aura des meurtres. »
            Vous ne pensez pas si bien dire. J’ai ete controle plusieurs annees de suite (tres rare pour un salarie) et le dernier prenait vraiment une tournure que ne me plaisait pas, avec des insinuations en tout genre. Si j’avais eu un flingue, je ne suis pas certain que je ne m’en serait pas servi.
            A present, je prefere deleguer cela a un professionnel, je tiens a ma sante mentale.

        • Vous avez parfaitement raison @reactitude et vos dire confirment à quel point tout individus compétent qui souhaite travailler et créer, doit fuir la France pour vivre à fond son projet.

    • Ah ! la belle époque de la collaboration ….

  • Aussitôt que possible il faut fuir ce pays. Partout à l’étranger j’explique à des gens incrédules ce que la France est devenue et qu’une personne un peu au courant ne peut pas créer même un B&B !
    C’ est bien dommage car ce pays avait tant d’atouts.

  • Le salut est parfois dans la fuite.

  • « En France ce n’est pas qu’il n’y pas de travail, c’est qu’on empêche le travail »
    Vous avez parfaitement résumé le mal français avec ces quelques mots. Je vous souhaite beaucoup de courage pour la suite.

  • l’erreur de pardonne pas sur la fiscalité par contre à l’autre bout de la chaine lorsque tous les impots sont rentrés la pas de soucis on peut dilapider l’argent des contribuables sans aucun doute.

    Ou est mr Thevenou ….

    Il y a que deux solutions vous restez pauvre et vous profitez des aides et vous les collectionnés ou vous êtes politiciens et ou très riches et vous avez de bon fiscaliste. l’entre deux va mourir étouffé puisque c’est le seul à être solvable..

    Bienvenue au pays des soviets

  • Et dire que certains nous reprochent notre ultra-méga-giga-turbo-néo libéralisme.

    Je connais un cas qui a du passer devant le tribunal pour avoir détenu des chèques adressés à des propriétaires. Oui, la détention de chèques qui ne vous sont pas adressés est un crime abominable qui mérite une punition sévère. Parce que vous pourriez concurrencer des agences immobilières accréditées.
    Oui la concurrence, c’est méchant c’est trop phorrible. Et le mankagner pour l’état lui est insupportable.
    Il lui faut donc exterminer les gens qui prennent des initiatives.

    La fRance est devenue un pays d’assistés. On ne peut plus rien faire sans l’aide d’avocats.
    Les gens modestes l’ont bien comme il faut…

    FUYEZ, FUYEZ ce pays de nazes ❗

  • Vendez, fuyez !
    Vous n’avez rien à attendre de ces gens.
    Venez vivre à Chypre, si vous parlez même un peu d’anglais : pays accueillant, climat admirable, administration peu tracassière, impôts simples et mesurés, et prix de l’immobilier beaucoup plus bas.

  • Proprement ahurissant d’une administration vampirique qui « tue » les salariés sans aucun remord …Notre pays ne se redresseras pas avec une telle sauvagerie qui décourage les plus optimiste…

  • Ca me révolte. J’en peux plus de ce ridicule au quotidien.
    C’est du pur Kafka.

    Dans mon cas, je pars à St martin, on verra bien ce que ça donne fiscalement parlant (la fiscalité étant apparement indépendante de la metropole depuis peu).
    Et si la bas on me fait encore c****, je partirai encore plus loin.

    Ca ne sert à rien de se battre, ils ont l’arbitraire, je préfère ne pas perdre mon précieux temps de vie avec un bordel pareil.

    A rester en France, de toute manière on aide pas non plus la liberté à s’imposer, je pense personnellement qu’il faudra que le système s’effrondre pour pouvoir tout recommencer à neuf plutôt que de compter sur le peuple français pour qu’il vote (ou déjà veuille) un gouvernement moisn Interventionniste…

  • Histoire terriblement banale qui nous rappelle encore une fois qu’être entrepreneur dans ce pays s’apparente plus souvent à devenir délinquant aux yeux de l’administration. Comme mes confrères, je ne peux que vous encourager à fuir ce pays, et à prendre un repos bien mérité. On parle beaucoup du Portugal, en ce moment.

  • Tout ceci est normal.
    On semble découvrir que nous vivons dans un pays SOCIALISTE.
    Dans les pays socialistes les entrepreneurs sont des « ennemis du peuple » (http://fr.liberpedia.org/Ennemi_du_peuple)

    Les ennemis du peuple ont vocation à être exploités jusqu’à la mort dans les travaux généraux — les travaux les plus durs. Ils sont tout en bas de l’échelle sociale, dominés par le plus petit bureaucrate autant que par le moindre socialement proche. Cela vaut dans les camps de concentration, mais aussi et tout autant dans l’immense camp de concentration qu’est le pays soumis au régime.

    Les libéraux sont les pires parmi les pires des ennemis du peuple: ce sont les hérauts sans honte ni remord de la « petite bourgeoisie », i.e., de l’individualisme.

    • Rappelons que la droite n’a fait qu’augmenter les impots, le harcèlement anti-patron et la complexité fiscale. Oui c’est un pays socialiste qui a même converti sa classe politique soit disant à droite.

  • Une seule adresse pour envoyer cette lettre et chercher de l’aide: Contribuables Associés de Benoite Taffin!

    http://www.contribuables.org/

  • Pour les gîtes/chambres d’hôtes, je confirme le délire fiscal.
    C’est juste incompréhensible.

  • Entrepreneur en France pendant plus de 10 ans je suis parti il y a 2 ans. Depuis j’ai remonté une affaire avec succès et il me reste 4 fois plus qu’en France dans un pays où la vie est moins cher, où on me laisse bosser. Et je suis zen, ce qui vaut bien plus que tous les revenus!!

    Je ne saurais que trop encourager les entrepreneurs et les jeunes ambitieux à quitter la France qui ne les aime pas.

    Fuir et priver ce système de son argent, c’est un acte citoyen, un peu comme quand on prive une tumeur de l’afflux sanguin pour tenter de sauver le cancéreux en phase terminale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles