Tout aliment est génétiquement modifié

Quelques idées reçues à propos des OGM méritent d’être révisées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'innovation technologique rend les aliments moins onéreux (Crédit infographie : HumanProgress.org, libre de droit)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout aliment est génétiquement modifié

Publié le 14 septembre 2015
- A +

Par Chelsea German, depuis les États-Unis
Un article du Cato Institute

Tech_Innovation_and_Agriculture_DL
L’innovation technologique rend les aliments moins onéreux (Crédit infographie : HumanProgress.org, libre de droit)

 

Un article récent de Business Insider sur les ancêtres sauvages des fruits et légumes modernes en peignait un sombre tableau. Une carotte ressemblait à n’importe quelle racine brune maigre arrachée de la terre au hasard. Le maïs était presque aussi fin et immangeable qu’un brin d’herbe. Les pêches étaient autrefois des baies minuscules avec bien peu de chair. Les bananes étaient les moins identifiables de tous les fruits, dépourvues des deux caractéristiques associées avec leurs homologues modernes : la peau pratique à enlever et l’intérieur sans pépins. Comment ces plantes à peine comestibles se sont-elles transformées en ces appétissants fruits et légumes que nous connaissons aujourd’hui ? La réponse est l’ingéniosité humaine et des millénaires de modification génétique.

blogpic1
Carottes – Photo Credit : Genetic Literacy Project and Shutterstock via Business Insider

 

L’humanité n’a cessé d’innover pour produire plus de nourriture avec moins de terres, moins d’eau et moins d’énergie. En conséquence, la nourriture est non seulement plus abondante, mais elle est aussi proposée à des prix toujours plus bas.

Le rythme des avancées technologiques peut parfois être, passez moi l’expression, difficile à digérer.

La viande cultivée en laboratoire, créée sans la nécessité de tuer un animal, est déjà une réalité. Le premier hamburger cultivé en laboratoire est apparu en 2013, et coûtait alors plus de 300 000 $, mais le prix du steak haché de laboratoire a depuis chuté, et le créateur de cette innovation « prévoit d’être en mesure de produire des steaks hachés sur une échelle suffisamment importante pour les vendre moins de 10$ la pièce dans les cinq ans à venir. »

Les personnes qui ne mangent pas de viande sont toujours plus nombreuses, et la culture en laboratoire est une excellente nouvelle pour ceux qui sont végétariens uniquement pour des raisons éthiques. Il faut actuellement plus de terres, d’énergie et d’eau pour produire une livre de bœuf qu’on ne le fait pour produire des calories équivalentes sous forme de poulets ou de céréales. Ainsi, la viande cultivée pourrait également conduire à d’énormes gains dans l’efficacité de la production alimentaire.

Un autre bel exemple du progrès humain dans le domaine de la nourriture est le riz doré. L’Organisation mondiale de la santé estime que 250 000 à 500 000 enfants deviennent aveugles chaque année en raison de carence en vitamine A, et environ la moitié d’entre eux meurent dans l’année où ils perdent la vue. Le riz doré, qui doit en grande partie son existence à une fondation privée, la Fondation Rockefeller, est génétiquement modifié pour produire du bêta-carotène, que le corps humain peut transformer en vitamine A. Des centaines de milliers d’enfants des pays en développement pourraient voir leur carence en vitamine A éliminée par le riz doré et ainsi échapper à la cécité et à la mort.

Contrepoints807 - OGM - René Le HonzecLes humains n’ont cessé de modifier les aliments depuis des millénaires, et aujourd’hui nous pouvons le faire de bien des façons, de la viande cultivée au riz doré. Malheureusement, il est devenu à la mode de redouter les organismes génétiquement modifiés (OGM) modernes, même si les scientifiques conviennent globalement qu’ils sont sans danger.

L’hystérie anti-OGM a incité la chaîne de restaurant populaire Chipotle à se qualifier très récemment « sans OGM » (affirmation très douteuse), inspirée par un mouvement politique qui exige l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés (une réglementation inutile laissant entendre aux consommateurs que les OGM sont dangereux), et alimente également l’opposition au riz doré.

Matt Ridley, membre du conseil consultatif de HumanProgress.org, a résumé le problème dans une récente tribune publiée par le Wall Street Journal :

« Après 20 années et des milliards de repas, il n’y a encore aucune preuve que les [OGM] nuisent à la santé humaine, et il y a de nombreuses preuves de leurs avantages environnementaux et humanitaires.

Enrichi de vitamines GM le « riz doré » pourrait sauver des vies dans l’avenir, mais Greenpeace s’y oppose. Les producteurs bangladais d’aubergine pulvérisent leurs cultures avec des insecticides jusqu’à 140 fois en une saison, au risque de leur propre santé, parce que la version OGM de la plante qui résiste aux insectes est farouchement condamnée par les écologistes. L’opposition aux OGM a certainement coûté bien des vies.

D’ailleurs, que remplacent les OGM ? Avant l’invention des cultures transgéniques, le principal moyen pour créer de nouvelles variétés était « la sélection par mutation » : brouiller l’ADN d’une plante de manière aléatoire, en utilisant des rayons gamma ou des mutagènes chimiques, dans l’espoir que certains des monstres ainsi produits auraient de meilleurs rendements ou de nouvelles caractéristiques.

Par exemple, l’orge « Golden Promise », le favori des brasseurs bios, a été produit de cette façon. Cette méthode, pourtant moins sûre que le transfert de gènes bien connus, n’est pourtant soumise à aucune réglementation particulière. »

Heureusement, si les règlements inspirés par le sentiment anti-OGM peuvent ralentir les progrès, il est probable qu’ils ne peuvent le faire indéfiniment. Pour ceux qui veulent éviter les aliments GM modernes, le marché pourra toujours fournir des alternatives plus traditionnelles, et pour le reste d’entre nous, l’ingéniosité humaine continuera probablement à augmenter l’efficacité agricole et améliorer la nourriture d’une manière que nous ne pouvons même pas imaginer.

Pour en savoir davantage sur les progrès que nous avons déjà faits, visiter HumanProgress.org et sélectionner dans « Browse Data » la catégorie « Food ».

Traduction de « Human Ingenuity and the Future of Food » par Gérard-Michel Thermeau pour Contrepoints.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Un peu trop de religiosité dans cette article; que remplacent les OGM ? Les rayons gamma ? euh …. si l’auteure pouvait quand même préciser que la sélection massale, ça existe depuis des lustres, et que ça fonctionne aussi très bien pour faire de la sélection (pas besoin de rayons gamma) … … Sinon nos grands-parents n’existeraient pas et on ne serait pas là pour en parler …

    Les OGM ne sont que la continuité de l’agriculture « industrielle » mendéliste initiée au début du XX siècle, dont l’efficacité n’est plus à démontrer en terme de rendement. Science qui est elle même devenue une nécessité face à l’augmentations de la population et à son urbanisation (on ne consomme plus localement). Soit. Car quel écologiste serait contre le fait qu’à surface égale, on arrive à produire 2 fois plus ! Cela ne signifie-t-il pas quand même qu’on arrive à se nourrir pour une déforestation deux fois moindre ! Beau progrès ! … si toutefois si on accepte d’être deux fois plus nombreux … mais là est un autre débat.

    Une variété sélectionnée, et les OGM en sont l’apothéose, devient « invariante » pour l’agriculture, l’industrie et les commerces qui en dépendent, et par conséquent permet d’élaborer une chaîne de production à l’efficacité économiquement redoutable (on parle bien d’économie, pas de goût ni d’environnement). On touche à l’invariance, ce Grâle de la science. Justement, Darwin a montré que la Nature ne mettra pas longtemps à trouver une parade contre les insecticides produit par certains OGM. Les OGM, une course perdue d’avance ? Certe, mais même sanction pour tout insecticide « chimique » voir « naturel ». Alors qu’est-ce qui dérange ? Et bien ce petit détail, le fait que les plantes peuvent aussi évoluer « seule » (sélection massale), et qu’on peut aussi leur préparer des environnements sains dans lequel elles peuvent exprimer toute leur potentialié (culture hors sol). Bref, des vérités à étouffer à tout prix dans un marché de dupes.

    Car on n’est pas loin de tomber dans la « caricature » religieuse. A l’époque de la découverte du mendélisme, point de transports aussi efficaces, point de frigo, point de robotique, point de biologie des sols ! Le progrès technologique n’a-t-il justement pas fait qu’il serait possible de retrouver des pratiques agricoles plus « anciennes » car mieux maîtrisées. C’est là tout le problème des OGM, une avancée dont la légitimité est quand même sérieusement entamée par le progrès des autres sciences dont s’est emparée l’agriculture ! Et oui, la question ne peut plus être élucidée: grâce au progrès, a-t-on vraiment encore d’OGM ? Rien n’est plus sûr.

    Car entre une bonne tomate massalement sélectionnée dans son potager et cultivée sans aucun traitement (oui, ça existe! Avec quelques fondements agricoles tout aussi scientiques que les OGM !) et une tomate fragile, qui produit en plus ses propres insecticides, et conforme en tout point à la chaine industrielle et commerciale sous-jacente, alors espérons que le libéralisme sera aussi garant d’encore laisser le choix au consommateur.

    Riz doré ? Mais pourquoi de la vitamine A produite par le riz alors que l’industrie pharmaceutique pourrait facilement résoudre le problème. On peut douter de l’humanisme des producteurs d’OGM dans cette niche commerciale béante. Par contre, on peut aussi faire un parallèle entre leur propension à profiter de la misère humaine et la pratique rétorique ancestrale des religions … …

    Dans le doute ambiant, le citoyen ne demande que la traçabilité et le choix. C’est ça le libéralisme ! Et il semble que cette règle soit loin d’être respectée, ni du coté des agriculteurs et industriels (opacité), ni du côté des anti (violence et sabotages).

    • Juste un petit mot sur le riz doré : peut-être simplement qu’il est plus simple et moins cher pour tout le monde d’inclure directement les apports en vitamine A dans l’alimentation que d’avoir d’un côté l’alimentation et de l’autre les petites pilules à gérer, distribuer, administrer, prendre, etc.
      Mais soyez sûr que du côté de Greenpeace la messe est dite, mieux vaut Sanofi que Syngenta (qui appartient en partie à Novartis, les pharmaciens sortis par la porte reviennent par la fenêtre…), malgré la license permissive accordée à la culture de ce riz (voir la page wikipédia pour plus d’informations)
      Sur le même sujet, lire aussi cet article, particulièrement édifiant : http://www.slate.fr/story/105239/danger-ogm-pas-ou-vous-croyez

      • ce n’est pas dans les pratiques des pays concernés d’acheter des médicaments à consommer tous les jours: l’incorporation dans le riz est donc une simple question d’efficacité.
        Une précision: Syngenta n’appartient pas à Novartis ( même si certains actionnaires peuvent être communs) .Les activités d’agrochimie et de génétique végétale ( semences) de Novartis ont été séparées ( et fusionnées avec celles de Zeneca ) de l’activité pharma.Syngenta a abandonné ses brevets sur le riz doré en 2004.

      • 1°) Le problème est que la vitamine A en trop grande quantité est véritablement toxique: il convent donc de mesurer les doses absorbées avec du riz doré par les populations: si on a remplacé les plantes par des comprimés, dans la pharmacopée, c’est bien qu’avec des plantes, on ne connait pas la quantité de principe actif administrée: argument a contrario: le « hakik » actuel est bien plus efficace que celui des hippies car les doses de principes actifs (canabinoïdes) y sont plus présentes ou sous des formes plus efficientes.

        2°) il n’y a pas « les O.G.M. »(comme il n’y a pas « LE » cancer), chacun peut être différent avec des buts différents: insecticide, plus productif, résistant à des maladies, etc … Le problème est que la firme Monsanto qui protège ses créations d’un brevet, a aussi eu soin, un jour, de rendre des plantes dont les fruits ne sont plus capables de donner la vie, obligeant ainsi, contre toute la tradition paysanne, de racheter des semences chaque année, au lieu de garder une partie de la récolte pour reéensemencer le champs! Là, évidemment, c’est créer un monopole, un business reproductible et, en fait créer véritablement un dol à leur seul profit. Cela, c’était difficilement acceptable (déjà, les brevets !!!).

        3°) Bien sûr que c’est le Père (ou le Frère) J.G.Mendel, moine tchèque, de son état, qui avec ses croisements de petits pois, a eu vaguement conscience, le premier, de ce que nous appelons maintenant la génétique. Et @ edc 10 ne l’a pas oublié! Depuis lors, bien des croisements naturels ont été tentés: qui n’a pas vu un blé d’hiver à tige plus courte? Qui ignore que chaque année, on crée de nouvelles roses?

        4°) CONCLUSION: toutes les variétés d’O.G.M. ne sont certainement pas à rejeter mais il est clair qu’elle doivent être consciencieusement étudiées, y compris en pratque (le fauchage écologique de champs expérimentaux est un crime imbécile contre la science, sur ce point), y compris sur l’effet à distance puisque les plantes immobiles, par définition, n’ont pas le plaisir de copuler. Donc contrairement à l’esprt français qui adore les polémques tranchées entre pour et contre, ici, ce n’est franchement pas indiqué. Que ce soit inscrit sur le packaging alimentaire, ça ne me dérange pas: chacun achète ce qu’il veut et les yeux ouverts plutôt que fermés, c’est mieux. La transparence est une dimension actuelle à laquelle la France échappe bien trop souvent!

        • L’eau aussi est toxique en trop grande quantité…
          Quant au riz doré, rien que pour atteindre les 600 mg quotidiens recommandés par la FAO il faudrait en consommer deux kilos (sec) par jour! L’alarmisme de Greanpeace, qui a d’ailleurs habilement modifié son discours, est encore une fois totalement déplacé.

  • Article amusant par ses a priori et sa grande ignorance de l’origine de l’amélioration , au niveau rendement et production , des fruits , légumes , animaux domestiques …En effet , si l’on peut considérer que la sélection génotypique n’a guère plus de 50 ans , la plupart des progrès constatés dans l’amélioration des plantes , animaux au niveau rendement , l’a été par sélection massale ou phénotypique ( c’est le producteur qui , au niveau de caractère extérieur ( meilleure production , résistance aux maladies ,) et par analyse et observation visuelle , conserve et multiplie les meilleurs sujets …

    Bref , le génétiquement modifié a été lancé non à partir de la plante sauvage mais à partir des sélections phénotypiques , patiemment utilisées , pendant des millénaires , par nos ancêtres paysans et éleveurs …

    Ex : une vache à lait , sous Louis 14 pesait entre 300 et 400 kg et maintenant en 600 et 700 en moyenne

    • Visiblement vous ne savez pas ce qu’est une plante transgénique.
      J’ai travaillé pendant 14 ans dans un laboratoire entièrement dédié à la trans-génèse végétale et quand j’écrit un article à ce sujet sur mon blog, je sais évidemment de quoi je parle.
      Je suis allé assister à un congrès de l’IAEA à Kuala-Lumpur sur la trans-génèse par les rayons gamma évoquée plus haut. Les résultats sont hautement décevants car ils sont hasardeux. Modifier un gène, introduire un gène étranger ou des multi-copies d’un gène déjà existant de manière spécifique sont des approches plus rapides et moins coûteuses que la sélection variétale évoquée dans certains commentaires. L’opinion est complètement pourrie par des groupes écologistes politisés et par exemple en France il n’y a pratiquement plus de recherches sur les plantes génétiquement modifiées. Monsanto, la bête noire des écolos, a tenté de faire de la sélection par marqueurs (flag-assignment en anglais) ils ont abandonné car c’est aussi hasardeux que les rayons gamma. Enfin, pour en terminer, l’utilisation du CRISPR en trans-génèse végétale présente d’immenses espoirs …

  • Avec une telle mentalité, notre chercheuse aux USA serait en France une chercheuse au chômage, honnie par nos petits hommes verts certifiés 100 % sans OGM, des pieds au cerveau. Et comment oser mettre dans la balance ( à leurs yeux si je puis dire) la vue de 250 000 à 500 000 enfants/ an face aux intérêts tellement supérieurs de la Planète. Vous devriez avoir honte.

    • Christial ,

      Ne seriez vous pas un peu hors sujet ? pourriez vous reformuler , par priorité par rapport à ma réaction , peut -être …

    • @ Christial : Ne tombez pas dans le panneau humanitaire. Que la vitamine A et son contenant pharmaceutique soit produite par des OGM dans une usine (fermée) puis délivrée comme un médicament, ou bien produite directement dans le riz que vous « devrez » manger, vous comprenez bien que ce n’est pas le même problème !! C’est peut-être moins cher au final, mais les implications sont tout à fait différentes.

      Autrement dit, les OGM ont toute leur place dans ce monde, l’agriculture étant « spéciale » car rien n’est confiné. D’ailleurs, des bactéries génétiquement modifées produisent déjà des substances « utiles » dans des usines : là est le grand avenir des OGM qui font bouleverser le monde de la chimie organique, de l’énergie, … on peut être pour les OGM mais contre leur utilisation en agriculture, il n’y a rien d’incompatible !

      Quand l’article titre « Tout aliment est génétiquement modifié », c’est captieux !

      Cette chercheuse ne serait peut-être pas au chômage en France, (ou en Europe) si elle ne visait pas le monde de l’agriculture. Il existe beaucoup de domaines industriels où les OGM ont beaucoup à apporter.

      •  » Cette chercheuse ne serait peut-être pas au chômage en France, (ou en Europe) si elle ne visait pas le monde de l’agriculture. Il existe beaucoup de domaines industriels où les OGM ont beaucoup à apporter.  »

        Mais les chercheurs sur les OGM auront du travail là où l’OGM n’ est pas diabolisé. Agriculture ou non le mot OGM en France ( et en Europe ) est synonyme de danger publique.

        D.J

  • La seule critique qu’on peut faire à cet article est quand il est écrit que les OGM ne sont pas dangereux.

    Il est aussi absurde de dire que les OGM sont dangereux qu’ils ne le sont pas : Il s’agit d’une technique, cela ne présume en rien des multiples résultats possibles.

    C’est comme si on disait que fabriquer de l’acier est dangereux : Pour faire un scalpel, un câble ou un canon ?

    @edc10
    S’ils trouvent un marché, c’est qu’il y a un besoin réel. Il n’est pas utile de se trouver de pseudo excuses humanistes pour agir et innover. Laissez ce genre d’argument au socialisme gluant.

    • C’est vrai ce que vous dites, c’est comme les cacahuètes qui sont la 2ème cause de mortalité chez les enfants des pays développés. L’opinion publique n’a pas toujours conscience du danger représenté par les cacahuètes, pour ceux qui me lisent c’est fait.
      Et pour ceux qui vous ont lu, ils savent désormais à quoi s’en tenir sur les OGM.

      PS : Je ne parle pas du danger de l’eau et du nombre de noyés !

    • Précision : je parlais des enfants de 2 ans, chiffres réels.

      • ben il a simplement raison…
        dire les ogm ne sont pas dangereux n’a pas de sens…
        EN outre le débat porte sur un petit nombre d’ogm qui sont des plantes génétiquement modifiées autorisées à la culture dont la dangerosité pour l’homme n’est pas établie qu ne sont donc elles pas dangereuses, du moins pour le moment… et encore.pas plus que les plantes non génétiquement modifiées équivalentes et encore il faut exclure de la dangerosité du mais ogm le fait qu’on marche dessus et se casse la figure…

        • J’espère que des esprits plus aiguisés m’auront compris, je veux dire que tout est potentiellement dangereux, des cacahuètes à l’eau. Ce qu’à dit jesuisunhommelibre est non pas faux mais trivial.

          • Peut-être que mon message portait à confusion : Je suis d’accord avec l’ensemble de l’article, mais je relève qu’affirmer que les OGM ne sont pas dangereux n’a pas plus de sens que de dire qu’ils sont dangereux. Seul un résultat d’une modification génétique pourrait être déclaré dangereux ou non.

            Les daturas, lauriers roses, ifs, sont dangereux. Le blé, les carottes, les pommes ne le sont pas. Dire que les plantes sont ou non dangereuses est donc complètement absurde. C’est la même chose pour des plantes modifiées génétiquement.

    • Merci pour ces liens, j’ai toujours rêvé de voyager dans le temps, plus particulièrement au moyen-âge.
      Je préfère en rire mais le délire de Greenpeace et autres fous furieux verts tourne ici au tragique. Il ne s’agit plus de saper notre économie et de refuser le progrès mais leur folie a franchit un seuil : par dogmatisme laisser mourir des centaines de milliers d’enfants. Je déclare Greenpeace ennemi de l’humanité.

  • les ogm je suis d’accort si cela est fait pour le bien du plus grand nombre . Quand je vois le peu de moralité de nos dirigeants ( politiques et hauts fonctionnaires ) je pense qu’ils vont se partager le gâteau avec Monsanto et autres.il ne faudrait pas reproduire le film`: le soleil vert .

  • Je pense qu’il convient de remplacer organique par Bio .

  • de toute façon aucune plante n’est semblable à une autre a part si on a affaire à des clones , boutures etc par conséquent je peux affirmer qu’un OGM est moins dangereux que n’importe quelle plante livrée a elle même et dites naturelle .
    a mon avis, il n’y aura plus que des OGM cultivés a brève échéance et rien n’arrêtera ce progrès…reste a savoir qui les fabriquera..surement pas la France

  • Bien d accord avec l article.
    On retrouve dans les commentaires la propension des pseudo-experts à introduire les émotions dans la science, et à en imposer la priorité sur les raisonnements scientifiques, c est INSOUTENABLE !
    Il est clair que le Maîs que nous connaissons, provient d une sélection faite par les Mayas de variétés qui se modifiaient naturellement pour répondre aux problemes de plus grande production et de plaisir d un gout meilleur ( une bonne tortilla de mais nixtamalisé !). C est ce qu exprime l article. C est l homme qui a choisi les variétés que la nature modifie elle même.
    Peux t on exiger de tous d assimiler ce fait scientifique et d arrêter de Sacraliser la Nature, comme quelquechose de bon et d immuable ?
    L ignorance scientifique de beaucoup devient un problème de Société !!!!!
    Le Pétrole ou le gaz dit  » naturel  » est pour tout le monde un polluant, pourtant il est fabriqué par la NATURE,
    Le CO2 est une horreur écologique, pour autant chaque mammifère en produit constamment lorsqu il expire! Et les climato-convaincus, ceux pour qui le consensus des facteurs de corrélation prime sur le raisonnement scientifique, vont bientôt devoir nous expliquer que la réduction des émissions de CO2 nécessitera de réduire le nombre d Humains…. J attends patiemment qu ils avancent vers cette idiotie.
    Qui est capable de nous prouver que la Nature Vierge idèalisèe par les Ecolos est un ecosysteme qui n a jamais varié avant l apparition de L homme ? Keep dreaming,,,,
    Arrêtons de SACRALISER LA NATURE, pour en découvrir sa dynamique et son potentiel d évolution.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par André Heitz.

La Commission européenne a organisé une consultation sur la « législation applicable aux végétaux produits à l’aide de certaines nouvelles techniques génomiques ». Elle s’est close le 22 octobre 2021. Les Verts/ALE du Parlement européen ont mis en place un système de contributions panurgiques pour s’opposer à toute réforme.

Pour un esprit rationnel, la réglementation européenne des « organismes » (plantes) génétiquement modifiés (OGM) est un désastre. La directive 2001/18/CE du Parlement européen et du Conseil d... Poursuivre la lecture

biosciences
0
Sauvegarder cet article

Entretien avec Ying Shao, co-founder et CEO de la startup Plantik Biosciences, mené par Corentin Luce.

« En l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, tout ce que vous aviez de combattants rassemblés fut englouti dans la terre, et l’île Atlantide de même fut engloutie dans la mer et disparut » Platon -  Timée

La seule combinaison de quelques lettres contraste parfois avec la kyrielle d’essais, films et autres jeux-vidéo s’en réclamant et qui entretiennent la fascination, exaltent les interrogations. Fatalité que de voir u... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Télescopage heureux : l'IREF Europe – Institut de Recherches Économiques et Fiscales – a publié le 27 mai 2021 « L’aide publique au développement : sans une vraie stratégie, ni contrepartie » ; le même jour, le quotidien Le Figaro a repris une dépêche de l'AFP, « Un demi-milliard d'Africains sous la menace de l'insécurité alimentaire ».

Et nous, Européens, faisons tout pour contrecarrer les mesures qui permettraient de relever ces défis. Les variétés issues des techniques génétiques modernes... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles