Chouette, une non-réforme vigoureuse du droit du travail !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Evolution du code du travail

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chouette, une non-réforme vigoureuse du droit du travail !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 septembre 2015
- A +

En septembre 2014, c’était l’effervescence en Socialie : tout le petit monde s’agitait à la découverte d’un paquet de propositions révolutionnaires émises par un MEDEF qui sortait son gros bazooka pour dynamiter le code du travail. SMIC, répartition du temps de travail, retour à des discussions employeur/salarié moins encombrées de formalisme, tous les ingrédients étaient réunis pour déclencher une véritable tempête chez les syndicats de salariés et au sein d’un gouvernement dont la doctrine n’a jamais su s’accommoder de la notion d’entrepreneur. Heureusement, ces propositions ne furent évidemment suivies d’aucune mise en pratique et la tension redescendit gentiment.

C’est donc avec une relative surprise qu’on apprend, un an tout juste après ce premier ballon d’essai patronal, que le gouvernement tendrait à présent une oreille attentive à une charrette de propositions toutes aussi révolutionnaires du célèbre Think-Tank Terra-Nova.

Terra Nova (avec Nova parce que c’est comme les étoiles du même nom, à savoir aveuglant et particulièrement destructeur, et Terra, parce que la « terra ne ment pas » je suppose), c’est cette association socialiste lucrative sans but pratique qui pond, de temps en temps, l’une ou l’autre étude richement médiatisée pour prouver que, par exemple, l’immobilier mérite d’être réformé à coup de trucs innovants comme des taxes et des contraintes supplémentaires ; c’est de ce Think-Tank cet aquarium à penseurs que sont régulièrement issues les subtiles recommandations économiques d’augmenter les dépenses et les taxations tous azimuts pour justifier la politique keynésienne ou carrément foutraque de l’actuel gouvernement. Bref, si Terra Nova était dans la Formule 1, ce serait la seule équipe à tout miser sur un tricycle à turbo.

terra nova gloubi boulga

On comprendra donc que c’est avec la plus grande circonspection qu’on devra accueillir leurs nouvelles idées concernant le code du travail. Utilisant sans doute la préparation psychologique du terreau socialiste par le travail de Robert Badinter et du professeur d’université en droit du travail Antoine Lyon-Caen, qui remettaient ouvertement en cause un droit du travail devenu illisible et proposaient même de le réformer en profondeur, le Think Tank s’est donc récemment fendu d’un rapport rédigé par Gilbert Cette, un économiste de gauche (comme si, en France, il y en avait encore de droite) et théoricien de la réduction du temps de travail, et de Me Barthélémy, spécialiste du droit social.

Première surprise (modérée) : le nouveau duo confirme qu’effectivement, le droit du travail français est un tantinet complexe et que cette complexité pourrait bien avoir des effets de bords négatifs sur le plan économique. Seconde surprise, plus fondamentale celle-ci : au lieu de préconiser une bonne volée de taxes, comme à l’habitude du Think Tank et des socialistes en général, nos deux rapporteurs tentent de promouvoir « autant que possible » la négociation collective et l’accord entre partenaires sociaux, c’est-à-dire de faire jouer un principe proche de la subsidiarité, qui veut que ce soit les acteurs les plus proches du problème qui le traitent, ce qui revient en substance à placer le Code du travail comme norme par défaut, aisément remplaçable lorsqu’il le faut au niveau local entre adultes consentants. Autrement dit, on fait passer le droit conventionnel avant le droit règlementaire.

antigone code du travailDans cette vision franchement stupéfiante du travail en France, les partenaires sociaux, dans chaque entreprise ou chaque branche de métier, seraient considérés comme des gens normaux, pourvus d’un cerveau pas complètement spongieux, avec une responsabilité d’adultes consentants pas totalement annihilée et auraient donc toute latitude, via un accord collectif, de déroger à la loi et substituer les normes conventionnelles aux normes réglementaires, d’adapter les normes du Code du travail (seuils sociaux, durée du travail, niveau des rémunérations) aux besoins locaux.

Alors oui, sur le papier, c’est carrément libéral.

Ça l’est même tellement que ça rejoint les travaux d’un autre think-tank, nettement moins à gauche que le Terra Nova en question, et qui aboutit globalement aux mêmes conclusions : l’Institut Montaigne, dans son étude « Sauver le dialogue social : priorité à la négociation d’entreprise », dénonce « la construction législative, jurisprudentielle et doctrinale du droit du travail (…) historiquement datée » (ce qui est pudiquement dit pour un Code du travail asphyxiant écrit par des scribouillards qui n’ont, pour leur écrasante majorité, jamais été confronté au travail dans le privé), préconise lui aussi que les accords au niveau des entreprises ou des branche priment sur le Code du travail, ceci permettant de redonner un peu de marges de manœuvre et de performance au modèle actuel.

C’est même si libéral que la plupart des organes médiatiques, des syndicats et des politiciens n’ont pour le moment pas encore réagi devant ces éléments, captivés qu’ils étaient par d’autres sujets, plus graves ou plus cyniquement porteurs pour leurs petites affaires. Il est à noter qu’a contrario, tout comme le peuple a largement démontré à plusieurs reprises être bien plus souple que ses élites en matière de jour hebdomadaire chômé, un récent sondage montre que près des trois quarts des Français sont prêts à abandonner les 35 heures.

Devant ce genre de propositions, on comprend dès lors les petits pas feutrés et aussi discrets que possible de l’actuel gouvernement, franchement peu populaire, n’ayant finalement aucun cap (si ce n’est celui du changement, un peu mince pour faire une belle route décidée) et ayant abandonné toute conviction quelque part dans une déserte campagne française il y a plusieurs mois de cela. Mais là où l’affaire prend un tour vraiment comique, c’est que ces propositions révolutionnaires seront présentées et discutées avec exactement la même démarche que celle qui présida pour la belle et grande réforme Macron.

mr bricolage

En effet, dès le départ, la réforme du droit du travail se place avec un handicap de taille, certainement connu et déjà pris en compte par l’équipe en place : un accord de branche ou au sein d’une entreprise impose une forte syndicalisation des salariés, et, d’une façon ou d’une autre, que ces syndicats ne s’opposent pas stérilement à ces changements. Si, d’emblée, cette absence d’opposition paraît particulièrement difficile à obtenir, l’augmentation de la syndicalisation semble, elle, totalement inatteignable.

En outre, la moindre négociation concernant le droit du travail devra se faire en incluant le ministère du Chômage Travail dont le ministre vient tout juste d’être renouvelé. Chouette, d’âpres dialogues, du compromis taillé au cordeau, de la réforme qui roxxe du chaton mignon, pas de doute, Myriam El Khomeri a tout ce qu’il faut pour tripoter le succès fiévreusement : elle s’y engage même et promet de mettre les doigts dans le droit !

Autrement dit, rassurez-vous : tout comme les propositions initiales de Macron furent copieusement rabotées pour n’être plus qu’une énième couche de législation dans un maquis franco-français de règlements touffus, on peut déjà parier que la réforme du droit du travail dont il est question fera le même trajet ridicule : celui d’une baudruche pleine d’air chaud, brutalement ouverte en plein air et dont le bruit de dégonflement, évoquant celui d’un pet gras, s’ajoutera à celui des autres « réformes » d’un quinquennat vide de sens.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Merci H16 pour ce papier qui éclaire d’un jour nouveau les manipulations de ce gouvernement socialiste.
    Il est à noter une fois de plus que les seules « fausses » réformettes entreprises ne concernent comme toujours que le secteur privé, secteur où l’État n’a pas sa place à priori…
    A contrario, dans le secteur qui concerne au premier chef l’État, le secteur public, le silence est toujours assourdissant. Bizarrement le secteur public n’inspire pas du tout Terra Nova qui n’a aucune idée là dessus…
    Chacun sait que c’est la réforme drastique et la baisse des dépenses publiques qui permettraient une relance de l’emploi privé. Les deux sont étroitement liées.
    Quand on connait la gabegie de cette fonction publique sanctuarisée par les socialistes et que l’on constate leur activisme mou pour faire semblant de réformer le privé on ne peut pas s’empêcher de penser que ces velléités ont pour but principal de leurrer le bon peuple afin de maintenir le statu quo et les privilèges de la fonction publique.

  • Hollande a au moins le mérite d’ouvrir des brêches; maladroitement certes, mais aucun politicien n’a osé aborder les thèmes de la baisse des charges, de la libéralisation de secteurs précis, de réforme du code du travail…
    Bon, au final il ne sait rien passé, voir c’est pire que mieux.

    N’empeche que les Ripoublicains sont bien coincés en dénonçant le fait que le gouvernement ne va pas assez loin et qu’ils ne voteront donc pas le texte alors que n’ont strictement rien fait à quelques éclats près.

    On parlait il y a peu du « jolie troll de sarkozy » concernant le nouveau nom de l’UMP, mais ce troll de Hollande à la droite est ma foi fort bien joué.

  • Si c’est comme l’allègement des charges des entreprises, la libéralisation de l’économie et la baisse des dépenses publiques, ça promet en effet. La photo illustre très bien votre propos!

  • Une « simplification administrative » se solde en général par une multiplication exponentielle des paperasses.
    La « simplification du droit du travail » va entrainer une obésité certaine du dit code qui d’ailleurs ne protège plus personne mais est d’une efficacité certaine sur l’explosion du chômage.

  • Il y en a qui attendent encore des réformes dans ce pays ? Avec zéro de croissance au dernier trimestre on voit bien que l’on va stagner…

  • « un accord de branche ou au sein d’une entreprise impose une forte syndicalisation des salariés »

    françois hollande a déjà fait passer(+/- en douce), un prélèvement syndical sur chaque feuille de paye.
    Il serait peut être de bon ton de demander à chaque salarié sur le compte de quel syndicat il souhaite voir déposer ses billes !

  • j’ai été voir le fameux sondage , marrant , il ne fait pas mention des fonctionnaires, ils en pensent quoi des 35h , au hasard , dans la fonction hospitalière.. ??

  • Encore un excellent texte, percutant.
    Merci H16.

  • Ah tiens, le FN vient de déclarer son opposition à toute réforme du droit du travail, quelle surprise ^^ »

  • Le code du travail protege les travailleurs! Si si il les protège très efficacement du travail! Voir les trois millions et demi de chômeurs.

  • Sarko aussi faisait dans la gonflette, quant à Chirac, lui, il ne faisait même pas semblant de bouger. Les réformes pour de vrai c’est pour 2017 ou 2022, allez au pire 2027 avec une marge de 5 ans. Un peu de patience Mmes et M. les entrepreneurs et chômeurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Sicard.

Les Français auxquels on a toujours dit que le pays est une grande puissance, en position numéro six dans le monde, sont stupéfaits de découvrir avec la crise du  coronavirus qu'il est extrêmement dépendant de l’étranger pour un très grand nombre de produits, y compris les plus essentiels comme les médicaments. Ceux-ci proviennent presque tous de l’Inde ou de la Chine.

Il en va de même pour les respirateurs artificiels dont nos hôpitaux ont besoin pour équiper les services de réanimation : les Allemands ont d... Poursuivre la lecture

Par Xavier Fontanet.

Tout le monde parle de relocalisation et c’est très bien. Est-ce qu’il y a effectivement l’opportunité de le faire aujourd’hui ? Probablement. Ceci dit ça ne se fera pas par un simple claquement de doigts. D’abord, on ne peut pas qualifier la délocalisation d’erreur ou alors cela signifie qu’on n’a rien compris à ce qui s’est passé. Pour prendre les bonnes décisions il faut commencer par analyser les raisons pour lesquelles notre industrie l’a fait. La première idée simple à faire passer c’est que la délocalisati... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'Iref-Europe

Poétiquement, le ministère du Travail vient de pondre le 3 mai 2020 un magnifique document de 20 pages serrées intitulé « Protocole national du déconfinement pour les entreprises pour assurer la sécurité et la santé des salariés ». Ce protocole est paradigmatique des trois caractères contemporains de la réglementation : kafkaïenne, infantilisante et prompte à donner des leçons au secteur privé.

Quelques exemples édifiants

Ce qui est dénommé le « socle du déconfinement » corr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles