Le crime du comte Neville, d’Amélie Nothomb

Le dernier Amélie Nothomb est une réussite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le crime du comte Neville, d’Amélie Nothomb

Publié le 5 septembre 2015
- A +

Par Francis Richard.

ob_b566c0_neville-nothombPourquoi différer plus longtemps l’envie de partager le plaisir que procure la lecture du petit dernier d’Amélie Nothomb, qu’elle a, comme chaque année, à dessein, mis au monde littéraire à (et pour) la rentrée ? Car Amélie Nothomb a le sens du moment opportun pour paraître, dans toutes les acceptions et formes du terme.

Le crime du comte Neville n’est certes pas le plus long des romans de l’auteur belge, mais, tel qu’il est, c’est un véritable bijou. Ce qui illustre bien le fait que la longueur n’ajoute pas forcément à la qualité d’un ouvrage. Aussi est-il difficile de dire s’il s’agit d’un roman court ou d’une grande nouvelle. Mais est-ce bien important ?

Cette fois, Amélie Nothomb fait entrer le lecteur dans un milieu, le sien, qu’elle connaît parfaitement, celui de la noblesse belge, milieu dans lequel il est mortel de commettre un impair et qui vit encore la vie de château. Laquelle n’est pas celle que d’aucuns croient. Il ne faut pas se fier aux apparences, même savamment entretenues.

Vivre dans un château, à moins d’être vraiment riche, ce qui n’est pas souvent le cas des vieilles familles, n’est pas idyllique : il y fait froid en hiver et les mets délectables n’y sont servis que lors de fêtes fastueuses. Le comte Neville, sans avoir pourtant vécu largement, loin de là, à soixante-huit ans (il est de 1946), est ruiné et résigné à vendre Le Pluvier.

Avant de quitter le 2 novembre 2014 ce château qu’il aime, et souffre de perdre, mais dont la toiture s’effondre et qui respire l’inconfort et la fragilité, le comte Neville veut y donner une dernière garden-party le 4 octobre. S’il sait bien faire une chose, c’est organiser un tel événement mondain, recevoir des invités et célébrer de cette manière l’honneur familial.

Le comte Henri Neville, s’est marié en 1990 à Alexandra, de vingt ans sa cadette (elle est de 1967), belle femme (« la beauté féminine était sa drogue dure ») mais issue de toute petite noblesse. Ce qui pour le paternel d’Henri, Aucassin, est rédhibitoire. De leur union naissent trois enfants, Oreste en 1992, Électre en 1994 et Sérieuse en 1997 :

Quand on l’interrogeait sur le prénom de la petite dernière en s’étonnant qu’il n’ait pas eu la cohérence de l’appeler Iphigénie, il disait :

– J’ai plus de tolérance pour le parricide et le matricide que pour l’infanticide.

Sérieuse est une enfant bien différente de ses deux aînés. Une nuit elle sort du château pour la passer en forêt. Elle veut simplement savoir comment c’est. Une voyante, Rosalba Portenduère, qui passe par là, l’emmène chez elle et appelle son père qui vient la chercher. Elle sermonne le comte et se demande s’il s’intéresse assez aux ressentis de sa fille :

Depuis des années, pour d’obscures raisons, les gens ne se satisfaisaient plus des termes sentiments, sensations ou impressions, qui remplissaient parfaitement leur rôle. Il fallait qu’ils éprouvent des ressentis. Neville était allergique à ce vocable aussi ridicule que prétentieux.

En partant, cette voyante, après qu’elle l’a questionné et qu’il lui a confirmé qu’il donnerait bientôt une grande fête chez lui, lui fait cette prédiction : « Lors de cette réception, vous allez tuer un invité. » Cette petite phrase de la voyante va empoisonner les esprits du comte et de sa fille Sérieuse pendant les quelques journées et nuits qui précèdent encore l’événement.

Cette petite phrase hante réellement le comte Neville. Elle lui rappelle une histoire similaire qu’Oscar Wilde raconte dans Le Crime de lord Arthur Savile, qui l’a fait rire dans sa jeunesse et qu’il rachète en collection folio. Mais il ne rit plus. Comme presque tout le monde, il ne croit aux prédictions que si elles le concernent : « Même le sceptique le plus cartésien croit son horoscope. »

Amélie Nothomb raconte avec humour, et esprit, les affres dans lesquelles est plongé le comte Neville par cette prédiction d’un crime qu’il commettra lors de sa dernière garden-party au Pluvier. C’est à proprement parler désopilant comme la satire pleine d’affection qu’elle fait de la noblesse belge à laquelle elle appartient. La fin fait même rire aux larmes, car elle est… burlesque.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • *de l’auteure belge, puisque c’est une femme. 🙂

    • Et les formes « auteuse », « autoresse », « autrice » et même « authoresse » (sic), quoique plus rares, pourraient sans doute aussi bien faire l’affaire. Faites confiance aux fonctionnaires et politiciens, d’ici ou là-bas, que le pays soit plat ou pas, pour se mélanger les pinceaux sémantiques.

      Je ne suis pas fan de Nothomb, mais ce court article me donne envie de découvrir le crime de ce vieux comte ruiné et résigné.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

L’Amérique Empire
1
Sauvegarder cet article

Quiconque s’intéresse aux affaires internationales ne peut rester indifférent au rôle des États-Unis dans le monde. Certains voient la politique étrangère américaine comme une aubaine, les États-Unis ont assuré une paix globale, une pax americana, depuis 1945 et de surcroît depuis 1991. D’autres voient plutôt la politique étrangère américaine comme néfaste pour le monde et pour les Américains eux-mêmes, comme un véritable obstacle à la paix et à l’harmonie entre les nations.

Nikola Mirković, analyste en géopolitique, appartient clairem... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’écologie est un domaine gangrené par le poids du politique, de la démagogie, du militantisme outrancier et de l’idéologie. Difficile, trop souvent, de faire la part des choses entre ce qui relève du mythe, des préoccupations légitimes et fondées, de la bonne conscience achetée à bon compte, de la posture ou de l’imposture. Il s’agit d’une question sur laquelle il est devenu difficile de débattre, sous peine de se retrouver ostracisé. Sauf à être en phase avec ce qui, au sein de l’orthodoxie, a rang de vérité incontestable.

C’est pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles