La gauche se déchire sur l’Europe

La question européenne pousse la gauche à prendre position et donc à recomposer l’offre politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La gauche se déchire sur l’Europe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 août 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe

Conflit - Arguments (CC0 Public Domain)

L’Europe est-elle en train de reconstituer l’offre politique de gauche ? Cet été soulève une multitude de questions dont les réponses méritent d’être méditées avec soin. En Grèce, l’éclatement de Syriza qui a divisé la gauche de la gauche et animé la Fête de la Rose à Frangy-en-Bresse, l’implosion d’EELV, le passage de Chevénement à l’université d’été de Debout la France, la polémique soulevée par Jacques Sapir sur une alliance avec le Front National montrent bien que la question de l’Europe et de son sens provoque une recomposition fulgurante de l’échiquier.

Accepter ou non une Europe germanocentrée, telle est la question

Qu’on le prenne dans n’importe quel sens, le problème revient toujours pour la gauche : faut-il ou non accepter cette Europe de Maastricht, avec son euro fort et sa politique budgétaire restrictive, qui fait la part belle à l’Allemagne ?

Entre un François Hollande, qui encore tout frétillant de sa victoire en mai 2012, s’était ramassé sur le casque à pointe de Mutti Merkel et avait dû admettre au bout de quelques semaines (voire quelques jours) que les traités ne seraient ni renégociés ni assouplis, et Jean-Luc Mélenchon qui a dit, dans son dernier livre, tout le bien qu’il pensait de l’Allemagne, on voit que le sujet incontournable qui agite la gauche est celui de l’euro, ou de son rejet, avec toutes les conséquences qu’il emporte.

La question européenne apparaît de plus en plus comme une lame de fond qui fracasse la gauche.

La désillusion Syriza

De façon assez amusante, l’expression de « lame de fond » est venue de Jean-Luc Mélenchon au moment de la victoire de Syriza, en janvier 2015 :

« C’est une page nouvelle pour l’Europe. Peut-être que nous tenons l’occasion de refonder l’Europe, qui est devenue l’Europe fédérale des libéraux », a affirmé Jean-Luc Mélenchon sur BFM TV, pour qui le succès de Syriza « est une lame de fond ».

La suite a permis de vérifier, une fois de plus, le grand sens des réalités et de l’anticipation propre au Front de Gauche et à ses affidés. Pour rire, on rappellera les déclarations de Clémentine Autain, grande spécialiste des révolutions sur la rive gauche, le soir du referendum fantasque organisé par Tsipras :


Le «non» au référendum grec, «un tournant… par libezap

La suite a montré la beauté de ce tournant historique…

L’intérêt de Tsipras est d’avoir posé la question du réalisme politique : faut-il gouverner avec les réalités ? ou faut-il s’en affranchir pour tenter l’aventure ?

L’aventure d’aujourd’hui s’appelle démantèlement de l’euro et fin de l’Europe maastrichtienne.

Les aventuriers la mettent en veilleuse au PS

Avec le départ de Montebourg, puis le 49-3 sur la loi Macron, Valls a mis K-O ses frondeurs et autres contestataires convaincus qu’ils peuvent réorienter l’Europe. La venue de Varoufakis à Frangy-en-Bresse et l’isolement apparent de Montebourg dans sa démarche ont bien souligné la difficulté, au sein du PS d’aujourd’hui, de promouvoir une vision « volontariste », comme on disait à l’époque où la politique budgétaire existait encore.

Oui, je sais, on a oublié cette époque où la dette publique était à peine à 40% de PIB, où l’inflation rôdait et réduisait presque automatiquement les déficits.

La polémique Sapir en dit long sur les tensions internes

Après avoir écrit ou déclaré qu’une alliance de tous les opposants à l’euro, dont le Front National, était souhaitable, l’économiste Jacques Sapir, réputé d’extrême-gauche, est désormais blâmé pour accusation publique par ses amis et fait l’objet d’un procès en sorcellerie. Il devrait prochainement être envoyé dans un goulag au Venezuela, escorté par des fans de Mélenchon.

En attendant, on voit bien que, sous la pression de la « lame de fond », les anciennes digues sont en train de rompre, et un certain nombre d’opposants à l’euro se disent que les postures mélenchoniennes ont un peu moins d’avenir que les coups de bélier lepénistes. À méditer…

Chevènement passe à droite

Autre souverainiste à suivre la voie pavée par Sapir : Jean-Pierre Chevènement, qui se dit que, à gauche, la lutte contre l’euro se présente plutôt mal. Le survivant, chassé de son parti au printemps, participe à l’université d’été de Debout la France. Encore un signal faible qui ne trompe pas sur le tumulte que la question européenne produit à gauche.

EELV, première victime collatérale de la lame européenne

Du côté des écologistes, on n’en est plus à la condamnation individuelle des dissidents : c’est plutôt un exode massif qui se prépare. Le noyau des contestataires fait le ménage et rend impossible la cohabitation avec les « réformistes » qui préfèrent gouverner les mains sales que s’opposer les mains propres.

Certes, les ruptures chez les Verts s’expliquent aussi par une ruse à la sauce hollandaise : ceux qui ne s’imaginent pas d’avenir à suivre Cécile Duflot et ses prévisibles 3 ou 4% aux présidentielles, préfèrent plier armes et bagages pour guigner un statut équivalent aux Radicaux de gauche et survivre en politique en jouant les supplétifs du PS. On imagine sans mal que leur sortie était préméditée : François Hollande a tellement besoin de ruiner les chances de ses concurrents à gauche pour passer le cap du premier tour en 2017 que les sorties des caciques apparaissent du coup téléphonées.

Une recomposition de la gauche

Il n’en demeure pas moins que la question européenne participe à la recomposition de l’offre politique à gauche. Je veux d’ailleurs bien prendre les paris : d’ici 2018, un bloc souverainiste appelant à une Europe franco-centrée apparaîtra à gauche, les héritiers, en quelque sorte, des Danton et consorts qui firent la guerre à l’Europe pour y diffuser leurs idées.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La gauche est morte et il n’en reste plus que la nostalgie des grands soirs et des matins qui chantent (et une bonne bande de notables corrompus qui ne survivent plus que par le clientélisme)

    Mais la gauche fait toujours rêver, elle continue de porter toute la morale, tout le monopole du cœur, de la raison, du sérieux, tout le monopole du bien qu’elle s’est octroyé sans vergogne, détruisant consciencieusement tout contrepouvoir qui pourrait lui contester sa légitimité : église, traditions, spécificités régionales…

    La gauche laisse un pays en ruine, pas seulement dans les caisses, mais surtout dans les esprits, ayant systématiquement détruit tout esprit critique et tout velléité d’entreprendre.

    • Mais la gauche française ( PS + écolos + Fdg ) n’est pas morte puisqu’il faut rajouter à ces partis l’ex Ump , le fn…

      • Je parlais de la gauche des gentils (celle des artistes pauvres qui chantent dans les restos du cœur par pur altruisme pas celle des artistes riches qui chantent dans sacrée soirée)

  • La gauche française espérait pouvoir créer une Europe à son image mais ils se sont rendus compte que la gauche européenne est différente, plus libérale, plus social démocrate que socialiste, bref une gauche entrée dans la réalité et ayant retenu les leçons de la chute de l’URSS et la faillite de Cuba. Il est temps pour la gauche française d’entrer au 21ème siècle.

    • Moi je vois plutôt une violente décuite de la Gauche française, toujours coincée dans un carcan d’idées issues des années 70 et shootée à cette lubie de la lutte des classes (lutte qui n’existe plus vraiment ou a pris une forme complétement différente).
      Ils ont l’esprit lent, la conviction simpliste et brûlante, soutenue par des capacités de raisonnement limitées et qui saturent très rapidement dès qu’on sort de la théorie pour rentrer dans de l’application concrète.
      Parce que le seul et unique moyen d’appliquer leurs idées de «  » »progrès social » »-i-e: plus de marxisme-, et bien c’est de vivre dans une économie fermée ou très fortement régulée par l’Etat. Ils n’évolueront pas de toute façon, car ils vivent dans un délire collectif.

    • Je parlais uniquement du cas de la Gauche française dans son ensemble, pas uniquement des Solfériniens.

  • Intéressant mais le paragraphe sur EELV n’a rien à voir avec le sujet européen il me semble… Les écolos restant en majorité aveuglés par l’UE tellement ils détestent le principe d’état-nation.

    reste qu’on gagnerait ici à citer la croissance étonnatn d’un petit parti anti-UE « l’UPR » qui vient récemment de dépsasser de deusx fois le nombre d’adhérents des verts par exemple, et qui aviat annoncé l’escroquerie Tsipras il y a de nombreux mois, contre l’avis de tous les observateurs éclairés.

  • Un programme de rassemblement anti euro pourvu que les adhérents soient un minimum capable d’intelligence:
    1.Suppression de l’union européenne et remplacement par l’AELE.
    2.Suppression de l’euro et replacement par l’étalon -or ou mieux la liberté monétaire.
    3.Annulation des dettes ne correspondant pas à des dépense d’investissement productifs et limites constitutionnelles stricte à l’endettement.
    4.Obligation d’équilibre budgétaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

eurobonds anti-russe Union européenne nucléaire La politique énergétique européenne Vaccination obligatoire
4
Sauvegarder cet article

Prétendre fonder des alliances politiques entre États uniquement sur des ressorts moraux n’est ni très honnête, ni très réaliste, ni très intelligent. Nier que derrière les discours émouvants et la propagande se jouent des rapports de force et des tensions entre puissances relève de la naïveté la plus éthérée.

À écouter le discours sur l’état de l’Union d’Ursula Van Der Leyen, c’est essentiellement sur un fondement moral que toute l’Union s’engage aux côtés de l’Ukraine pour contrer l’invasion russe. Il est moralement impossible de voi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles