« Faucheurs volontaires » : l’impérieux besoin d’exister

« Inspection citoyenne » à l’INRA de Colmar.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Faucheurs volontaires d'OGM (Crédits Ernest Morales, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Faucheurs volontaires » : l’impérieux besoin d’exister

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 août 2015
- A +

Par Wackes Seppi.

Faucheurs volontaires d'OGM (Crédits Ernest Morales, licence Creative Commons)
Faucheurs volontaires d’OGM (Crédits Ernest Morales, licence Creative Commons)

 

Lundi 17 août 2015 : « Une cinquantaine de « faucheurs volontaires » environ ont pénétré lundi matin dans les locaux de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Colmar (Haut-Rhin), pour une « inspection citoyenne » à la recherche de vignes OGM, a-t-on appris auprès de l’un d’entre eux. » C’est ce qu’écrit Le Parisien « avec AFP ».

Les « faucheurs volontaires » étaient réunis en assemblée générale du vendredi 14 au dimanche 16 août 2015 à Kaysersberg. Les Dernières Nouvelles d’Alsace s’en sont fait l’écho. Les DNA, du reste, étaient également présents à Colmar.

Les « faucheurs volontaires », rappelons-le, se distinguent par des actions de destruction de biens privés ou publics (les vignes de Colmar en 2005 et 2010, les serres du CIRAD de La Valette, près de Montpellier, en 1999, ou encore, plus récemment, le 5 avril 2015, l’essai du GEVES de La Pouëze dans le Maine-et-Loire), que ce soit au champ ou dans les silos ou les cargos. Qu’est-ce aussi que l’« inspection citoyenne » sinon des voies de fait, une intrusion non autorisée dans des locaux, publics ou privés, avec menaces – du fait du nombre – susceptibles de constituer dans certains cas une violation de domicile (la Cour d’Appel de Colmar avait retenu cette charge).

Imaginez qu’une centaine de jeunes pilleurs de troncs d’église se réunissent pour faire le bilan de leurs actions passées et programmer les actions futures (nous prenons cet exemple car les troncs sont notoirement vides). Que feraient nos pouvoirs de police et de justice ? Ici, pour les « faucheurs » – pour lesquels le législateur a même créé un délit spécifique1 – rien.

L’assemblée s’est tenue au Badhüs de Kaysersberg, une salle communale, donc mise à disposition par la municipalité. Étonnant, non ? Car il s’agit d’une forme de complicité et d’assistance à la délinquance en bande organisée. En fait, pas vraiment étonnant…

« « C’est un combat totalement inégal », considère Henri Stoll, maire de Kaysersberg. « Trafiquer le vivant est un crime contre l’humanité. » Pour l’élu écologiste, il était « naturel » d’accueillir l’événement. « Ce sont des gens que je trouve admirables. Ils mènent une bataille pour la vie, contre tout ce qui est en train de détruire la planète. » »

Car ce n’est pas la première fois que la mouvance « écologiste » EELV apporte son soutien aux « faucheurs ». « Ubu empereur » s’inscrit dans la droite ligne de l’apologie de la délinquance par un parti politique pourtant appelé à organiser et maintenir un État de droit. Le journaliste des DNA rapporte ces propos sans le moindre esprit critique. Il est vrai qu’il est seulement payé pour rapporter…

Les militants anti-OGM se sont donc rendus à l’INRA de Colmar pour une « inspection citoyenne ». L’AFP rapporte, avec une incroyable complaisance :

« Une membre des mouvements des faucheurs volontaires, Dominique Delort, a indiqué : « on va aller regarder dans les serres s’il y a des pieds de vignes OGM, comme ceux qu’on avait fauchés il y a cinq ans » »

Voilà donc des individus qui sont capables de reconnaître au premier coup d’œil des vignes génétiquement modifiées. Dans une station de recherche dont ils savaient pertinemment qu’elle n’a aucune activité dans ce domaine2. À quoi rimait alors cette expédition ? Assurer la permanence du mouvement et entretenir le militantisme – fût-ce au prix d’une mascarade – et s’assurer une indispensable visibilité médiatique.

Beaucoup de médias n’ont pas eu la sagesse de passer sous silence cette virée. Nous épinglerons ici une cible favorite : Science&Avenir ; ce fait divers concerne évidemment la science, n’est-ce pas ? Remarquons qu’au fil des nouvelles, la troupe passe d’une cinquantaine à « environ 80 », puis « quelques dizaines ».

Les DNA ont fait très fort dans l’incivisme. Comment peut-on écrire sans sourciller dans ce qui est une publicité à sens unique pour l’assemblée générale :

« Au cours de ces douze derniers mois, ils ont mené plusieurs opérations dites de « neutralisation », au cours desquelles ils versent des produits « naturels mais toxiques » sur les aliments transgéniques » ?

L’auteur de ces lignes ne sait-il pas ce que cela signifie ? Par exemple 3.500 tonnes de soja détruites – pas « neutralisées », mais détruites, rendues impropres à l’alimentation animale – dans le port de Lorient le 19 septembre 2014…

Et que penser de l’AFP dont nous avons déjà critiqué plus d’une fois une attitude qui frise la complicité ?

Quand Le Parisien arrive à poster à 10h18 un article sur un événement qui s’est produit le matin même et aurait pris fin vers 11h30, article agrémenté de la déclaration d’une participante sur ce qu’ils allaient faire, c’est que l’AFP avait été prévenue à l’avance et qu’elle a accepté non seulement de « couvrir » ce qui est et reste un délit, mais aussi de contribuer à la publicité de ce délit ; publicité qui, en fait, est la raison d’être du délit.

À l’heure où nous écrivons, rares sont ceux qui, comme Le Figaro, relayant France Bleu, ont annoncé que l’INRA portait plainte et qui ont aussi rapporté l’événement vu sous l’angle de la victime :

« Le directeur de cabinet du président de l’Inra a indiqué à la radio régionale que « nous allons porter plainte contre eux, pour violation de domicile et je pense menaces, compte tenu des propos tenus, sur leur détermination à revenir et leurs suspicions que nous dissimulons des choses, soit aux pouvoirs publics, soit à la société civile, ce qui est complètement faux évidemment. » »


Sur le web.

  1. Article L. 671-15 du Code rural et de la pêche maritime :
    « Est puni de deux ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende :

    1° Le fait de ne pas respecter une ou plusieurs conditions techniques relatives aux distances entre cultures prévues à l’article L. 663-2 ;
    2° Le fait de ne pas avoir déféré à une des mesures de destruction ordonnée par l’autorité administrative en application de l’article L. 663-3 ;
    3° Le fait de détruire ou de dégrader une parcelle de culture autorisée en application des articles L. 533-5 et L. 533-6 du code de l’environnement.

    Lorsque l’infraction visée au 3° porte sur une parcelle de culture autorisée en application de l’article L. 533-3 du code de l’environnement, la peine est portée à trois ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

    Les personnes physiques encourent également les peines complémentaires d’affichage de la décision prononcée ou de diffusion de celle-ci soit par la presse écrite, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique.

    Les personnes morales encourent, outre l’amende prévue au premier alinéa de l’article 131-38 du code pénal, les peines prévues au 9° de l’article 131-39 du même code. »

    Nous aurons l’audace de relever le déséquilibre manifeste entre les dispositions. La même peine pour un non-respect de règles et un acte de vandalisme.

  2. Le chercheur qui menait la recherche sur la résistance au court-noué par voie transgénique, M. Marc Fuchs, est parti aux États-Unis d’Amérique, à l’Université de Cornell, laquelle s’est empressée de prendre des brevets. Si d’aventure la méthode aboutit et nous revient, les viticulteurs paieront des redevances sur une recherche à l’origine française. Ce n’est pas grave, nous avons les moyens… La demande de brevet – sans nul doute suivie par d’autres – est ici.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Contrepoint, le nivellement par l’intox.

    • juste lol. Donc vous nier qu’une bande d’obscurantistes anti OGM ont saccagés à plusieurs reprises des OGM en violant la loi ? lisez les médias. Le fait que les anti OGM refusent même d’autoriser les recherches sur les OGM montrent bien leur degré d’obscurantisme. Si les OGM sont aussi nocifs qu’ils prétendant, au contraire, ils auraient intérêt à autoriser les recherches sur les OGM
      Je vous conseille de lire mes liens en dessous

    • Que voulez-vous dire? Les faits imputés aux « faucheurs » seraient faux ? Vous considérez leurs actions comme légitimes ? Vous « trollez » ?

    • Jeans: Ou est l’intox? ‘ai vérifié tous leurs dires et franchement je ne vois pas d’intox. L’interprétation du mobile de l’action (la publicité) relève effectivement de l’opinion personnelle de l’auteur mais c’est évident. Dès lors, où est l’intox? Contrairement à vous, l’article étaye ses affirmations. A l’inverse vous nous faites part d’un commentaire de collégien frustré, en terme de niveau d’argumentation. On doit en rester sur cette impression ou vous avez autre chose à nous dire? Parce que concrètement quand on s’oppose à l’auteur avec un commentaire aussi indigent, on finit le soutenir.

    • @jeans: vous ne devez pas lire souvent Contrepoints…

    • Ah ben oui… Pour un écolo, une vérité qui ne va pas dans le sens de la Cause n’est pas une vérité…

      Je constate que cette mentalité est courante chez les verts : si une étude contredit la Cause, c’est que c’est un complot des grandzindustries qui pervertissent la science. Si une étude coincide avec leur cause, on ne peut plus apporter de contradiction, parce qu’on ne peut contester la ScieaaaôÔôônce et ceux qui le font ne peuvent pas être qualifiés de scientifiques et doivent subir l’opprobre…

    • @ jeans

      Comment pouvez-vous cautionner des actes illégaux, sous prétexte qu’ils seraient « citoyens » (ce qui est loin d’être le cas !) ?

      Et si vous trouvez que Contrepoints fait de l’intox, c’est que vous êtes de très très mauvaise foi…
      L’intox, on la subit tous les jours sur vos médias préférés, et par vos bandes de gauchistes-anarchistes qui, bien que représentant une infime minorité, se permettent de dicter une conduite à tenir !

      • Les gauchistes et anarchistes n’ont pas le monopole de l’intox, les « droitistes » et liberaux savent en abuser quand ça les arrange.

  • Pourquoi EELV n’est pas dissout immédiatement?

    Qu’est-ce que vous pensez qu’il arriverait au FN si ses représentants
    – applaudissaient des actions illégales?
    – s’ils y participaient?
    – s’ils soutenaient un mouvement qui a pour but unique d’effectuer de telles actions?

    Au moins le parti serait considéré comme un « infréquentable »!

  • « Trafiquer le vivant est un crime contre l’humanité »

    Là, c’est grave ! Car par définition, l’agriculture, n’est-ce pas déjà en soi trafiquer du vivant ? l’humanité sortie de sa confition de chasseur-cueilleurs n’est-elle pas de facto un crime contre le Vivant, cette idée « coupable » qui sera utilisée comme fondement par toutes les religions monothéistes, avec le fruit « défendu » de la connaissance ?

    La « Nature » ne viendrait-elle pas remplacer ce Dieu catholique mourrant qui avait oeuvré en France depuis ces deux derniers millénaires ?

    • Pas la « Nature », mais la Déesse-Mère, Gaïa, la Terre. On est dans le New-Âge mal digéré. Ce n’est pas le sort des humains qui compte pour les écolos. Du reste, si l’Humanité (les humains, pas le journal) pouvait disparaître, ce ne serait pas plus mal de leur point de vue. Ce qui compte c’est la Terre.

    • Ca va au delà de l’agriculture : c’est toute la nature qui est hybridation permanente depuis des milliards d’années. Comme les écolos sont les plus beaux enfants de l’hitlérisme, faut pas trop leur en demander.

  • Gloups ! Inspection citoyenne ???
    Ca m’évoque des relents de KGB des termes pareils….Comment peuvent-ils utiliser un tel vocabulaire ?

    • Pas le KGB. C’est pire. Puisque ici il est question, non pas d’excès de pouvoir, mais bien d’absence de droit, d’où la formation de milices, qui agissent comme bon leur semble, souvent par la violence. C’est le même phénomène qu’on a pu observer avec les chauffeurs de taxi ou bien les eleveurs, se permettant de « contrôler » la provenance des marchandises dans des établissements privés, a la manière des services sanitaires, mais sans le moindre support légal, seulement la violence et la puissance du nombre.

      • Faut pas déconner non plus, un peu de retenue dans les comparaisons quand même, le KGB exécutait, torturait, envoyait au goulag. La colère légitime contre ces cinglés ne doit pas non plus donner lieu à des raccourcis. Je m’excuse mais ça c’est du même ordre que les gauchos comparant Guantanamo au Goulag (quelques exactions contre des millions de victimes) ou Valls à un ministre Vichyste parce qu’il avait pas été gentil avec le papa de Leonarda.

        • Non, je ne les compare pas au KGB. Ce sont les termes utilisés qui me choquent. Remplace « citoyenne » par « populaire ». Et cette manière de prôner ce qui serait bon pour tous, sans prendre l’avis du peuple, au nom d’un dogme. Normalement, dans une démocratie, ca se joue à un autre niveau, pas par la force de quelques-uns.

  • Les écolos sont les torquemadas modernes , bras armé des verts , nouvelle religion auto-bricolée par des âmes errantes . Le plus rigolo étant qu’ils ne sont même pas capable de juger le ridicule de leur posture , ils se voient sans doute à la pointe de la modernité , quelle ironie .

  • faut pas chercher midi a quatorze heure , l’état est complice , pour quelle raison ….a part l’argent je ne vois rien d’autre qui puisse expliquer leur inaction voir leurs encouragements

  • la citoyenneté est de ne pas respecter la loi pour changer la loi qu’il faudra alors respecter. C’est toujours la même chose j’ai raison je suis dans le camp du bien..

    • c’est de la dictature
      la désobéissance civile pour changer la loi. Prendre appui sur la destruction d’une parcelle de vigne ou autre et bien une agression.
      Il n’y a plus de liberté et de dignité.
      Il est rare que le conversationnel soit utilisé

  • Quand quelqu’un définit, en dehors de toute démocratie et représentativité, son propre objectif et qu’il l’impose aux autres par la force, l’intimidation ou la violence cela s’appelle du terrorisme ? Non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Papy ! Ma prof d'histoire-géo a dit que le glyphosate est cancérigène ». Mon petit-fils a osé contester... Résultat : une menace de punition (dit-il)... Petite plongée dans le formatage des jeunes cerveaux.

Mon petit-fils m'a montré son cahier avec, collé dedans comme c'est maintenant d'un usage répandu, une page intitulée « Fiche de révisions sur l'AGRICULTURE FRANÇAISE ».

J'imagine cette fiche utilisée à Paris, pour et par des élèves qui ne sont jamais sortis au-delà du périphérique...

 

Des « savoirs » à « m... Poursuivre la lecture
talktv
0
Sauvegarder cet article

Il est un pays d'Europe où l'information télévisée échappe encore à une théâtralisation du débat politique inspirée des États-Unis. Ce pays n'est pas la France, où les professionnels au franc-parler, les commentateurs et les milliardaires en quête d'influence médiatique n'ont rien à envier à ceux de CNN, Fox News ou MSNBC.

Non, c'est bien au Royaume-Uni que la résistance aux news à l'américaine reste la plus forte. Un Britannique qui viendrait aux nouvelles après un sommeil de 40 ans trouverait (une fois le maniement de la télécommande... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles