Dévaluation : la Chine entre dans la danse

La Chine vient de dévaluer le yuan pour la 3ème fois en une semaine, suivant ce que font les pays occidentaux. La guerre de la dévaluation a commencé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
yuan-David Dennis- (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dévaluation : la Chine entre dans la danse

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 août 2015
- A +

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse

yuan-David Dennis- (CC BY-SA 2.0)
yuan-David Dennis– (CC BY-SA 2.0)

En choisissant de dévaluer le Yuan trois fois en une semaine – chaque opération étant expliquée comme une action unique qui ne serait suivie d’aucune autre intervention – la Banque de Chine a jeté un nouveau combattant dans l’arène de la guerre monétaire. Une guerre absurde et sans vainqueur possible, qui ne fait que précipiter la mort des monnaies-papier…

Officiellement, la dévaluation chinoise est justifiée par un « réajustement » de la force du Yuan par rapport au dollar. La Chine a raté plusieurs objectifs économiques trimestriels, activité industrielle et croissance, et le gouvernement de Pékin voit sans doute une façon supplémentaire de réagir à la chute boursière qui frappe Shanghai depuis plusieurs semaines – l’indice perdant 30% en juillet. À l’annonce de ces modifications le marché a réagi positivement.

Pourquoi dévaluer ?

Dans le monde des monnaies-papier dans lequel nous vivons, la monnaie n’est rien d’autre qu’une convention contrôlée par la Banque Centrale dont elle dépend, laquelle fixe les montants en circulation et les taux d’intérêt. Ces deux valeurs déterminent la puissance d’une monnaie-papier par rapport aux autres.

Dévaluer une monnaie revient à en diminuer la valeur et donc son pouvoir d’achat. Les importations deviennent donc plus chères, puisque exprimées dans d’autres devises soudainement plus fortes, alors que les exportations sont rendues plus compétitives puisqu’elles s’expriment dans la monnaie affaiblie. La dévaluation s’apparente donc à une mesure protectionniste.

Malgré les apparences, la dévaluation n’a rien d’une panacée. Elle correspond en réalité à un affaiblissement généralisé de l’épargne et des dettes, et surtout des salaires locaux. La « compétitivité » acquise par le biais d’une dévaluation s’accomplit donc en particulier sur le dos des salariés.

De plus, la réalité colle rarement à la théorie. Même les pays exportateurs importent massivement et font souffrir des pans entiers de leur économie. Les exportateurs ne sont pas forcément beaucoup plus compétitifs, ne reflétant que rarement l’intégralité de la baisse de la devise dans leurs tarifs. Les seuls secteurs bénéficiant réellement d’une dévaluation sont ceux de la production agricole et de l’extraction directe de matières premières (par exemple les terres rares ou le charbon pour la Chine) car les coûts de production, principalement les salaires, sont dévalués en même temps que la monnaie. L’impact du coût des importations – carburant, matériel – ne se fait sentir qu’à plus long terme.

On s’en doute, la dévaluation n’amène pas la prospérité sur un plateau. Si c’était aussi simple, les pays avec la monnaie la plus faible seraient les plus riches de la planète. Tout au plus ces modifications de la valeur de la monnaie forcent un réajustement économique faisant des gagnants, l’État et souvent les gros propriétaires et actionnaires, et des perdants, le reste de la population.

La guerre des monnaies

Les chancelleries occidentales ont eu beau jeu de critiquer la manœuvre chinoise sur le Yuan, elles font la même chose depuis des années. QE, taux d’intérêt négatifs, rachats par la banque centrale – c’est-à-dire monétisation – de dette souveraine sur le marché secondaire… Les pays occidentaux travaillent sans relâche à affaiblir leur monnaie sans l’avouer.

Dévaluation, inflation, taux négatifs et autres manipulations monétaires sont devenus, si j’ose dire, monnaie courante. Chacune de ces opérations ne peut amener au mieux qu’une bouffée d’air temporaire et des effets secondaires négatifs à long terme. Mais beaucoup de pays n’ont plus d’autre option. Un quart des revenus de l’État japonais sert à payer les intérêts de sa dette…

Étranglés par une croissance atone, une dépense publique en roue libre, un appétit fiscal toujours plus fort que des recettes décevantes ne parviennent pas à combler, les gouvernements sont prêts à tous les expédients pour prolonger le statu quo et éviter la faillite ou la mise en place de véritables réformes impliquant une réduction du périmètre de l’État – les deux revenant quasiment au même.

Dans cette course à qui s’effondrera en dernier, la monnaie joue un rôle central ; si l’affaiblissement d’une monnaie-papier peut donner quelques mois de répit, alors il n’y a plus à hésiter. Chacun y va donc de son « ajustement compétitif », l’objectif avoué étant de se donner une avance économique sur ses concurrents.

Mais s’ils le font tous ?

Première victime, la Suisse

L’illustration de l’introduction de cet article ne montre pas le franc suisse au rang des combattants, sans doute parce qu’il gît démembré sur le sol de l’arène. La guerre des monnaies a déjà fait une victime.

Par amour de l’Union Européenne, par pur suivisme envers la BCE et parce que les mêmes filières économiques enseignent les mêmes théories fumeuses depuis des décennies, la Banque Nationale Suisse s’est naturellement lancée dans la course à la dévaluation – décidant de rattacher le franc suisse à un euro en perdition en instaurant la politique du taux plancher. Créant des francs ex nihilo pour acheter des euros et faire baisser les cours, ce qui devait arriver arriva. Le bilan de l’institution explosa :

or,monnaie,crise,inflation,prise de position,votation du 30 novembre 2014
La masse de CHF en circulation (cliquez pour agrandir)

Après trois ans de ce régime, même des banquiers centraux imprégnés d’un délire de toute-puissance furent pris d’un doute : la vague d’euros acquis à coups de francs suisses fraîchement imprimés menaçait de les engloutir… Par un matin de janvier, saisis par un réflexe de survie (beaucoup trop tardif pour nous sauver, rassurez-vous) ils décidèrent soudainement de renoncer. Restent sur leurs bras et les nôtres des milliards d’euros impossibles à écouler.

Depuis, la BNS se débat avec ces montagnes de réserves de change totalement ingérables et dont la variation détruit rapidement l’entier de ses fonds propres. À peine cinquante milliards de francs évaporés dans les six premiers mois de l’année 2015, une paille ! En rythme annuel, à peine 15% du PIB national helvétique !

Le Suisse moyen, totalement ignare en économie – une honte au vu de la réputation du pays en matière de gestion – regarde béatement les milliards s’envoler, gobant tout aussi béatement les bobards rassurants selon lesquels la monnaie suisse est bien gérée. Les autorités se livrent il est vrai à de gros efforts pour masquer la situation désespérée du franc suisse, mais on sait déjà que les cantons actionnaires peuvent faire une croix sur les milliards de dividendes auxquels ils s’étaient habitués.

Lorsque les fonds propres de la BNS seront épuisés, ce qui devrait arriver à court ou moyen terme, et que les mêmes cantons, c’est-à-dire les contribuables, devront mettre la main à la poche pour recapitaliser l’institution à coup de milliards, beaucoup de gens comprendront alors à quel point ils se sont fait mener en bateau et ruiner par les gardiens du temple.

Même les gauchistes haineux, heureux alors du bon tour fait aux riches, réaliseront à ce moment qu’en Suisse comme ailleurs l’argent ira en priorité sauver le système monétaire plutôt que financer leurs lubies redistributives… Et leur rire leur restera en travers de la gorge. À n’en pas douter, l’époque sera distrayante. Elle arrive bientôt.

Le champ de bataille du marché des changes

Le FOREX est le théâtre d’opération de cette nouvelle guerre. Toutes les devises majeures, le dollar, l’euro, le franc suisse, la livre sterling, le yen et maintenant le yuan, sont engagés dans une course à l’affaiblissement. Cette trajectoire traduit la volonté de nos gouvernants : des devises valant de moins en moins, pour préserver – disent-ils – l’industrie d’exportation et la compétitivité économique… Oubliant de préciser que cette prétendue compétitivité est acquise sur le dos du pouvoir d’achat des salariés.

Il n’y a pas plus hypocrite que ces politiciens prétendant faire œuvre de progrès social à coups de projets sur salaire minimum ou d’aides financières aux plus démunis, et travaillant simultanément à détruire le pouvoir d’achat de la monnaie.

Quoi qu’il en soit, c’est bien sur cette trajectoire que travaillent les principaux banquiers centraux de la planète, la Chine n’étant que le dernier combattant en lice. Tous les concurrents cherchant à parvenir au même résultat, seule l’intensité permettra de les séparer : plus de QE, plus de rachat de dettes, plus de taux négatifs, tout en dénonçant les manœuvres de ses voisins pour affaiblir leurs devises.

Tout va très bien se passer.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Réaction ridicule..S’ils affaiblissent les exportateurs des autres pays alors les autres pays pourront d’autant moins consommer leurs produits et donc les exportations baisseront à nouveau l’année suivante, ça ne résout rien du tout. Rien qu’avec ça ils ont provoqué une baisse du prix du baril, affaiblissant les pays producteurs qui leur achèteront d’autant moins de produits.

    Heureusement que la Chine était censée passer à un modèle davantage centré sur la consommation des ménages et se réformer, tout ça c’était du vent et le pays semble ne pas vouloir s’adapter, s’accrochant aux vieilles recettes. De plus cela ne rétablira pas la compétitivité chinoise qui s’est érodée

  • Ensuite l’article se trompe : le dollar n’est plus dans une course à l’affaiblissement, la Fed a terminé son QE et réfléchit à augmenter les taux d’intérêt.

    • Merci M.Montabert pour vos analyses pertinentes. On peut tout de même relever que si les Suisses (comme n’importe quel autre peuple) sont ignares en économie, ils ont conservé pour une grande part le bon sens paysan, ce qui fait souvent défaut aux Français par exemple.

      • Pour le moment, ça fait 6 commentaires sans le moindre argument de fond.
        J’aurais quant à moi espéré comprendre pourquoi visiblement les marchés ont cru, au moins provisoirement, la Banque de Chine le troisième jour quand elle a affirmé ne pas vouloir se lancer dans une guerre des monnaies, et n’y avaient pas cru auparavant. J’aurais en effet tendance à suivre M. Montabert, à croire en la fragilité de ceux qui tiennent à maintenir la fluctuation de leur monnaie dans une certaine marge. Toutefois, la mesure de la Chine n’est-elle pas justement destinée à éviter de maintenir artificiellement le yuan trop fort, et à dissiper les tensions ?

        • « Toutefois, la mesure de la Chine n’est-elle pas justement destinée à éviter de maintenir artificiellement le yuan trop fort, et à dissiper les tensions ? »

          Le Yuan ne fluctue pas librement sur le marché, il est tenu par la Bank of China qui l’indexe sur le dollar. Partant de là, les variations possibles sont soit des dévaluations soit des réévaluations. Or, le plus amusant c’est qu’avant cette affaire différents pays s’accordaient à dire que le Yuan était « sous-évalué » et tentaient de faire pression sur la Chine pour qu’elle fasse monter le Yuan, trouvez des articles remontants à quelques mois:

          http://www.bilan.ch/argent-finances/contrairement-fmi-etats-unis-jugent-toujours-yuan-evalue
          http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/06/19/pekin-va-assouplir-le-taux-de-change-du-yuan_1375731_3234.html

          Alors la dévaluation du Yuan, pour apaiser les tensions, on a déjà vu mieux… 🙂

          La guerre des monnaies dure depuis un petit moment mais chacun assure ses grands dieux qu’il n’est pas question de s’y livrer… Tout en faisant ce qu’il faut dans la course à l’affaiblissement de sa devise. C’est de bonne guerre, comme on dit.

          • Comme le dit votre première référence, la sous-évaluation du yuan est bien moins consensuelle depuis quelques mois. On pourrait même interpréter son cours en $ depuis fin 2014 comme une inversion de tendance, contre-carrée entre le 15/3 et le 10/8 par des manipulations dont il n’est pas insensé d’imaginer que la raison était de garder toutes ses chances au yuan d’entrer parmi les monnaies de réserve officielles du FMI. Ce qui n’enlève rien au principe que comme vous le dites, maintenir artificiellement un cours irréaliste est dévastateur pour le pays qui s’y risque, et que, comme vous le dites aussi, les affirmations officielles sur les intentions monétaires ne valent pas l’encre avec laquelle elles sont écrites.

    • Pour l’instant la FED ne fait que « discuter » et ça fait un moment que ça dure.

      Je croirai à l’abandon des taux négatifs par les USA quand je les verrai.

  • Plusieurs commentaires supprimés.
    Merci de cesser les attaques ad hominem, sous peine de bannissements.

  • Peter schiff à une analyse intéressante à ce propos

  • Excuser mon ignorance, mais c’est quoi une QE?

    • Quantitative easing -> assouplissement quantitatif

    • Augmentation massive de cash en circulation, en théorie temporaire. En pratique, pas un cent des QE n’a sorti du système, donc jusque-là c’est de la planche à billet non assumée.

  • Vous voulez parler de l’hyper-mega-dramatico-titanesque dévaluation de 0.160 Yuan pour 1$ à 0.155 Yuan pour 1$ ? Waouh !

    Curieux de critiquer le marché des changes alors que vu les milliers de milliards échangés c’est peut-être le seul marché qui reflète avec une certaine fiabilité l’état et le devenir des économies respectives.

    Le Yuan c’est un taux de change administré mais ma foi assez bien torché. Et sa récente dévaluation par rapport au $ n’avait que pour but de le réajuster par rapport à l’euro qui avait perdu 20% de sa valeur depuis la dernière intervention. Une cote taillée au mieux entre les deux en fait.

    Quand aux bourses chinoises qui ont chuté de 30% en effaçant un pic de 3 mois de gausse elles sont toujours en territoire positif par rapport au 1er janvier 2015 : Gave a assez bien expliqué le pourquoi.

    Le chart du Yuan en $ puis celui en euro pour comparer le différentiel de hausse sur le Yuan qu’a causé la chute de l’euro :
    http://www.xe.com/currencycharts/?from=CNY&to=USD&view=10Y

    http://www.xe.com/currencycharts/?from=CNY&to=EUR&view=10Y

  • Pour voir les bienfaits de la dévaluation d’une monnaie, suffit d’aller faire un tour au Venezuela.

  • Le problème de la Chine c’est devenu le management en période de plein emploi.
    Les ouvriers sont passés à 3 209Yuan par mois (pour le salaire minimum), ce qui est plus que dans de nombreux pays d’Europe de l’Est et se rapprochant du salaire minimum Portuguais.
    Le patron Chinois n’était pas tendre : il licenciait au moindre regard de travers.
    Aujourd’hui, avec la crise, ils sont entrés dans une logique de qualité, et une haute formation des employés, des meilleures conditions, plus d’accès payés par le patron à la Sécurité Sociale Chinoise.
    En période de plein emploi, c’est au patron de ne plus regarder de travers les employés, il peut se vexer et partir avec les gars de sa province dans la matinée, et trouver du travail dans l’après-midi.
    Pour le patron c’est quasi la faillite, il ne pourra pas retrouver une équipe formée, et s’il devait la former à sa production de qualité, il faudrait arrêter les ventes pendant 4 mois…
    En fait il faut au Yuan, il réévaluation de 30 à 40% par rapport au Dollars. Les produits que la Chine cherche à vendre en dévaluant, comme le linge de bas de gamme et les jouets, la papeterie, chaussures de sport, sont déjà partis, Au Bangladesh, Vietnam, et certaines productions déjà revenues en Europe : énormes usines en activité et en construction en Moldavia…Dont la plupart à capitaux… ?? Chinois !

  • Monsieur de Montabert, la grande question qu’il faut se poser c’est plutôt quelle meilleure solution avait la BNS ?

    Laisser filer le cours en 2011 ?

    Je vous prie de croire que je ne suis pas un grand amateur de ce genre de pratiques monétaire mais le choc pour l’économie Suisse aurait pu être bien plus important pour l’économie suisse en 2011 qu’en 2015.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

De nombreux articles mentionnent que l'Arabie Saoudite pourrait utiliser le yuan, la monnaie nationale chinoise, pour ses exportations de pétrole.

Combien l'Arabie Saoudite exporte-t-elle vers la Chine ?

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, les principales exportations du royaume sont destinées à la Chine (45,8 milliards de dollars), à l'Inde (25,1 milliards de dollars), au Japon (24,5 milliards de dollars), à la Corée du Sud (19,5 milliards de dollars) et aux États-Unis... Poursuivre la lecture

De notre correspondante, Julie Decasse.

Le 11 mars dernier, à Maracaibo, la deuxième ville du Venezuela, la tension qui montait depuis des mois a enfin explosé. À la tombée de la nuit, dans une ville plongée dans le noir, jonchée de milliers de tonnes d’ordures, des centaines d’habitants faméliques, armés de haches, de pistolets ou de bâtons, couraient en tous sens, poussant des cris de rage, brisant les vitrines.

D’autres avançaient lestés de sacs de farine, de bidons d’eau, ou d’écrans de télévision aux câbles arrachés. L’odeu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles