« Payé à ne rien faire » : à la SNCF, un scandale peut en cacher un autre

Payé à ne rien faire pendant 12 ans, cet ex-cadre a des choses à nous apprendre…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
SNCF TGV (Crédits : Renaud Chodkowski, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Payé à ne rien faire » : à la SNCF, un scandale peut en cacher un autre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 août 2015
- A +

Alors que tant de Français luttent contre le chômage et la pauvreté, la SNCF – fleuron ferroviaire mondial ultra-rentable et modèle de gestion cité en exemple dans les ouvrages de référence sur le service client – s’engage pour le partage des richesses et la réduction du temps de travail. Ses efforts sont multiples, mais pour rendre son effort lisible, elle a créé l’emploi parfait : celui de Charles Simon.

Charles Simon est cadre à la SNCF et, depuis 12 ans, perçoit une rémunération attractive – plus de 5000 euros brut par mois en échange du minimum absolu du temps de travail : zéro heure.

Charles est responsable de son sort, et se considère comme victime d’une injustice. Il existe une expression pour la situation que vit Charles : il a été mis au placard. On ne lui donne plus rien à faire ; son travail n’a aucune forme d’importance. S’il en est là, c’est parce qu’il a dénoncé une toute petite fraude de 20 millions d’euros.

Détourner 20 millions d’euros en une fois, c’est un joli coup. À titre de comparaison, les époux Balkany, « soupçonnés » de fraude fiscale, ont fait l’acquisition au cours de leur irréprochable carrière politique de biens immobiliers « douteux »1 pour environ 12 millions d’euros : une villa aux Antilles à trois millions d’euros, une propriété en France avec piscine, tennis et golf à quatre millions d’euros et un Ryad à Marrakech à cinq millions d’euros. Si l’épouillage judiciaire s’arrête là pour le couple, ils feront à jamais office de petits joueurs en comparaison avec les malfrats que Charles Simon a tenté de dénoncer :

« Ces manœuvres frauduleuses concernaient, entre autres, la dissimulation d’un rapport de la Cour des comptes relatif au chantier Éole (ligne E du RER) ainsi que des détournements de fonds lors de la construction du TGV Nord. »

Pour une institution ou un élu, les rapports de la Cour des comptes sont à peu près l’équivalent d’un mot dans le carnet de correspondance d’un collégien : il se fait au mieux un peu gronder, et puis plus rien. Que quelqu’un cherche à dissimuler un tel rapport nous apprend que :

  • le lecteur averti devait pouvoir deviner derrière le langage policé et suggestif de l’institution un peu plus qu’une blague lourdement potache,
  • il est plus simple de dissimuler un rapport que d’en altérer le contenu, ce qui est à moitié rassurant.

Comme le soupçonne Charles Simon, l’homme du placard :

« L’attitude de la SNCF n’est pas défendable. Soit il y a bien eu des agissements frauduleux, et il convenait de mener une enquête pour savoir où sont passés 20 millions d’euros. Soit je me trompe, et la compagnie ferroviaire avait largement le temps de prétendre depuis 2003 que tout était clean et qu’il n’y avait rien à voir. Elle ne l’a jamais fait. »

Dans l’intérêt de la compagnie ferroviaire, elle aurait dû mener une enquête pour vérifier les allégations de monsieur Simon. Chercher à savoir où sont ces 20 millions d’euros et soit les récupérer, soit faire toute la lumière sur les divagations d’un cadre payé à ne rien faire. Mais la SNCF peut se permettre à la fois de ne pas chercher à récupérer 20 tout petits millions d’euros et de payer Charles Simon à ne rien faire. Vous connaissez le dicton : c’est pas cher…

Plusieurs personnalités politiques, toutes bien entendu plus recommandables et honnêtes les unes que les autres, ont demandé des explications à l’entreprise qui, bien entendu, se retrouve maintenant avec une situation sur les bras difficile à gérer. Elle s’en tirera sans doute avec une image un peu écornée mais, étant en monopole, n’en a pas grand-chose à faire. Certains pourraient se demander où sont ces 20 millions d’euros, où est ce rapport, le genre de questions dont quelques personnes peuvent sans doute bien se passer.

Beaucoup liront le titre de cet article, et se diront que monsieur Charles Simon a la belle vie. Certains pesteront contre la SNCF, et contre tous les fonctionnaires tant qu’on y est. Bien sûr, il en existe sans doute beaucoup de semblables à lui, payés à ne rien faire. Et encore davantage payés à faire des choses qui ne servent à rien. Mais comme lui, en réalité, il n’y en a pas tant que ça.

Derrière les gros titres aguicheurs, ce « cadre payé à ne rien faire pendant 12 ans » est un homme courageux. Il a repéré quelque chose de suspect, et il l’a dit, en prenant un risque important dont il paie aujourd’hui les conséquences. Il y a pire, bien sûr, que d’être payé à ne rien faire ; mais Charles Simon ne l’a jamais voulu. Il voulait changer les choses, rétablir la transparence et la justice. On l’a évincé. Écarté. Fait comprendre qu’il gênait, et que de plus on n’avait pas vraiment besoin de lui. On lui a peut-être même proposé d’acheter son silence, et il aurait refusé. Ce cadre payé à ne rien faire pourrait bien être le héros du jour.

 

  1. Six prête-noms, sociétés écran au Panama, montages offshore et comptes bancaires à Singapour remplissent les critères du douteux.
Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Payé 5000 euros à ne rien faire, je suis jaloux j’avoue 😀 ça lui donnait du temps pour investir cet argent en Bourse, créer son entreprise, voyager, se dévouer à une association…Bref il est courageux mais j’espère pour lui qu’il utilise son argent à autre chose que ne rien faire, c’est une belle opportunité pour avancer dans la vie, du moins je le verrais ainsi.

    • à condition de n’avoir pas de clause de non concurrence ou autre qui interdisent de cumuler un emploi « placard » avec un autre. Dans ce type de situation en général l’entreprise fait bien sentir à la personne qu’elle est indésirable dans le but de pousser à une démission, mais la surveille aussi de très près pour pouvoir s’en débarrasser à moindre frais (=faute grave, ou encore mieux : lourde) à la moindre incartade.

    • « j’espère qu’il utilise son argent à autre chose que ne rien faire »

      Cela ne marche pas comme ça. C’est un salaire, pas une indemnité.
      A défaut de ses compétences, c’est son temps de la journée qui est payé par son employeur : il ne peut pas l’utiliser à discrétion.
      Le reste de sa journée, ses vacances ou formations sont sa propriété, mais comme tout le monde.
      Sauf que je ne crois pas qu’une activité diurne à minima vous pousse à une suractivité saine les autres moments.

    • Pas s’il pouvait penser que sa situation n’était pas durable. Comment aurait-il pu s’y voir pour 12 ans ?

  • Quel homme courageux dites donc 🙂
    Je suis allé aux Prudhommes à plusieurs reprise car affaire à des patrons voyoux.
    Aujourd’hui cet historique me suis, j’ai peu gagné en pécunier, et je suis aux minimas.
    Mais chez moi, hors de question de plier l’échine, rien à foutre de l’argent.

  • Où allons nous si nous commençons à dénoncer de telles malversations ???

    Il est si agréable de croitre et prospérer à l’ombre comme nombre de hauts fonctionnaires et les cohortes d’anciens … ministres, députés, préfets sans affectation mais réellement rémunérés …

    Il n’y a que des minus de mon espèce à gagner honnêtement de quoi vivre et surtout faire vivre ces parasites.

    Merci pour cet article … édifiant … sur les tares de notre système. Il faut en profiter pendant qu’il est encore temps parce qu’avec les nouvelles lois de telles révélations seront passibles de la prison à vie

  • Bien sûr, il y en a sans doute beaucoup de semblables à lui, payés à ne rien faire. Et encore davantage payés à faire des choses qui ne servent à rien.

    Vous êtes en dessous de la réalité : la classe politique est mieux payée, bien mieux, non seulement à ne rien faire, mais surtout à nuire au pays. Les Balkany ❓ La pointe de l’iceberg ❗

    Ne nous plaignons pas pour les 5000 Euros : cela pourrait être 6000 si la SNCF lui faisait tailler des crayons… :mrgreen:

  • Oui effectivement, un mec qui a du supporter tout ce que represente l’aberration intelectuelle et economique de la mafia SNCF et qui au lieu de démissionné et reprendre une vie nettement plus interessante avec de tels diplomes a finalement poursuivi le combat est un hero.
    Merci de relayer le sujet, j’espere que la presse mainstream aura la clairevoyance de comprendre que tout ce cinema n’a pour unique but de proteger la personne physique ou morale a l’origine du detournement de 20 millions d’euros.
    Syndicat? Elus? Haut fonctionnaires? Bref, un element de l’oligarchie socialiste qui tiens la bare depuis au moins 12 ans…

  • Il y a bien au Palais un sinistre sire qui, lui, est payé beaucoup plus que 5.000 € pour ne rien faire d’autre que sourire béatement…

  • Il y a quelque année j ai visité pour mon activité un centre des impôts.
    Des fonctionnaires au placard par dizaine .Malheureusement je crois qu on ne peut imaginer l ampleur du problème tellement qu il est important. Alors 20 M euros c est une petite cuillère dans océan de tromperie.
    Meme les fonctionnaires eux mêmes n en croyaient pas leur yeux. Un film soviétique des années 70 n aurait pas fait mieux.
    Bienvenue dans la france soviétique.

  • Ne vous inquiétez pas. En Algérie c’est tout un peuple avec un gouvernement qui sont payés pour rien faire.

    • Payés avec l’argent du pétrole, pas avec les impôts des autres.
      Après oui c’est du gâchis mais bon…

      • Payés avec l’argent du pétrole, pas avec les impôts des autres.

        Ceux qui vivent en France n’envoient jamais d’argent à leur famille ?

  • Très bon article qui prend position de manière cartésienne et avec bon sens.
    Certains ont parlé de seuil d’incompétence pour mettre quelqu’un au placard, ici on voit bien que c’est la direction qui l’a atteint. Cette direction ose ensuite publier un communiqué AFP mentionnant le fait qu’elle ne peut procéder à un licenciement économique compte tenu du statut de cheminot, alors que l’enjeu est un licenciement pour faute. Si de telles erreurs sont commises à haut niveau, c’est tout le management de cette boîte qu’il faut revoir.

    • Personne ne découvre que la SNCF est un gouffre monopolistique, lui même à la merci d’un syndicat qui ne l’est pas moins. Fleuron franchouillard. Ce que nous découvrons peut-être, c’est qu’il y a au moins une personne honnête dans ce foutoir, à moins qu’il ne s’agisse d’un dangereux lanceur d’alerte.
      Où allons-nous, si maintenant les citoyens se mettent à évoquer les turpitudes des soi-disant services publics, en réalité au service d’eux-mêmes, avec nos deniers? On déraille…

  • Au fait, je sais que ça n’a pas de rapport mais c’est moi où Le Figaro s’est limite transformé en journal d’extrême droite ? Depuis 2 ans je sens une transformation en ce sens et qui s’accroît. J’appréciais de le lire car il restait modéré et on pouvait y lire des prises de position libérale de temps à autre..Alors que cette année les prises de position anti-libérales y sont birn plus nombreuses qu’autrefois, surtout dans Le FigaroVox où la quasi totalité des gens qui s’expriment sont anti-libéraux. Cela est très inquiétant, surtout pour un magazine qui représente la droite française, du moins ses vues.

    • Clair, le journal est devenu moraliste et anti-libéral, et ses lecteurs sont bien d’extrême droite vu les comms.

    • « surtout dans Le FigaroVox où la quasi totalité des gens qui s’expriment sont anti-libéraux » totalement faux, je lis le figaro vox avec attention car il y a des articles d’auteurs libéraux (certes pas une majorité ce qui n’a rien d’étonnant vu que les libéraux francais sont minoritaires).
      Dans Le Figaro, ce qui est désespérant ce ne sont pas les articles mais les commentateurs.
      Dire que la quasi totalité des articles du FiaroVox sont antilibéraux est fortement exagérés

    •  » Le Figaro s’est limite transformé en journal d’extrême droite ?  » non. Leurs positions sur l’immigration sont le reflet de ce que pensent une bonne partie de la population.
      Le Figaro est juste de droite (et encore sur certains trucs, ils font de la propagande gauchiste cela n’a rien d’étonnant vu que la majorité de leurs articles viennent de l’AFP organe de propagande de gauche).
      En vérité, c’est juste la vérité qui s’est radicalisé par rapport au passé (ce qui fait que certaines personnes à droite tiennent des discours de plus en plus proche de l’extrême droite (qui elle s’est modérée avec MLP)).
      Je peux vous assurer que dans certains pays d’europe, la droite est encore plus dure sur l’immigration,…. que la droite francaise

      • Je ne fais pas juste référence à l’immigration ou à l’Islam en France, ça encore j’arrive à comprendre vu que le pays n’a plus les moyens d’assimiler et accueillir des masses d’immigrés. Ce sont les positions anti-libérales et Etatistes de l’extrême droite qui se répandent et ne me plaisent pas du tout, il faut que les libéraux se bougent en France et se fassent entendre ! Voir des commentateurs dire qu’il est temps que l’Etat prenne le contrôle de toute l’économie ou qui pensent que la Russie ou la Chine sont des modèles politiques et économiques à suivre…Bref, voir des Français réclamer la dictature et vouloir donner un max de pouvoir à des politiciens qui ont prouvé leur inaptitude ça m’écoeure.

        • « Ce sont les positions anti-libérales et Etatistes de l’extrême droite qui se répandent et ne me plaisent pas du tout » juste lol. C’est l’inverse, l’antilibéralisme et l’étatisme existait dans toute la classe politique (y compris à droite) depuis longtemps, le FN de Jean Marie Lepen sans être libéral était bcp moins étatiste et antilibéral (sur le plan économique), c’était un parti poujadiste. Avec Marine Lepen, le FN est devenu étatiste comme tous les autres partis (sauf qu’il est encore plus étatiste et économiquement à gauche que les autres partis).
          L’étatisme de droite et l’antilibéralisme de droite sont deux choses qui existent depuis très longtemps en France.
          Depuis l’arrivée d’Hollande au pouvoir (et le ras bol fiscal), j’ai eu l’impression que la droite francais devenait plus libérale (certes, elle a encore un très long chemin à parcourir avant de devenir libéral et je doute que cela arrive un jour mais elle devient plus libérale qu’avant). Je ne suis pas naif, je sais que ‘est juste des mots et des discours, ce qu’il faut c’est des actions mais c’est quand même un bon début.

          • LOL ? LOL toi-même ! Non la droite française ne devient pas plus libéral, du côté de Juppé à la limite et encore..C’est surtout le courant « La Droite Forte » qui monte et qui a des positions proches de l’extrême droite sur nombre de sujets, dont certaines idées protectionnistes.

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous. Mais c’est la société française dans son ensemble et plus particulièrement son élite qui sont dans une dérive anti-libérale.
      Ainsi, le rédacteur en chef du magazine « Mieux vivre votre argent » nous déclarait dans l’éditorial de janvier 2015, sous forme d’une fausse interrogation : « la fonction de l’impôt n’est elle pas de redistribuer la richesse dans la société et d’aplanir les écarts entre riches et pauvres ? »
      Il ne s’agit bien sur que d’un exemple mais que le rédacteur en chef d’un magazine spécialisé puisse écrire une telle grossièreté est quand même inquiétant. Imaginons un peu que son confrère de L’astronomie écrive que le soleil tourne autour de la terre ?

  • Le scoop à la SNCF, ce n’est pas quand quelqu’un est payé à travailler ?

  • Cet homme est juste l’arbre qui cache la forêt.
    Moi, cela ne me choque même plus. Il y a des tas de fonctionnaires en France qui sont payés à rien faire.
    exemple: http://www.metronews.fr/paris/dans-le-musee-ferme-100-agents-payes-pendant-7-ans-a-ne-pas-faire-grand-chose/mobl!QlBn5AQ1W2QTY/

  • Excellent article très utile. Une telle mise à l’écart est arrivée il y a une vingtaine d’année dans le milieu du football, et l’honnête footballeur qui avait dénoncé un match truqué avait été mis en quarantaine de la profession alors qu’il méritait le respect. Il avait fini par changer de job ! Mais ce qui est odieux, c’est le comportement d’une entreprise publique comme la SNCF. Qui la dirige de facto ? Les syndicats d’extrême gauche ? Cette mise à l’écart est scandaleuse. Cet homme a fait son travail, et mérite non seulement son salaire, mais la reconnaissance de son travail ! On peut imaginer qu’au sein de la SNCF, son retour soit jugé dangereux ou « délicat ». Ce qui voudrait dire que nombreuses sont les personnes et les directions à ne pas avoir apprécié son geste !

  • tiens ça me rappelle une affaire du passé ou le nouveau dirigeant du comité d’entreprise de EDF chercha à nettoyer les écuries d’Augias ,lui , fut viré .. immédiatement

    Si l’on voulait trouver des choses peu ragoûtantes les milieux syndicaux (y compris patronaux ,vous savez faut mettre de l’huile dans les rouages) et les comités d’entreprises publiques sont des lieux propices aux enquêtes .. mais après …ça devient périlleux ,on pourrait même être suicidé de 2 balles dans la tête

  • « Ce cadre payé à ne rien faire pourrait bien être le héros du jour. » blablabla. non monsieur Baptiste,vous vous égarez. les héros sont ceux qui doivent se montrer tous les jours flexibles rentables et productifs, tous les jours, pour pouvoir nouer les 2 bouts à la fin du mois, tout en sachant que nous resterons sur la paille après une vie de travail et ce, après avoir assuré confort et bien être à des gens qui ignorent jusqu’au terme de rentabilité. point. le cas de cette personne est possible parce que l’employeur n’assumepas ses responsabilités et se décharge de cette responsabilité sur la collectivité. qui elle est forcée et contrainte de payer par la coercition exercée par l’état. cette personne profite ensuite du système. « Vous connaissez le dicton : c’est pas cher…  » mais reporter sur d’autres les conséquences de ses incompétences est l’expression même de la lâcheté. car jamais on ne devrait pouvoir vivre au détriment d’un autre homme, notamment par le vol qu’est l’impôt. c’est-à-dire par le travail d’un autre. sans aucun des avantages de ladite personne : emploi et salaire garanti,sans stress, et retraite dorée anticipée. décidément non, je ne considère pas ceux qui vivent à nos crochets et nous exploitent comme étant des héros.certainement pas.

  • Vous avez tout compris rien à rajouter.
    Merci.

    Charles SIMOn

  • Et je peux répondre à vos questions si vous voulez.
    Je suis très touché croyez moi on est très seul dans ce genre de situation.

  • Et là je vais faire une grève de la faim ou de la fin on verra :
    Pour votre info :

    http://www.courrier-picard.fr/region/saint-quentin-greve-de-la-faim-du-cheminot-ia201b0n624421

    Cordialement.

    Charles SIMON

  • Charles SIMON c’est moi, votre article est très bien, je n’ai rien à rajouter vous avez tout compris.
    Merci.
    Amicalement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Revel. Texte présenté par Damien Theillier

Jean-François Revel prend ici l'exemple concret des trains, en France et en Grande-Bretagne, pour illustrer l'omniprésence de la mentalité antilibérale, qui jaillit comme un cri du cœur en toute occasion, notamment lors d'une catastrophe ferroviaire (Voir aussi la vidéo tout en bas). Cette mentalité persiste à l'encontre de toute l'expérience historique du XXe siècle et même de la pratique actuelle de la quasi-totalité des pays. Comme il l’écrit si joliment :

« L'antil... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles