Vie au travail : Google, Netflix, et le ronchon

Quand des géants américains améliorent le quotidien de leurs employés, tout le monde y trouve son compte. Sauf ceux qui y voient une faille du modèle américain plutôt qu’une remise en cause du modèle français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Netflix (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vie au travail : Google, Netflix, et le ronchon

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 août 2015
- A +
Evolution du code du travail
Evolution du code du travail

Tristesse des syndicalistes à la Filoche, joie des entrepreneurs réalistes : aux États-Unis, le droit du travail est moins contraignant qu’en France. Malgré tout, ceci n’empêche pas de multiples entreprises de proposer à leurs salariés de nombreux avantages. Cuisine variée, temps libre et massages chez Google, augmentations salariales chez WalMart, et dernièrement chez Netflix, on trouve même des congés parentaux.

Magie de la liberté : rien n’oblige ces entreprises à procéder de la sorte, mais rien ne les en empêche non plus ; et quand elles en ont les moyens et la volonté, les entreprises choient leurs salariés. Tout le monde y gagne :

  • l’entreprise améliore la productivité et la loyauté de ses employés,
  • les salariés ont de meilleures conditions de travail et se sentent reconnus,
  • les clients sont mieux servis,
  • les actionnaires bénéficient souvent de meilleurs résultats.

Bref, tout le monde est content. Tout le monde ? Non.

Dans un monde dominé par l’ultralibéralisme et les capitalistes en haut de forme, un pays résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et dans ce pays, on n’aura pas de mal à trouver l’un ou l’autre ronchon qui trouvera à redire, même s’il ne sait pas trop bien pourquoi.

Le ronchon du jour, agacé par tant de coolitude calculée de la part des géants américains, se promène chez Rue89. Pour notre ronchon, qui semble comme d’autres journalistes avant lui découvrir le monde du travail réel, les mesures généreuses prises par ces entreprises capitalistes sans foi ni loi souligneraient « les failles du droit du travail américain », à savoir qu’il n’est pas aussi contraignant qu’en France.

D’après sa fine analyse, proposer de tels avantages ne rendrait pas ces entreprises plus « cools » et serait en réalité une pure méthode marketing pour vendre avec strass et paillettes un strict nécessaire que le génie français aurait eu la présence d’esprit d’inscrire dans la loi. Le ronchon ne voit pas que ces entreprises démontrent qu’il n’est pas nécessaire de contraindre les entreprises pour qu’elles choient leurs salariés. Le ronchon ne comprend pas que ces sociétés cotées en bourse, géantes, capitalistes, mondialisées, font ce choix, par volonté ou par intérêt, mais dans tous les cas, librement et qu’il n’y a donc pas besoin de contraindre les vilains patrons pour protéger les gentils employés. Le ronchon n’admettra jamais que contraindre les individus et les entreprises à faire quelque chose qu’ils feraient, de toute façon, sans qu’on le leur demande, réduit mécaniquement l’envie de le faire, et peut même avoir des effets de bords négatifs qui vont jusqu’à la disparition des entreprises en question. Le ronchon, il ne voit pas tout ça.

C’est tout le problème du ronchon : il admet du bout des lèvres que ce que font ces entreprises est bien, mais ne peut s’empêcher, dans le même souffle, d’expliquer que ce serait tout de même nettement plus citoyen, festif et dans l’ordre des choses si elles y étaient obligées, non mais des fois. Et puis tant qu’à contraindre, autant en profiter pour leur demander de payer un peu plus d’impôts, de taxes, de charges, pour financer le très cool État-providence à la française. Y’a pas de petits profits.

Et grâce au ronchon, les indépendants harcelés par le RSI pour payer des cotisations plus élevées que leurs revenus, c’est cool ! Grâce aux bonnes idées du ronchon, appliquées avec constance en France, les charges salariales stratosphériques et les contraintes juridiques qui explosent, c’est cool ! Grâce au ronchon et ces contraintes, des milliers d’entreprises disparaissent chaque année, et ça aussi, c’est cool ! Et grâce au ronchon et ces faillites par milliers, cela fait des millions de chômeurs, et là encore, c’est vraiment trop cool !

Combien la France, avec son bel État-providence coercitif et son droit du travail bien contraignant comme il faut, a-t-elle vu émerger en vingt ans de champions comme Google et Netflix ? Pas des masses, pour le dire pudiquement. Et pour cause : elle les interdit, les étouffe de contraintes douillettes plaquées comme un gros oreiller moelleux sur leurs voies respiratoires, ou les assomme carrément de taxes sur mesure ! Combien d’Américains s’expatrient en France pour le droit du travail et la protection sociale (et non pour le fromage et le vin) ? Combien d’entrepreneurs belges, suisses, anglais ou autres se précipitent chez nous pour profiter de notre système social, de notre droit du travail, de nos impôts amoureusement confectionnés par un service fiscal intelligent et compréhensif ? Combien de Français expatriés, aux États-Unis ou ailleurs, renoncent à ce fabuleux modèle social français (dont certains s’efforcent encore de croire et faire croire que le monde nous l’envie) pour aller construire leurs rêves ailleurs ?

Ces entreprises ont reconnu et récompensé leurs employés librement. En France, rares sont celles qui peuvent se permettre de dépasser les minimums légaux, et nombreuses sont celles que les charges asphyxient. Mais le ronchon préfère penser que les choses lui sont dues plutôt que librement offertes.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Quand on a acheté très cher sa licence pour l’exercice de la lutte des classes, on n’aime guère les nouveaux venus qui vous sabotent le métier.

  • Venant de ronchon gavé de subvention tel une oie ça n’a rien d’étonnant.
    C’est gens vivent de l’impôt et se disent libre de penser…

  • C’est pas Filoche qui avait prédit il y a quelques années que les avions low cost allaient se crasher parce que quand c’est moins cher c’est obligatoirement sur la sécurité qu’on fait des économies?

    • Air France est-elle si low cost que ça ?

      • Mis à part la formation (AF447), vous avez raison.

      • En faisant entretenir ses avions en Chine, par une société qui pensent que les boulons sur là pour la déco :

        Un syndicat de pilotes d’Air France a fait part jeudi d’inquiétudes liées à l’entretien d’avions en Chine, pointant plusieurs « incidents graves » survenus après que des appareils sont passés par la société de maintenance Taeco. Dans un communiqué, le syndicat Alter rapporte que le 7 avril dernier, un A340 d’Air France qui devait effectuer une liaison Paris-Caracas, a dû être dérouté vers les Açores « pour raisons techniques », après divers incidents allant du débordement des toilettes à la perte de réception des deux radios haute fréquence. Selon Alter, l’avion effectuait son premier vol commercial après une « Grande visite » (contrôle approfondi) réalisée dans les ateliers d’entretien de l’entreprise chinoise Taeco à Xiamen dans le sud-est du pays.

        Une longue série d’incidents

        D’après le syndicat de pilotes minoritaire chez Air France, « ce nouvel incident n’est que le dernier en date d’une trop longue série ». Il a rappelé trois autres incidents. Deux portaient deux sur des B747. Il s’agissait selon Alter d’un « montage défectueux de la cinématique de becs » et d’une « peinture ne respectant pas les critères de certification à la chaleur ». Un autre incident concernait un A340 en novembre 2011 et portait sur l' »absence d’une trentaine de vis sur un panneau de carénage » d’une aile. A la suite de ce dernier incident, Air France avait suspendu les « Grandes visites » chez Taeco, un des leaders dans l’entretien des gros porteurs mais, indique Alter, l’entreprise est revenue « quelque temps après sur cette sage résolution de manière unilatérale et ce, pour des raisons purement financières ».

        « Devant l’accumulation inconséquente pour la sécurité des vols d’Air France d’incidents graves mettant en cause l’entretien effectué dans les ateliers de l’entreprise Taeco, Alter demande que la direction mette un terme définitif à cette externalisation de l’entretien de nos avions long courriers… avant que ne survienne l’incident de trop ». Sollicitée par l’AFP, Air France n’était pas en mesure de commenter ces informations dans l’immédiat.

        http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20130509trib000763818/air-france-des-incidents-graves-dans-la-maintenance-des-avions-en-chine-selon-un-syndicat-de-la-compagnie.html

    • Il a manifestement eu tort sur toute la ligne. Ce qui est normal venant d’un crypto marxiste.

      • pourquoi crypto? Filoche EST un marxiste pur et dur. Il vient de la LCR, il y animait une tendance proche du PT (anciennement OCI, trotskyste également), ces deux groupuscules étant en quelque sorte l’école des cadres du PS et du FG: Cambadélis, Weber, Filoche, Dray, Jospin, Mélenchon et bien d’autres ont fait leurs chères études marxiennes chez ces guignols

        • Que des marxistes qui n ont jamais travaillé ! Combien de salariés ont perdu leur emploi grâce ou à cause de Filoche ?

  • Ces gens, et pas qu’en France, ont ruiné la planète avec leurs utopies socialistes.

    A cause d’eux, les honnêtes gens sont désarmés se retrouvant sans défense face aux événements économiques ou guerriers qui peuvent survenir (collapse financier, attaques terroristes, épidémies ou que sais-je encore).

    Leur responsabilité est énorme dans les dysfonctionnements mondiaux actuels. Bien évidemment, leur contrat idéologique ne stipule aucune clause couvrant le risque d’échec et établissant la responsabilité de ces gamblers utopiques et autres scientifiques de la vie humaine.

  • Bonjour,

    Un de mes amis, auto-entrepreneur contraint vu le dynanisme du marché du travail national, gagne moins d’un RSA par mois une fois que la bête l’a copieusement saigné. Sur ce qu’il arrive à gagner en brut, 47% est ponctionné à titre divers (RSI et tutti quanti). Avec le reste, il est sensé payer sa retraite, sa complémentaire santé et faire vivre sa famille. Il ne ménage pas son temps et je le considère plutôt bon dans sa spécialité (ingénieur informatique spécialisé dans le développement de programmes robotiques). Le paradis socialiste dans toute sa splendeur.
    Vu l’indice PMI du mois de juillet, en particulier l’industriel, la rentrée s’annonce prometteuse. CPEF.

    • « auto-entrepreneur …. Sur ce qu’il arrive à gagner en brut, 47% est ponctionné à titre divers »
      Impossible ! Tout au plus il est ponctionné à 25% sur le CA !

  • Rien à voir mais heureux de savoir H16 en forme.

  • C’est marrant de cracher sur l’état-providence mais de rêver l’entreprise-providence.

    C’est aussi marrant de continuer à appeler les différents gouvernements de gauches que l’on a pu voir en œuvre en France des socialistes. Bien qu’ils en portent le nom, cela correspond plus à des bureaucrate doublé de politiciens professionnels, c’est une erreur aussi vulgaire que d’associer URSS et communisme ou Catholicisme et pédophilie.

    Bref, fonçons vers ce monde fait de tertiaire rempli d’entreprise libre de toutes contraintes pouvant nous materniser à leurs gré, ça semble être votre (triste) appréciation du libéralisme.

    • Dans les mois qui viennent, suivez bien l’actualité. Vous aurez alors l’occasion inespérée de reconsidérer votre jugement

    • « C’est marrant de cracher sur l’état-providence mais de rêver l’entreprise-providence. »

      C’est juste la différence entre la liberté et la contrainte. Est-ce si difficile à percevoir ?

    • « entreprise » vient du verbe « entreprendre », mais les Français ne s’imaginent qu’en receveurs passifs d’emplois.

    • C’est marrant de cracher sur l’état-providence mais de rêver l’entreprise-providence.

      Personne ici ne crache sur l’état-providence. Baptiste Créteur critique (entre autres) « la France, avec son bel État-providence coercitif et son droit du travail bien contraignant comme il faut ».

      Personne non plus ne rêve de l’entreprise-providence. L’entreprise est un lieu de travail et d’échanges. Le salarié apporte son travail et l’entreprise apporte (entre autres) une rémunération et des avantages en nature. Ce n’est pas de la providence c’est un contrat où les deux parties doivent trouver leur compte. Si les termes de l’échange sont librement négociés on a plus de chances que les deux parties soient satisfaites. Qu’est-ce qui vous gêne là dedans???

    • Premier ronchon… Cela ne manque jamais…
      C’est votre appréciation du libéralisme qui est triste…
      Donc, il n’y aurait pas assez d’état. À 58% du PIB, et encore, on y compte pas toutes les réglementations style ascenseurs, WC handicapés dans les routiers qui n’ont jamais vu une seule chaise roulante, on doit bien être à 65% !

    • « C’est aussi marrant de continuer à appeler les différents gouvernements de gauches que l’on a pu voir en œuvre en France des socialistes. » rassurez-vous, ici nous appelons l’ensemble des partis français « socialistes », puisqu’ils le sont tous (sauf les petits partis libéraux). Mais bien sûr l’URSS non plus n’était pas socialiste, c’était probablement une plate-forme ultra-libérale dictatoriale en voie de socialisation, tout comme Cuba, le Venezuela et l’ensemble des belles réussites socialistes. Vous avez tellement de glaise dans les yeux que vous ne voyez pas que tous les pays qui se sont engagés dans la voie du socialisme ont fini dans le pire des cas, en dictature sanglante, et dans le meilleur, ont rebroussé chemin après avoir constaté la ruine, la pénurie et le sous-développement (et épargnez-moi l’argument sur l' »excellent niveau d’éducation et de santé », qui n’ont fait que figer dans le temps les connaissances à un instant T, sans perspective d’amélioration à long terme).

    • Associer URSS et communisme, une erreur vulgaire ? C’est vrai que le communisme n’a été correctement appliqué que par les Khmers Rouges dans les années 70, et par la Corée du Nord actuellement. Peut-être préférez-vous ces exemples-là pour blanchir votre idéologie criminelle de ses 100 millions de victimes ?
      Le communisme n’est qu’une forme d’esclavagisme où les médiocres de tout poil exploitent par la force et la contrainte armée les gens capables de leur pays.

    • L’URSS, la Chine, .. étaient sur la voie du communisme, ils n’y étaient pas encore arrivés. Si rien que sur le chemin il y a eu 100 millions de morts, on imagine ce que ça aurait été en appliquant le communisme parfait.

    • Laissez la « providence » aux religions.

    • Entreprise-providence.

      Six millions de chômeurs apprécieront vos propos.

      75 % des entreprises n ont aucun salarié, devinez donc pourquoi ?

  • Code du Travail 2010 sur la photo ! Il a dû bien grossir en 5 ans vu tout ce qu’on a eu depuis lors :p

  • Code du travail francais 1.5kg, code du travail suisse 17pages.

    Cherchez l’erreur .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Par Jen Maffessanti. Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n'a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l'adaptation d'une série de livres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles