Code du travail : deux doctrines inconciliables

Which should I choose credits Tori Cat via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Il faut choisir, car elles sont inconciliables.

Par Brice Rothschild.

Which should I choose credits Tori Cat via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)
Which should I choose credits Tori Cat via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Les tentatives de réformes du Code du travail font régulièrement l’actualité. Les uns parlent de démantèlement de la protection des salariés, les autres de petits pas insuffisants face aux enjeux. Malheureusement, ce débat focalisé sur des techniques ne permet pas de faire émerger les deux doctrines en présence.

La conception marxiste de la valeur est installée en France dans les esprits et dans les textes de loi ; « en tant que valeurs, toutes les marchandises sont des expressions égales d’une même unité, le travail humain, remplaçables les unes par les autres » (Karl Marx, Le Capital, 1867).

Dans cette logique, seuls les travailleurs produisent de la valeur. Le salaire qui leur est accordé suffit tout juste au maintien de leur force de travail, les payer davantage ne permettrait pas de créer plus de richesse. Dans le même temps, les capitalistes s’enrichissent alors qu’ils ne contribuent pas à cette création de valeur. Cette situation n’est pas naturelle, elle est issue d’un rapport de force politique qui a donné l’avantage aux capitalistes grâce à la division des travailleurs. Le Code du travail est un moyen pour ces derniers de se coaliser pour imposer de meilleures conditions de travail et un meilleur salaire. Tout recul en la matière est alors considéré comme un cadeau fait aux capitalistes dans le cadre d’un jeu à somme nulle. Toute réforme est interprétée comme allant soit dans le sens des capitalistes, soit dans le sens des travailleurs. Tout est politique : 35h ou 39h de travail hebdomadaire ? Retraite à 60 ans ou à 62 ans ? Au cours de négociations entre « partenaires sociaux » supposés représenter les deux classes, il s’agit simplement de déplacer le curseur entre plus de protection sociale et plus de précarité pour les salariés.

Cette doctrine est-elle dans le vrai ? On concède parfois des « cadeaux aux patrons pour qu’ils veuillent bien embaucher », sous-entendant sans l’avouer qu’on a besoin que les patrons embauchent sans qu’ils y soient forcés. Tout ne serait pas que politique ? Par ailleurs, chacun n’entre pas dans l’une ou l’autre classe, capitaliste exploiteur ou travailleur exploité ; que faire des indépendants ? Des petits patrons pas bien riches ? Des vendeurs sur Le Bon Coin ? Des chauffeurs UberPop ? Ils n’entrent pas dans les cases. Les marxistes tièdes disent alors qu’il faut faire preuve de « pragmatisme » en aménageant d’innombrables cas particuliers qui viennent complexifier la loi. Cela évite de remettre en cause les fondations doctrinales du mammouth réglementaire.

La conception subjective de la valeur est radicalement différente : « la valeur d’une chose ne dépend pas de sa nature mais de l’estimation qu’en font les hommes, même si cette estimation est stupide » (Diego de Covarrubias y Leiva, Variarum, 1554).

De ce fait, allouer ses propres ressources est une activité qui est risquée. Les employeurs doivent anticiper tant bien que mal l’état futur de leur environnement, alors que les salariés sont assurés d’une rémunération. Les employeurs ne sont pas tout-puissants car d’une part ils sont soumis aux aléas de la demande, et d’autre part les facteurs de production qu’ils utilisent ne sont pas infinis. Ainsi les salariés peuvent faire jouer la concurrence entre employeurs, et c’est de là qu’ils tiennent leur pouvoir de négociation. En augmentant les contraintes légales sur le travail « à l’avantage des salariés », les employeurs embauchent moins et la concurrence entre eux diminue tandis qu’augmente celle entre salariés. Par ailleurs, la notion de salarié/employeur est elle-même à relativiser, puisque chacun peut être les deux à la fois et/ou changer de rôle avec le temps dans un sens comme dans l’autre.

La conclusion de cette approche est que le Code du travail réduit le champ des opportunités, en particulier pour les précaires et les exclus du travail. Il nuit donc à tout le monde à long terme. À court terme, on a bien quelques bénéficiaires, mais c’est au prix d’une extraordinaire sclérose de la société engendrant des souffrances au travail, l’arrêt de l’ascenseur social, et un chômage endémique.

Adhérez-vous à l’une ou l’autre doctrine ? Il faut choisir, car elles sont inconciliables. Toute position intermédiaire n’est que du mauvais bricolage intellectuel, un obscur brouillard sur lequel prospèrent les pires démagogues. Démagogues dont le premier ennemi, la vérité, ne peut émerger que d’un débat sans détour.

Sur le web