Les retraités plus riches que les actifs

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Retraites

Par Thibaut Doidy de Kerguelen.

vieux mangeant des glaces credits rev stan (licence creative commons)

Personnes âgées mangeant des glaces (Crédits : rev stan, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Il n’est pas charitable de dire du mal de ses concitoyens, surtout quand ils sont vieux… Néanmoins, début juin, le Conseil d’orientation des retraites (COR) publiait son rapport annuel sur les évolutions et perspectives des retraites en France. On pouvait y lire ce que nous savions déjà par recoupement, que le niveau de vie des retraités est supérieur de 3 points à celui des actifs.

L’inversion de valeurs est facteur de baisse de richesse

Une société dans laquelle les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs, dans laquelle les actifs ont plus intérêt à être fonctionnaires que salariés et davantage intérêt à être salariés qu’indépendants a-t-elle encore une chance de se sauver ? Une société qui préfère emprunter pour payer des retraites que pour investir dans la formation de ses jeunes ou dans ses infrastructures a-t-elle encore une chance de s’en sortir ? C’est pourtant le monde que nos babyboomers égoïstes, matérialistes, ont créé.

Le résultat d’une spoliation préalable ?

Mais, vont dire un certain nombre de lecteurs, l’État ayant laminé les revenus, les Français n’ont pas pu se créer le patrimoine qui leur assurerait une retraite confortable, dès lors il est de sa responsabilité de verser cette retraite. À un détail près. Aujourd’hui, le Conseil vient de publier un document de travail comparant le patrimoine des actifs et celui des retraités, en vue de la prochaine séance plénière du 8 Juillet. Dans ce document, il apparaît que le patrimoine brut médian des retraités en 2010 était de 174.000 euros, supérieur de 16% à celui des actifs. En approfondissant, nous apprenons que les retraités ont un patrimoine financier (actions, obligations) plus élevé de 70% à celui des actifs et disposent de 20% de biens immobiliers en plus.

Évidemment qu’il n’est pas choquant, voire même rassurant de savoir que les retraités disposent d’un patrimoine supérieur à celui des actifs. C’est là le fruit de leur vie de travail. On peut même estimer que 140 000, c’est peu, bien peu. Mais cela tord néanmoins le cou à l’idée selon laquelle il ne leur a pas été possible de capitaliser durant leur vie professionnelle.

Une génération de nantis qui condamne les suivantes

Nous sommes bien en face d’une génération de nantis qui a construit un monde à son service (retraite à 60 ans financée par les suivants, endettement abyssal de la Nation pour payer son niveau de vie, pollution, exploitation des ressources…) en laissant la facture aux générations suivantes qui elles, sont actuellement en train de payer les retraites des papy boomers sans pouvoir capitaliser pour les leurs, alors que le système aura explosé et qu’ils n’auront droit à rien, qui sont en train de payer les dettes alors que des investissements importants sont impératifs. Aucune génération avant ou après celle des papy boomers n’a connu ou ne connaîtra un niveau de vie et une richesse identiques. C’est la génération dorée.

Bon, ce n’est évidemment pas une raison pour approuver l’euthanasie des vieux, même s’il est cocasse de voir ceux qui ont instauré l’avortement aujourd’hui menacés à leur tour par le darwinisme matérialiste qu’ils ont érigé en « valeur de la république »…

En tous cas, de durs moments se profilent à l’horizon. Croire que l’on peut continuer d’endetter le pays ad vitam eternam pour assurer le niveau de vie d’improductifs pendant que l’on condamne nos actifs à s’exiler ou à vivoter est un leurre. Un leurre que le pouvoir politique, tous partis confondus, entretiendra délibérément jusqu’aux prochaines élections présidentielles pour ne pas froisser une classe d’âge qui vote encore beaucoup, mais aussitôt cette date fatidique passée, les masques tomberont et les choix entre le passé et l’avenir s’imposeront aux rêves démagogiques.

Sur le web

  1. bien sur nanti,j ai travaillé 45 ans,paye des charges sociales et impots ,qui a payé les hopitaux ,les ecoles ,les fac ,les stades ,les iut,les avions d air france ,le tgv, les autoroutes ,a 15 ans on travaillait ,pas comme maintenant accroché a des etudes bidons jusqu a 25ans avec des bacs pro inutiles..

    1. Tout à fait d’accord avec vous, article d’une rare bêtise. Indépendant, j’ai bossé 4 vies dans une seule, mon patrimoine je l’ai volé il ne fait nul doute, les charges qui m’ont été prélevées la aussi j’avais le choix, comme maintenant, les gens ont le choix, ah non ?

      1. Vos enfants paieront, non pardon, cotiseront bien plus que vous ne l’avez fait dans votre vie et n’auront certainement pas la même retraite que vous. Arrêtez donc de vous regarder le nombril et pensez à vos enfants et petits enfants qui devront payer votre grasse retraite sans espérer en avoir une.

        1. Arrêtez de raconter n’importe quoi. Vous même, essayez donc de changer le système, en ce qui me concerne c’est une vie entière passée en vain.

          Puisque vous parlez de mes enfants et petits enfants, vous parlez de vous même et de votre propre échec a changer le système, cette subtilité semble vous avoir échappé, ou alors vous êtes tellement doué que je vais observer, nul doute que vous allez réussir la ou des millions ont échoué, hélas.

          Par ailleurs, ce que j’ai modestement accumulé dans ma carrière, n’est qu’un ressort qui se détend au fil des ans, en aidant nos enfants dans leurs études, en consommant, en investissant, etc,

          Comment peut-on pondre de telles inepties ?

          1. Les retraites non provisionnees, c est plus de trois mille milliards. Sachant que le nombre de cotisants diminue et celui des bénéficiaires augmente, que croyez vous qu il risque d arriver ? Le réponse est en Grèce actuellement. Venez pas chialer ensuite.

            1. Cher Theo… Et vous, que croyez vous démontrer ou m’apprendre avec de telles banalités ? Relisez moi avant de vous répandre inutilement.
              Puisque vous êtes apparemment plus doué que ma génération qui, à votre avis a choisi son avenir social, vous allez, il ne fait nul doute, modifier tout ça à votre avantage ! Allez y, je regarde et je vous souhaite très sincèrement toute la réussite du monde. Ah moins que… ce soit ma faute, je vous ai spolié et vous ne pouvez plus rien faire, c’est ça ? alors arrêtez de « chialer » et mettez vous au travail, vous allez voir comme c’est facile.

          2. « Puisque vous parlez de mes enfants et petits enfants, vous parlez de vous même et de votre propre échec a changer le système »
            De quel échec parlez vous ? Votre génération a la main mise sur la démocratie et la richesse de ce pays, vous attendez quoi ? Que ma génération vous coupe les vivres afin que nous capitalisions enfin pour notre future retraite ? Et puisque vous êtes si fort, comment fait on pour changer le système lorsque votre génération est le plus grand réservoir électoral du socialisme (de droite et de gauche) ?

            Tout ceci n’est pas forcément une critique sur votre personne mais de manière générale sur votre génération. Je suppose qu’il y a des retraités qui comprennent très bien le problème qui se pose actuellement.

            1. « Tout ceci n’est pas forcément une critique sur votre personne mais de manière générale sur votre génération » : on ne peut faire plus faux cul.
              « Que ma génération vous coupe les vivres » : tu ne me couperas rien machin, j’ai de quoi vivre 4 de tes vies et tout ça je l’ai gagné en bossant, en prenant tous les risques, en me faisant spolier par un système social et fiscal délirant, de plus, j’ai employé des dizaines de personnes et créé des emplois. Et toi machin ?
              « Votre génération a la main mise sur la démocratie et la richesse de ce pays, vous attendez quoi » : tu l’as sort d’où celle la ? A toi de créer ta richesse, tu veux aussi que je t’envoie un chèque aussi ?
              « votre génération est le plus grand réservoir électoral du socialisme (de droite et de gauche) » : un monument d’ineptie.
              « Et puisque vous êtes si fort, comment fait on pour changer le système » : justement machin ! c’est ce que je m’escrime à te dire, j’ai essayé mais je n’ai pas réussi, par contre vas y, je regarde…
              « Je suppose qu’il y a des retraités qui comprennent très bien le problème qui se pose actuellement » : la retraite par répartition est un désastre, tout le monde l’a compris, seulement comme tu es bouché, tu ne veux pas comprendre que les victimes c’est tout le monde et pas seulement toi qui te plaint et abonde aux propos de l’auteur qui ne fait qu’idiotement diviser des générations car, selon lui, ce sont les retraités les coupables. Je vais te dire : c’est le système qui merde et nous le subissons tous. Comment faut-il te le dire ? : JE l’ai subi, TU le subis, NOUS le subissons tous.
              Votre « génération » est dans la même panade, elle ne fait que constater ce qu j’ai constaté il y a 40 ans, nous sommes dans un pays (le monde l’est pareillement) ou l’état règne en maître.
              Je te ferais remarqué, ainsi qu’à l’auteur, que je fais partie des 31% qui font tourner la France (source Figaro) le reste étant des fonctionnaires ou des assistés.
              Alors arrête de venir me marcher sur les arpions, morveux. Tu voulais quoi, qu’en plus de subir un système que l’on m’impose et avoir versé des millions aux caisses diverses et en impôts, que je renonce aussi à ma retraite pour te faire plaisir ?

              J’espère que ce commentaire ne sera pas censuré, étant donné que l’on laisse des gens tels que l’auteur ou un commentateur tel que Charles être aussi intolérants dans leurs propos, je ne vois pas en quoi les miens sont déplacés. Les insultes ça va un moment mais il y a des limites à toutes choses.

              Merci

              1. Bravo

                Et je rappelle que l’auteur du brillant article qui nous occupe, se garde bien de répondre aux questions pourtant simples que lui pose un autre post à lui directement et personnellement adressé dans ce fil de discussion.

                Que nul ne soit surpris ; les jeunes comme les vieux. Nous sommes tous dans le même bateau à ramer chacun à notre tour, et rien ne sert à se dresser les uns contre les autres, sauf à manifester de la panique.
                Que chacun retrousse plutôt ses manches et tente de se faire une situation à la mesure de ses capacités, ou se contente de l’assistanat, sachant que institutionnel ou privé, cet assistanat est payé par qualqu’un et qu’à force de cracher dans la soupe, il est normal qu’lle devienne immangeable.
                Il en est de l’âge comme de la richesse, si chacun d’entre nous est le riche ou le pauvre de plus pauvre ou plus riche que lui, chacun est le jeune ou le vieux de ceux qui sont nés avant lui ou naîtront après.

                Pendant ce temps là, la pieuvre étend chaque jour son emprise et multiplie ses victimes. Mais qui se soucie que le problème des retraites, en France comme ailleurs, soit de nature avant tout démographique ?

              2. Jusqu’à maintenant je ne vois que vous pour insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec vous. Vous êtes peut-être fortuné, grand bien vous en fasse, mais pourquoi donc soutenir absolument votre droit à spolier vos enfants et les autres générations à venir.

                Renoncez donc à votre retraite puisque vous n’en avez pas besoin selon vous. Evidemment vous ne le ferez pas par pur égoïsme, vous n’êtes pas plus libéral que les trois quarts des commentateurs de ce site !!

                Vous êtes finalement comme le braqueur pris en flagrant délit et qui ose dire qu’il n’a rien fait, les faux cul ne sont pas ceux que vous voulez faire croire. La jeunesse ne peut même plus créer de richesse dans ce pays, elle se tire par milliers car vos retraites, votre sécu et votre bureaucratie mis en place depuis plus de 40 ans nous coulent nos entreprises.

                Ne vous en faites pas pour moi, j’irai créer de la richesse ailleurs et je vous laisserai bientôt seul sur votre radeau troué.

    2. Et bien entendu, nos parents n’ont rien payé de tout cela…et eux n’auront pas la retraite que vous avez…

      Le problème principal soulevé par l’article et connu de la Banque de France depuis au moins 30 ans, c’est que la retraite par répartition ne marche pas et ne peux pas marcher s’il n’y a pas beaucoup plus d’actifs que de retraité en sus d’avoir une économie en bonne santé…ce qui n’est plus le cas depuis au moins 40 ans…

      Vos propos ne font donc que confirmer ceux de l’article : les baby/papy boomers sont égoistes et ont totalement compromis l’avenir des trois générations qui les suivent…

      Le seul système de retraite qui marche, c’est que chacun économise pour ses vieux jours, puisse arrêter de travailler quand bon lui semble – si j’arrête de travailler à 25 ans et que je n’ai plus rien à bouffer à 80 c’est mon problème et inversement, si j’ai envie de travailler jusqu’à ma mort, je ne vois pas pourquoi on m’en empêcherais !

      Le problème aujourd’hui c’est que l’Etat spolie (via les impôts et l’inflation) les actifs ce qui ne leur permet pas d’épargner pour leurs vieux jours.

    3. Fatigué d’entendre moi aussi, j’ai payé, quand ce ne sont que des peccadilles que l’on vous demandait. Dans mes débuts professionnels, j’ai vu les manœuvres les plus déloyales et les malversations des vieillards qui, à l’époque, géraient ma caisse de retraite : Doublement de la valeur du point, attribution de point gratuit, rachat de points pour rien. On se gave, on s’en met plein les fouilles, et après nous le déluge.
      La seule justice serait de recalculer la totalité des retraites avec comme seules bases : combien et combien de temps avez-vous payé , et aligner les retraites versées au système actuel.
      Les retraites de beaucoup seraient, avec ces critères, diminuées d’un tiers, voire de moitié et les 2 générations futures seraient sauvées.
      Mais j’entends déjà crier : Avantages acquis…..

    4. La question n’est pas là: le problème c’est que l’endettement c’est fait pour financer ces services qu’on a de plus en plus de mal à financer, que la retraite est payé par les actifs qui ont de plus en de mal en on voudrait que les travailleurs puissent partir plus tôt à la retraite pour donner du travail au jeune, ce qui fait que :
      1) les jeunes doivent prendre les travaux pénibles laisser par les ainés qui partent trop tôt à la retraite
      2) les jeunes doivent de se fait payer les pensions des ainés sans être certain d’avoir eux-même une pension
      3) les jeunes ne profiteront plus d’un endettement étatique mais au contraire devront le rembourser sans avoir réellement eu la possibilité d’en profiter
      La question est : pourquoi les jeunes doivent être triplement punis pour quelque chose dont il ne sont pas responsables. La responsabilité est dans le fait de ceux qui ont laisser le système actuel continuer sans le réformer en se faisant un peu mal comme travailler plus longtemps et rembourser la dette de l’état pour ne pas la laisser aux générations futures.

      1. entièrement d’accord! il faut remettre tout a plat en commençant par supprimer les régimes spéciaux et conditions d’attribution aux fonctionnaires et surtout aux politiciens qui se votent eux même leurs avantages.

        après dans un 1er temps on impose de payer les retraites avec les ponctions existantes sans emprunter : tant pis si on va dans le mur, c’est notre génération (je suis retraité) qui a accepté de payer dans un systeme a la « madoff » sans se soucier des conséquences: on a été stupide, on doit l’assumer. On n’a pas le droit de continuer à endetter nos enfants.

    5. Canari,

      Bien sûr que vous avez fait tout ça. Le problème c’est qu’aujourd’hui les générations suivantes ne peuvent plus le faire, parce que au fil du temps, le système s’est sclérosé et s’est adapté à la génération qui l’a créé, pour le seul profit de celle-ci.
      Vous parlez d’Air France ou du TGV, mais aujourd’hui les jeunes continent à payer pour, et en plus le service se dégrade, et ils n’ont quasiment plus les moyens d’acheter des billets.
      Les écoles, les facs coutent cher, et produisent des chômeurs. Où est la réussite?
      Ceux qui veulent s’en sortir ou changer le système (Uber en est le dernier symbole) sont systématiquement remis à leur place, au nom de la défense du système « forcément le meilleur », mais pour qui?
      Les « avantages acquis », « le principe de précaution », la prolifération des réglementations, et maintenant « la protection de la planète » sont des blocs de béton coulés aux pieds des nouvelles générations, par les baby boomers.
      Au final les jeunes sont contraints d’entretenir votre génération, le système que vous avez mis en place et avec la promesse « qu’un jour » ils en profiteront à leur tour. Ce jour ne viendra jamais.
      Ne le prenez pas comme une critique personnelle, mais celle d’une génération (qui a peut-être crue bien faire) et plus précisément ses élites, qui tiennent encore le pouvoir.

    6. Canari

      D’une part le niveau de prélèvement de l’état n’a jamis été aussi élevé dans les 50 dernières années. On approche de 58%.

      D’autre part, quand la retraite était à 65 ans, l’espérance de vie était à 67 ans et 40 années de cotisation suiffisait pour 2 années de retraite soit un taux de cotisation de 2/40=5%

      Actuellement la retraite est à 62 ans pour une espérance de vie de 80 ans et donc 42 années de cotisation pour 18 ans de retraite soit 18/42=42%

      Le taux de cotisation aurait donc dû être multipliés par plus de 8 progressivement en faisant une projection des espérances de vie. Là je n’ai pris que des espérances de vie à 35 ans.

      Si sérieusement vous faites le calcul de ce que vous avez versé en moyenne dans votre classe d’âge vous vous rendrez compte que ça ne couvre pas 1/5ème de votre retraite (en prenant une moyenne de vie après le départ en retraite). Prenez bien uniquement les cotisations retraite hein. Merci.

      Dans ma famille c’est certes exceptionnel mais les durées de retraite sont supérieures aus durées de travail… c’est pour dire.

    7. Si vous avez eu trois ou quatre enfants minimum, que vous avez commencé à travailler à 16 ans et que vous avez pris votre retraite à 70 ans (heu, ça fait plus que vos 45 ans ça… ) et que vous avez toujours été imposé aux taux maximums, alors vous n’êtes pas nanti sur le dos de vos descendants (et de ceux des autres).

      Dans le cas contraire vous êtes un des membres de cette génération de vampires qui n’a pas eu beaucoup d’enfants (le baby crash des années 70-80, c’était qui, les parents ? enfin les « non-parents » !), a pris sa retraite jeune (hey 60 ans c’est trop cool, avant c’était 65 quand les gens mourraient à 70, après ça sera 67, puis 70 puis… mais bon, ça c’est les autres), a vécu dans l’opulence d’un État providence à crédit (la dette c’est les générations d’après, les enfants… des autres, vu qu’on n’en n’a pas eu, qui payeront), a mis en place un Etat oppressif (qui vous prenne en main totalement, caprices compris -avortement, cures de thalasso, etc.- de la naissance à la mort) sans penser au coût, fiscal mais surtout en termes de libertés….

      Bref, pas de quoi se vanter. Vos hôpitaux sont des ruines couteuses, vos fac des dépotoirs à étudiants ratés, vos stades, vos IUT, Air France, c’est les 30-40 ans d’aujourd’hui qui payent, cher. Le TGV c’est bidon, les autoroutes, les gens qui les prennent payent, indépendamment de leur age. Quant au bac, qui était au pouvoir quand il a perdu toute valeur ? Qui était au pouvoir quand le niveau d’enseignement s’est effondré ?

  2. et je ne parle pas des annees d apprentissage a 10euros par mois et de la rmee 16 mois a 30 € parmois ..et les 35 heures on les faisaient en 2 jous et demi ,pas de rtt pas de chomage

    1. Vous êtes, Canari, le canari dans la mine, et ce faisant la parfaite illustration… de l’article !

      Egoïste, « moi-je », moi j’ai droit, moi j’ai cotisé, moi j’ai travaillé jeune… et après moi le déluge.

      Les 2000 milliards de dettes de la France ? Rien à foutre, « moi j’ai droit ».
      Les régimes de retraite qui ne sont que des vulgaires pyramides de ponzzi ? Rien à foutre, « moi j’ai droit ».
      Le déficit de la sécu pour soigner vos petits bobos ? Rien à foutre, « moi j’ai droit ».
      Les prix élévés de l’immobilier ? Moi je. L’inflation m’a permi d’acheter à bon compte mon patrimoine immobilier ? Moi je.
      Le plein emploi quand j’étais jeune ? Moi je.

      etc. etc.

      C’est réconfortant car cela démontre la validité de ce qu’écrit l’auteur.

      C’est bien d’une guerre de génération dont il s’agit.

      Et je vais vous avouer une chose : j’attends avec impatience la faillite des caisses de retraites, celle de la Sécu, et celle de l’Etat… Comme ça vous n’aurez plus rien.

      Vous n’aurez même vos enfants pour vous aider, tellement vous les avez trahis, dépecés, humiliés.

      Vous mourrez seul. Et pauvre.

      1. Charle: Comme ça vous n’aurez plus rien. […] Vous mourrez seul. Et pauvre.

        Votre humanité vous honore.

        Ce type a bossé toute sa vie avec moins de droits que vous, qu’aurait-il du faire pour que vous ne lui souhaitiez pas de crever la gueule ouverte ? Donner tout ce que lui laissait vaguement l’état ? Faire un chèque à Bercy, « non merci j’ai trop » ?

        La responsabilité ce sont les types qui ont voté les lois socialo-scélérate et on parle d’un petit millier de citoyens au maximum, dans la « démocratie » française le peuple n’a qu’a la fermer.

        En Suisse ou le peuple vote les lois, toutes les caisses, y compris de retraite sont dans le vert et la Suisse rembourse même sa dette depuis 10 ans, en pleine crise. (35% actuellement)

        Blâmez plutôt la fascination française pour la monarchie et la figure du chef bienveillant.

        1. « Ce type a bossé toute sa vie avec moins de droits que vous, »
          Là vous déconnez Ilmryn !
          Ces enfants bosseront certainement bien plus (on en est déjà à 43 ans et c’est pas fini pendant que nos parents n’en ont fait que 37 à peine) et concernant les droits, vous croyez vraiment qu’un type qui bosse aujourd’hui a beaucoup de droits ? Moi je crois surtout qu’il a le droit de la fermer devant une sécu qui rembourse de moins en moins avec une médecine qui se dégrade alors qu’on la paie de plus en plus, une école qui fout le camps vu les classement internationaux, une bureaucratie lente et peu efficace, un chômage galopant ne permettant pas d’envisager son avenir professionnel sereinement, et j’en passe …

          1. 43 ans à 35 heures et bientôt 32 par semaine au lieu de 40 et plus, c’est un choix qu’il faut assumer.
            D° pour une entrée dans le monde du travail au plus tôt à 16 ans et bientôt 18 plutôt qu’à 14 et moins pour certains, c’en est un autre. Il est vrai que faire travailler des enfants c’est mal, mais comme l’infantilisme croît plus rapidement que la sénilité …
            Légiférer sur les retraites sans tenir compte d’un gain constant en espérance de vie (en dépit d’une médecine qui se dégrade) aussi.
            Une bureaucratie pléthorique et une représentation politique et autre en surnombre, sous statuts, conditions de travail et régimes privilégiés, aussi.
            Et cerise sur le gâteau : un taux de natalité tout juste au niveau du renouvellement, en attendant d’imiter les autres pays d’une Europe déjà au-dessous de 2. Même si les retraites baissent, qui cotisera ? Vous l’êtes-vous demandé ?
            Heureusement, les travailleurs venus d’ailleurs prendront (peut-être) le relais. La surpopulation qui règne en certains endroits de la planète a quand même du bon ; pour combien de temps ?

            1. « 43 ans à 35 heures »
              Les 35h c’est du pipo, même les vendus de l’Insee le disent !
              Et les artisans, commerçants, cadres et même employés sont souvent loin des 35h (j’étais à 70h mini quand j’étais à mon compte). Seuls les fonctionnaires et ceux qui pointent peuvent s’en vanter.

              « Légiférer sur les retraites sans tenir compte d’un gain constant en espérance de vie »
              L’espérance de vie avancée par nos hommes politiques c’est du détournement malhonnête. La seule espérance de vie à considérer c’est celle en bonne santé qui est de 62 ans pour un homme en France, elle a récemment diminuée et c’est pas près de s’arranger avec ce qu’on fait bouffer et respirer aux gens.
              Le système par répartition ne peut pas survivre à ça et ils le savent depuis plus de 30 ans, seul la capitalisation aurait pu fonctionner.

          2. Pour un smicard, la Sécu lui aura coûte cinq cent mille euros. Pour ce prix, il aura une assurance maladie et retraite de merde. On ose imaginer les revenus qu il pourrait tirer si ce capital avait été placé.

          3. liw: « Là vous déconnez Ilmryn ! »

            J’ai, il est vrai. oublié de mentionner que ces « droits » coutent 1000 millions d’euros d’emprunt par jour ouvrable. C’est le prix que paye la caste des bureaucrates pour la servitude du peuple. La facture sera a la charge des enfants qui n’auront plus droit à grand chose évidemment.

        2. « Blâmez plutôt la fascination française pour la monarchie et la figure du chef bienveillant. »

          Et c’est là que l’on peut reprocher « aux vieux » d’avoir toujours, dans leur écrasante majorité, votés pour divers socialistes et leur programmes démagogiques et donc d’avoir cru benoîtement à leur mensonges (ou fait semblant d’y croire). Mais ce reproche on peut le faire à toutes les tranche d’age qui restent comme hypnotisé par le socialisme comme le moustique se suicide sur la flamme tant il est obnubilé par sa lumière trompeuse.
          Il est incontestable que la génération d’après guerre est responsable d’un nombre incroyable de boulettes stupéfiantes : régime de retraite intenable (ce que l’on savait dès le départ), sécurité sociale idem, nationalisation généralisé directement responsable des blocages actuelle de la France, socialisation généralisé de la France, plein pouvoir donné au politique pour agir dans tous les domaines même les plus anodins, culture des zavantagesacquis mortifère sur le long terme etc, etc…Bref les avantages financiers des retraités sont peut être la conséquence la moins désastreuse de leur action de jeunesse. le blanc sein donné au politique de gauche pour écraser le pays voilà la plus lourde de leur faute.

          1. Laurent: « Mais ce reproche on peut le faire à toutes les tranche d’age qui restent comme hypnotisé par le socialisme »

            Exacte. Les jeunes gueulent sur les vieux mais ne pensent pas un seul instant à reprendre le pouvoir à la caste des bureaucrates.

            1. Je crois que ça ne peut pas se faire du jour au lendemain tant le bourrage de crâne a été intense. La plupart déjà ne votent plus sans forcément savoir vers quelle direction s’engager, ils n’ont connus que le socialisme (de droite et de gauche) vanté par leurs parents et leurs instits/profs.

              Faire confiance à de nouveaux courants va être compliqué mais nous n’auront pas le choix à cause du système qui va s’écrouler. C’est à cette jeune génération à suivre (mes enfants) de ne pas faire d’erreur, la mienne est déjà foutue.

      2. charles !!!! vos propos sont partiels et non constructifs
        1/ oui nous allons vers l »abime SI !!! oui nos gouvernants ( présents et passés ) sont à guillotiner avec les boyaux de tous ces conseillers narcisiques oui nos parents ont bien des tords de naiveté de comportement ..de vote..( si l »on fait une généralité :: la foule mais individuellement c’est à nuancer !!!) .ils ont vécus comme des crabes dans la nace france grimpants vers l »‘illusoire moi avant…. moi d »abord (théorie scolaire du premier de la classe le deuxiéme ne vaut rien !! na droit a rien ) ils l »on fait avec leurs forces et leurs sacrifices ( pour leur paradis dicté par dieu ( la retraite ) hypotétique …….. ouui comme toi je les blames d »avoir été stupides …. mais quand le travail vient tot ( en pleinne adolescence ) et qu’il dure jusqu »a presque sa mort sociale et physique ( 60 ans et ta mal ou partout ) de deux quand la france a une ame et qu »elle entraine on pense peu a soi on est emporté par le flot peu de gens sont échoués sur la rive des illusions et des jalousies……. oui il y a des époques ou l »on vie mieux que d »autres tu aime pas ton ( maintenant ) tu aurais plus aimé vivre en 40 ??? étre déporté ou fusillé ….. mais crois moi priver les vieux de leurs avantages est contre nature que tu prives spolie pende les profiteurs ( politiques les gens de niches les profiteurs en tout genre haut et cour comme des salopards de grand chemin oui plus que oui mais la majorité c »est pas ca !! ne les oblige pas sous leurs courbatures a tendre la main et a mendiler une existance
        2/ pour la jeunesse trois solutions ou elle courbe l »échine ou elle s »enfuie ( ce qui semble étre le ca ) ou elle se révolte et établie une autre facon de vivre ensemble une autre constitution hélas !!! le pain est encore trop blanc et l’esprit collectif disparu !!!…………..

    2. Vous avez cotisé pour payer les retraites de la génération qui a vécu la seconde guère mondiale et reconstruit le pays à une époque ou il y avait 1 retraité pour 5 cotisants, et qui prenait sa retraite à 65 ans quand l’espérance de vie était de 70 ans, génération qui a 15 ans avait certainement une vie bien meilleure que la votre dans la France occupée par les nazis.

      Aujourd’hui nous avons une génération de connards de soixant-huitards mentalement attardée qui ne sais même pas maîtriser la règle de trois et qui exige que leurs enfants et petits enfants leur paye leur retraite leur frais de santé, …
      Canari à votre demande je répondrai la même chose que Le Général Anthony Clement McAuliffe à la demande de reddition formulé par le Général Heinrich Freiherr von Lüttwitz lors de la bataille des Ardennes:
      « Des Clous ».

      Un jour le procès de cette génération de nihiliste sera fait et elle rejoindra les poubelles de l’histoire pour avoir réussi en 40 ans à dilapider l’héritage de leur parents qui ont œuvré à la reconstruction du pays et à hypothéquer l’avenir de leurs enfants et petits enfants en les endettant et qui par renoncement successif à voir la réalité les a transformer en esclave au nom d’une solidarité dont elle est la seule bénéficiaire.

  3. de quel retraités parlez vous ?je travaille dans ce millieu et je peux vous dire que la plupart ont travaillé dur pour gagner leur vie , ont fait ceinture pour payer leur maison et à l’époque les aides sociales n’existaient pas ;ces gens là bossaient souvent au dessus des 39 heures , beaucoup ne prenaient pas les vacances auquelles ils avaient droit , préférant travailler plus pour gagner plus ; vous dites que les retraités sont improductifs , certes , mais les retraités dépensent , en mutuelle , trés cheres , en nourriture , ils paient leur eaux , leur électricité , vont chez le pédicure , le coiffeur , le docteur ,les plus aisés voyagent , vont en cure , embauchent du personnel etc etc etc ; finalement , les retraités crée des emplois ; c’est grace à eux si j’ai du travail ; le plombage de la france , il ne vient pas de là ;

    1. Et la jeune génération, elle n’a pas le droit, elle, de consommer ou même de se loger avec le fruit de son travail puisque l’on en est là ? Lamentable.

    2. « vous dites que les retraités sont improductifs , certes , mais les retraités dépensent » : dépenser n’est pas une fonction économique déterminante. Si les actifs ne se faisaient pas spolier leur pouvoir d’achat par les taxes et cotisations, volées de force par l’Obèse, ils dépenseraient autant que les retraités qu’ils financent. Consommer ne crée aucune richesse : on ne consomme jamais que ce qu’on a d’abord produit. Le système de retraite par répartition, comme n’importe quel vol, déplace seulement la richesse créée par les producteurs (actifs du privé indifféremment entrepreneurs, investisseurs, salariés).

      La raison de la faillite inéluctable de la retraite par répartition est bien l’improductivité à laquelle les retraités sont contraints par l’Obèse alors que, s’ils finançaient leur retraite grâce aux fruits de leur patrimoine accumulé librement (retraite par capitalisation), les retraités resteraient productifs jusqu’à leur dernier souffle, et même au-delà de leur mort à travers leurs héritiers.

    3. tres juste mes premieres vacances en tunisie avec fram a 45 ans…mon apprt paye a 40 ans en faisant double emploi …

      1. C’est bien ça…
        aujourd’hui à 40 ans votre appart’ n’est pas payé, mais alors pas du tout… Et on travaille à triple emploi pour payer vos droits acquis.

        Mais vous n’êtes pas d’une génération de profiteurs qui n’a pas en d’enfants et se fout totalement des générations qui les suivent (tout en gueulant à la taxation de ci et de ça pour préserver la planète « pour nos enfants »… ), juste de pauvres gens qui ont trimé dur (vrai) et gagné leur vie (vrai) en dépensant le double de ce qu’ils gagnaient (ça aussi c’est vrai) et en laissant la note aux suivants (c’est nous… les salopards qui osent râler face au pays en faillite, aux taxes colossales, à la liberté peau-de-chagrin, et à la facture de maintien du niveau de vie de la génération qui nous a « légué » ça).

        1. La reponse de canari est la même que bartolone : c dégueulasse de laisser une planète sale à ses descendants, en revanche leur refiler les cinq mille milliards de dettes du communisme, rien à branler puisqu’il a droit à une retraite. En revanche, ça ne dérange pas les parents d’abandonner leurs enfants devenus Sdf, égoïstes qu ils sont.

  4. Le probleme aussi c’est qu’ils n’ont pas tous voter Miterand…et qu’il est fort probable que ceux qui l’ont faiten ont cramé tous les benefices en voiture et confort pour essayer d’avoir le même train de vie que ceux qui bossaient et avaient fait des etudes…
    Le jour ou le grand reset interviendra sera d’une injustice toute aussi flagrante car se sont les epargants, exactement la population opposé au socialisme qui seront le plus impacté?

    Les faits sont terribles, soit nous devront a terme spolier l’épargne des « bon pere de famille » soit laisser la jeunesse totalement asservie a la dette et aux retraites des anciens…
    Forcement les jeunes se casse ou glande, car effectivement, meme chez un jeune, l’euthanasie des vieux est un non-sens…
    Mais juqu’a quand? Si aucun parti ne prend un jour la peine de relever le defi, nos jeunes vont tous basculer petit a petit dans des theories extremes, cherchat desesperement une issue a cette tragedie:
    Le viellissement de la population est un phenomene majeur qui impaque prioritairement notr economie comme notre civilisation. Cela devrait etre un sujet prioritaire pour assainir nos relations sociales.
    Au final nous vivons exactement le contraire, le sujet est sistematiquement éviter, soigneusement delayer dans toute la presse ecrite ( les jeunes lisent sur le net…) et tous les partiene s’ adresse qu’a cette France qui a Peur de demain: les retraités, les fonctionnaires et les elus: tous ceux qui savent inconsciemment que leur situation est ilegitime mais ne l’ayant engendré eux-mêmes, ils s’ en dedouanent pour autant et tant que la musique continue…
    Bientot les Francais restés en metropole n’auront plus que leurs yeux pour pleurer: l’Europe va s’ effondrer faute de s’ etre reformer, les conflits seront interieurs et tres violents et les responsables seront partis bien loins avec tout votre argent…
    Le bon côté c’est que les jeunes malins et les familles solides se seront échappé avant ! L’avenir est a l’Asie et l’Affrique tout simplement parce que demain, ils representeront l’immense majorité de l’humanité, des actifs et des consommateurs…

    1. Borlo: « Si aucun parti ne prend un jour la peine de relever le defi »

      Et si au lieu de s’en remettre a des corporations qui ont tous fait la même merde depuis 40 ans, les Français décidaient enfin d’appliquer la démocratie et de faire voter les lois par le peuple sans passer par des « représentants », forcément soumis à tous les corporatismes ?

      Ce faire avoir deux fois, trois fois ok, mais au bout de 40 ans, croire encore qu’une minorité politisée va représenter les intérêts du peuple, c’est du masochisme de l’inculture ou de l’imbécilité.

      Borlo: « l’Europe va s’ effondrer faute de s’ etre reformer »

      La France et quelques pays du sud vont s’effondrer, à l’est ils font de très gros efforts et au nord ça va de bien a parfaitement bien.

  5. M’enfin, le patrimoine constitué par ces retraités en contrepartie de « dettes envers la génération future » sera bien lui-aussi transmis à la dite génération future ! Et plus il y aura de patrimoine, et mieux les dettes seront couvertes.

    Donc la question se résume à savoir si cette constitution de patrimoine se révèle une utilisation efficiente de la capacité d’endettement, et sur ce point on revient au rôle perturbateur de l’Etat qui vient semer sa pagaille dans cette efficience, notamment en prélevant des droits de succession pour financer ses propres choix de dépenses débiles ou la redistribution envers les moins capables de faire des investissements profitables.

    1. En un mot « Touche pas à mon magot »
      Il y a 15/20 ans, un jeune fut élu à la Direction de ma caisse de retraite (médecins), malgré les insultes et menaces des vieux en place. Il fit deux audits externes pour découvrir que certains avaient été remboursés en 8 mois de la totalité de leurs cotisations et depuis touchaient en pur bénéfice dans l’un des 3 régimes obligatoires.
      Devant ce scandale, il organisa un référendum. La réponse du collège retraité fut, pour 50% « mais comment a t’on pu faire cela?, quand les 50% autres répondirent : Touche pas à mon magot, et continuent de toucher gratis depuis.

      1. Certainement pas « Touche pas à mon magot ». Ce serait plutôt « Attend patiemment ton héritage, et en attendant veille à ce qu’il soit investi de manière productive et réforme le système pour tordre le cou à la répartition ».
        Tous ces excès sont le fruit de la répartition : il ne devrait pas y avoir de droit à quoi que ce soit pour les retraités, mais comme ce fut le cas pour la génération précédente un devoir de ne pas laisser tomber ses anciens au prétexte qu’ils restent à charge trop longtemps. La nouvelle génération veut le beurre (l’héritage des parents) et l’argent du beurre (le droit de ne pas en laisser à ses enfants, et au contraire de les taxer). Il n’y a qu’une chose à faire : que chacun redevienne responsable, maintenant que la guerre ne risque plus guère de tout bousiller, de préparer pendant son activité sa propre retraite. Mais la transition ne doit pas se faire dans la haine et l’envie, qui ouvrent la porte à toutes les malversations.

        1. Donc « Touche pas à mon magot tant que je suis vivant et peut en profiter, rien à foutre si mes droits sont moraux ou crapuleux“

        2. Et après moi,le déluge“ C’est exactement ce que je disais

          1. Il faut quand même une bonne dose de mauvaise foi pour confondre « veille à ce que mon bien soit investi efficacement car tu en hériteras » et « après moi le déluge »…

            1. De toute façon nous ne discutons pas de votre cas personnel, ni de votre capital, mais seulement de la rente que vous recevez chaque mois des actifs.
              Le niveau de vos cotisations passées et la durée pendant laquelle vous avez cotisé ont’ils commune mesure avec les conditions imposées actuellement sans espoir d’obtenir plus tard le 1/4 de vos avantages, voire connaître la retraite?
              Ce qui est scandaleux, c’est que parfaitement conscient de cette réalité, plus de la moitié des vieux, années Mitterrand, n’ont qu’un seul réflexe « Touche pas à mon jack pot“ “Avantage acquis“ “ trop tard, c’était un contrat, qu’il soit de dupe, on s’en fout“. C’est tout.
              Et les mêmes crient « Solidarité“, voire osent aller manifester chaque année pour l’augmentation de leur rente.

  6. la question n’est pas là… surtout quand la France dans son ensemble ( quasi unanimité des élites politiques et mediatiques) entend donner des leçons à la Grèce trop généreuse avec ses retraités….

    la solution est assez simple .

    il y a les cotisants d’un coté, de moins en moins nombreux…. et l’obscurantisme corporatiste n’est pas pret de libérer la création d’emploi et de richesse ( cf cas des taxis)
    il y a les pensionnés de l’autre, de plus en plus nombreux….

    Et bien c’est assez simple d’évaluer les cotisations qui vont entrer en 2016, et si cela est en baisse de 2%, et bien on baisse les pensions mécaniquement de 2%
    Et bien c’est assez simple d’evaluer de combien le nouveau calcul ( sur 25 ans) fait perdre aux nouveaux retraités… s’ils partent avec -20% par rapport à leurs ainés à carrière « comparable », et bien on baisse mécaniquement les pensions de TOUS les retraités de 20%
    Beaucoup de retraités n’ont jamais cotisé, ou très peu cotisé… ils sont déjà au seuil sociaux…

  7. La seule erreur des français a été de cautionner la monarchie bureaucratique élective dont quelques millier d’aristocrates-fonctionnaire seulement ont voté 2100 lois socialisantes ces 30 dernières années pour faire plaisir aux corporations amies.

    En Suisse ou le peuple vote les lois, une minorité d’agité ne peux rien faire pour pomper le fric-des-autres-gratuit et les promesses infantilisante ne résistent pas au passage dans l’isoloir parce qu’au lieu de déléguer à maman état, censée être bienveillante, les gens mettent en marche leur cerveau à chaque loi votée.

    35% de dette
    3.5% de chômage
    Toutes les caisses dans le vert.

    En France, les gens ne sont même pas au courant de 98% des nouvelles lois. (Si vous pouvez en citer plus de 42 sur les trente dernières années, félicitation, vous en connaissez plus de 2%.)

    1. Les figures de Napoléon et Vercingétorix, mythe des chefs bienveillants et efficace auxquels bien des français veulent croire encore tous les 5 ans ont fait un tort considérable à la France.

      Une telle concentration des pouvoirs dans quelques mains ne peut finir qu’en caste corrompue soumise à tous les corporatismes.

  8. « C’est pourtant le monde que nos baby-boomers égoïstes, matérialistes, ont créé ».
    Non, pas toute une génération, les (ir)responsables politiques oui (quand Mitterrand a fait voter la retraite à 60 ans le baby-boom était déjà connu). On dira qu’ils ont été élus. Certes. Mais y avait-il une alternative qui prônait une saine gestion des finances publiques? Non.
    Problème de la démocratie, de la démagogie, de l’inculture économique et de l’immaturité politique.
    Maintenant, il ne faut pas méconnaître que les retraites du public sont considérablement plus avantageuses que celles du privé et plombent directement les finances publiques. Que ce qui est en cause est moins le niveau des retraites que la faiblesse des salaires sans cesse rabotés par l’augmentation des charges. Que la lâcheté politique a toujours repoussé à plus tard les corrections à apporter à un système intenable. Que beaucoup de retraités aident leurs enfants et petits-enfants de façon substantielle.
    Cela fait 10 ans que je dis que nos politiques ont préparé un conflit de générations… C’est de plus en plus évident, mais il faut pointer les vraies responsabilités: les politiques et les syndicalistes qui, par lâcheté ou par intérêt corporatiste, ont bloqué toute réforme et entretenu les gens dans le mythe du « progrès social éternel »

    1. Mais les gens ont voté Mitterrand parce que cela les arrangeaient bien d’avoir la retraite tôt et l’endettement de l’état de toute façon c’est pour les autres. La responsabilité n’est pas politique, on a les politiciens qu’on mérite

      1. C’est encore vrai vous savez. Et maintenant, on a Hollande. Vraiment le nec plus ultra….

  9. La retraite par répartition est un vol, comme l’impôt. Les générations présentes se lèvent elles contre l’impôt?

    Les français retraités et actifs se rejoignent donc dans la soumission à un système vicié puisque bâti pour et par cette organisation criminelle appelé Etat.

    1. Il paraitrait que le consentement à l’impôt s’effrite, que les salauds de citoyens sont de moins en moins ravis de se faire voler par une bande de bras cassés finançant des hordes d’inutiles.

      Mais ça n’est qu’une rumeur…

  10. Les retraités sont plus âgés que les actifs, ils ont travaillé plus longtemps et ont donc disposé de plus de temps pour économiser et se créer un patrimoine. Il est donc naturel que celui-ci soit supérieur à celui des actifs.
    Maintenant, que les actifs d’aujourd’hui peinent à entretenir cette fuite en avant n’est pas la faute des vieux mais des actifs d’aujourd’hui qui n’ont pas le dynamisme nécessaire pour créer ces richesses qui font défaut. Evidemment, le socialisme ambiant ne les y aident pas mais ce ne sont pas les vieux qui votent pour ce régime. Les actifs doivent donc se demander s’ils ont intérêt à voter Hollande en 2017 ou pour tous ceux qui les encouragent à entrer dans la fonction publique plutôt que dans la vie active.

    1. Finalement, l’ennemi, c’est le vieux, bien vu.

      Comme vous le dites très bien, le patrimoine des vieux est naturellement plus important, puisqu’il est le fruit de leur travail.
      Mais de combien aurait-on besoin pour combler le déficit?
      50 milliards?100 milliards?

      Combien va coûter la transitude énergétique, dont on se demande quelle pourrait être l’utilité, si ce n’est de se rallier la secte verte?
      Combien vont coûter nos « engagements citoyens » que ne manqueront pas de signer des 2 mains nos élites, toujours pour être plus verts?
      Combien coûte le TGV, alors que Ryanair le fait pour le 1/10 du prix?
      Autre chose, avec la secte verte, aurait-on exploité le charbon? le gaz de Lacq?
      Et combien coûtent aux entreprises toutes les réglementations absconses, du genre quelle est l(empreinte carbone du taille crayon ?

      Bref, notre ennemi, ce n’est pas le vieux, c’est le « green blob » ,c’est lui qui va nous ruiner, d’ailleurs c’est son but, et l’auteur n’y échappe pas avec son petit couplet

      endettement abyssal de la Nation pour payer son niveau de vie, pollution, exploitation des ressources…)

      Autre chose, la retraite par répartition, l’ennemi,
      faudrait d’abord décider si l’on est une société solidaire?
      Car si on supprime la retraite par répartition, pourquoi maintenir le RSA, les allocations, les aides etc, pour des gens qui n’ont pas cotisés pour?
      Il faut aller au bout de la logique.
      Bon, on oubliera que les fonds de pensions US, ce sont justement ceux-là qui sont les plus voraces et qui laminent nos entrepreneurs.Mais pourquoi pas?
      Supprimons aussi la Secu, pour ceux qui n’ont pas cotisé, logique non?
      Avec ces simples mesures,vous verrez fondre les déficits.

      Par contre, si on accepte une société solidaire, pourquoi pas un droit unique, un montant égal pour tout le monde?

      Bref, plutôt que de tenter de désigner un ennemi(c’est dans l’air du temps, les grecs l’ont bien compris), pourquoi ne pas examiner les dérives qui sont imputrables à nos jeunes, qui vomissent la société de consommation, et qui militent pour une chimère verte?

      1. L’ennemi n est pas le vieux mais ce système répugnant et immoral qu’est la retraite par répartition.

    2. Allez expliquer à Uberpop qu’ils manquent de dynamisme… C’est quoi pour vous être dynamique? descendre dans la rue avec un kalach? L’état à les moyens (et les utilise) de brisé tous les dynamismes de France et de Navarre pour protéger les corporations établies.

  11. La retraite Petain, approuvée par les communistes, à permis de rétablir le travail des enfants. Beurk.

  12. Haro sur le baudet ! Il faut trouver de quoi boucher des trous autrement grands que celui des caisses de retraite.
    « Les papy boomers forment une génération dorée qui participe au plombage de la France. » … après l’avoir redressée et enrichie, au profit de générations suivantes dont la majorité est fatiguée à leur place et ne croit plus qu’en la bureaucratie pour lui sauver la mise. Tellement fatiguée cette majorité, qu’il leur faut compter sur des travailleurs venant d’ailleurs pour faire le boulot à sa place et qu’elle n’a même pas été capable de faire de nouveaux cotisants en nombre suffisant.

    1. Erratum
      Haro sur le baudet ! Il faut trouver de quoi boucher des trous autrement grands que celui des caisses de retraite.
      « Les papy boomers forment une génération dorée qui participe au plombage de la France. » … après l’avoir redressée et enrichie, au profit de générations suivantes dont la majorité est fatiguée à leur place et ne croit plus qu’en la bureaucratie pour lui sauver la mise. Tellement fatiguée cette majorité, qu’il lui faut compter sur des travailleurs venant d’ailleurs pour faire le boulot à sa place et qu’elle n’a même pas été capable de faire de nouveaux cotisants en nombre suffisant.

      1. Les retraites n ont pas enrichi le pays, ils l ont endetté comme jamais (5000 milliards). Leurs enfants epongeront leur égoïsme. Tu parles d un cadeau.

        1. Réaction d’une rare stupidité. Il ne faut tout de même pas confondre le trou de caisses de retraites honteusement ponctionnées pour en boucher d’autres, avec la dette publique (dont l’initiateur a été Mitterrand)

          1. Mais oui. Trois mille milliards de retraites non provisionnees, vous les financez comment ? En creusant des petits trous ?

        2. theo31 :: refléchissons on nait frais collectif… éducation…. ect..ect) on travaille on enrichie la société et on paye son fonctionnement en retraite on est par incapacité ( rapidité dans l »exécution… capacité a faire…. maladies …… en position de jouissance par la sociétée que l »on a construit et enrichie ( un peu comme un loyer a payer par les occupants ca c’est la retraite NORMALE aprés viens si greffer les parasites qui plombent et font tes 5000 milliards c’est a ceux ci que tu dois t »adresser

          1. Hum. faudrait apprendre à écrire d’abord, et ensuite aligner des mots. Sinon on ne vous lira pas, ou on ne vous comprendra pas.

        3. Sans parler du culturel, où la classe d’âge la plus stupide et la plus égoïste de tous les temps a assassiné la civilisation française au nom de son sacro-saint droit à jouir.

          Dans tous les domaines, la responsabilité de la faillite est accablante.

      2. Les travailleurs venant d’ailleurs(détachés) remplacent les français car ils coûtent moins cher grâce à cette chère (euphémisme)europe .Cela profite bien au gros patronat mais vu que ces gens paient les caisses dans leurs pays , ils n’enrichiront que leurs employeurs et pas la France ni ses caisses de retraite!

      3. « qu’il lui faut compter sur des travailleurs venant d’ailleurs pour faire le boulot à sa place »
        Vous êtes comique !
        Quelle génération a fait venir des travailleurs en masse dans les années 70 ? (Vous oubliez certainement l’âge de nos cités chaudes)
        Quelle génération a plombé la médecine en la verrouillant ?
        Quelle génération a mis en place toute cette bureaucratie qui lui permet encore de vivre à crédit ?

    2. Les babyboomer ont initié la dénatalité, leur enfants n’ont fait que suivre leur exemple

  13. Il ne faut pas oublier que les retraités français actuels, font vivre des dizaines de milliers d’emploi dans le tourisme, le service à la personne, les métiers de la santé, la construction immobilière.
    Ils ont un pouvoir d’achat qui leur permet de consommer beaucoup, donc ils injectent des masses énormes d’argent dans l’écoéomie.
    Sans les dépenses de retraites, avec seulement les dépenses des jeunes l’économie serait moribonde

    1. vieux-bourg: « font vivre des dizaines de milliers d’emplois »

      …grâce à l’argent pris à ces même employés.
      Le jour ou la retraite par répartition marchera on aura aussi le mouvement perpétuel qui produit de l’énergie gratuite.

      1. limyrn vous n’êtes pas cohérent.

        D’une part
        vous contestez le coté positif pour l’économie, favorisant fortement la création d’emplois dans notre pays pour satisfaire la demande des retraités.
        mais d’autre part
        vous condamnez la trop forte imposition des hauts revenus en affirmant que, diminuer la pression fiscale sur eux, favoriserait l’emploi ……… car ces gens créeraient davantage d’emplois en France qu’il ne le font.
        Pour vous résumer:
        les dépenses des hauts revenus c’est tout bon pour l’emploi
        les dépenses que les retraités sont prêts à payer DANS NOTRE PAYS …c’est mal

        1. Llmryn est cohérent: les retraites ne créent aucune richesse. N est pas economiste qui veut.

        2. vieux-bourg: « limyrn vous n’êtes pas cohérent. »

          Personne ne vous a jamais expliqué cette évidence qui est simple et relève des vases communicants:
          Pour résumer, dans le système par répartition avec la pyramide des ages actuelle: les 100 euros que vous dépensez chez le cordonnier ont été pris… chez le même cordonnier.

          Le socialisme assèche la création de richesse et 1 personne active en France doit en faire vivre 3.4 autres ce qui explique que la France emprunte actuellement 1000 millions d’euro par jour ouvrable.

          Depuis le pays voisin qui est carrément libéral en comparaison, on regarde cet effondrement et la tier-mondisation de la France avec effarement.

        3. « les dépenses des hauts revenus c’est tout bon pour l’emploi »

          Parce qu’on peut espérer qu’ils INVESTISSENT leur argent, alors que vous parler de la consommation des retraités. C’est ni plus ni moins que de la relance keynésienne et ça ne MARCHE PAS.

    2. Des pensions financées par de la bonne grosse dette qu il faudra rembourser par des impôts. Jusqu au jour où les créanciers du communisme diront stop et on verra si les retraites font vivre du monde.

    3. La mafia, les cartels et même Daech sont eux aussi également des acteurs économiques de premier plan.
      Vous n’êtes même pas conscient que vos propos cherchent à justifier la mise en servitude ou esclavage moderne. Honte à vous.

    4. Oui la silver economy. Encore un marché qui va rester bien limité au frontière franco-françaises et qui va vivre grâce aux subsides de l’Etat (de façon indirect par une demande suscité par les retraites financées par le public). C’est vrai que ça réussi tant à notre économie…

      En somme ce que vous dîtes c’est que la retraite par répartition permet la croissance. Du bon gros keynesianisme. C’est drôle de voir les poncifs socialistes revenir chez ceux que ça intéresse, dès lors qu’on commence à débattre des revenus issus de la redistribution, parce que c’est ce qu’est la retraite par répartition, de la redistribution. Et la redistribution ne créé aucune richesse, ni la consommation. Alors l’impact mirifique des retraites pour l’économie française est une bonne blague. Comme pour tout système de redistribution si la France n’améliore pas sa compétitivité, c’est dans des biens étrangers que les retraités vont dépenser leur argent ou mieux même à l’étranger en s’y installant. Et comme le financement de ces retraites est directement pompé sur le privé, j’ai dans l’idée que la compétitivité est pas prêt de revenir en France… De plus, aucun impact sur l’investissement véritable moteur de la croissance.

      En tout état de cause, avec un système par capitalisation, les retraités d’aujourd’hui auraient tout autant un fort pouvoir d’achat.

      Désolé, mais votre argument est idiot.

  14. Article qui est très juste.
    Grosso modo, qu’il s’agisse de Sarko ou de Hollande, la politique de gestion des déficits a largement épargné les vieux et négligé les jeunes.

    Hollande a raffiné le truc : le couple de retraités riches n’a pas été touché, le couple de jeunes banquiers sans enfant non plus, mais les cadres avec 3 gosses se sont vu pas mal taxés.

    Sans rentrer dans une guerre de génération, on peut sans conteste affirmer que la répartition de l’effort pour sortir du caca dans lequel nous nageons est très inégalement réparti selon les âges.

    Ceci dit, faut pas généraliser : le mec qui atteint la retraite à 60 ans après 43 ans de taf sur les chantiers (et qui a une espérance de vie de genre 12 ans), ce serait assez injuste de lui rogner sa pension déjà pas énorme. Par contre, piquer quelques milliers d’euros par ans au cadre retraité de chez Dassault, ca serait tout à fait compréhensible et justifiable.

    1. Vous ne verrez donc aucun problème à ce qu vous pique quelques milliers d euros sur votre retraite le moment venu histoire d être exemplaire dans la solidarité.

    2. Parce que vous croyez que si on avait bien assommé les couples de retraités riches et les jeunes banquiers sans enfants (entre parenthèses, combien paient-ils déjà, d’ailleurs ?), on ne nagerait plus dans le caca ? Arrêtez de vous demander à qui prendre de l’argent, préoccupez-vous plutôt de créer des richesses.

      1. Le problème en France c’est que depuis de nombreuses années la seule question qui turlupine la grande majorité c’est justement : a qui va t on prendre le pognon. Si on compare le créateur de richesse à un lièvre et la grande majorité des Français à des chasseurs vous comprendrez certainement que la création de richesse est un exercice très risqué et les candidats ne se bouscule pas au portillon. ceux sui s’y risque sont criblés de plomb (d’impôts) dès qu’ils sortent du bois…

    3. supergolem il y a du vrais dans ton écrit
      MAIS !!! aussi bcp de naiveté Hollande a raffiné le truc :mais les cadres avec 3 gosses se sont vu pas mal taxés. hollandouille:: célibataire endurci avec des marmots hors du nid tu t »attendai a quoi ??? il a détaxé le champagne pour célibataire la famille c »est pas son truc

    4. vous ne connaissez pas la progressivité de l’impôt et les parts fiscales ? C’est ce genre de raisonnement qui plombe la rance … répartir l’argent des autres

  15. Evidemment, qu’un vieux a plus de patrimoine qu’un jeune: il a travaillé plus longtemps!
    Quant au jeune, que le vieux a élevé, dont il a payé les études, il en héritera, de ce patrimoine.
    Un jeune qui rentre dans la vie active, (et qui va bosser 35 heures….) a été entretenu 25 ans par son vieux.

    1. Ah oui? et pourquoi avant c’était le contraire? les vieux finissaient leur vie dans l’indigence et à la charge de leur enfants. Il n’y aucune logique inévitable dans ce que vous raconté c’est juste le résultat d’un politique.

      1. Et c’est quoi, la logique? De piquer du fric là où il y en a pour le refiler là où il y en a pas?
        C’est une logique socialiste, pas libérale.

    2. Vous vous faites des enfants et vous les éduquez pour qu’ils assurent vos vieux jours c’est déjà curieux comme concept, mais en plus comme vous avez peur qu’ils ne veuillent pas entrer de ce schéma vous trouver normal de les contraindre par l’entremise de l’état.

      1. Ce sont les mêmes qui trouvent dégueulasse de voir des enfants bosser dans une usine en Chine ou au Pakistan.

      2. Pas du tout: nous parlions de patrimoine. On s’en fout, de l’Etat. Mais il n’y a aucune justice à aller piquer du fric à ceux qui ont bossé toute leur vie pour assurer leurs vieux jours, et qui en plus ont élevé des enfants qui vont hériter.
        Attendez au moins qu’ils crèvent, ces vieux.

        1. Vous parliez du fait que les parents entretiennent les enfants, c’est quand même la moindre des choses quand on fait un enfant que de l’entretenir jusqu’à ce qu’il soit en age de travailler, et cela ne justifie en rien en retour de contraindre ses enfants à payer pour quand nous serons vieux.

          La retraite par répartition ce n’est pas ce que vous décrivez ça c’est la capitalisation je travaille (j’épargne et j’investit) pour assurer mes vieux jours.

          La retraite par répartition c’est : quand je travaille une partie de mon salaire est prélevé et dépenser pour verser les pensions des retraités actuels et en échange j’obtient un droit de créance sur les actifs et futurs actifs (parfois même pas encore nés) quand je serai à la retraite.

          1. C’est quand même la moindre des choses quand on fait un enfant de lui instiller le respect et la gratitude envers ceux qui l’auront entretenu jusqu’à ce qu’il soit en âge d’accepter de travailler. Amener l’Etat dans cette relation, comme garant de pseudo-droits, est certes condamnable, mais pas plus que de considérer que l’ingratitude des enfants serait l’ordre normal des choses et que les élever autrement serait un signe de vénalité inacceptable.

            1. « C’est quand même la moindre des choses quand on fait un enfant de lui instiller le respect et la gratitude envers ceux qui l’auront entretenu jusqu’à ce qu’il soit en âge d’accepter de travailler. »
              Je pense que ça n’a rien à voir avec la gratitude ou le respect.
              Parce que vous avez élevé un enfant pendant une grosse vingtaine d’année, vous estimez qu’il vous doit de l’argent pendant plus de 40 ans ? Si vous ne voulez pas élever d’enfants n’en faites pas !

        2. Et non, justement! Vous avez bossé toute votre vie pour la retraite de vos parents, et vous attendez de nous la même chose en retour. En fait, vous n’avez rien compris.

    3. Brillant commentaire, argumenté et informé, pesé et nuancé, on sent là toute votre expérience.

      D’une, ce n’est pas nous qui avons demandé les 35 heures, nous étions enfants quand elles ont été votées.

      De deux, notre idéal de réussite, ça va vous paraître incroyable, ce n’est pas d’attendre 50 ans pour hériter et de toute façon, un patrimoine construit sur une bulle immobilière ça ne vaut rien.

      J’avoue ne pas avoir toujours réussi, mais j’ai toujours cherché à vivre par moi-même depuis ma majorité. Evidemment, il ne vous vient pas une seconde à l’esprit que d’une tous les jeunes ne sont pas étudiants et de deux, les étudiants peuvent avoir besoin ou même envie de travailler.

  16. Le système des retraites par répartition est intenable. La répartition est un cercle vicieux d’appauvrissement mutuel entre les générations qui mène à la ruine de tous.

    Le remède : la capitalisation intégrale, dès le premier euro cotisé, avec mise en concurrence des gestionnaires de l’épargne-retraite défiscalisée.

    La méthode de transition : libérer les tranches d’âge au fur et à mesure de leur entrée sur le marché du travail. Pour les autres, possibilité de sortie sur la base du volontariat, chacun calculant s’il a intérêt à sortir de la répartition.

    Pour ceux qui restent : fusion des régimes en un seul, recalcul des pensions en fonction des montants effectivement cotisés, équilibre structurel des comptes du régime unique de transition par la modulation annuelle des pensions en fonction des cotisations résiduelles perçues.

    1. Seuls ceux qui sont responsables intégralement de leur biens peuvent les gérer convenablement. L’argent des retraites est anonyme, tout le monde s’en fout. Il est prélevé de force à certain pour être donné à d’autre, c’est le royaume de l’irresponsabilité ce qui ne peut conduire qu’à le ruine.

      1. Effectivement. Et c’est le cas de tout ce que touche l’Obèse socialiste impécunieux où règne l’amateurisme le plus irresponsable. Le temps est venu de redonner la prééminence aux véritables professionnels, c’est-à-dire aux individus libres.

    2. Cavaignac vous me faites peur !!!!!! Le remède : la capitalisation intégrale, dès le premier euro cotisé, avec mise en concurrence des gestionnaires de l’épargne-retraite défiscalisée.
      vous avez vécu 2008 ?? vous mettez votre argent ( par intermédiaire ) au casino qui garantie QUI GARANTI quand on sait que l »argent n »est qu »un moyen basé sur rien ( plus d »or ) et qui est trés TRES inflamable !!!!!!!!

      1. Demandez donc aux retraités grecs ce qu’ils pensent de la répartition, alors qu’ils perdent leur pouvoir d’achat. L’illusion de la répartition avec ses mensonges collectivistes, voilà le vrai casino.

      2. La répartition repose exactement sur la même base que la capitalisation puisque dans un cas comme dans l’autre il faut produire des richesses pour que les pensions soient versées, et pour produire des richesses il faut investir et avant ça épargner, donc je vous laisse soin de trouver entre les deux le système le plus efficace qui en plus est le plus moral.

      3. renseignez vous sur les performance du système chilien ..

        1. Le système chilien est très encadré. Quand voit qu en France la CDC joue avec les dépôts du livret A sans le moindre risque pour ses dirigeants….

    3. Ceux qui savent compter ont compris dès le début que la retraite par répartition n’est qu’un processus de cavalerie (on dit maintenant shéma de Ponzi) fondé sur la croissance exponentielle de la population active et que tout l’édifice se cassera la figure tôt ou tard et d’autant plus brutalement qu’on attendra longtemps.
      La fuite en avant (incitation à surpeupler) est d’autant plus illusoire que cette génération montante de plus en plus abondante et de moins en moins instruite travaillera peu et refusera de cotiser pour des vieux qu’elle exècre.

      Bien sûr la retraite par capitalisation est plus saine et plus juste, mais comment assurer la transition sans faire fondre comme neige au soleil les pensions qui ne peuvent qu’être asservies au flux des cotisations appelées à l’extinction?

      1. Les pensions sont condamnées à fondre quelle que soit l’option retenue. Plus on retarde les réformes indispensables, plus le retour à la réalité sera brutal. La transition lente proposée plus haut permet de lisser mécaniquement les entrants et les sortants. En outre, parce qu’elle contribue à dynamiser la croissance, la capitalisation permet de limiter la baisse des recettes : si le nombre de cotisants est plus faible, leurs cotisations seront plus élevées.

        Cf le cas chilien, exemple d’une transition complète vers la capitalisation en moins de 20 ans.

  17. « il apparaît que le patrimoine brut médian des retraités en 2010 était de 174.000 euros, »

    Oui mais quand le retraité va mourir, l’Etat imposera une taxe de 60 % sur le cadavre appelé joliment « droit de succession »

  18. Charentais libéral

    Tout est résumé chez Bastiat…le mal c’est socialisme de la France !!!! :

    Principaux pamphlets :
    « la loi » : http://bastiat.org/fr/la_loi.html
    « l’état » : http://bastiat.org/fr/l_Etat.html
    « ce que voit et ce que l’on voit pas » : http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html
    « Et la pétition des marchants de chandelles », dans les sophismes économiques : http://bastiat.org/fr/petition.html

    ‘La chimère du jour est d’enrichir toutes les classes aux dépens les unes des autres ; c’est de généraliser la Spoliation sous prétexte de l’organiser. Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ; de la multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, droits au travail, droit au profit, droit au salaire, droit à l’assistance, droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, ect. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de socialisme. »

    Bastiat était vraiment un visionnaire :  » « Les abus iront toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. Mais alors, on s’apercevra qu’on est réduit à compter avec une population qui ne sait plus agir par elle-même, qui attend tout d’un ministre ou d’un préfet, même la subsistance, et dont les idées sont perverties au point d’avoir perdu jusqu’à la notion du Droit, de la Propriété, de la Liberté et de la Justice

    Gustave Flaubert écrivit à George Sand en 1871:
    « Dans trois ans tous les Français peuvent savoir lire. Croyez-vous que nous
    en serons plus avancés ? Imaginez au contraire que, dans chaque commune, il y
    ait un bourgeois, un seul, ayant lu Bastiat, et que ce bourgeois-là soit
    respecté,

  19. Évidemment que l’écart se creuse entre les retraités et les actifs puisque ceux-ci sont de moins en moins nombreux !
    C’était prévisible depuis très longtemps compte tenu du taux de natalité. Mais personne n’avait prevu le chômage grandissant et persistant. Et je vous rappelle que nous sommes en France (coucou !). Vous avez oublié la levée de boucliers quand Sarko a voulu reculer l’âge de la retraite de deux ans ? Les LYCÉENS sont descendus dans les rues (rameutés entre autres par S. Royal). Et c’est encore AUJOURD’HUI qu’on ne peut pas toucher à la retraite par répartition.
    Rassurez-vous, les immigrés vont payer vos retraites, ah ah ah !
    Vous pointez du doigt toute une génération. Qui a voté François Hollande ? Les vieux ?

  20. A lire les commentaires, l’article fait débat sur qui possede ou non la richesse et pour sa disparition/repartition la faute à qui? Les baby/papy boomers enfants d’une periode noire de notre histoire ont connues certe les 30 glorieuses mais aussi sa propagande étatique. Ils sont arrivées en nombres sur un marché du travail que leurs parents avaient déjà réorganisé et sur cette generation il reste étonnant pour les actifs actuels de voir un tel degré de comparaison/competition. rapport de voisinage et lutte materialiste de qui aura le plus gros CA. Si la competition fut rude par le nombre, la dynamique inflationniste a permis un enrichissement de toute une generation même si nombre d’entre eux gagnait beaucoup sans faire énormément. La productivité ne se définit pas au nombres d’heures passées au boulot mais au travail effectué et à la richesse crée et il faut dire que la generation suivante leur damne le pion haut la main.
    Mais au delà des richesse des papyboomers et de l’appauvrissement de leurs enfants, la question de l’etiologie reste posée. Un systeme de retraite par repartition bismarkien, une securité sociale collectiviste, une education nationale endoctrinaire, une administration de haute surveillance au sortir de la guerre. Par la petite porte, Alexandre Jardin ne nous compte-t-il pas à l’échelle d’une famille ce qu’un pays souffre sur 3 générations? Un drame familial pour une psychothérapie nationale avec un saut de generation pour payer le prix… de la Liberté. Liberté volée par un état qui s’est bien gardé d’assumer sa responsabilité et de rendre une fois la paix et la stabilité venue cette liberté confisquée en 1940. Qu’on donc fait nos baby boomers si ce n’est s’enrichir et s’entre voler par état interposé? le systeme par repartition bismarkien, la securité sociale collectiviste, l’education nationale endoctrinaire, la haute surveillance admnistrative ont traversé cette génération sans aucun changement si ce n’est sa déficience et la demonstration de son incompatibilité avec l’humain. D’aucuns vont même jusqu’à la mystification de ce model social, socle français immuable du bien-vivre-ensemble qui pille toute richesse produite avec l’assentiment du plus grand nombre déjà un pied dans la tombe. Mais que pouvait il sortir d’humain de cette genèse?

    1. Assez d’accord, dans un pays où les trois quart des choses sont à l’envers, inutile de blâmer les rats de laboratoires qui ont essayé de survivre dans le labyrinthe.

  21. Monsieur Thibaut Doidy de Kerguelen,
    À la lecture de précédents articles de votre crû, j’avais ressenti un effet de nausée et je le retrouve aujourd’hui. Je vous avoue que si votre prose est à desseins, vous êtes un Phénix ! Veillez à ne pas y voir compliment…

    1. Difficile de voir quoi que ce soit dans l’alignement de mots sans cohérence que vous avez pondu.

  22. Cet article est parfaitement réaliste et donne des informations que toute personne honnête ne peut que savoir déjà . Ceux qui les nient sont des profiteurs , des égoïstes , des personnes totalement déconnectées de la réalité . il n’y a que ceux que cela arrange qui peuvent critiquer un tel article . A lire certains commentaire , cet article dérange , il est facile ainsi de savoir qui s’indigne !
    Merci d’avoir écrit ce que je pense et dit depuis longtemps autour de moi .

  23. Nous sommes tous d’accord pour penser que le système par répartition intégrale est merdique.
    Il n’en reste pas moins vrai q’on ne leur a pas demandé leur avis, à ceux qui aujourd’hui sont vieux: on les a obligé de cotiser. Aussi, la retraite pour laquelle ils ont cotisé leur est due. Il s’agit tout simplement de l’exécution d’un contrat.
    Comment des gens qui se prétendent libéraux peuvent-ils argumenter contre l’exécution d’un contrat?
    Comment peuvent-ils en vouloir à un patrimoine dûment acquis par son travail?
    Bande de socialistes!

    1. Avez-vous signé un contrat avec la sécu?
      Répondre à cette question devrait suffire à comprendre qu’il n’y aucune obligation à payer les retraites.

      1. Bien entendu. J’espère que vous comprenez aussi que vous n’avez aucun droit sur le patrimoine des retraités. Je trouverais ça un peu étrange et immoral, mais si vous le voulez vraiment, remplaçons la solidarité intergénérationnelle par une solidarité intragénérationnelle pour ceux qui le souhaitent. Je partagerai avec mes camarades d’école et de régiment, et les enfants se débrouilleront entre eux…

      2. Très drôle! La sécu ne m’a pas demandé mon avis: elle m’a dit « tu payes, et tu recevras une retraite »
        Le ministère des finances non plus, ne m’a pas demandé mon avis. Il me dit « tu payes ».
        Et l’armée non plus ne m’a pas demandé mon avis: elle m’a dit « tu vas faire la guerre en Algérie ».
        L’Etat impose ses volontés, et se doit de tenir ses promesses.

        1. Promesses en vertu de quel contrat que personne n’a jamais signe ?

        2. « L’Etat impose ses volontés, et se doit de tenir ses promesses. » : pour quelle raison intelligible une institution humaine en mesure d’imposer sa volonté aurait-elle besoin de respecter ses promesses ? Insondable mystère…

          1. C’est le principe même de la démocratie Cavaignac : non seulement le ‘pouvoir au peuple’ est en mesure d’imposer sa volonté, mais en plus il est légitime.

            La raison : mais parce que les gens n’ont pas le choix : l’Etat (ou plutôt le gouvernement) n’est soumis à aucun principe de concurrence. l’Etat n’a donc que des devoirs envers les citoyens, aucun droit … bref tout le contraire de l’Etat socialiste obèse…

            Le ‘vrai’ Etat n’a aucun besoin d’imposer sa volonté mais le devoir intransgressible de respecter ses promesses. C’est cet Etat que les gens imaginent, Etat qui est à l’inverse de la réalité actuelle.

            1. L état est soumis à la concurrence des autres États: voyez comment la France agresse en permanence son voisin suisse et organise la lutte contre les « paradis fiscaux ».

            2. Les Etats obèses font l’expérience de la concurrence lorsque les populations votent avec leurs pieds ou avec leurs fourches. Alors, ils érigent des murs et des prisons politiques, soit littéralement, soit par les réglementations abusives ou par le vol fiscal. C’est le réflexe de survie d’institutions immorales en fin de vie qui, confrontées à la perspective de leur effondrement inéluctable, refusent leur destin en sacrifiant les populations avec elles. En vain. A cet égard, le cas de l’Obèse grec est absolument édifiant. On voit bien que le débat démocratie / tyrannie est parfaitement indifférent dans l’affaire. Jamais la démocratie, pas plus que la tyrannie, ne pourra sauver un Obèse en fin de vie.

              Le ‘vrai’ Etat est certainement une utopie sympathique, une plaisante construction intellectuelle. Dans quelle circonstance un Etat pourrait-il dépasser la fiction révélée par Bastiat ? Aucune ! La démocratie elle-même n’est pas parfaite. Elle aussi doit être soumise à la morale. La démocratie ne justifie pas qu’on vote n’importe quoi n’importe comment. Une loi immorale, même prétendument légitimée par une majorité relative (une minorité donc), demeure une loi illégitime. Preuve qu’il ne faut pas désespérer de la nature humaine, on ne trouve jamais de majorité absolue pour voter les lois illégitimes.

              Dès lors qu’on se réveille du rêve utopique avec un minimum de bon sens pratique, on aboutit à l’Etat minimal régalien, mal nécessaire parce qu’on ne sait pas faire autrement jusqu’à preuve du contraire, mais au moins contenu dans des limites tolérables.

  24. Questions à Thibault Doidy de Kerguelen, président de la Compagnie Financière et Patrimoniale
    de Normandie :
    Qui sont les clients, actionnaires, investisseurs, … de ladite compagnie ?
    De quoi vit son président et ceux qui l’entourent ?
    Ne cotise-t-il pas lui aussi pour sa propre retraite, en escomptant que ce ne soit pas pour rien ?
    Plutôt que de monter les générations les unes contre les autres, qu’il nous indique les solutions qu’il préconise et nous verrons si elles sont plus intelligentes que son article.

  25. C’est vraiment pénibles ces discours du style « On a travaillé 45 ans depuis l’âge de 15 ans, payés avec des oranges pour tout construire dans le pays ; alors que les jeunes d’aujourd’hui glandent à la fac jusqu’à 25 ans! ». Vous pensez réellement convaincre des gens avec ça?

    Et dire qu’on me bassine avec l’expérience, quand je vois ce que vous en faites de votre expérience…

    Alors pour continuer ce débat d’ouverture (hum…hum…), on est bien d’accord que l’on parle de la génération baby-boom née à la fin des années 40 jusqu’au années 60 et pleinement entrée sur le marché du plein emploi dans les années 60-70, c’est-à-dire dans la dernière décennie des Trente Glorieuses qui comme son nom l’indique était une période de vaches maigres?

    Donc, contrairement à ce que j’ai pu lire, cette génération n’est en rien responsable du relèvement de la France post Seconde Guerre Mondiale et n’a rien construit. C’est la génération de LEURS PARENTS née avant ou pendant la guerre qui a reconstruit le pays en ruine et qui effectivement ne roule pas sur l’or d’une retraite dorée et a pour seul bien qu’une petite maison en campagne payée avec l’argent de toute une vie. Mais, on parle là, de personnes qui ont plus de 75 ans.

    Par contre, la génération baby-boom qui a, au plus, 65 ans aujourd’hui et qui part à la retraite avec un niveau de vie plus élevé que les actifs a, en dépit des discours misérabilistes, grandi dans l’opulence des Trente Glorieuses, pu devenir propriétaire entre 35 et 40 ans, et a vécu en dilapidant l’héritage de leurs parents.

    Cette inénarrable génération aura eu deux défis à relever dans les années 80 et 90 : la mondialisation et le chômage de masse. Sur le premier, elle aura échoué lamentablement et raté par la même occasion sa politique migratoire. Sur le second, elle n’aura rien fait. Normal, puisque le chômage est en bonne partie absorbé par ces feignasses de jeunes.

    Dans le même temps, cette génération touchée par la grâce divine, en phase avec les enjeux de son époque aura voté la retraite à 60 ans, voté les 35 heures et voté budget en déficit sur budget en déficit. Par esprit de contradiction, je poserai quand même la question de savoir pourquoi il a été nécessaire pour cette génération de voter des budget en déficit alors qu’elle se targue d’avoir mérité sa retraite actuelle et à venir par son dur labeur… Elle aura aussi organisé une pénurie de logement sur le marché immobilier par une succession de réglementation afin de rentabiliser au maximum les biens qu’elle venait d’acquérir. Enfin, entre deux de ces brillantes réalisations, elle aura mis en pièce l’école publique, pour mieux traiter ces enfants et petits-enfants de débiles profonds.

    Mais ce n’est pas tout! Cette génération qui, décidément a toujours eu un pieds dans le futur, vient d’interdire UberPop qu’utilisaient ses glandeurs d’étudiants (pour une fois qu’ils essaient de faire quelque chose de leurs dix doigts ceux-là, c’est pas d’bol) pour faire de la concurrence sauvage aux taxis.

    Et si, jamais, vous aviez la mauvaise idée, de pointer du doigt le bilan économique désastreux de cette génération (chômage invariablement à 8% depuis les années 90, déficit budgétaire en constante croissance depuis les années 90, creusement du déficit de la balance commerciale, pourtant en bénéfice auparavant, depuis les années 90, une croissance annuelle moyenne de 1.5% depuis les années 90…), les baby-boomeurs vous rétorqueront que c’est la faute des politiques qui ont pris en otage le pays depuis 30 ans…(comme je suis taquin, moi je répond alors pourquoi avoir voté invariablement pour les deux mêmes partis pendant 30 ans?)

    Et ce qui est rassurant pour l’avenir du pays, c’est que la génération des quadras promet de surpasser en tout ces aînés, mais pour l’instant elle attend sagement son heure en écrivant et en s’échangeant des articles bien sentis sur ma génération, la génération Y, expliquant grosso-modo, qu’elle est remplie de demeurés, fainéants, illettrés et arrogants.

    Alors, mes chers aînés, j’ai déjà eu l’occasion de le dire ici, je vais me casser et vais voir de loin, ce très bel édifice français que vous avez construit vous retomber sur le pif.

    Deux raisons à cela :

    La première est que je ne peux pas travailler, ou enfin si, seulement quand vous m’en donnez l’autorisation pour faire intérimaire bouche trou dans vos entreprises ou mieux stagiaire-esclave tout en me taxant de faignant. Malgré cela, j’ai réussi, je ne sais trop par quel miracle, à économiser suffisamment pour demander un visa et envisager sérieusement mon émigration. Ajouter à cela, votre politique dégueulasse de crédit facile soi-disant pour lutter contre la déflation. Ainsi, vous, vous avez réellement pu vous enrichir en travaillant sur la fin des Trente Glorieuses et faire fructifier votre épargne par la suite, et maintenant aujourd’hui vous luttez contre notre épargne (quand on arrive à s’en constituer une). C’est-à-dire que vous nous permettez gracieusement d’atteindre le même niveau de vie que vous, non pas par le travail, mais par l’endettement à vie.

    La seconde est que j’en ai marre de me faire insulter, mépriser et recevoir des leçons par une génération qui s’apprête à me léguer un héritage plus que minable, mais incapable d’auto-critique parce qu’imbue d’elle même, convaincue d’être la meilleure ayant jamais foulé le sol français, alors qu’elle n’a jamais rien eu à affronter, qu’elle aura réussi l’exploit de gâcher l’immense opportunité qu’était pour elle la mondialisation et qui aujourd’hui va réussir à saper définitivement les chances de sortie crise de la France parce qu’elle est ne pige rien à rien à rien à rien au monde, rien à rien à l’économie et rien à rien aux nouvelles technologies et au numérique.

    Je vous rends mon diplôme inutile et idiot, je me suis trop obstiné à vouloir travailler (jobs étudiants, stages, intérims, jobs de manutentionnaires) et j’ai trop été au chômage forcé pour qu’au final mon CV soit considéré moins bien qu’un morceau de papier toilette parce que c’est celui d’une personne de moins de trente ans. Si vous estimez que c’est un honteuse trahison que de vouloir partir alors qu’on m’a payé des études (pour ma renvoyer dans la gueule cinq ans après que je peux rester chez moi parce qu’on me croit incapable de rien parce que sans expérience), je vous rends aussi mes papiers français.

    1. Pierre: cette génération touchée par la grâce divine, en phase avec les enjeux de son époque aura voté la retraite à 60 ans, voté les 35 heures

      Non, 400 personnes ont votés ces lois au maximum et on constate tous les jours à quel point le système anti-démocratique des représentants représente effectivement le peuple ou une génération.

    2. + 1000 et je fais partie de cette génération, enfin de la queue mais toujours en activité.

    3. Pierre: « pour ma renvoyer dans la gueule cinq ans après que je peux rester chez moi parce qu’on me croit incapable de rien parce que sans expérience »

      Personne ne croit cela, mais le socialisme a fait de vous (et des vieux) un risque très couteux plutôt qu’une chance et a rendu la création d’entreprises et de richesses (globalement) extrèmement difficile.

      En Suisse, classée 4eme pour la liberté économique, le chômage des jeunes est a 3.6%, une caissière débutante gagne 3000 euros, le salaire médian est à 5000 euros, la dette à 35% en diminution, les caisses sociale sont en équilibre ou excédentaire.

      En France classée 73eme pour la liberté économique, le chômage des jeunes est a 24%, une caissière débutante gagne le SMIC, le salaire médian est à 1675 euros, la dette à 97% en augmentation incontrôlée, toutes les caisses sociales (sauf celle des élus) sont en déficit.

      Indice liberté économique – Classement des pays

    4. Tout à fait d’accord avec vous Pierre, c’est un très bon résumé de ce qui oppose aujourd’hui les baby boomers avec leurs enfants.

      Je rajouterai également que la génération de mes grands parents (nés avant guerre) ont aidés financièrement la génération de mes parents (nés après guerre) pour les lancer dans la vie active. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, nos parents sont devenus radins !

  26. Le socialisme s’effondre comme prévu alors on désigne les koulaks à la vindicte populaire ?
    Tristement prévisible, mais mauvaise idée de la part de libéraux.

    Un minorité corporatiste a mené la France là ou elle est. Faites voter les lois par les français comme dans les vraies démocratie et vous allez voir a quel vitesse ces corporations vont se retrouver éjectées.

    1. « Le socialisme s’effondre comme prévu alors on désigne les koulaks à la vindicte populaire ?
      Tristement prévisible, mais mauvaise idée de la part de libéraux. »

      Il me semble à moi aussi utile de rappeler les mécanismes de dé-responsabilisation propres aux socialistes lorsque le paradis promis part en quenouille, merci de l’avoir fait.

  27. L’explication ne tiendrait-elle pas plutôt dans le fait que ces papy-boomers ont profité d’une période de forte croissance, de plein emploi, d’accès à la propriété bien plus facile qu’aujourd’hui ? Ce sont à mon sens des hypothèses plus crédibles que celles de l’auteur. Mais étant donné ces intérêts professionnels, on comprend son parti pris.

    NB : j’ai regardé les données de l’INSSE (2010) sur les patrimoines, on s’aperçoit que les inégalités sont sensiblement les mêmes entre les classes d’âges qu’à l’intérieur de ces classes.

    Le conflit générationnel est donc davantage un mythe qu’une réalité.

    1. “L’explication ne tiendrait-elle pas plutôt dans le fait que ces papy-boomers ont profité d’une période de forte croissance, de plein emploi, d’accès à la propriété bien plus facile qu’aujourd’hui “
      Oui, mais n’oubliez pas le niveau ridicule des cotisations qu’ils ont payé en comparaison du prélèvement de plus de 50% du fruit de tout travail aujourd’hui et les avantages fabuleux qu’ils se sont octroyés dénonmés avantages acquis qu’ils ne sont pas prêts à normaliser.

  28. l’article est sans doute trop agressif, reste qu’il constate la faillite du système de retraite, faillite qui aurait du avoir lieu plus tôt si on s’était interdit d’emprunter pour combler les déficits.
    De toutes façons le retour au réel aura lieu.
    Il suffit de regarder le cas grec..

  29. Ah ! quel magnifique cliché je ne m’ en lasse pas ! ce 3eme siège quel humour ! patience messieudames

  30. Sujet aussi consensuel que la fraicheur des poissons d’Ordralfabetix…

    Juste une question pour calmer tout le monde (ironie) : le steak que mange un retraité, il est produit par capitalisation ou par répartition ?

  31. Là encore, toutes les réponses et tous les démentis à cet article d’une stupidité sans nom et aux réactions qu’ils provoque, sont ici :
    http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2015/03/schema-sans-commentaire.html

    Les problèmes de retraites sont avant tout d’ordre démographique avec, cerise sur le gâteau : l’augmentation de notre espérance de vie ; aspect sous-jacent de la conquête de l’immortalité, qui n’est décidément pas pas une mince affaire.

    L’auteur n’a en tout cas pas répondu aux questions très simples qui lui sont posées quelque part dans ce fil de discussion.

    1. La capitalisation résoud le problème démographique. Pour quelle raison mystérieuse les fonds de pensions français ne se sont-ils pas effondré en 1918 ?

      1. Pas besoin de remonter à 1918 (?). Mais n’est-ce pas précisément parce que la retraite, en France, ne repose pas sur des fonds de pension et ne fait pas appel à la capitalisation ?
        Ceci dit, je vous concède qu’il n’y ait aucun rapport entre capitalisation et démographie, chacun épargnant pour soi-même (et ses proches le cas échéant).
        Échappant aux risques de la capitalisation, il n’en demeure pas moins que placé sous la protection au combien précaire de l’Etat nos retraites courent deux risques majeurs : la défaillance de l’Etat (cf. la Grèce) et des cotisations insuffisantes.

    2. J’ai un peul de mal à comprendre votre graphique parce il y apparaît une nouvelle classe sociale en l’an 2000 les pauvres profonds qui auparavant n’existait mais dont le sommet de la classe est au dessus du sommet de la pyramide d’il y a 2000 ans.

      Donc pouvez-vous me confirmer qu’un pauvre en l’an 2000 est plus riche que le plus riches des hommes d’il y a 2000 ans.
      Si tel est le cas c’est en fait très encourageant de voir ce qu’a quand même accompli l’humanité en 2000 ans et que finalement la pauvreté a bien reculé, et qu’au final l’augmentation des écarts de richesses est sans importance.

      1. Merci de votre attention.
        Entre un et deux milliards de pauvres profonds de nos jours, pour une population planétaire évaluée (toutes conditions confondues) à 250 milions il y a 20 siècles
        Quant à la suite de votre commentaire, les bienfaits incontestables du progrès y répondent, le problème étant tout de même qu’il laisse sur le bord du chemin un nombre inacceptable et croissant d’êtres humains. (ce que traduisent parfaitement les difficultés particulières que suscitent bien des catégories sociales, dont les retraités par exemple) .

        1. On peut savoir ce que c’est un pauvre profond et par les même comment sont défini les 4 catégories de la pyramide.

          Si on compare les deux pyramides on voit que parmi les pauvres profonds d’aujourd’hui il y en a qui sont plus riches que l’homme le plus riche d’il y a 2000 ans ça signifie donc que parmi ceux appartenant à la catégorie des pauvres profonds il y en a qui ont de quoi se nourrir un toit et l’eau courante et moi je n’appelle pas ça un pauvre.

          Donc en fait il y a fort à parier que les catégories soient définies de manière relative et non absolue d’ou le fait que l’on considère comme « pauvres profonds » des individus qui ont pourtant tout le confort moderne et qu’apparaisse par magie une 4ème catégorie du au fait que les écarts de richesses augmentent.

          Si le but est de présenter un graphique pour faire pleurer dans les chaumières on ne s’y prendrait pas autrement et je suis sur que le même graphique accompagné des données démontrerait exactement l’inverse de ce que tente de montrer le seul graphique dont ignore absolument tout de la méthodologie employée et données utilisées.

          1. Vous avez tout compris (apparemment sans vous en douter) lorsque vous parlez de relativité des notions de richesse et de pauvreté.
            Aujourd’hui comme hier et probablement pour longtemps, chacun d’entre nous est le pauvre ou le riche de plus riche ou plus pauvre que lui.
            Quand aux pauvres profonds, il est généralement admis qu’ils sont ceux qui, échappant par le bas à la relativité de la misère, vivent avec moins de 1 (à 1,5 selon les sources) dollar par jour.
            Pour votre gouverne, vous ne pouvez considérer le schéma proposé sans tenir compte de l’échelle des richesses figurant à côté, échelle qui part de zéro et qui, je le rappelle, n’a pour limite supérieur que l’ambition des hommes et les ressources qui leur sont accessibles.

          2. @ arno
            J’ajoute que si vous désirez vraiment comprendre de quoi il s’agit, il vous faut sérieusement l’étudier et non vous contenter de le survoler.
            Quoi qu’il en soit, notre échange sortant du sujet dont il est question dans ce fil de discussion, bienvenue sur mon blog si cela vous intéresse.

        2. Vous avez des stats pour il y a deux mille ans, vous êtes trop fort.

          1. De quelles stats avez-vous besoin pour représenter schématiquement une structure au sommet de laquelle se situe l’unique et à la base la multitude, avec entre deux l’empilement des segments intermédiaires ? Manquez-vous d’imagination à ce point ?

            1. Comment détermine-t-on a quelle catégorie appartient un individu?

              1. Déjà répondu : cette position est purement relative et s’étage du plus riche (en quoi que ce soit) au sommet, à la multitude des plus pauvres à la base.

                1. Donc ce n’est pas une mesure de la pauvreté mais d’écarts de richesse donc c’est totalement inutile comme utiliser le fait d’avoir des revenus inférieur à 50% du revenu médian pour définir ce qu’est un pauvre.

                  Est-on pauvre en France quand on est propriétaire de son logement et que l’on gagne le minimum vieillesse et que les frais de santé sont pris en charge par la collectivité?

                  Pour moi non.

                  Je vous donne une petite étude sur ce que sont les « pauvres » aux USA avec votre débile méthode de mesure de la « pauvreté » par les écarts de richesses.
                  http://www.heritage.org/research/reports/2007/08/how-poor-are-americas-poor-examining-the-plague-of-poverty-in-america
                  Vous y apprendrez que :
                  42 % sont propriétaires de leur maison
                  74% possèdent une voiture
                  99% possèdent un réfrigérateur
                  97% possèdent une télévision
                  62% sont abonnées au câble ou au satellite
                  64% possèdent une machine à laver
                  56% un sèche linge
                  et parce qu’une image vaut mieux qu’un long discours :
                  http://dailysignal.com/wp-content/uploads/poorinam-UPDATE-01.png

                  Pour conclure votre graphique est juste fait pour faire pleurer dans les chaumières, et ne rend compte absolument de rien de tangible sur la pauvreté.

                  1. Vos pauvres ont apparemment plus de 1,5 dollar par jour pour vivre.
                    Et que signifient richesse et pauvreté, sans les écarts qui les différencient ?

                    1. Mais comment vous expliquez alors que la séparation C’ C soit au dessus du sommet de la pyramide d’il y a 2000 ans, si la séparation est à 1.5 dollar par jour.

                      Bref sans méthodologie et sans données vos graphiques ne valent rien.

                      Définir la pauvreté est assez facile dans l’esprit des gens c’est ne pas être capable d’offrir à sa famille un toit de quoi les nourrir convenablement et des vêtements, définir la richesse ça c’est un problème de socialiste.

                    2. Claudec: « Et que signifient richesse et pauvreté, sans les écarts qui les différencient ? »

                      Un millionnaire au milieu de milliardaire est donc pauvre pour vous.

                      L’égalitarisme est de loin l’idéologie qui a fait le plus de morts dans le monde. Vous avez choisie la pire, félicitation.

                    3. @ arno & llmryn
                      – Le dollar n’existait pas il y a 2000 ans
                      – Richesse et pauvreté n’ont pas davantage besoin de la gauche que de la droite pour être définies, elles se définissent et existent l’une par l’autre. C’est effectivement ainsi que dans un monde de milliardaires (vue de l’esprit ignorant la pyramide sociale) les millionnaires sont les pauvres.
                      – Rien de moins égalitaire que la pyramide sociale. Elle est au contraire la mise en évidence que non seulement l’égalité n’existe pas et encore moins l’égalitarisme.
                      – Pour la méthodologie, voir le blog, le lieu n’est pas ici d’en traiter.

                      Je crois qu’en réalité votre problème est le refus de la pyramide sociale, en raison (et c’est bien compréhensible, vous n’êtes pas seuls) des objections aussi fondamentales qu’irréfutables qu’elle oppose à toutes les dogmes notamment dans sa relation avec la démographie.

                    4. Claudec : « Elle est au contraire la mise en évidence que non seulement l’égalité n’existe pas et encore moins l’égalitarisme. »

                      Que l’égalité n’existe pas ne signifie pas que la volonté de l’atteindre (cf: communisme) n’existe pas.
                      Vous avez vraiment perdu la carte mon pauvre.

                    5. Vous ne donnez toujours pas la façon dont ont été construite les deux pyramides.
                      Excusez moi encore de vous faire remarquer que celui qui est au sommet de la pyramide d’il y a 2000 ans est en dessous de la ligne C’ C et que la flèche indique :

                      Comparaison des niveaux et des écarts de richesses au cours du temps.

                      Donc cela signifie bien que l’homme le plus riche d’il y a 2000 ans était plus pauvres que certains qui sont aujourd’hui pauvre profond, or l’homme le plus riche d’il y a 2000 ans avait un toit de quoi se nourrir lui est, de quoi se vêtir ainsi que l’eau courante et même certainement l’eau chaude.

                      Donc vos pyramides démontrent clairement que parmi ce que vous qualifiez de pauvres profonds il y en beaucoup qui ne le sont pas sauf à considérer que l’on est pauvre quand on a un toit de quoi se nourrir se vêtir et l’eau courante.

                      Je veux bien regarder votre blog mais je n’y trouve aucune source ni méthodologie relatif à la façon dont vous avez construit vos pyramides et comme vous connaissez votre blog mieux que moi je pense que mettre un lien vers la source des données et la méthodologie employée pour leur construction vous est relativement facile et ne vous coûterez pas beaucoup de temps et me permutais d’aller le commenter.

                    6. @llmryn
                      « Que l’égalité n’existe pas ne signifie pas que la volonté de l’atteindre (cf: communisme) n’existe pas.
                      Vous avez vraiment perdu la carte mon pauvre »

                      Comme les mouches se cognent contre la vitre ? Je vous laisse bien volontiers une telle carte (ainsi qu’aux communistes).

                    7. @ arno le 6 juillet 2015 à 10 h 56 min
                      Il s’agit de comparer des positions relatives dans des situations elles-mêmes relatives, 2000 ans de progrès étant passés pat là.
                      Je vous l’ai déjà répondu, le dollar n’existait pas il y a 2000, or c’est la référence pour qualifier le pauvre profond d’aujourd’hui. La TV câblée, l’automobile, le réfrigérateur, etc. non plus. Et la définition du pauvre profond, dans les conditions de l’esclavage d’alors, doit être bien différente de celle d’aujourd’hui.
                      Un minimum d’imagination est nécessaire pour aborder certaines questions.
                      Quoi qu’il en soit, je le précise pour conclure, ce n’est ici ni le lieu ni le sujet d’en débattre. Vous connaissez l’adresse si vous dsirez continuer.

  32. la generation des enfants des papyboomers est 3 fois moins nombreuse que celle de leurs parents (qui était 5 fois plus nombreuse que celle de leurs parents) et deux fois moins que la suivante. Donc quand la population des actifs a baissé alors que la population des retraités a augmenté avec une esperance de vie qui exacerbe cette courbe, ont a inversé la courbe avec moins de cotisants pour plus de retraités.
    quant aux modifications de regimes de retraite, Les politiques français ne sont pas des couillons : ils ont attendu une fenetre politique pour agir ; en le faisant plus tot ils auraient eu les papyboomers dans la rue qui auraient bloquer le projet.
    Croire aux regimes de la retraite par capitalisation c’est faire la politique de l’autruche sur ce qui est arrivé aux americains ou meme aux allemands où ils les ont vu brutalement dévalué quand elles n’ont tout bonnement pas disparu… (dans la poche d’un autre…)
    quant à changer les choses, ce n’est pas la generation active (trop peu nombreuse) actuellement qui pourra le faire tant et aussi longtemps que la génération qui la précéde et celle qui la suit se diront « c’est votre probleme, pas le notre… »
    parce que dans le merdier mondial actuel , soit tout le monde passe, soit on y restera tous….

    1. La population active n’a jamais baissé de même que le nombre de personne occupant un emploi.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_active

      Le problème c’est la diminution croissante rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités.
      http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=projpopact0650

      1. Arno écrit:
        « La population active n’a jamais baissé de même que le nombre de personne occupant un emploi. »

        Cette observation est incomplète et incite à une interprétation fallacieuse.

        Le nombre d’emplois a augmenté mais le nombre d’actifs sans emploi a augmenté encore plus et le nombre de retraités encore beaucoup plus.
        C’est en pourcentages qu’il faut raisonner (comme vous le suggérez vous-même plus bas), la variable pertinente étant le ratio retraités/employés qui devient insupportable.
        Et c’est encore plus inquiétant si on regarde l’évolution des secteurs d’emplois:
        Le secteur productif s’effondre, le secteur cyclique (euphémisme pour parasite) s’amplifie notamment par le biais de la fonction publique territoriale qui explose. Il n’y a pas de mystère, quand l’Etat représente au moins 58% du PIB (record mondial), c’est un mécanisme de redistribution qui est en oeuvre, rien n’est créé, on écrète les disparités de fortunes, on paye Mohamed pour creuser des trous et Farid pour les reboucher, mais on n’apporte rien dans la marmite commune.
        Il faut bien comprendre qu’un effet pervers de cette redistribution à outrance est de faire fuir nos meilleurs talents vers la concurrence étrangère qui sait très bien les valoriser sans même avoir eu à les rechercher ni les former.
        Ce socialisme redistributif qui sévit depuis un demi-siècle plus qu’ailleurs est un des facteurs indirects de l’insolvabilité des régime de retraite en ce qu’il assèche notre capacité productive.
        L’autre aberration ayant une incidence majeure à terme est la destruction depuis 40 ans de notre système éducatif fasciné par l’objectif pseudo-égalitaire de nivellement par le bas.

    2. La retraite par capitalisation marche très bien (chili) maintenant lorsque chacun est responsable de sa retraite il y aura toujours quelques couillons qui se feront berner ou qui tenteront le banko. Ils sont l’exception qui confirme la règle.

  33. Le remède à toutes ces bêtises est pourtant simple, les gens n’ont qu’à prévoir.

    Personnellement, j’ai 27ans, et j’imagine bien que la situation est aussi intenable pour les retraités que pour les salariés et indépendants.

    Le point principal que tout le monde oublie, c’est que quelle que soit la génération, au final ce sont les politiciens en place qui menaient la danse, le « petit peuple » lui se contentait de suivre le berger, c’était comme ça il y a 40ans, et ça l’est encore aujourd’hui.

    Alors arrêtez de chacun cracher à la gueule de l’autre parce qu’il n’a rien fait pour empêcher ça, nous ne valons guère mieux les uns que les autres, à se contenter d’être dans l’immobilisme et capitaliser, que ce soit les grands parents, les parents, les enfants, nous nous faisons tous ba*ser la gueule au travers d’une démocratie représentative qui n’est qu’une grosse arnaque.

    En bref, la solution est simple, soit le peuple entame une rébellion, soit les gens font tout pour vivre de façon la plus autonome possible à leur échelle en minimisant au maximum leurs dépenses mensuelles et la nécessité de payer des choses de consommation courante, en attendant que tout se casse la gueule et que la tempête soit passée pour faire un grand RAZ

    1. On peut aussi rêver qu’il nous arrive au gouvernement des gens qui fassent les réformes nécessaires.
      Cela ne pourra se faire qu’au moyen d’un recours au referendum, avec grèves et manifs interdites une fois que le peuple a voté.

    2. « Le remède à toutes ces bêtises est pourtant simple, les gens n’ont qu’à prévoir. »
      Avec un salaire médian à 1675€ mensuel c’est très facile ! Maintenant si on redonnait les quelques 1500€ que l’état prend en sus de ce salaire et on l’utilisait pour s’assurer soit même et faire sa propre retraite, là nous pourrions dire aux gens qu’ils n’ont qu’à prévoir.

  34. N’oublions quand même pas la responsabilité de la génération précédente, les déficits ont commencé avec la crise du pétrole des années 70 et le refus de la génération aux commandes à ce moment de voir son niveau de vie diminuer en utilisant la dette. La génération baby-boomer n’avait que 20 à 30 ans et c’était bien leurs parents qui ont lancé le train fou, ils se sont « contentés » d’en bénéficier, sans rien réformer, et avec bonne conscience (je peux d’autant mieux le dire que je fais partie de cette génération).

    O, peut dire que l’on a travaillé dur pour mériter le patrimoine mais ne nous voilons pas la face, si nous avions été honnêtes pour ne pas laisser de dettes aux suivants (et accuser les politiciens est hypocrite, nous les avons élu pour cette politique de fuite en avant en toute connaissance de cause), la patrimoine aurait été forcément moins important

    1. Les politiques qui gouvernent, ce ne sont pas « nous ».
      Ce que vous décrivez à commencé lorsque la France a basculé dans le socialisme, c’est à dire lorsque les prélèvements de l’Etat ont dépassé les 40% du PIB.
      C’était sous Giscard.
      Je ne vois pas en quoi les braves gens qui bossent seraient responsables de ce fait, et de l’accélération qui a suivi dans la même direction.

  35. Nous avons presque tous des parents qui ont sur-cotisé, ne pourrions-nous pas hériter de ce capital ?

    Mais non, on préfère le distribuer aux autres.. certains n’ayants jamais travaillé et cotiser de leur vie….

    C’est bien beau le coup du Qatar « qu’on est obligé d’aider, car ils préparent l’après Gaz ! »

    Et nouuuuuuuuus ?

  36. Belgique : la pension moyenne des indépendants est de moins de 900€ par mois, des salariés à 65 ans de 1240€, des fonctionnaires,à moins de 60ans de 2400€.endettement de 106%sur pib. l’état ne crée pas de richesse,depuis le temps ça se saurait,nous serions tous fonctionnaires.on ne peut donc recevoir de l’état que ce qu’on a bien voulu lui laisser par un impôt librement consenti.ce que vous recevez en plus,vous l’avez volé à un autre qui a travaillé sans jouir du fruit de son travail. qu’est-ce que les fonctionnaires ont créé comme richesse qui justifie un telle rente tout le reste de leur vie, sachant qu’ils n’ont fait que vivre de nos impôts, ou plutôt notre travail, leur vie durant ? forcément les caisses sont vides,il y a bien trop qui sort par rapport à ce qui rentre,et crise aidant, il y a encore moins qui rentre et davantage qui sort,qu’à cela ne tienne,on emprunte pour maintenir les acquits,taxes et impôts fleurissent,et il nous est ainsi ‘demandé’, nous, gens du privé,de continuer à bosser,car il faut bien que quelqu’unpaye pour tout ces acquits,dans le même temps,les gens de la fonction publique, bien plus jeune que moi,partent en retraite avec des montants que nous n’aurons jamais à 65,voire 67ans…on ne diminuera certainement pas les dépenses,et il ne nous est paspossible de garder une poire pour la soif car notre obèse veut vivre selon son rêve,un cauchemar pour les autres car dans qqs années,et sanspouvoir économiser pour le futur,nous savons que resterons sur la paille, alors que pour 1€gagné,nous sommes contraints de’laisser’ 1,4€ à l’état…
    Etat, je te pose une question : qu’as-tu fait de mon argent ?
    les dettes sont ingérables,le fardeau reposera sur la tête de nos enfants,et ceux qui ne sontpas encore nés car ils ne peuvent voter, et qui,d’avance, se réjouissent déjà, les petits veinards. j’entends sans cesse des termes comme ‘démocratie’ ‘état de droit’ ‘liberté’prononcés principalement par tous ces bénéficiaires, et quand je songe au temps passé à l’usine et quele peu de temps qu’il reste,je vais devoir l’y passer,nous sommes simplement asservis.heureusement,y en a qui profitent.mais avec l’argent des autres.
    je reviensde Suisse, l’état prélève nettement moins,+-35%, les poubelles sont évacuées,les routes sont entretenues,il a des trains,trams bus, des écoles et on est très bien soigné. alors ? le status des fonctionnaires a été abrogé, ils ont un statut d’ordre privé.ce qui a permis de réduire de moitié la dette en quelques années.

    1. tres bonne analyse, ce que vous decrivez provient non pas de l Etat de droit mais de l arbitraire NAZI

      1. je décris le quotidien du salarié qui doit être productif,flexible et rentable toute sa vie,rester employable jusque 67ans tout en sachant qu’il ne pourra même pas garder une poire pour la soif : l’Etat prends et distribue joyeusement notre argent au nom de la solidarité tout en nous laissant ensuite sur la paille, nous serine tous les jours les bienfaits du système et nous sert sans cesse des conneries télévisées.(payées de nos deniers).on se retrouve après une vie de travail (en 3pauses et une espérance de vie moindre) avec un montant correspondant au niveau de pauvreté alors que nous avons cotisé une vie entière, payé pour tout le monde, tâché de nouer les 2 bouts à la fin du mois et laissé une fortune en impôts.cela s’appelle une démocratie pour ceux qui profitent du système,un scandale pour les autres.lorsque vous êtes,et entoute légalité,spolié du fruit de votre travail au profit de genstotalement improductifs,nous sommes purement et simplement des esclaves.
        1240€.2400€.point.et ils n’ont fait que vivre de nos impôts.ou plutôt,de notre travail.
        et, ‘europe’, ne parlons pas de la pension que s’octroient nos fonctionnaires européens.et seulement après 15ans de présence. payée par des gens contraints de travailler jusque 67ans. extraordinaire.
        n’oublions pas tous ces gens à statut précaires qui par leur travail financent des avantages à la fonction publique tels que ’emplois garanti’ ‘salaire garanti’, ignorante des termes tels que ‘productivité et rentabilité’, statut précaire ne bénéficiant pas des avantages qu’ils sont pourtant contraints de financer…une honte. et je vous fait grâce du rythme de travail imposé et du peu de considération dont ils font l’objet.
        la prochaine étape sera de nous prendre le peu que aurons réussi à épargner au terme d’une vie detravail. on s’en rapproche.

  37. comment peut on laisser dire des inepties semblables .. je suis retraitée ( milieu médical – privé ) j’ai cotisé 43 ans… seulement 40 années ont été retenues pour 966 euros de retraite mensuelle … et je suis imposable … cherchez l’erreur ; ha oui, c’est vrai j’ai un mari qui lui a cotisé 46 années et travaillé beaucoup plus .. nous avions un enfant, donc aucune aide, par contre, nous avons été de toutes les cotisations et prélèvements … je pense qu’à l’heure actuelle : la question serait de se poser ce qu’apportent à notre pays les bénéficiaires du RSA et autres aides généreusement distribuées sans aucune condition … rien ; je sais bien que la bête noire du gouvernement sont : les salariés qui coûtent trop cher mais qui tiennent le pays à bout de bras ; les retraités … qui ont cotisé mais qui d’ici peu de temps vont voir leurs pensions diminuées de moitié et n’oublions pas les « chômeurs » et oui eux aussi ils coûtent à l’état et peu importe si ils ont cotisé ou pas !!! alors de grâce … cherchez ailleurs les spoliateurs des finances de la France ….

    1. Vous faites parti de celles et ceux qui croient que leurs cotisations de leur travail passé leur revient. Vous n’avez rien compris au système. Vos enfants vivront bien pire que vous.

Les commentaires sont fermés.