Bill Gates ne croit pas aux renouvelables

Bill Gates pense que les énergies renouvelables ne sont pas viables ni sur le plan écologique, ni sur le plan économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bill Gates

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bill Gates ne croit pas aux renouvelables

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 juillet 2015
- A +

Par Pierre Josselin.
Un article de No Tricks Zone

Bill Gates
Bill Gates

Un nouvel avis défavorable se fait jour au sujet de l’éolien et de la folie actuelle de l’énergie renouvelable, cette fois-ci de la part de Bill Gates.

Le UK Online Register nous rapporte ici que le gourou de la technologie n’est pas impressionné par la mode des énergies renouvelables éolienne et solaire : « les énergies renouvelables ne peuvent pas faire le boulot. L’État devrait faire basculer les subventions aux énergies renouvelables en direction de la recherche et développement ».

De plus, Bill Gates pense que « elles ne sont pas une solution viable pour réduire les niveaux de CO2 » et que le coût d’une électricité qui viendrait principalement des énergies solaire et éolienne serait « au delà d’astronomique ».

Bill Gates a fait ces commentaires dans une interview au Financial Times. The Register nous rapporte :

« Quant aux solutions possibles pour de l’énergie avec de faibles émissions de CO2, Gates pense que la réponse se trouve dans l’innovation technologique. The register écrit : selon l’avis de Bill Gates, la réponse serait que les États réorientent les sommes massives d’argent, qui sont en ce moment acheminées vers les propriétaires d’installations renouvelables, plutôt en direction de la recherche et développement. »

Gates croit aussi que désinvestir des compagnies de charbon et de pétrole aura peu d’effets, et que des batteries pour stocker l’approvisionnement sporadique des énergies éolienne et solaire, ne sont pas la réponse. Une partie de la réponse, pense-t-il, est dans l’énergie nucléaire.

Pour lire tout l’article et toute l’analyse (en anglais), cliquez ici.

Traduction, Contrepoints.

Sur le web.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Il est impossible de dire autre chose quand on lit et comprend Vaclav Smil, comme le fait Bill Gates.

  • Oui, c’est évident que le nucléaire doit jouer un grand rôle. Sinon, c’est le retour à l’âge de la pierre.

    • Il est évident qu’un individu qui n’a pour objectif, depuis qu’il fait du business, que de concentrer tout dans les mains de son entreprise ne peut pas encourager des systèmes de production répartie qui consistent a diluer le pouvoir dans les mains de toute la population.
      On a mis a genoux les agriculteurs et les éleveurs, qui ne dépendent plus que des subventions qu’on alloue a ceux qui ont bien acheté les bons produits dûment estampillés, alors il est important que l’énergie n’échappe pas non plus au pouvoir central.
      A mort les gueux <o)

  • « Gates pense que la réponse se trouve dans l’innovation technologique »

    Mince c’est puissant comme analyse…
    Bon OK je suis d’accord mais l’innovation technologique dans quoi ?? Bill Gates est sinon contre du moins semble sceptique pour plein de voies mais ne précise aucun chemin possible.

    • Vous ne vous attendiez quand même pas à ce qu’il nous dise dans quoi il va investir.

    • Ben justement y’en a marre des devins qui ont des réponses toute faites et la science infuse.
      L’innovation ça veut dire la recherche dans de nouvelles sources d’énergie abondantes et rentables.

      Par contre la bonne réponse eût été de dire que les Etats rendent cet argent aux contribuables, abaisse la fiscalité et les réglementations pour permettre à l’épargne de financer (entre autres choses) des projets d’investissement destinés à la recherche.

      • « L’innovation ça veut dire la recherche dans de nouvelles sources d’énergie abondantes et rentables. »

        C’est con comme remarque si elles sont abondantes et rentables il n’y a pas lieu d’innover…

        Comprenons nous bien je suis persuadé que la solution est dans la recherche et l’innovation mais par définition si on cherche c’est ce n’est pas sous le nez et donc il ne faut pas se fermer les portes. Bill Gates donne son avis et il n’a peut être pas tort mais ils se contente de dire « ça pas bon, ça pas bon etc…). Avouez que c’est court.

        • « si elles sont abondantes et rentables il n’y a pas lieu d’innover »

          Elles ne deviennent abondantes et rentables qu’APRES un seuil passé d’investissements (technologique, industriel).

          « ils se contente de dire « ça pas bon, ça pas bon etc… »

          Il faut critiquer l’article, pas Gates, qui, je suis sûr a des tas de solutions à proposer également. Et je pense que l’auteur a raison de ne pas se disperser : le point de l’article, ce sont les dépenses d’états pour subventionner des sites de production d’EnR superflues, inefficaces et couteuses.

          • « Elles ne deviennent abondantes et rentables qu’APRES un seuil passé d’investissements (technologique, industriel).  »

            Bien sûr je suis d’accord mais à moins d’avoir la sagesse infuse il faut investir dans la recherche sur un spectre large pour ensuite trouver une voie et y investir industriellement.
            Or aujourd’hui je ne suis pas sûr que l’on sache quelles sont les bonnes voies.

    • N’accordez pas trop de crédit aux analyses technologique de B. Gates. C’est un précurseur en génie marketing mais il s’est bien planté en matière de technologie. Aussi, il vaut bien mieux qu’il ne s’avance pas trop en prédictions dans ce domaine …

      Mais sa réussite, qu’elle soit due au hasard, au marketing ou à sa vision technologique montre quand même qu’il a raison sur le fond.

    • Bill Gates a investit dans Terrapower

      http://terrapower.com/
      http://www.ted.com/talks/bill_gates/transcript?language=fr
      https://en.wikipedia.org/wiki/TerraPower

      En Français, la technologie s’appelle superphenix, un truc fermé par Jospin pour faire plaisir aux Verts en 97

      C’est un peu normal, vu que la France avait au bas mot 40 ans d’avance.

  • Oui, naturellement il peut pas dire autre chose, c’est comme les logiciels libre, c’est pas bien, enfin ça rapporte pas de pognon.

    • Je me méfie toujours de ces grandes phrases, de tous ces « visionnaires ». Parce qu’ils ont dit énormément de bêtises également.
      Bill Gates a dit, dans les années 80 : que le monde n’aura pas besoin de plus de 640ko de mémoire.
      Alors qu’il s’agissait de son domaine de compétence (alors vous pensez bien, pour le reste).

      Son argumentation n’est pas dénue de fondement non plus, mais pour moi, le principal objectif de ces phrases lancées en pâture à une presse grand public : c’est de sensibiliser les investisseurs, les orienter, pour préparer une dynamique autour de positions précises.

      • ben c’est vrai qu’on a pas « besoin » de 640 ko. Ma machine actuelle qui a 4 go ne fait rien de plus pour moi que son ancêtre qui avait 64 ko…

    • Mais les logiciels libres, eux, ils sont viables et n’ont pas besoin de l’argent du contribuable pour exister, et ne prétendent pas être la solution unique de la dernière chance à la fin du mooooooonde…

  • Les milliards que l’on compte donner gratuit à la Grèce.
    Pourrait servir à agrandir un peu le parc éolien et solaire -ainsi le coût de l’accroissement serait nul.

  • c’est honteux de laisser dire la vérité par un individu qui n’a pas le soutien officiel du Dr Jean Jouzel !

  • Bill Gates n’a pas tort Les eoliennes comme les voitures hybrides utilisent du neodym une terre rare comme d’autres elements chimiques le platine le lithium etc utilises dans la production d e l’energie verte La demande croissante d’une part , et l’extraction qui n’est pas plus ecologique que l’extraction du cuivre rendront a terme ces elements cher Le probleme ne fait qu’etre deplace

    • Il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de la vision statique.
      L’innovation peut faire baisser les prix d’extraction et d’autres mines peuvent ouvrir.
      Mais dans un sens vue que les écolo bloquent tout…
      C’est particulièrement crétin de la part des écologistes de bloquer tous les projets, grâce a ça il faut importer des matières de pays qui se soucient beaucoup moins de l’environnement.

    • l’extraction de pétrole, ou de minerais d’uranium ou de gaz n’est pas écologique aussi, sans compter qu’il en faut constamment et le transporter, tandis que le panneau solaire ou l’éolienne, une fois installe n’en demandent plus.

  • Bill n’a pas remis en cause le RCA ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon Le Point, un « conseiller » gouvernemental avouerait que, en application d’une directive Européenne de 2018, la France risque une forte amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir suffisamment développé les énergies renouvelables (EnR), notamment éoliennes et photovoltaïques.

 

La France a 40 ans d’avance

La France a 40 ans d’avance dans le domaine de la transition énergétique, notamment dans la production d’électricité décarbonée grâce au nucléaire.

Mais peu importe qu'elle soit l’un des pays européens qu... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles