Manifestation contre la limitation de vitesse à 80 km/h

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Limitations de vitesse (Crédits : cris.ie, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manifestation contre la limitation de vitesse à 80 km/h

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 juin 2015
- A +

La Ligue de Défense des Conducteurs organise un rassemblement aujourd’hui devant la préfecture de Vesoul, avec le soutien des élus locaux, contre l’expérimentation de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur la RN57.

Par Christiane Bayard.
Un communiqué de la « Ligue de Défense des Conducteurs ».

Limitations de vitesse (Crédits : cris.ie, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Limitations de vitesse (Crédits : cris.ie, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

La Ligue de Défense des Conducteurs organise un rassemblement samedi 27 juin 2015 à 15h, devant la préfecture de Vesoul, avec le soutien des élus locaux, pour protester contre l’expérimentation de l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur la RN57 en Haute-Saône, première étape d’une baisse généralisée de la vitesse sur le réseau secondaire.

Alors que l’expérimentation gouvernementale de la baisse de la limitation de vitesse à 80 km/h sur quatre tronçons de routes secondaires en France, dont la RN57 en Haute-Saône entre Vesoul et Rioz, débutera le mercredi 1er juillet pour deux ans, la Ligue de Défense des Conducteurs appelle à un grand rassemblement de tous les conducteurs opposés à cette mesure à Vesoul, le samedi 27 juin à 15h devant la préfecture.

« L’objectif de ce rassemblement est de montrer aux pouvoirs publics que les conducteurs ne sont pas dupes de ce projet « d’expérimentation », qui n’est qu’une manière détournée d’arriver à une généralisation de l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h à tout le réseau secondaire », explique Christiane Bayard secrétaire générale de la Ligue de Défense des Conducteurs.

« Plutôt que d’abaisser la vitesse, pénalisant une fois de plus injustement les conducteurs, les pouvoirs publics feraient mieux d’entretenir et d’aménager un réseau d’infrastructures routières vieillissant, et de plus en plus délaissé » ajoute-t-elle. « La sécurisation de la RN57 nécessite des aménagements notamment en deux fois deux voies. Les élus de la Haute-Saône le réclament d’ailleurs depuis plus de vingt ans, sans être entendus. Y réduire la vitesse pour toute panacée devient criminel, c’est scandaleux ».

Ce rassemblement de conducteurs responsables bénéficie d’ailleurs du soutien d’élus locaux, eux aussi opposés à cette expérimentation. A commencer par le député-maire de Vesoul Alain Chrétien, accompagné de plusieurs maires, qui se joindront au rassemblement devant la préfecture. Une délégation sera ensuite reçue en préfecture.

Tous comme les élus, les Français restent majoritairement opposés à ce projet inutile et injuste de généralisation du 80 km/h, qui aura pour seul effet de faire exploser le nombre de PV, les pertes de points et les retraits de permis.  L’an dernier, ils ont notamment été plus d’1,5 million à signer la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs « Non à la baisse des limitations de vitesse ».

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Pourquoi ne pas uberiser la question de la vitesse inadaptée ou excessive ?

    Les limitations de vitesse sont très souvent ridicule et sans aucun lien avec la sécurité .

    110km/h sur une 2×2 voie avec très peu de circulation par beau temps, puis 90km/h pour les derniers km, route de campagne , sinueuse, peu de visibilité, présence possible de velo/ piétons, des priorités à droite, limitée à 90km/h

    Etc…

    Pour moi, le plus important sont les conditions météo, la distance de sécurité …
    Pourquoi ne pas utiliser la technologie pour responsabiliser les conducteurs. Les données détermineraient si la vitesse était inadaptée au vus des circonstances.

    • C’est bien pourquoi il convient de systématiser les vitesses conseillées prévues au code de la route (panneaux carrés à fond bleu) et réserver les vitesses limitées aux lieux exceptionnellement dangereux, soit même pas 1% du réseau routier.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Panneau_routier_d'indication_de_vitesse_conseillée_en_France

      La rupture entre vitesse conseillée et vitesse limitée permettra d’augmenter sensiblement l’attention des conducteurs. En effet, la systématisation des vitesses limitées ne permet pas aux conducteurs de faire la différence entre les zones réellement dangereuses et les autres. Constatant que la plupart des limitations de vitesse sont inopportunes, les conducteurs ne sont plus en mesure de juger du danger lorsque la vitesse limitée s’avère réellement nécessaire. Concentrés pour échapper aux radars, ils détournent leur attention de leur conduite et de leur environnement. Les radars sur les routes deviennent aussi dangereux que les téléphones au volant. Avec un réseau routier de moins en moins entretenus, quand il n’est pas laissé à l’abandon par des incompétents notoires, l’abus des vitesses limitées inadaptées à la réalité du réseau et à l’environnement de conduite immédiat de chaque conducteur est un des principaux facteurs des accidents.

      Les hausses récentes de la mortalité routière, alors que les Français n’ont jamais roulé aussi lentement, démontre l’ampleur du problème et l’échec patent de l’obsession des autorités pour la répression de la vitesse. La sécurité routière ne doit plus être sacrifiée aux pétitions de principe de la propagande anti-automobile.

  • par contre nous aurons une augmentation de la durée d’exposition au danger !!!!
    plus la durée du trajet sera longue plus longtemps nous serons exposé au danger de la route.
    la courbe n’est pas loin de s’inverser

    • Sur autoroute la courbe s’est déjà inversée à cause de la somnolence et des distractions provoquées par des vitesses à 130.
      La baisse de vitesse à 80km/h est très mauvaise presque partout (en dehors des tronçons où la vitesse réellement dangereuse n’est que de peu supérieure à 80km/h, tels les tronçons en virages):
      -déconnectée des réalités car la vitesse abusivement limitée à 80 ou 90 par incompétence administrative est très différente de la vitesse dangereuse (inadaptée à la situation).
      -par la répression qui l’accompagne, elle fait subir à ceux qui conduisent un type de stress qui provoque maladies cardiaques et cancers avec un bilan certainement plus mortel que la mortalité routière due à la vitesse excessive.
      -la somnolence et l’inattention, très aggravées par les trajets rendus plus longs et monotones par la baisse de vitesse à 80 km/h. Sur autoroute somnolence et inattention sont déjà les causes principales de mortalité, loin devant la vitesse excessive et surtout très loin devant les accidents causés par le dépassement de 130km/h.
      -dangereuse pour la santé et la vie des Français, car en leur faisant perdre 5 à 10 milliards d’euros en temps perdu, la baisse à 80 augmente le nombre de personnes qui périssent par manque de moyens financiers pour vivre mieux et être mieux soignées chez eux ou à l’hôpital.
      En Allemagne beaucoup d’autoroutes ne sont pas limitées en vitesse hors des zones de travaux, la vitesse sur les autres routes est limitée à 100km/h, pourtant, sans radars automatiques, le nombre de morts a plus baissé qu’en France depuis que les radars automatiques y répriment les automobilistes.
      Afin de poursuivre la diminution de la mortalité sur la route, Bernard Cazeneuve doit ajouter à son plan 2 mesures visant « à mieux protéger les usagers de la route ».
      1 La première mesure concerne les usages dangereux de radars:
      -susceptibles de provoquer des accidents puisqu’ils augmentent la durée et la monotonie des trajets, donc les risques de distraction et d’endormissement (déjà principales causes de morts sur autoroutes),
      -susceptibles de provoquer des accidents en détournant l’attention des conducteurs (qui cherchent des yeux les radars sur le côté de la route au lieu de prêter attention à leur conduite)
      Cette mesure consiste à améliorer de 20km/h la vitesse maximale sur autoroute, portée donc à 150km/h, et sur 3 sections de voies non autoroutières pour test de 2 ans (sections qui seront déterminées d’ici le 30 juin).
      2 La seconde mesure est la suppression des péages autoroutiers afin que de nombreux usagers utilisent les autoroutes, au lieu de les éviter à cause du prix du péage et d’aller sur des routes où ils ont 5 fois plus d’accidents mortels par km parcouru que sur les autoroutes. L’effet est une baisse de mortalité qui se compte en centaines et une baisse des blessés en milliers.

  • Plus de contraventions et plus de permis retirés = moins de voitures à rouler = moins d’accidents.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

Il y a eu des époques dans le passé où d’importants efforts étaient consentis pour faciliter l’utilisation des automobiles. Il y a quelques décennies on a ainsi construit beaucoup d’autoroutes et favorisé la circulation des voitures en ville, par exemple sur les quais de Seine à Paris.

Mais nous sommes maintenant confrontés à une situation totalement inverse : il existe beaucoup de lobbies plaidant pour la limitation ou même l'interdiction de la circulation des voitures. C’est ainsi que le gouvernement diminue... Poursuivre la lecture

Par Alain Bonnafous.

Ce qui a été effacé des 150 propositions de la Convention citoyenne pour le climat enlève quelques lignes pourtant bien faites pour juger convenablement les choses ; comme dans une caricature dont on effacerait les traits les plus propices à une identification du sujet. Tout en souscrivant largement à tout ce qui a été publié par Contrepoints sur cette Convention, je regrette presque ces coups de gomme.

Les 28 heures étaient si attrayantes…

Mon premier regret concerne évidemment le choix des citoyens qui, pa... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles