Finances parisiennes : Hidalgo creuse votre trou

Malgré un marché immobilier favorable, les socialistes ont réussi à saigner Paris grâce à une forte hausse des impôts et un quadruplement de la dette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne hidalgo credits Parti Socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Finances parisiennes : Hidalgo creuse votre trou

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 juin 2015
- A +

Par Serge Federbusch.

Anne hidalgo credits Parti Socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)
Anne hidalgo credits Parti Socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Avouant une impasse budgétaire de 300 millions d’euros pour 2016, Bargeton, l’adjoint d’Hidalgo aux finances, n’a fait que confirmer ce que nous expliquons depuis des années : malgré un marché immobilier extrêmement favorable qui a dopé les droits de mutation, les socialistes ont réussi à saigner Paris grâce à une forte hausse des impôts et un quadruplement de la dette.

Ils prétendent que cela est dû aux prélèvements et baisses de dotation que l’État leur impose, au nom de la solidarité.

Mon œil ! Les dépenses de fonctionnement, les subventions aux copains, les projets improbables (Halles, sport-business à Jean Bouin, 104, Gaité-Lyrique et autres massacres de voirie) et les achats de voix sous forme d' »investissement » dans le logement social sont les causes principales de cette dérive qui a commencé bien avant 2014 et le désengagement de l’État.

Mais il y a plus grave : les chiffres actuels sont aussi sincères que ceux du budget de l’État présentés par Hollande et Valls.

Le pire reste donc à venir…

C’était écrit !

D’abord, la baisse des dotations de l’État, présentée comme une forme de nouveauté et de recul supplémentaire, n’est ni l’une ni l’autre. Il était prévu que, sur les années 2015 à 2017, chaque exercice soit marqué par cette diminution des transferts de 200 millions d’euros. On s’étonnera du reste que les socialistes ne hurlent pas contre ce désengagement ainsi qu’ils le faisaient du temps de Sarkozy, quand ils inventaient une prétendue dette de l’État d’un milliard d’euros dont Delanoë a aussitôt dit qu’elle était effacée après l’élection de Hollande.

Bref, Hidalgo ne saurait soutenir que cette baisse de 200 millions est une surprise qui impose des mesures nouvelles. Tout aurait dû être prévu depuis plus d’un an si la ville était correctement gérée.

Mais le plus grave est que les soi-disant ressources supplémentaires sur lesquelles compte la municipalité pour faire face à la situation sont tout à fait suspectes.

D’abord, les prévisions des recettes tirées de la hausse massive des droits de stationnement et des taxes nouvelles sur l’hôtellerie et les résidences secondaires, votées pour 2015, sont encore loin d’avoir été vérifiées. Il en est de même des calculs très optimistes sur les droits de mutation ou la Contribution à la valeur ajoutée des entreprises. Paris partira donc avec un trou budgétaire supérieur à celui voté l’an dernier.

Quant aux mesures évoquées pour 2016 : la hausse des redevances dans les parcs et jardins essentiellement, elles sont sans commune mesure avec les 300 à 500 millions qui font déjà défaut.

La réalité est, qu’à un moment ou à un autre, Hidalgo va devoir maquiller des dépenses de fonctionnement en investissement pour endetter la ville ou qu’elle sera contrainte d’augmenter les taxes d’habitation et foncière par un subterfuge quelconque.

Sa clientèle électorale, jusqu’alors largement épargnée, commencera à sentir la morsure du socialisme.

Ce n’est que justice : voter pour ces gens doit un jour ou l’autre se payer cher.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • la gangraine s’est installée en france ; et que fait on pour arréter cete infection ? on coupe……va falloir attendre 2017 ….

  • 2017 , ce sera les mêmes , ce sont toujours les mêmes , quel malheur …

  • bonjour ,la photo représentant Madame Hidalgo est explicite : les bras projetés en avant alors qu’elle vient de jeter une brassée d’impôts par la fenêtre de l’hôtel de ville .

  • Ainsi en est-il de toute gestion de gauche. Les parisiens sont maso. Il faut dire que l’adversaire n’était guère d’un meilleur niveau

  • « Ce n’est que justice : voter pour ces gens doit un jour ou l’autre se payer cher. »

    Gratuit un jour. Certes. Mais l’addition de cette addiction vient, tôt ou tard, avec les intérêts des intérêts composés. Et plus tard est présentée la note, plus elle est une douloureuse. Bien fait et pas bienfait…

    Les français ont remplacé des politiciens pas trop sérieux par des charlatans. Parler d’escrocs ne serait certainement pas exagéré.

    • En principe, ceci devrait tomber sous le coup de l’association de malfaiteurs, et de l’escroquerie en organisée…
      Il y a cependant deux domaines dans lesquels la loi ne s’applique jamais : politique et religion, qui disposent toutes deux de privilèges illimités dans l’entubage des gueux
      <o)

  • C’était prévisible avec ce Polpot en jupon

  • Cest comme le chômage, comment voulez-vous que des gens qui n’ont jamais travaillé, jamais investi, jamais créé de société ou un businsse quelconque créateur de richesse sachent faire. Ce sont tous (tous les politiciens) des illusionnistes; Je ne comprends toujours pas pourquoi vous ne les avez pas tous mis dehors

  • droite ou gauche ,meme engeance ,toujours de dettes des investissements pour faire plaisir a la mafia qui a financé le parti n ayez aucunes illusions ,droite gauche ou autres ,ils depenseront l argent que vous payerez …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles