Snowden : les rapports de forces commencent à changer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edward_Snowden - cc by sa

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Snowden : les rapports de forces commencent à changer

Publié le 10 juin 2015
- A +

L’avantage avec les lois floues votées par une bande de députés pleutres et trouillards, c’est qu’elles offrent déjà pas mal de latitudes d’interprétation pour faire un peu tout et n’importe quoi. Si on y ajoute les amendements de sénateurs veules et pétochards, c’est carrément open bar sur les libertés des citoyens. Heureusement, la Patrie des Droits de l’Homme est au-dessus de ça.

Et c’est donc à pas guillerets qu’elle se lance dans la belle aventure de mettre en pièce la vie privée de ses citoyens, par le truchement d’une Loi Renseignement aussi pratique … que floue, justement. C’est ainsi qu’on découvre, écœurés mais pas surpris, les manœuvres bien visqueuses de nos sénateurs, collectivistes assumés ou inconscients, pour étendre les effets de la loi bien au-delà des domaines pourtant déjà vastes qu’elle couvrait déjà.

Cette fois-ci, nos petits amis l’ont donc tripoté discrètement pour justifier l’utilisation des outils de surveillance envisagés même dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon. Oh ! Et dire que ces benêts de citoyens croyaient que cette loi se contenterait de lutter contre le terrorisme ! Qu’ils sont naïfs ! Et non, ce n’est pas un poisson d’avril. Et oui, bien sûr qu’on va profiter de cette loi pour y inclure la « défense » ou la promotion des intérêts économiques et scientifiques de la France ! Quand on voit la liste des domaines couverts, on comprend qu’à part la chambre à coucher (et encore), le Français post-Loi Renseignement n’aura pas grand chose à envier avec l’Allemand de l’Est pré-Chute du Mur : en plus d’une évidente mais floue sécurité nationale, on trouve les « intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux », les « intérêts économiques et scientifiques essentiels », la « prévention du terrorisme » (en quatrième position seulement), ainsi que de la criminalité, de la délinquance organisées, des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique (incluez « manifestations avec poussettes », je suppose), et bien sûr l’indispensable prévention de « la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 » (i.e. les groupements politiques du Camp du Mal dissous par le pouvoir). Il ne manque plus que la prévention des actes délictueux en voiture ainsi que celle des actes répréhensibles en matière de mangibougisme et on aura à peu près fait le tour.

jon-hamm-facepalm

Il devient difficile d’ignorer l’espèce de surenchère malsaine dans laquelle se sont lancés l’exécutif et le législatif français. Pendant que le premier réclame de la coercition, de l’interdiction et de la régulation aussi fort qu’il le peut, le second les lui accorde à un rythme jamais atteint jusqu’à présent, le tout sous les yeux médusés d’une frange des citoyens un minimum conscients, et l’impavidité presque cadavérique d’une presse nationale subventionnée, le petit doigt sur la couture.

Edward_Snowden_2013-10-9_(1)_(cropped)Dès lors, on ne peut que s’interroger sur l’optimisme assez spectaculaire dont fait preuve Snowden dans sa dernière tribune, parue très récemment. Dans cette dernière, il note l’évolution rapide de l’opinion mondiale vis-à-vis de cette surveillance généralisée mise en place par les différents gouvernements, et en premier chef l’américain auquel il est directement confronté : pour lui, en seulement deux années, on est passé d’une situation où il était considéré comme un traitre à sa nation, à une situation où le public, averti des pratiques de la NSA, prend conscience de l’espionnage permanent auquel il est soumis, et se déclare de plus en plus ouvertement contre.

Et s’il convient aisément qu’en dehors des États-Unis,

« les chefs des services secrets en Australie, au Canada et en France ont exploité des tragédies récentes afin d’essayer d’obtenir de nouveaux pouvoirs intrusifs, malgré des preuves éclatantes que ceux-ci n’auraient pas permis d’empêcher ces attaques »

… montrant en cela que l’opinion reste facilement manipulable par des événements dramatiques, il termine tout de même en notant de façon optimiste que

« les rapports de forces commencent à changer. Nous assistons à l’émergence d’une génération post-terreur, qui rejette une vision du monde définie par une tragédie particulière. »

(Les gras sont de moi.) Devant les gesticulations sénatoriales évoquées en début de billet, les déclarations de Snowden peuvent paraître surprenantes. Et pourtant, il n’a pas tort.

shocked lolcat

Il n’a pas tort, parce qu’en effet, de plus en plus de citoyens se rendent bien compte du décalage énorme qu’il y a entre les motifs invoqués par ces lois d’espionnage et les motivations réelles de ceux qui les poussent.

Il n’a pas tort parce qu’en effet, certains politiciens, sentant le vent tourner en faveur d’une lutte contre ces dérives, prennent la parole et montrent un courage qu’on n’aurait pas imaginé il y a quelques années de cela.

Il n’a pas tort parce qu’à mesure que tous les citoyens s’informent, ils se rendent compte que l’État ne peut pas, devant l’énormité des masses de données qu’il prétend filtrer, repérer ce pour quoi il a été mandaté, et qu’il amasse donc des données pour d’autres buts, peu avouables ou carrément scandaleux.

Il n’a pas tort d’être rationnellement donc modérément optimiste parce qu’en réalité, l’État perd pied : il veut tout contrôler, mais il est coincé entre deux réalités. D’un côté, il ne peut par nature réagir aussi vite qu’il le voudrait à l’introduction de technologies et de méthodes toujours nouvelles, toujours plus sophistiquées, à la myriade de contournements que des millions de cerveaux indisciplinés s’emploient à trouver contre les moyens, forcément limités, dont il dispose. L’État obèse n’est ni suffisamment souple, ni suffisamment agile ou léger pour bondir sur chaque nouvelle idée qui vise à se passer de lui ou à le contourner. Et de l’autre côté, il doit donner le change pour justifier son existence et des ponctions toujours plus grosses, tout en garantissant (ou en faisant semblant de garantir) la sécurité et l’intégrité des citoyens qui l’ont désigné responsable.

Et confronté à ces deux positions, il se prend les pieds dans ses propres lois, notamment celles issues du désir d’endormir la méfiance des citoyens à son égard. La transparence dont les politiciens se gargarisent est maintenant un motif légitime pour chercher à savoir ce qui se passe dans le ventre du Léviathan. C’est même une raison officielle reconnue par l’administration d’accéder aux données publiques, ce qui donne de croustillantes situations où l’État doit alors tout faire pour – par exemple – cacher ses partis pris dans le calcul de l’impôt

Oui, Snowden n’a pas tort : les citoyens changent doucement de point de vue concernant ce qu’ils tolèrent de la part de l’État. Certes, en France, la soumission est telle qu’il faudra encore du temps pour que se remarque un réel mouvement de défiance contre l’État. Mais là encore, l’attitude habituelle de tout l’appareil étatique français pourrait aider à déciller les yeux des Français : en effet, l’administration, son énarchie et sa brochette de politiciens maintenant très détachés du peuple ont largement acquis des réflexes de survie typiques des castes en fin de règne, comme le culte du secret, l’espionnage du peuple et les tentatives pathologiques de contrôle…

Autrement dit, oui, la France va au devant d’une tempête d’espionnite, de contrôles, de régulations malsaines et de lois invasives. Mais chaque jour qui passe, cette espionnite, ces contrôles et ces régulations que l’État met en place semblent plus ridicules, plus inutiles et plus délétères pour l’État lui-même. Oh, l’agonie sera sans doute longue et pénible, mais la fin de l’État obèse est inéluctable.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • On apprends aujourd’hui que l’Etat se censure lui même en supprimant un tweet relatif à l’anniversaire de la publication d’un certain roman…il y a exactement 66 ans…il s’agit bien entendu de 1984…même si la france (avec un petit f) des socialistes de tous bords en est encore à « la ferme des animaux », du même auteur…

    http://www.numerama.com/magazine/33343-l-etat-n-ose-meme-plus-parler-du-livre-1984-et-se-censure.html

    • On ne parle plus tant d’Orwell parce que de moins en moins de gens ont lu 1984 mais « Big Brother », c’est l’équivalent, quasi dans le langage courant. Mais ça a commencé dans les aéroports, puis avec les billets en € qu’on vérifiait, les camions pour la Grande Bretagne passés au scanner, puis les paquets, les caméras dans la rue, les séries télé etc… Puis, les banques, et les comptes des particuliers à l’étranger, les données de la sécu etc.

      Cela, c’était toujours une traque aux délinquants (l’histoire de B. Tapie – partie foot – et les payements Visa aux péages). Ici, on passe à une généralisation malsaine où même les U.S.A. font marche arrière! En France, on fonce dedans!

      Ce qui frappe, cette fois, c’est que c’est administratif, sans participation de la justice, et, comme d’habitude, ce sera sans transparence (La France n’aime pas la transparence!). Mais une fois que les systèmes fonctionneront, il faudra déterminer ce qu’on trie comme informations! Ça fera des mois de travail pour des fonctionnaires qualifiés pas trop faignants et quand chaque ministre demandera ses renseignements, ils auront bien trop de résultats à traiter: sauf à aggraver sérieusement le budget, ils n’auront pas l’argent pour ça! (On n’est pas aux U.S.A.!)

      L’usine à gaz va accoucher d’une souris, une fois de plus!

      D’autre part, des systèmes avec autant de résultats, c’est vraiment tenter le diable des Hackers et de l’espionnage « industriel » et « diplomatique »! Bonjour les pannes!

      • Personnellement, je vois l’espionnage de masse comme étant une bonne chose…pour la bonne et simple raison que ce système ne peut que s’autodétruire en se retournant potentiellement contre ses commanditaires…

        Je m’explique : mettons qu’un vendeur de solution d’exploitation de ce type de donnée ait prévu une faille dans ses logiciels…faille lui permettant de récupérer des données sur certains des individus espionnés…typiquement les commanditaires de la mise en place de cette solution…mettons maintenant que ces données soit révélées au grand public à la télé lors du débat au second tour des présidentielles…je pense que le résultat peut être tout à fait distrayant.

        Pour que ce système d’écoute de masse tombe, il suffit d’avoir la bonne personne au mauvais endroit pour que tout s’écroule comme un château de carte…

        • D’accord avec l’auto-destruction: j’ai évoqué d’autres causes. Je ne suis pas favorable à cette fuite, en ce qui me concerne, comme médecin: le secret médical individuel intéresse trop de gens: sécu, patrons, assurances en tous genres …

          « La bonne personne à la mauvaise place » : je ne vois pas qui vous vous visez, « ami » ou « ennemi »? Mais plus les administratifs qui auront accès au « système » seront nombreux, plus les fuites arriveront. Et je crains fort que les failles informatiques soient nombreuses dès le début, outre un coût que la France aura du mal à régler, en ce moment!

      • Nous serions peut-être dû pour un remake cinématographique de 1984.

        • Votre idée me paraît excellente: pourquoi ne pas écrire le « script » à votre sauce, entre le livre et la réalité (hackers, révélations de Snowden, anonymus, parti pirate …)?

          • Il y aurait trop de scène d’explosion, de velociraptor et de poursuite de voiture, le message se perdrait rapidement, mieux vaut que je laisse la place à quelqu’un d’autre ^^

  • Ahhh voilà un bien bel article (Certes commençant par deux pléonasmes)
    Ça vous mets du cœur au ventre et du poil aux pattes Saperlope!

    (Le truc du CADA : Désopilant)

  • Nul, je veux bien croire que les choses commence a changer aux USA mais en extrapoler que c’est aussi un bon signe pour nous c’est de l’optimisme forcené et cela ne vous ressemble pas…
    A vous lire, les habitants de la Corre du Nord devraient se rejouir de l’espionage qu’ils subissent, du secret de l’Etats et des lois coercitives car c’est un signe de fin de regne de la castre en place? Cela fait 50 ans que cela dure…

    La realite s’ arrête a la fin de la premiere partie: la France a quittée la democratie depuis longtemps et chaque nouvelle loi sensée protégé le citoyen le soumette de plus en plus a l’Etat…

    Cette loi est un signe majeur, un fait reel et avéré. Je souhaite de tout mon coeur que vous ayez raison mais ma raison a exfiltre ma famille et mon patrimoine du continent européen avec l’idée de ne plus jamais y remettre les pieds que pour des vacances…

    • « Prévenir vaut mieux que guérir », bien sûr! Et votre décision de déménager est évidemment une bonne solution que vous n’êtes pas seul à avoir prise.

      Mon pays a abandonné son secret bancaire et est en conformité avec la communication aux fiscs étrangers. Par contre, le fisc national se refuse de profiter de cette facilité: c’est bien agréable à vivre, le fait de n’être pas « fliqué »!

  • Cher h16,

    depuis que je vous lis, je m’étais habitué à votre « ce pays est foutu ».
    Ce dernier article tranche singulièrement sur votre discours habituel. Et ma foi, j’espère que vous aurez d’autres sources d’inspiration de cette teneur pour nous donner des raisons d’espérer et/ou d’agir.

    Même s’il faut en passer par une déchéance totale du pays pour qu’un plus grand nombre de personnes se rendent compte du merdier, il faut espérer que l’on transite le plus vite possible à travers ce smog étatique pour revenir à une vie moins stressante.

    • Je me suis fait exactement la même remarque!!! Un peu d’optimisme!!! Ça fait du bien, et ça encourage à lutter…

      • @ Nyko

        « Lutter », oui, espérer ne suffit pas!
        Mais c’est vrai que la situation de votre pays parait de plus en plus paradoxale! Et la presse non-française paraît bien plus objective et mieux informée, ce qui est sans doute faux, vu les choses nombreuses qui ne s’y retrouvent pas! Et cette envie de ne pas chercher qui fait qu’on reste totalement en surface sans parler de ce qui fâche vraiment!

    • Peut-être que h16 s’est décidé à consulter ? 🙂

  • Je suis moi aussi pessimiste. Je vois très très peu de gens se rendre compte de la dérive.

  • Un gouvernement qui a peur de son peuple fabrique des loi contre son peuple en invoquant des prétendus terroristes, mais qui en fait , fabrique ces propres « teroristes » a l’intérieur du pays. Le citoyen a accès a de multiples informations, les zélus et leurs chaines de propagande ne sont plus leur seuls sources de renseignements.L’ état a peur, et l’état transforme le pays en dictature, cette mème dictature qu’il va célebrer sur les plages de Normandie chaque année…Plus nous serons opprimer, plus nous nous battrons contre.

    • Non, attendez, c’est différent! Célébrer le débarquement, c’est nécessaire pour faire un « discours » et, l’an passé, ça a permis à La France de s’associer aux « vainqueurs », grâce à un général condamné pour haute trahison! Il y a donc bien des choses à faire oublier!

      Mais l’Indochine? L’Algérie? Et même Waterloo où le 200ième anniversaire verra tous les « Grands » d’Europe de l’époque, sauf Valls et Hollande! C’est quand même bien que la France a toujours préféré les monarques autoritaires, y compris si il s’appelle F. Hollande. À chacun ses choix!

  •  » (…) pourrait aider à déciller les yeux des Français » — je lis « dessiller » et pour le reste et malgré le commentaire de Borlo, je suis d’accord avec la teneur générale, disons le « soubassement optimiste » de l’article. La Corée du Nord, comme n’importe quel autre « failed state », ne prouve rien du tout dans le contexte puisque le tout premier présupposé pour une comparaison tant soit peu valable, à savoir la citoyenneté, n’y existe pas.

    [Je dois par ailleurs avouer qu’en tant qu' »étranger » je suis et reste surpris par certaines caractérisations tant du public que de la politique français (« en France, la soumission est telle etc »), mais, c’est vrai, ma perception de la France est probablement assez heinéenne pour ne pas dire nietzschéenne, donc forcément surannée]

  • Une loi Renseignement pour tous ! Un scoop les français vont enfin pouvoir voter ! promis ! 10 ans qu’ ils en sont privés depuis le « référendum  » 2005 ( entre guillemets ….
    A mon avis le désir est fort chez certaines personnes de revenir à l’ époque antérieure à internet càd un contre – pouvoir réduit au minimum les gens qui ont vécu les décennies 70,80,90 comprendront

  • La fRance est aux USA ce la Suisse est à la fRance.
    Le progrès sera donc forcément lent, la hâte sera pépère…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
fin de la liberté patriot act surveillance
0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchard.

C’est dans l’émotion des semaines qui suivirent les attaques terroristes d’Al-Qaida sur le sol américain le 11 septembre 2001 que les États-Unis adoptèrent le Patriot Act, lequel mettait en place au nom de la guerre contre le terrorisme une société sous la surveillance d’un État policier et réduisait les libertés au nom de la sécurité. Cette loi a déjà vingt ans…

Le Patriot Act, une loi d’exception qui s’inscrit dans la durée

À la suite des attentats à la bombe du World Trade Center en 1993 et d’Oklahoma Ci... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Selon une chaîne de télévision danoise, les États-Unis auraient espionné des dirigeants européens, dont Angela Merkel, au moins jusqu'en 2014 en utilisant des câbles sous-marins danois ».

Quelle surprise ! Quel étonnement ! Les méthodes ont changé mais depuis l’affaire Snowden, c’est là un secret de Polichinelle que de révéler que tout le monde observe tout le monde : les alliés surveillent leurs alliés tout comme ils surveillent par tous les moyens les pays hostiles. Par ailleurs cette soi disant inform... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge.

Saisie par les autorités américaines, la justice britannique a refusé la demande d’extradition de Julian Assange, le lanceur d’alerte des Wikileaks. Si ce refus semble heureux à l’opinion, il ne permet pas pour autant sa libération. Pierre Farge, avocat de lanceurs d’alerte, témoigne ici comment, en réalité, la situation s’aggrave. 

Début janvier 2021, onze ans après les premières révélations dites Wikileaks, un énième chapitre s’écrit pour Julian Assange, le lanceur d’alerte détenu dans une prison londonienne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles