Film d’horreur au Conseil d’État

Une association a fait annuler le visa d’exploitation du film Saw 3D Chapitre Final devant le Conseil d’État en raison de sa violence. Était-ce justifié ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
movie crowd credits Sam Javanrouh licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Film d’horreur au Conseil d’État

Publié le 4 juin 2015
- A +

Par Roseline Letteron.

movie crowd credits Sam Javanrouh licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.
movie crowd credits Sam Javanrouh licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.

Le 1er juin 2015, le Conseil d’État, saisi par l’association Promouvoir, a rendu une décision annulant le visa d’exploitant accordé au film Saw 3D Chapitre Final, visa accordé en novembre 2010. À l’époque, ce visa était accompagné d’une interdiction aux mineurs de moins de seize ans et de l’obligation de diffuser l’avertissement suivant : « Ce film comporte un grand nombre de scènes de torture particulièrement réalistes et d’une grande brutalité, voire sauvagerie ».

L’association requérante, on le sait, se donne pour objet, selon les termes figurant sur son site, « la promotion des valeurs judéo-chrétiennes, dans tous les domaines de la vie sociale ». Particulièrement orientée sur la lutte contre la pornographie et la violence, elle a déjà obtenu du Conseil d’État l’annulation d’un certain nombre de visas d’exploitation accordés avec interdiction aux mineurs de moins de seize ans alors qu’elle souhaitait une interdiction à l’ensemble des moins de dix-huit ans. Parmi les visas ainsi annulés figurent celui de Baise-moi, film de Virginie Despentes dans un arrêt du 30 juin 2000, ou celui d’Antichrist, de Lars von Trier, dans une  décision du 29 juin 2012.

Dans le film Saw 3D Chapitre Final, ce n’est pas la pornographie qui dérange l’association requérante mais précisément les scènes de violence qu’il contient. Le Conseil d’État lui donne satisfaction et annule le visa d’exploitation. Il aurait pu le faire avec une grande économie de moyen, dès lors que la Cour administrative d’appel avait commis une erreur de droit dans l’application des articles pertinents du code du cinéma et de l’image animée. Il va cependant plus loin et exerce son contrôle sur l’appréciation effectuée par la Commission de classification, lui rappelant ainsi les éléments qui doivent guider sa décision en matière de violence cinématographique.

Le cinéma, un régime d’autorisation

Rappelons que le visa d’exploitation s’analyse comme une autorisation administrative de mise sur le marché, témoignage du traitement juridique tout à fait particulier dont le cinéma fait l’objet. Il ne relève pas du droit commun de la liberté d’expression, qui permet à chacun de s’exprimer librement, sauf à rendre compte de différents excès devant le juge pénal. L’expression cinématographique, au contraire, est soumise à un régime d’autorisation, dont la Cour européenne admet la conformité à la Convention, depuis une décision Wingrove c. Royaume Uni du 25 novembre 1996.

Organisée par l’ordonnance du 1er juillet 1945, désormais intégrée dans le code du cinéma et de l’image, la police du cinéma repose sur une autorisation délivrée par le ministre de la Culture, précisément ce visa d’exploitation. Celui-ci est attribué après avis d’une Commission de classification, qui a le choix entre six propositions possibles : autorisation du film pour « tous publics », interdiction aux mineurs de moins de 12, de 16, ou de 18 ans, inscription sur la liste des œuvres pornographiques ou enfin interdiction générale et absolue de toute diffusion.

Dans le cas de Saw 3D Chapitre Final, l’annulation du visa d’interdiction aux moins de seize ans ne laissera plus d’autre choix à la Commission que de proposer une interdiction aux moins de dix-huit ans.

L’absence d’enjeu

L’enjeu concret demeure modeste. En effet, le film est sorti en salles en 2010. L’association Promouvoir a alors demandé l’annulation du visa successivement devant le tribunal administratif de Paris puis devant la Cour administrative d’appel. Elle a été déboutée successivement en décembre 2011 et en juillet 2013. Le Conseil d’État, juge de cassation, rend donc un arrêt définitif cinq ans après que le film ait fini sa carrière en salles. Il précise d’ailleurs que sa décision « n’implique pas que le ministre de la Culture prenne les mesures nécessaires pour retirer le film litigieux des salles ».

Cette absence d’enjeu offre au Conseil d’État l’opportunité de préciser les principes qui doivent guider la Commission de classification, sans pour autant porter une atteinte réelle à la liberté d’expression cinématographique. Observons que cette appréciation des faits est tout à fait possible dans le cas du contrôle de cassation exercé par la juridiction administrative.

Le contrôle normal

Le juge opère un contrôle normal sur le visa d’exploitation, et sa jurisprudence est nettement plus abondante pour les films pornographiques que pour les films comportant des scènes de violence. Si le film de Virginie Despentes a effectivement été qualifié de pornographique dans l’arrêt du 30 juin 2000, le visa du film « Fantasmes« , également contesté par l’association Promouvoir le 4 octobre 2000, a été seulement considéré comme érotique, et soumis à une interdiction aux moins de seize ans.

Dans le cas de la violence, la jurisprudence est plus rare. Elle exige cependant une motivation réelle du visa, la simple référence au « climat violent«  du film n’étant pas suffisante pour justifier une telle mesure. La Commission doit ainsi préciser en quoi cette violence justifie l’interdiction proposée. Autrement dit, l’avis doit expliquer pourquoi la Commission choisit d’interdire un film aux moins de seize ans, plutôt qu’aux moins de douze ou de dix-huit ans. Elle doit aussi s’interroger sur la place de la violence, si elle est utilisée pour en faire l’apologie ou, au contraire, dans une démarche « volontairement grandguignolesque« , formule employée par la Cour administrative d’appel dans son arrêt du 3 juillet 2013.

Une appréciation subjective

En l’espèce, le Conseil d’État se livre à une appréciation rigoureusement inverse de celle effectuée par la Cour administrative d’appel. Il a constaté « que le film comportait de nombreuses scènes de très grande violence, filmées avec réalisme et montrant notamment des actes répétés de torture et de barbarie, susceptibles de heurter la sensibilité des mineurs ». La formule ressemble à un avertissement sans frais adressé à un cinéma racoleur essentiellement américain, qui privilégie l’hémoglobine au détriment du scénario. Il n’en demeure pas moins que l’appréciation de la violence demeure extrêmement subjective. Souvenons-nous qu’Orange mécanique, le chef-d’œuvre de Stanley Kubrick, fut interdit aux moins de seize ans en France, en raison des scènes de violence qu’il comportait.


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Moi ce que j’aimerais c’est l’annulation du visa d’exploitation de jésus, par les religieux!

    • Très drôle. Pour rappel, le visa d’exploitation est bien annulé en ce moment pour les chrétiens d’Orient, severement restreint pour les chinois depuis longtemps, comme il le fut dans le bloc sovietique pendant des annees etc.

      Mais rassurez-vous, visa ou pas, Christ s’est donné pour tous les hommes, mêmes les trolls.

  • Vu la bande annonce sur YouTube, d’ici 10 ans, + de personnes se souviendront probablement de l’idiotie de ce genre de films de 2015.. (amour de la peur idiot, manipulatoire et impression d’incompétence émotionnelle)

    Grâce à la liberté, tellement plus de films intéressants sont disponibles !
    (cela dit, c’est subjectif, et il y aura tjrs des personnes motivées par ce genre de film bien sûr)

    Ce qui serait dangereux serait rendre ce genre de film -obligatoires- !

  • S’il n’y a pas de code précis, l’appréciation est forcément subjective. De tels codes ont existé et sont parfois amusant, comme le « code Hays » aux USA des années 1930 à 60, sur les questions érotiques : pas de scène au lit, même s’il s’agit d’un couple marié, sans que l’un ai au moins un pied à terre.

    Cela dit, la violence au cinéma ou TV a un fort impact sur la criminalité. Ne peut-on pas comprendre que ce n’est pas violer la liberté que de classer des film « interdits aux moins de 18 ans » ? Les mineurs ne doivent-t-ils pas être protégés, et par là aussi les possibles victimes ?

    • Non, c’est le choix des parents ou du cinéma.

      • Les parents ne peuvent être derrière leurs enfants pour contrôler, et les cinémas n’en ont rien à faire pourvu que le fric entre dans la caisse.

        Les pots cassés sont payés par d’autres. Connaissez-vous le problème de la tragédie des pâtures communes ?

        Fiat Justicia, pereat Mundi, dîtes-vous. A quoi servira votre libertinage une fois qu’il n’y aura plus personne ? La liberté n’est pas une fin en soi, mais un moyen pour pouvoir mener une vie bonne. Ce qui suppose des limites.

    • « la violence au cinéma ou TV a un fort impact sur la criminalité »

      Source?

      • « Source ? »

        Je ne suis pas votre chien, simple-touriste.

        Sinon, elles sont si nombreuses que vous les trouveriez tout seul si vous vous donniez un minimum de peine.

  • Les articles de Roseline c’est toujours un régal. Mais là elle se lâche !

  • Saw chapitre final.
    Film incompréhensible si on a pas vu les chapitres précédents avant.
    C’est un film pour public averti. Certes violent mais c’est une fiction évidente.
    Aux dernières nouvelles personne n’a été incité à couper à scie circulaire ses amis après avoir vu le film….

  • annuler le visa d’exploitation du film Saw 3D Chapitre Final devant le Conseil d’État en raison de sa violence, ça me fait juste marrer
    A la limite, en invoquant sa nullité…j’aurais plussoyé

  • Cette décision de justice ne me choque pas même si, par le déroulement même des instances judiciaires, elle survient tardivement. Nous vivons dans une société dite libre dont la devise est Liberté Égalité Fraternité. La liberté du cinéma est encadrée par des lois. La liberté des personnes, de jour en jour plus relative d’autant plus qu’on est citoyen natif de ce pays, est hélas, pour tout ce qui n’est pas de plus en plus contraint par le politiquement correct, et notamment concernant les mineurs, laissé à la responsabilité des parents. Or, bien que n’ayant aucun chiffre à citer (d’autant plus que toute statistique n’est faite que pour être utilisée dans un dessein précis, donc a priori sujette à caution), je remarque que les parents manquent bien trop souvent de la plus élémentaire responsabilité. On en voit tous les jours les effets par les méfaits des « d’jeunes », « l’avenir de la France ».Et hélas, l’extrême violence et la cruauté les plus ignobles ne sont pas rares au palmarès. Dans ce cadre où la famille ne joue plus son rôle éducateur et protecteur des mineurs et où l’état est franchement minable, il n’est pas superflu que certains points de repères moraux soient publiquement réaffirmés . Même si la déliquescence de notre société, en comparaison de laquelle une troupe de babouins semble bien plus évoluée, va probablement l’accueillir comme un cri dans le désert, tellement occupée qu’elle est à courir à sa perte et de ne surtout jamais se remettre en question. Même quand elle est responsable de ses dysfonctionnements les plus dommageables et qu’avec un peu de raison (ce serait l’apanage des animaux humains) et de volonté, elle pourrait vraiment progresser pour se distinguer positivement du reste des mammifères grégaires au lieu de se satisfaire de sa supériorité auto proclamée tout en courant droit dans le mur en ignorant superbement quelque alerte que ce soit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Conseil d’État a confirmé mardi 30 août la légalité de l’expulsion d’Hassan Iquioussen, prédicateur islamiste très en vue et affairiste peu scrupuleux.

Mais celle-ci devra encore attendre pour être exécutée : l’imam est considéré comme étant en fuite et a été inscrit au fichier des personnes recherchées (FPR). De son côté, le Maroc a suspendu le « laissez-passer consulaire » qu'il avait délivré le 1er août à l'imam afin de permettre son expulsion par la France vers ce pays.

 

Imbroglio judiciaire

Retour sur un imb... Poursuivre la lecture

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

La guerre est de nouveau d'actualité, une guerre filmée par une multitude de téléphones. Il est tentant dans ces circonstances de revenir sur les films de guerre évoquant celles du passé.

Et puis, la mode est au classement. Le Top 5, 10, 15, 20 des meilleurs films… ensuite vous complétez par genre, pays, cinéastes etc.

Peut-on établir un Top 5 du film de guerre ? Très certainement, rien de plus facile pour ceux qui aiment les classements.

Mais les gens comme moi ont tendance à tout compliquer. Je me demande d'abord : le T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles