Leader bâtisseur ou grimpeur ?

Alors que certains leaders bâtissent, d’autres recherchent avant tout la lumière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Leader bâtisseur ou grimpeur ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 mai 2015
- A +

Par Alain Goetzmann

Cadre - Manager (domaine public)

Au fil des ans, plusieurs catégories de leaders ont été identifiées. Il y a les leaders charismatiques, les leaders bureaucratiques, les leaders copains, les leaders machiavéliques, les leaders démocratiques, les leaders autoritaires, j’en passe, et des meilleures.

Comme tout ce qui est clair s’énonce clairement, Dan Bobinsky, coach américain en leadership, nous propose de réunir toute ces catégories au sein de deux groupes : les bâtisseurs et les grimpeurs.

Les bâtisseurs font ce que leur qualificatif laisse supposer : ils bâtissent. Leur credo est de construire une organisation solide et d’investir dans leurs collaborateurs en leur demandant d’approfondir la maîtrise de leur métier. Ils gardent leur feuille de route bien en tête et se réfèrent en permanence à leur vision, leur mission et la stratégie qu’ils déploient pour ne pas se laisser déborder par les événements. Ils ont aussi, en permanence, un œil rivé sur la qualité parce qu’ils savent que tout laisser-aller, dans le service, leur reviendra comme un boomerang.

Les grimpeurs sont différents. Comme les bâtisseurs, ils veulent atteindre leurs objectifs mais ils sont d’abord concentrés sur leurs propres réalisations et non sur celles des autres. Ils recherchent la lumière, parfois aux dépens de leurs collaborateurs. En fait, ils ne se préoccupent pas beaucoup d’eux, estimant que l’intendance doit suivre, sans prendre la mesure de ce qui pèse sur leurs épaules. Ils ont du talent mais ils l’utilisent pour améliorer leur carrière et non pour construire une organisation solide autour d’eux.

Les grimpeurs jetteront un œil distrait sur la feuille de route, juste pour s’assurer de la suite du programme. Ils osent et n’hésitent d’ailleurs pas à se montrer agressifs, s’il le faut. Ils se concentrent sur leur rayonnement et non sur la façon dont l’équipe performe. S’ils sont amenés à partir, ils ne s’intéressent, en général, pas à ceux qu’ils laissent derrière eux. Ce n’est pas leur problème. Sans aucun doute, les grimpeurs sont des égoïstes.

Mais, et c’est tout le problème, les grimpeurs se prennent, la plupart du temps, pour des bâtisseurs. Ils pensent que leurs efforts personnels devraient inspirer les autres et les entraîner à bâtir, eux aussi. Interrogez les membres des équipes de direction des grandes entreprises ; ils se déclarent tous bâtisseurs. Posez la même question à leurs collaborateurs et vous n’aurez pas la même réponse.

Comme vous êtes la seule personne dont vous avez véritablement le contrôle, pourquoi ne pas faire un peu d’introspection et tenter de mesurer si vous pouvez allier aux qualités du grimpeur celles du bâtisseur ?

1. Encouragez-vous et aidez-vous les autres à suivre votre exemple dans l’acquisition du savoir et du savoir-faire ?

2. Sacrifiez-vous un peu de temps pour entraîner vos équipes à mieux faire ?

3. Demandez-vous parfois de l’aide et en laissez-vous le mérite à ceux qui vous ont aidé ?

4. Éprouvez-vous une vraie joie à constater une amélioration de l’estime de soi d’un de vos collaborateurs ?

5. Préférez-vous trouver des moyens de résoudre les problèmes ou cherchez-vous des responsables ?

6. Quand on vient vous trouver avec un problème, écoutez-vous plus que vous ne parlez ?

7. Lorsque vous apprenez quelque chose de neuf, le partagez-vous autour de vous ?

8. Cherchez-vous des moyens d’aider les autres à devenir meilleurs ?

9. Quand cela va mal, en prenez-vous aussi vite la responsabilité que la lumière quand cela va bien ?

10. Quand vous faites quelque chose pour les autres, est-ce sans le secret espoir que vous y gagnerez quelque chose ?

Si vous avez répondu oui à toutes ces questions, vous êtes, sans aucun doute, un bâtisseur. Si vous avez répondu non, en majorité, vous êtes un grimpeur. La conclusion que vous devez en tirer est que, sauf dans des cas très particuliers, vous ne pourrez pas faire la course en tête tout seul, sans vous occuper de vos co-équipiers. Prenez le temps de vous occuper d’eux. Faites-les grandir. Vous en serez le premier bénéficiaire.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bah non justement. Les « grimpeurs », les arrivistes, les carriéristes, sont des conformistes qui ne pensent qu’à impressionner autrui. (Tel le personnage d’Ayn Rand Peter Keating)

    Les vrais égoïstes sont les « bâtisseurs » (Tel le personnage d’Ayn Rand Howard Roark) car leur but premier n’est pas d’impressionner autrui mais avant-tout d’être fier d’eux-mêmes.

  • Intéressant. Ceci renvoie aux 2 types d’ambitieux : les uns qui ont l’ambition de réaliser un projet, les autres de l’ambition tout court.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de se... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Il y a ceux qui pensent savoir faire accomplir les choses importantes et ceux qui savent s’occuper de leurs collaborateurs. Quand ils font les deux, leurs entreprises réussissent brillamment. Les bons chefs d’entreprises accordent leur confiance et ainsi, font sept cadeaux précieux à ceux qui les entourent.

1 – L’autonomie et l’indépendance

Les grandes organisations ont besoin de processus et de procédures. Les PME ont besoin de personnes autonomes et indépendantes qui prennent et assument leurs responsabili... Poursuivre la lecture

Par Tawhid Chtioui.[1. Tawhid Chtioui, Président-fondateur & Dean à l'aivancity School for Technology, Business & Society Paris-Cachan, Advancing Education in Artificial Intelligence]. Un article de The Conversation

1. Le schéma tactique avant la liste des joueurs

Au football, l’entraîneur définit la tactique de jeu au regard de l’analyse de son adversaire et de son potentiel de jeu avant de définir la liste des joueurs titulaires et leur rôle sur le terrain. La composition d’une équipe, et encore moins les remplacements qu’il ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles