La loi est-elle forcément juste ?

La loi, c’est la justice. Sauf si…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Loi, statue au Palais Bourbon (Crédits jan buchholtz, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La loi est-elle forcément juste ?

Publié le 7 mai 2015
- A +

Par Marius-Joseph Marchetti.

La Loi, statue au Palais Bourbon (Crédits jan buchholtz, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
La Loi, statue au Palais Bourbon (Crédits jan buchholtz, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

 

La loi c’est la justice. À une condition : lorsqu’elle s’évertue à ne pas mener deux buts contradictoires, c’est à dire lutter contre la spoliation et organiser la spoliation. C’est à dire lorsqu’elle ne cherche qu’à garantir la liberté et non à la restreindre. Lorsqu’elle protège le citoyen, pas quand elle le détrousse. Lorsque son unique but est la libre association des intérêts politiques pour garantir liberté, propriété, sécurité et non pas de surveiller, de suivre, d’espionner, et de calomnier. La loi n’est justice que lorsqu’elle lutte contre la spoliation extra-légale et qu’elle ne s’aventure pas sur les territoires, non moins pécuniaires, de la spoliation légale.

La spoliation légale, qu’est-ce donc ? Ce n’est rien d’autre que la planification d’un vol organisé à grande échelle. Mais dans la forme, qu’est-ce donc ? Dans les siècles qui se sont écoulés, ce vol a eu bien des noms, selon le groupe de citoyens qui a demandé son accroissement, puisque comme nous l’a montré Frédéric Bastiat, l’État, c’est cette grande fiction à travers laquelle tout le monde essaie de vivre aux dépens de tout le monde. Chacun voyant son voisin le dépouiller, s’approche du publiciste en lui susurrant à l’oreille :  » Voyez donc mon compère ! Vous lui offrez un Droit au profit. Vous empêchez des produits étrangers de venir le concurrencer et nuisez donc à ma bourse. Ma foi, soyez pardonné ! Permettez-moi donc d’obtenir un Droit au Salaire, en redistribuant une partie du surplus de son profit ! »

« Quand la contrainte, et non le consentement mutuel, préside aux échanges commerciaux ; quand il vous faut la permission de ceux qui ne produisent rien pour produire ; quand l’argent revient à ceux qui échangent des faveurs et non des biens ; quand des hommes gagnent davantage avec des pots-de-vin et des intrigues qu’avec leur travail et que vos lois ne vous protègent pas contre eux mais les protègent contre vous ; quand la corruption est récompensée et que l’honnêteté devient de l’abnégation … Vous pouvez dire que les jours de la société sont comptés. » (Francisco d’Anconia, La Gréve d’Ayn Rand).

Justice Contrepoints442Voyez donc la mécanique se mettre en œuvre, voyez la spoliation se mettre en place. Personne n’a le droit de voler quiconque, à moins de demander à une organisation nommée État de le faire. Qui donc pourrait nier qu’en France, où l’État prélève plus de 50% de la richesse créée par le secteur privé, voire plus de 70% selon les individus, réglemente chaque parcelle de votre vie, de la charcuterie que vous mangez au site Internet sur lequel vous allez, il n’est pas un monstre froid bien moins concerné par ses missions fondamentales que par le projet d’en acquérir de nouvelles ? Qui donc peut nier, dans un pays où l’État est bien moins occupé à protéger la population de la spoliation qu’à l’organiser lui-même, que l’État est une vaste organisation criminelle qui parasite les activités des individus productifs ?

Le rôle de l’État est simple :

« Une société civilisée est celle dans laquelle la force physique est bannie des relations humaines, et dans laquelle le gouvernement, agissant comme un policier, peut utiliser la force seulement par représailles et seulement contre ceux qui l’ont d’abord engagée. » (Ayn Rand)

À cet État, nous devrions cependant imposer des limites qui n’ont pas encore été utilisées. Une Constitution ne serait pas de grande utilité. Elle faillirait avec le temps, les États-Unis étant là pour en attester. Ces deux bornes permettant à un État minimal d’être un État libéral (où la violence serait réellement bannie) ont été évoquées respectivement par Ayn Rand et Ludwig von Mises. Bien que celles-ci n’aient pas pour vocation première d’empêcher l’accroissement de l’État, c’est ce à quoi elles aboutiraient. Ayn Rand, bien que minarchiste, souhaitait un mode de prélèvement volontaire, qui pourrait être assimilée à une sorte d’assurance à laquelle on souscrirait via un contrat. La seconde borne présentée par Ludwig von Mises (ainsi que précédemment par Herbert Spencer) est le droit de faire sécession, qui pourrait être assimilé à la libre entrée sur le marché de la contrainte, et qui permettrait de mettre en concurrence les États.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Mais non , on ne demande pas à la loi d’être juste n car alors on confondrait loi des hommes avec loi divine , ce qui risquerait de mener loin et sur de très dangereux chemins de traverses et autres coins de petits bois pour ceux qui ne sont pas d’accord avec cette approche de la loi juste sur base extra civile …
    Pour faire simple , la loi est une règle de droit votée par la majorité du moment , que la majorité suivante peur éjecter comme l’écureuil éjecte l’écorce de la noisette et qui ne représente souvent que les intérêts des lobbies qui soutiennent la majorité en place , ce qui signifie que sa légitimité est faible , qu’elle n’a que la légalité comme cache sexe pour durer et que le système législatif , sur la base de ce qui précède est de plus en plus fragile et contesté …

  • La loi est rarement juste, elle répond avant tout à des intérêts et des intérêts économiques plus souvent qu’on ne le croit, le système judiciaire brasse beaucoup d’argent grâce aux délinquants donc grace aux lois.
    Moins de lois c’est donc moins de business et si le crime disparaitrait beaucoup serait bien embêté, cela deviendrait même très très inquiétant économiquement parlant car tout un pan énormément lucratif de l’économie serait menacé de s’effondrer et pourrait mettre l’économie française à genoux.

  •  » la loi est juste , l’important , c’est de pas ce faire prendre … « 

  • « La loi c’est la justice » : c’est faux, la loi est l’émanation du pouvoir législatif, et n’a pas nécessairement à être juste. Il en va de la volonté du législateur de faire de la justice un idéal dans la conception de la loi : Emmanuel Macron a affirmé vouloir que la loi Macron soit juste, ce qui est légitime, on ne peut pas en dire autant de la loi sur le renseignement. Mais ce n’est pas sa raison d’être, le législateur a pensé cette loi, liberticide pour le plus grand nombre, à cause de l’action de quelques personnes : il n’y a aucune volonté de justice dans l’essence de la loi puisque ce que prétend vouloir le gouvernement c’est nous protéger.
    En revanche, l’application de la loi et de ses sanctions dans les tribunaux doit être juste.

  • La loi c’est la justice : non La Loi est l’expression de l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

 

Une séparation des pouvoirs limitée, entachée, voire bannie. La réforme de départementalisation de la police suscite de grandes inquiétudes, si ce n’est une opposition quasi unanime des principaux acteurs du monde judiciaire – magistrats, policiers et avocats. Un fait rare dans cette institution.

Prévue en 2023, la réforme vise à créer des directions départementales regroupant les quatre grands métiers de la police : sécurité publique, police judiciaire, renseignement territorial et pol... Poursuivre la lecture

Avancées ou reculs, les mesures pour lutter contre les violences conjugales ne manquent pas.

Le vote unanime par le Sénat d’une aide financière d'urgence aux victimes pour quitter le domicile conjugal est une excellente nouvelle… mais ne doit pas empêcher de répondre à un enjeu majeur : augmenter le budget justice pour accélérer les délais d’audiencement.

Votée à l'unanimité, en première lecture au Sénat, une aide financière « universelle d'urgence » pour les victimes de violences conjugales est censée encourager la séparation d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles