Présidence Hollande : trois ans qui en parurent dix

François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

Voilà, ça y est, la France est parvenue à boucler trois années de socialisme officiel et assumé, avec François Hollande à sa tête. La performance mérite d’être soulignée tant il n’y avait rien d’évident à ce qu’on y parvienne : en 2010 ou en 2011, bien peu auraient misé sur le candidat Hollande, qui ne semblait absolument pas taillé pour le job. Et après trois années de test grandeur nature, force est de constater que l’impression s’est confirmée.

François Hollande (Crédits : Donkeyhotey, licence creative commons)
François Hollande (Crédits : Donkeyhotey, licence creative commons)

Et même si on m’objectera que, de son point de vue et dans son plan de carrière, les choses roulent plutôt bien pour lui (la probabilité n’est pas nulle d’une réélection suite à un second tour désastreux duquel la droite se sera auto-éjectée et aura laissé Marine Le Pen seule en face du président sortant), ceux qui, il y a trois ans et plus affirmaient qu’Hollande était totalement nul ne peuvent que se réconforter d’avoir eu parfaitement raison : tous les indicateurs économiques les plus importants du pays montrent une franche dégradation de la situation qui était, de l’aveu même des socialistes à leur arrivée, passablement dégradée par les nombreuses années de droite au pouvoir et la mauvaise gestion de Sarkozy.

Ainsi, la dette publique est passée de 90% du PIB en 2012 (soit 1800 milliards d’euros) à 98% (i.e. 2000 milliards) depuis qu’Hollande est aux commandes. Le déficit budgétaire n’est jamais repassé en dessous de la barre des 3% du PIB, loin s’en faut. La croissance est passée de faible à anémique. C’est désastreux.

Quant au chômage, soi-disant préoccupation principale du chef de l’État, il n’a cessé d’augmenter, pour dépasser les 3 millions de chômeurs (plus de 5 en cumulant les principales catégories A, B et C). Les promesses d’inversion de courbe n’ont fait rire personne, surtout qu’elles ont toutes été brisées, comme tant d’autres.

Oh, certes, on peut noter de jolies brassées de promesses tenues. Par exemple, le gouvernement a réussi le pari d’introduire une distinction juridique pour les animaux. Les défenseurs des petits oiseaux, des chats, des chiens (mais, bizarrement, pas des ténias et des tiques) seront, vaguement, contents, même si cette distinction est complètement inopérante en pratique et purement cosmétique. Bien sûr, Hollande a tenu toutes les promesses d’accroissement des moyens et d’alourdissement des peines dans la lutte contre la fraude fiscale, étendue tous azimuts. En fait, la plupart des promesses respectées furent jusqu’à présent celles qui ont surtout consisté en des petits aménagements de la loi, à des choses qui ne coûtent guère (ou pas du tout) à l’État et qui sont essentiellement des actes symboliques. Je passerai pudiquement sur les promesses de dépenses idiotes qui furent, elles, honorées, celles-ci ne pouvant décemment compter comme des victoires que pour la petite partie d’électorat concernée, et une défaite pour le contribuable en général.

De l’autre côté, lorsqu’on regarde les promesses non tenues, on s’aperçoit que l’impact sur la vie des Français de ces renoncements est bien plus grand que, par exemple, la modeste réforme de la formation professionnelle (échec quasi-rigolo) ou la garantie (parfaitement sans intérêt) que le président n’appellera jamais son premier ministre « collaborateur »…

Ainsi, on attend toujours la réduction du déficit public, pourtant promise. On pleurera sur la promesse qu’il n’y aura pas d’effort fiscal après 2013. Lorsque le 27 septembre 2012, François Hollande promet que, je cite, « Neuf contribuables français sur dix ne seront pas concernés par les augmentations de fiscalité », c’est, encore une fois, un engagement qui s’avèrera impossible à honorer, tout comme celui de ne pas ajouter une nouvelle taxe dans le budget de la sécurité sociale 2014. En outre, tant le contribuable que les familles de militaires tués pourront pleurer sur l’autre serment oublié qu’il n’y aura plus qu’un millier de soldats français au Mali à la fin 2013. Foutaises et pipeautages.

De façon plus anecdotique mais ô combien symbolique et illustrant bien les travers de la Socialie française maintenant confortablement installée, rappelons qu’il avait été promis la mise en place du non-cumul des mandats pour les parlementaires socialistes dès 2012, de limiter à dix le nombre de conseillers par ministre, de ne pas donner d’interview depuis l’Élysée, ou encore de prendre le train plutôt que l’avion « par souci de proximité et d’économie ». De ce point de vue, le foutage de gueule n’a pas été modéré.

Dans les faits d’armes du chef de guerre gare, on pourra noter que les opérations africaines se soldent essentiellement par une région déstabilisée et des frais engagés sans aucune assurance d’amélioration prochaine. On pourra aussi mesurer l’entregent de notre généralissime lorsqu’il se lança dans l’opération syrienne, avec un

« La réponse internationale en cas d’utilisation par le régime syrien de ses armes chimiques serait immédiate et fulgurante »

… dont on rigolerait presque si la situation n’avait pas à ce point dégénéré.

Quant au changement, slogan d’une campagne dont on se demande comment elle sera parvenue à berner autant de gogos, on en attend toujours les plus timides prémices.

le changement est hors de question

En effet, le trajet législatif vers un État espion et avare de vie privée, déjà largement entamé sous Sarkozy, aura continué de plus belle avec son opposant, avec toujours plus de lois liberticides (loi Santé, loi Renseignement) dans un déferlement jamais vu, si ce n’est en période de guerre. Peut-être le sommes-nous finalement, celle de l’État contre son peuple ? En tout cas, question changement de direction loin du sécuritaire pathologique, pour le coup, c’est raté.

Quant au changement par des réformes, on peut l’oublier : elles sont microscopiques (comme le bouquet de lois « Macron »), voire abandonnées en rase campagne avec plus ou moins de discrétion (réforme du notariat, du droit du travail, de la fiscalité). Les quelques réformes palpables sont malheureusement celles qui sont catastrophiques dans leurs effets (rythmes scolaires, actuelle réforme envisagée pour le Collège) ou qui ont durablement clivé la société française (mariage « pour tous »).

Et justement : s’il y a eu un changement très notable, c’est bien dans la popularité du président, qui s’est effondrée. Là où Sarkozy avec réussi avec brio à se faire détester par une majorité de Français et haïr par toute la gauche, Hollande sera parvenu non seulement à se mettre à dos tout le peuple, mais il aura relevé le défi de se faire honnir des verts et de l’extrême-gauche, et se faire vilipender par une tranche de son propre parti ! Ce franc dégoût se traduit d’ailleurs par le fait qu’un nombre croissant de Français se détourne de la politique, et le peu qui s’y intéresse nourrit surtout l’espoir de voir sortir du lot d’autres partis que la clique actuelle, et d’autres candidats que les énièmes chevaux de retour vus et revus dans la politique française.

Or, de la même façon que l’UMP montre une pesanteur cadavérique à se renouveler, le PS démontre chaque jour qui passe son absence totale de solutions et d’idées pour le pays ; l’exécutif est à son image, complètement sclérosé sur des idées du passé (35 heures, retraite à 60 ans, la loi comme réponse ultime à toutes les détresses, y compris et surtout sociales). Les atavismes socialistes ressortent sans arrêt (volonté de refaire la société à grand coup de mots, bidouillages sociétaux allant dans le sens de revendications catégorielles, mais pas du tout dans le sens du bien commun ou de l’idée qu’on peut s’en faire) ; la lutte contre les entreprises, les entrepreneurs et les classes moyennes ou aisées bat son plein, sans retenue. Sans surprise, ces derniers fuient, avec par exemple un vif accroissement du nombre d’expatriés en Angleterre, en Belgique, en Suisse, et même au Portugal.

Trois ans après son accession au pouvoir, le bilan ne fait aucun doute : le délitement de la France s’est accéléré, la fuite des « forces vives » est plus forte que jamais, le chômage est au plus haut, l’insécurité est toujours là, les réformes sont, pour tout dire, au point mort, la corruption ne s’est jamais si bien portée de même que le capitalisme de connivence.

Même en imaginant que Hollande se réveille et tente un changement drastique de direction, les deux années qui lui restent ne suffiraient pas à redresser la barre. L’inertie du pays et de son administration est trop grande, les mauvaises habitudes et les automatismes de castes (politicienne notamment) trop bien ancrés pour changer en si peu de temps. Et comme, de surcroît, toute tentative de changement, maintenant, sera de toute façon plus risquée qu’un statu quo mou, les deux années qui viennent promettent un immobilisme en béton armé.

La conclusion s’impose : ce pays est foutu.
—-
Sur le web