Une idéologie alternative contre la radicalisation au Kenya

Pour contrer l’extrémisme violent, le Kenya a besoin de changer de paradigme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Police Kenya credits Global Panorama (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une idéologie alternative contre la radicalisation au Kenya

Publié le 3 mai 2015
- A +

Par Collins Wanderi et alii.

Police Kenya credits Global Panorama (licence creative commons)
Police Kenya credits Global Panorama (licence creative commons)

 

Lorsque les rapports sont tombés confirmant que Mohamed Abdullahi Abdirahim, juriste de formation et fils du chef du gouvernement à Mandera, était le cerveau de l’attaque terroriste brutale qui a tué 148 étudiants à Garissa University College, le 2 avril 2015, l’ensemble du pays a été choqué. La conscience de la nation a été piquée au vif et un message subtil mais glacial a été envoyé : personne, indépendamment de son statut social n’est à l’abri de tomber dans la radicalisation et l’idéologie extrémiste.

Toutefois, la propagation de l’idéologie militante extrémiste parmi les jeunes bien éduqués et socialement avantagés au Kenya ne devrait choquer personne. Elle est le produit de notre philosophie morale et politique. Le Kenya est en grande partie une société inégalitaire où les élites politiques et sociales ainsi que certains prêtres chrétiens, n’ont aucun scrupule à afficher leur opulence injustifiée à la face des pauvres, des bébés affamés, des vieux, des malades et des jeunes sans emploi. Cette inégalité et l’abus de pouvoir par les hommes de l’État créent un terrain fertile pour tout groupe ayant l’intention de promouvoir une idéologie alternative.

L’histoire montre que la meilleure façon de faire avancer une philosophie radicale est d’utiliser la religion. La foi fournit le socle à l’idéologie. La religion donne la foi aux âmes démunies, une croyance en une puissance supérieure et de l’espoir en un changement positif. L’Islam semble offrir un tel substrat plus que toute autre religion au monde. L’une des doctrines fondamentales de l’Islam, c’est que dans la vie il y a des choses plus importantes que l’accumulation de la richesse matérielle, les grandes maisons, les voitures de luxe, etc. C’est cette doctrine qui est instrumentalisée et détournée pour capturer l’imagination des jeunes démunis en les menant à la radicalisation. Il n’est donc pas très étonnant que, dans ce contexte, le gang meurtrier Mungiki ait utilisé l’islam et son leadership pour convertir un groupe important de Kikuyu à l’Islam. La force de l’Islam est qu’elle s’adresse à tous les groupes et communautés opprimés, marginalisés et traditionnellement défavorisés. Les idéologues propageant l’extrémisme violent le savent trop bien.

L’élite politique, les entrepreneurs et les religieux du Kenya peinent cependant à passer le message. Bien que le Kenya ait porté le plus grand poids des attaques brutales d’Al-Shabaab en Afrique orientale, le 2 mars 2015, les jeunes Kényans ont ouvertement exprimé leur soutien aux militants, même après que la radio « Nation FM » ait annoncé dans les médias sociaux que le groupe extrémiste avait planifié de faire exploser la Maison du Parlement. C’est choquant que les Kényans dans les médias sociaux aient unanimement salué une telle attaque sur le Parlement, le symbole ultime de la souveraineté du Kenya, surtout que cela a été fait lorsque tous les députés étaient en séance. Cela aurait secoué le cœur de la classe politique à la base. Cela n’a pourtant pas suscité la moindre réaction du Parlement ou de l’une des agences de sécurité nationale. Cette indifférence arrogante de la part de l’élite dirigeante est un point faible que Al-Shabaab utilise sans modération.

Cette arrogance et cette indifférence ne sont pas propices à la lutte contre l’extrémisme. Notons que l’idée de la construction d’un mur le long du Kenya et de la Somalie est ridicule et insoutenable à long terme. La radicalisation est une idéologie. Le monde en est encore à tenter d’inventer un missile qui peut vaincre un idéal. La pensée mécanique et les obstacles physiques n’ont jamais réussi à vaincre un idéal. S’ils le pouvaient, le mur de Berlin serait encore debout aujourd’hui.

Pour contrer l’extrémisme violent, le Kenya a besoin de changer de paradigme : la conception d’une nouvelle philosophie morale et politique supérieure et futuriste qui donne de l’espoir aux pauvres et aux jeunes de cette nation. Une telle philosophie politique doit condamner la cupidité excessive et l’étalage impudique de la richesse dans un pays où la majorité vit en dessous du seuil de pauvreté. Mais cela n’arrivera que si les élites politique, entrepreneuriale et religieuse ouvrent leurs yeux, leurs oreilles et leurs cœurs à la majorité des pauvres, et s’ils écoutent les cris des bébés affamés, la douleur des vieillards et des femmes malades et l’angoisse des jeunes sans emploi.

L’indifférence et l’étiquetage des gens qui souffrent et qui se perçoivent eux-mêmes comme négligés par le gouvernement et la société en général ne pourront les conduire que vers davantage de pauvreté et de misère, offrant ainsi un terrain fertile pour la radicalisation et l’extrémisme.


Article initialement publié en anglais par African executive. Traduction réalisée par Libre Afrique.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je ne crois pas que la misère et l’inégalité soient les causes de la radicalisation, mais bien plutôt l’amoralité, la pauvreté philosophique et le cynisme visible de ces élites que vous évoquez. Je crains donc que votre appel ne s’adresse pas à ceux qui devraient l’entendre…

  • Enorme. Donc si on comprend bien la logique :

    -des musulmans commettent des atrocités
    -mais en fait… c’est la faute des prêtres chrétiens qui vivent dans l’opulence
    -fermez le ban !

    Il faut une sacrée (?) dose de culot pour lâcher ça, au détour d’un article. Mais plus c’est gros, plus c’est dément, plus ça glisse.

    Quant aux appels au « changement de paradigme » et à une « nouvelle philosophie futuriste »… c’est du grand vaudou africain à la sauce SF. Un infâme gloubiboulga.

    Ces articles publiés dans des revues africaines et traduits sont une disgrâce pour Contrepoints. Ce n’est pas la première fois que ça dérape sévère.

  • « L’histoire montre que la meilleure façon de faire avancer une philosophie radicale est d’utiliser la religion » : oui d’ailleurs, l’histoire du XXeme siècle est là pour le prouver : Staline, Hitler, Mao, Pol Pot étaient de fervents religieux… Merci à Contrepoints de laisser ce genre de texte à messieurs Cazeneuve, Valls et Hollande…

  • cet article est du grand n’importe quoi. je ne suis pas spécialiste du keyna mais franchement, faire un article sur l’islamisme au keyna sans parler de la dimension ethnique c’est du grand n’importe quoi. les terroristes qui frappent le keyna ne sont pas des convertis mais des musulmans de naissances, ce sont des somalis. il y a une dimension ethnique. l’église catholique oeuvre bcp pour les pauvres au keyna, alors oui il y a quelques moutons noirs dans l’église mais les pauvres soutiennent majoritairement l’église. les catholiques keynians qui se convertissent se convertissent non pas à l’islam mais au protestantisme évangélique et ce en bonne partie à cause du discours trop modéré de l’église envers l’islam. les églises évangéliques tiennent un discours bcp plus dur envers l’islam ce qui attire un certain nombre de catholiques. l’islamisme au keyna se trouve chez les somalis (qui sont déja musulmans) et non pas chez les autres kéynians

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l'autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c'est en tout cas ainsi qu'elle est présentée par le ministère de l'Édu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles