L’Italie sur le chemin difficile des réformes

Quelles sont les trois raisons de la dégradation de l’économie italienne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2210 Italie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Italie sur le chemin difficile des réformes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 avril 2015
- A +

Par Patrick Coquart.

imgscan contrepoints 2210 Italie
imgscan contrepoints 2210 Italie

Après l’Espagne et l’Irlande, c’est à l’Italie que l’Institut de l’Entreprise consacre sa dernière note de benchmark1.

Contrairement aux deux autres pays déjà étudiés, l’Italie était dans une situation économique peu favorable bien avant l’arrivée de la crise de 2008. C’est « le pays de la zone euro qui a connu la croissance du PIB par habitant la plus faible entre 1997 et 2007. »

Pour Charles Trottmann – l’auteur de l’étude – la situation italienne trouve son origine dans plusieurs facteurs, notamment « un faible investissement dans l’éducation et l’innovation » ou une démographie défavorable.

Cependant, trois raisons principales expliquent la dégradation de l’économie transalpine bien avant l’arrivée de la crise.

Premièrement, les rigidités du marché du travail. Elles sont telles que le taux d’emploi italien en 2007 (58,7 %) « était le plus faible de la zone euro après celui de Malte. » La péninsule connaissait également « une forte conflictualité des relations de travail », une fiscalité sur le travail particulièrement élevée (« 46,4 % en 2007, soit 10 points au-dessus de la moyenne de l’OCDE »), et des modalités peu optimales de fixation des salaires au niveau des branches plutôt qu’au niveau des entreprises.

Deuxièmement, une dette publique élevée, « fruit d’une gestion des finances publiques laxiste au cours des années 1980 et de la première moitié des années 1990, avec des déficits publics constamment supérieurs à 10 % de 1981 à 1993. » Il convient cependant de noter que, depuis le milieu des années 1990, l’Italie dégageait des excédents primaires – c’est-à-dire avant le paiement du service de la dette – de manière constante. Ce qui n’était pas le cas de la France, par exemple.

Par ailleurs, contrairement à l’Espagne ou l’Irlande, l’Italie n’a pas connu, avant la crise, d’accroissement excessif de la dette privée.

Troisièmement, le poids important des dépenses publiques. Elles représentaient 47,6 % du PIB en 2007, plaçant l’Italie au-dessus de la moyenne européenne (45,8 %). La dépense publique italienne était principalement due au « poids important des ‘services généraux’ », reflet de la « faible efficience de l’administration italienne », et à celui des dépenses de retraite.

L’Italie est touchée singulièrement par la crise de 2008. En effet, contrairement à l’Espagne ou l’Irlande, elle « n’a été que peu affectée par l’éclatement de la bulle immobilière et financière ». Par ailleurs, les prix de l’immobilier sont restés pratiquement stables entre 2007 et 2009 (- 5 %) alors qu’ils baissaient fortement en Irlande (- 30 %) et en Espagne (- 16 %). Quant au système bancaire italien, il a traversé « la première phase de la crise, liée aux subprimes, sans connaître de faillite de grande ampleur. »

L’Italie a, en revanche, connu, dès le début de la crise, un ralentissement de son activité économique. « La production industrielle a diminué de 19,2 % entre 2008 et 2009. Parmi les grands pays de la zone euro, l’Italie est ainsi, après l’Espagne, celui qui a connu la chute la plus rapide et la plus durable de sa production industrielle au cours de la crise. »

En mai 2011, les agences de notation mettent le pays sous surveillance. En effet, la faible activité économique de l’Italie perdure et inquiète ; et les soubresauts de la vie politique italienne ne sont pas là pour rassurer. C’est ainsi que les taux à dix ans augmentent fortement au cours de l’année 2011 (7 % en janvier 2012). Tout cela entraîne une perte de confiance des investisseurs. Les capitaux quittent le territoire italien (70 milliards d’euros en 2011, 25 en 2012). Les banques, très exposées à la dette souveraine, connaissent à leur tour des difficultés. Difficultés accentuées par l’augmentation des créances irrécouvrables. À leur tour, les banques baissent le volume des prêts aux entreprises et augmentent les taux d’intérêt.

Conséquences de tout cela :

  • Une contraction du PIB de près de 9 % depuis 2008, contre 1,7 % pour l’ensemble de la zone euro ;
  • Une hausse du chômage qui est passé de 6,7% en 2008 à 12,2 % en 2013, et même 13,4 % en novembre 2014 (49,3 % pour les jeunes) ;
  • Une baisse du revenu disponible des ménages : – 8 % entre 2007 et 2012 (contre, par exemple, – 3 % en Espagne) ;
  • Une augmentation des dépenses publiques : de 47,6 % du PIB en 2007 à 50,6 % en 2012 ;
  • Une aggravation du déficit public, qui est passé de 1,6 % du PIB en 2007 à 5,4 % en 2009, pour se stabiliser à 3 % en 2012 et 2013. Une augmentation toutefois modérée au regard d’autres pays, tels l’Espagne ou le Royaume-Uni ;
  • Un accroissement de la dette publique, qui a atteint 135 % du PIB en 2014 pour devenir la plus élevée de la zone euro après la dette grecque.

À suivre…


Sur le web. Texte d’opinion publié le 11 mars 2015 sur 24hGold.

  1. Charles Trottmann, « Italie : le chemin escarpé des réformes », Institut de l’Entreprise, Les Notes de benchmark, février 2015.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • J’ai entendu dire que les réformes étaient au point mort en Italie actuellement, le système politique italien ne semble pas prêt à se remettre en cause..

  • « C’est le pays [l’italie] de la zone euro qui a connu la croissance du PIB par habitant la plus faible entre 1997 et 2007. »
    Vous auriez pu vous épargner une étude qui, hélas, est faite sous l’égide d’une abaque internationale : une seule règle de calcul, tous égaux, tous pareils, ignorons l’histoire et ramenons la à une simple donnée financière. Une autre définition, plus soft, du communisme.

    L’italie est un pays dont l’unité s’est faite sur le tard, le risorgimento en étant un bel exemple. Wenzel disait « l’italie n’est rien de plus qu’une expression géographique ». Au sujet de l’italie, les historiens se déchirent toujours sur le fait de savoir si l’unification italienne a été un phénomène à part ou a suivi les mouvements de l’époque. Le questionnement trahi la particularité italienne !

    L’italie est très certainement la première richesse d’europe, les italiens possèdent beaucoup de cash, ils n’ont jamais accordé leur totale confiance en leurs dirigeants. Allez donc voir ailleurs qu’en italie pour vous en convaincre, au seul exemple, Monaco qui, sans les italiens et leurs liquidités n’aurait jamais été aussi prospère.

    L’italien n’adhère que timidement et avec beaucoup de défiance aux institutions étatiques, ce qui a été le lit de (des) la mafia, notamment.

    M. Coquart, vous connaissez l’italie ou pensez la connaitre ? venez donc avec moi, je vous montrerais ce pays de l’intérieur, la ou les touristes et surtout les « économistes » ne vont jamais, vous allez passer de l’autre coté du miroir…

  • C’est plus qu’un bruit : c’est un orchestre symphonique !

    Les « réformes » ? Ca fait depuis le coup d’état contre Berlusconi et l’arrivée de Mario Monti qu’on nous fait le coup.

    Le maestro bruxellois devait tout déchirer. Bilan ? Des palabres, des grandes gestes et… rien.

    Ensuite on a eu Letta. Jeune, crâne d’oeuf au sens propre et figuré.

    Bilan ? Rien.

    Ensuite, le Système a frappé un grand coup avec Renzi !

    Le jeune beau gosse de la politique italienne. Le mec rutilant comme une ferrari avant son déniaisement… allait une fois de plus tout déchirer, transformer l’Italie en 60 jours, croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer.

    Discours, coups de menton façon Valls… Les connaisseurs rigolaient sous cape. On a bourré le mou des crédules avec une surmédiatisation. Il fallait convaincre les marchés et la la populace.

    Bilan ? Rien. Mais pour le coup ABSOLUMENT rien.

    Renzi est une baudruche comme les autres. Voire même pire. Au moins les autres avaient un peu plus d’expérience.

    Bref l’Italie est un gigantesque Potemkine.

    Qui finira très mal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Le 19 août, Emmanuel Macron a invité les Français à « accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs » du fait de la guerre en Ukraine.

Le 23 août, il a enfoncé le clou en déclarant : «  Nous ne pouvons […] avoir aucune faiblesse, aucun esprit de compromission, parce qu’il en va de notre liberté à toutes et à tous, et de la paix dans toutes les parties du globe ». Un message adressé aux pays à travers le monde.

Ukraine: Emmanuel Macron appelle à n'avoir "aucune faiblesse" face à la Russie pic.t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles