Soutien à l’investissement : lequel ?

L’annonce d’un « mécanisme exceptionnel » de soutien à l’investissement n’est pas une bonne nouvelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
argent poche credits marine B (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Soutien à l’investissement : lequel ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 avril 2015
- A +

Par Jacques Garello.

argent poche credits marine B (licence creative commons)
argent poche credits marine B (licence creative commons)

 

On investit avec l’argent qu’on a gagné, ou avec l’argent qu’on va emprunter. Dans une optique purement capitaliste, les deux façons se rejoignent : on ne peut emprunter que si l’on prouve qu’on va gagner de l’argent pour rembourser la dette. Mais cette logique n’est pas respectée dès lors que les pouvoirs publics s’en mêlent. Ainsi, l’annonce par François Hollande le 4 avril d’un « mécanisme exceptionnel » de soutien à l’investissement n’est pas une bonne nouvelle. La bonne nouvelle serait celle de la liberté pour les entreprises de réaliser des profits, aujourd’hui et demain.

Revirement spectaculaire

Depuis des années les socialistes de tous bords ont considéré l’entrepreneur et le profit comme responsables du chômage, et dénoncé la finance comme l’ennemi numéro un. Oubliant le discours du Bourget (2012), le Président a annoncé trois mesures surprenantes : en partenariat avec les compagnies d’assurances, un fonds d’investissement de 600 millions d’euros sera opérationnel « dès les prochains mois », un « dispositif fiscal approprié […] qui améliorera leur trésorerie et la rentabilité de l’opération, récompensera les entreprises qui accélèreront leurs projets d’investissement », enfin la Banque Publique d’Investissement distribuera des prêts supplémentaires pour arriver à 6 milliards d’euros au total.

Il est vrai que ce nouveau cap français est aussi celui qui est adopté au niveau européen par le tandem Drahi-Juncker : plan d’investissements massifs financés grâce à la politique « souple » de la Banque Centrale Européenne. Car les seules sources de financement sont celle des prélèvements obligatoires, ou de la dette souveraine, ou des deux.

En fait, le « revirement » n’est pas si spectaculaire qu’il y paraît. Certes, les étatistes fraient désormais avec les banquiers et les financiers et reconnaissent que la croissance passe en fin de compte par les entreprises (une concession déjà faite avec le « pacte de responsabilité et de solidarité »). Mais les entreprises aidées ne peuvent investir que sous le contrôle de l’État, banquier (en faillite lui-même).

Méfaits de l’investissement public

investissement rené le honzecOn connaît le principe et les méfaits de l’investissement public, inspiré par Keynes et condamné par Bastiat. L’État ponctionne les contribuables, et notamment l’épargne, ses revenus, sa transmission, son accumulation. C’est autant qui ne va pas à l’investissement volontaire et spontané des entrepreneurs : c’est « l’effet d’éviction ». De plus, les choix d’investissement n’obéissent pas au critère habituel de la rentabilité, sauf à prendre en considération une « rentabilité publique », des « externalités » que par définition on ne peut mesurer et que l’on surévalue volontiers ; ainsi les projets dits « d’infrastructure » (transports, énergie, recherche) profitent à tellement de monde qu’ils en deviennent miraculeux ! L’important n’est pas le « retour sur investissement », mais la dépense en soi. Enfin, et c’est visible dans le discours de François Hollande, la rentabilité résulte aussi de « l’investissement humain », ce dont tout entrepreneur est conscient, soucieux de la qualité, de la formation et de la motivation du personnel, mais pour le Président il s’agit avant tout d’accroître les salaires et le pouvoir d’achat et surtout pas les revenus des actionnaires (il faut parler aussi comme les frondeurs et les cégétistes).

Le profit, seule source d’investissement

Notre président ne connaît sûrement pas le théorème du chancelier Helmut Schmidt : « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain, et les emplois d’après-demain ». La seule origine véritable de l’investissement est le profit. Et, si l’on veut soutenir l’investissement, il faut laisser les entreprises réaliser des profits. Le véritable soutien, c’est d’abaisser le taux de l’impôt sur les sociétés ; la France est championne d’Europe avec 36,1% (moyenne européenne 23,5%, Irlande 12,5%, Chypre 10%), mais c’est aussi diminuer le poids des cotisations sociales (parts patronale et salariale) qui au total se montent à 66% du salaire brut en France (contre 43% en Allemagne). C’est simplifier et stabiliser la législation fiscale et sociale. C’est assurer la flexibilité du marché du travail.

Le véritable soutien est encore idéologique : cesser de considérer le profit comme l’exploitation du travailleur par l’employeur et les actionnaires comme des rentiers qui mangent le pouvoir d’achat des salariés. Le jour où l’on fera enfin confiance aux entrepreneurs (comme dit Xavier Fontanet), les investissements reprendront en France. Pour l’instant, on ne va pas pavoiser parce que les derniers mois ont vu les crédits bancaires aux entreprises augmenter de quelque 3%.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Et qu’en est-il de la réactivité, la capacité de mettre en place très rapidement toutes les ressources humaines et matérielles pour développer une solution et s’installer sur un marché en prenant de vitesse ses concurrents ?

  • Très bon article, à mon avis! C’est une vision concrète de la Frnace, me semble-t-il, loin d’un libéralisme qui serait déjà actuel, mais proche des réalités présentes: par exemple, il est clair que le gouvernement, en allouant des fonds à des entreprises (paraît-il) va évidemment les confier à des administrations qui vont compliquer l’accès en exigeant un nombre irraisonnable de pièces pour le sacro-saint « dossier », ce qui fait qu’une part non négligeable a déjà disparu dans les frais « administratifs », gratuite, pour l’état qui la déduit de la somme, coûteuse pour l’emprunteur qu’on va faire patienter (perdre!), tracasser (perdre son temps) et à qui on donnera sans doute une réponse comme quand j’ai demandé ma retraite, en début d’année et que j’ai reçu en mars une lettre me disant que j’aurais une réponse en juin.

    Personne ne veut me croire mais l’administration, en France, c’est le 4ième pouvoir: celui de compliquer de chicaner d’emmerder ou même de refuser, à tort! Le service public veut bien dire que c’est le public qui est au service!

    Comptez déjà pas loin de 20% perdu sur les sommes prêtées.

    Ensuite, vous êtes prévenus; il faut que votre investissement inverse la courbe du chômage du président: vendez vos robots et revenez à plus de manufacture manuelle,: à demande constante de produits (les gens n’achètent plus!), il faut changer la méthode pour que plus en profitent!

    La comparaison avec la BCE ne tient pas: l’argent de la BCE ira dans des banques qui ne joueront pas plus sur le risque ou les intérêts pour autant!

    On voit donc que ce qui va changer, c’est, une nouvelle fois, l’affirmation d’un besoin d’administration qui fait d’ailleurs tout pour s’auto-entretenir et se développer! D’où les 57% de PIB bouffés par l’état contre 45% en Allemagne, chaque année creuse la différence!

  • De quels investissements parlons nous ? Alors que nous vivons dans l’opulence des produits venus d’ailleurs à des prix tellement bas, quel est l’intérêt d’investir dans des industries déjà saturées. Je n’ai vraiment pas l’impression que nous manquions de quoi que ce soit dans ce pays. Malheureusement, la France n’a plus besoin de ses usines. Il suffit d’aller se servir dans le marché mondial bien plus compétitif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

« Méfiez-vous de comprendre », nous prévenait Lacan. Comme quoi, la psychanalyse ne dit pas que des âneries. Chercher à justifier les mouvements des marchés d’actions, est-ce bien raisonnable ? Le plus souvent, ceux qui savent ne parlent pas, et donc ceux qui parlent ne savent pas non plus (contraposée). Mais cela n’empêche pas d’essayer de comprendre. Surtout lorsque les mouvements observés commencent à ressembler à ceux d’une crise majeure.

Déjà près de - 20 % pour les marchés d’actions américains et européens depuis le début de l’an... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles