Manuel Valls, quel cap ?

Six Français sur dix souhaitent que Manuel Valls maintienne le même cap économique… Mais quel cap économique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manuel Valls, quel cap ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 avril 2015
- A +

Par Stéphane Rossard.

Manuel Valls et Guillaume Bachelay credits Parti socialiste  (CC BY-NC-ND 2.0)
Manuel Valls et Guillaume Bachelay credits Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Six Français sur dix souhaitent que Manuel Valls maintienne le même cap économique, selon un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Mais de quel cap économique parlent les Français ? À quel « cap » font référence les instigateurs de ce sondage ?

Car pour se prononcer sur la question, cela présuppose l’existence d’un cap ! Quel Français, honnête, au jour d’aujourd’hui, peut précisément qualifier la politique économique menée par Manuel Valls ? Étatiste ? Keynésienne ? Sociale-libérale comme beaucoup nous le rabâchent ?

Personne n’est en mesure d’y voir clair. Pas mêmes les experts qui n’y retrouvent pas leur grille de lecture classique. Impossible de placer le curseur, tellement les priorités sont mal établies et surtout les louvoiements innombrables depuis l’arrivée à l’Élysée de François Hollande. Sans compter les compromis passés sous le manteau afin de sauver une majorité, qui tient plus du virtuel que du réel.

Depuis le début, le gouvernement navigue de Charybde en Scylla. Soit d’une absence de cap clair à une confusion sur la route suivie. L’illisibilité est sa marque de fabrique.

rené le honzec manuel vallsAinsi, un jour on loue et on déclare sa flamme aux entrepreneurs. Le lendemain, quand les chiffres du chômage révèlent l’inopérante politique économique, on les tance sévèrement et on les pointe du doigt pour les rappeler à l’ordre sur la trop faible création d’emplois, oubliant que c’est justement l’absence de cap qui douche l’enthousiasme des entrepreneurs à recruter.

Quant au louvoiement, l’une des plus belles et des plus emblématiques preuves est la mise en œuvre puis la suppression au 1er janvier 2015 – en catimini car mesure phare de la campagne présidentielle de François Hollande –  de la taxe à 75% sur les revenus supérieurs à un million d’euros.

Le plus troublant c’est que la politique économique conduite par Manuel Valls jusqu’ici, son fameux « cap », s’est échouée lamentablement sur le récif du chômage, faisant toujours plus de naufragés du marché du travail. Car pour l’instant le cap suivi par le Premier ministre a eu pour seul et unique résultat de lester toujours plus le navire déjà très encombré du nombre des sans-emplois. Les Français avaient-ils ce cap en tête au moment de répondre à la question posée ?  Dans ce cas, c’est à y perdre son latin. Comme il est déjà perdu, disons notre français. Ou, en l’occurrence, le bon sens économique.

En répondant de la sorte, c’est comme si les Français, lors d’une croisière, demandaient au capitaine de maintenir le même cap en dépit du fait qu’il se dirige  tout droit sur l’écueil qui causera sa perte. Comment peut-on appeler un tel comportement ? Si ce n’est une tendance suicidaire ?

Mais, mettons que la direction soit la bonne. Il aurait été très intéressant de demander aux sondés qu’ils citent spontanément une réforme structurelle qui incarne ce cap. Une réforme qui marquera de son empreinte la société et l’économie française des vingt prochaines années.

Peut-être la loi Macron aurait-elle été citée en premier ? Une loi qui traduit une volonté de réformer en simplifiant la vie des Français et celle de nombreuses professions en s’adaptant aux exigences et contraintes de notre époque marquée par une mondialisation qui impose son rythme, qu’on le veuille ou non. Mais c’est une loi incomplète, qui manque d’ambition et demeure surtout loin d’être de la nature de celles qui marquent un véritable tournant. Où il y aura un avant et un après.

Au vu de ce bilan calamiteux et ce manque de visibilité de la politique économique actuellement menée, comment les Français peuvent-ils ainsi largement applaudir des deux mains et en redemander ? Plutôt un mystère… Merci d’éclairer mes lumières grâce à vos commentaires et analyses.


Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • moi , en tout cas , je suis bigrement contente du travail du ps ; pensez ! mes charges sociales en tant qu’auto entrepreneur ont baissée ; si si ! sur 100 euros , je gagne 90 centime de pouvoir d’achat ! elle est pas belle la vie avec les socialistes ? …..

  • Pourquoi prêter une quelconque attention à ces « sondages » ?

    Après tout, on a eu quelques « sondages » grandeur nature il y a quelques semaines… vous vous souvenez on appelle ça des « élections ».
    😉

    Et le moins que l’on puisse dire est que le « cap » du Catalan et de ses complices… n’a pas été particulièrement applaudi, loué par les « électeurs » ?

    Non ?

    Bref. Le JDD et les instituts de sondage relèvent de la Shadock Science, du sapeur Camembert, du nimportanawak érigé en gaudriole manipulatoire.

    A jeter avec l’eau du bain, avec le bébé, la savonnette et tout le reste qui va avec !

    • Et vous, vous le connaissez le cap des grands gagnants que sont le FN et l’UMP ?

      • Non bien entendu. Car ces autres « caps » n’existent pas non plus.
        😉

        Mais n’oubliez pas : chez nous, en France, les élections sont « négatives ».

        On vote contre.

        Rarement pour.

        Donc, on peut dire qu’on a voté « contre » le cap du Catalan. Après le fait de savoir si ce cap, cette presqu’île, existe ou pas… ce n’est pas très important au fond.

        L’important c’est la rose, et le fait de virer le plus vite possible Valls et ses complices.

  •  » pas cap … « 

  • c’est clair et simple. Valls a pris le cap fixé par Benito Mussolin et par Philippe Pétain, et les français en redemande, comme ils faisaient déjà à l’époque.

  • Quelques commentaires :

    – Il y a deux lois Macron : celle qui nous a été vendue et que les Français ont compris comme étant le « cap » dont vous parlez : un pas vers le libéralisme et la ‘vraie’ loi, qui est un condensé de socialisme pur et dur, de renforcement de la réglementation et du remplacement des professions libérales par des fonctionnaires – sans doute une des lois les plus marxistes économiquement depuis les nationalisations de 1981…

    – La réalité du bricolage ‘programme commun v2’ révélée par la charte du PS de Nov 2014 : enrobage de fonction publique autour non plus du ‘grand soir’ mais du ‘dérèglement climatique’ sous fond de psychodrame Duflot-Aubry-Hamon

    http://www.contrepoints.org/2015/04/16/204674-rien-de-neuf-sous-le-soleil-socialiste

    – l’incarnation du pouvoir que tente de représenter Vals, dans un pays qui cherche désespérément à comprendre pourquoi ‘la loi’ et ‘la politique’ ne règlent pas les problèmes (contrairement à ce qu’on leur rabâche depuis le CP dans les cours d’éducation civique de l’EdNat)

    – le changement complet de paradigme droite-gauche : l’escroquerie FN arrive à son terme et les gens commencent à se rendre compte petit à petit du vrai paysage : à l’extrême gauche, les partis passéistes nostalgiques (FN et FG) populistes, ultra étatistes et nationalistes – à gauche le programme commun bobo (PS + verts) – et le reste (beaucoup de gens, mais très peu d’idées : les reliquats royalistes catholiques, ruraux, etc … mais surtout bonapartistes et libéraux … ) en train d’essayer de faire le tri entre les mythes Français et la réalité du monde de 2015

    C’est ce dernier mouvement, celui qui essaye de prendre le train de la ‘mondialisation’ en route que les gens croient identifier dans Vals : c’est le rôle que Flamby lui a demandé (à lui, à Macron et à Fabius) de tenir pour essayer de tenir le pays.

    Mais ne nous y trompons pas : comme d’habitude, il s’agit d’un holdup (comme les dernières lois : économiques, santé et sécurité nous le prouvent : du bon gros socialisme qui tâche)

    • l’escroquerie FN n’a encore escroqué personne et la réalité économique va sans doute s’inscrire rapidement dans son programme comme les réalités de l’immigration et l’insécurité l’avaient été précédemment

      • Escroquerie dans le sens socialiste pur et dur (corrompu, incompétent, menteur, étatiste, liberticide, démagogue …) et qui prétend ne pas l’être.

      • Un programme qui prévoit de faire tourner la planche à billets à plein régime comme en Argentine.Sans compter l’étatisation franche et massive de l’économie de ce pays…Donc mortel pour l’économie Francaise.Le seul point positif est la réduction de l’imigation massive qui a un cout certain pour la France.

  • Il faudra m’expliquer comment alors que moins de la moitié des citoyens ne s’exprime par ras le bol, que ce qui le font encore le fasse très majoritairement contre Hollande/ Valls, il puisse y avoir la moindre crédibilité quand on ose affirmer que 60% des français veulent qu ils maintiennent leur cap en quoi que ce soit mais surtout là…
    Ifop ne vous prend pas pour des jambons !

  • Le sondage s’explique. Pour comprendre, regardez les infos à la télé (si, si, forcez-vous un peu!). Vous y verrez la méthode Coué (spécialité hollandaise)à l’œuvre: « tout va bien, puisqu’on vous le dit », appuyée par des reportages biaisés, des micro-trottoirs sélectionnés, des statistiques tronquées. Du pur socialisme: la réalité ne compte pas, seul compte ce que les gens croient.
    Ajoutez à cela une petite amélioration à venir grâce à des circonstances extérieures (et pas au non-cap de Valls), et il ‘est pas impossible qu’en 2017, on s’en reprenne pour 5 ans…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Après avoir analysé la période mi-août à fin septembre puis septembre à mi-novembre, voici les résultats de la progression des personnalités politiques en termes d’audience sur Twitter de mi-novembre jusqu’à la fin d’année.

Résumé de la période

Pendant les 6 dernières semaines de 2021, après des épisodes peu reluisants (sur un stand d’armes, doigt d’honneur à Marseille…), Éric Zemmour a réalisé une belle performance lors de son meeting à Villepinte.

Personnalités politiques #abonnés au 11/11/2021 #abonnés au 01/01/2022 Croissa... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Un ensemble de sondages réalisés par BVA, Cluster 17 et Odoxa nous permet de mettre à jour le Baromètre Contrepoints 2022 de la probabilité d'être au second tour de la présidentielle.

Cette première phase des élections présidentielles est principalement marquée par les luttes entre les différentes tendances de la droite pour l'emporter auprès de son électorat.

La position de Valérie Pécresse s'affirme

Valérie Pécresse, dont vous pouvez lire l'interview ici, est le premier candidat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles