Pétrole : le chant du cygne de l’OPEP ?

Ce que révèle la stratégie de dumping de l’OPEP…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pétrole : le chant du cygne de l’OPEP ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 avril 2015
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

cygne credits Fabrice Helmbacher (CC BY-NC-SA 2.0)
cygne credits Fabrice Helmbacher (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Les cours du pétrole et la stratégie de dumping de l’OPEP m’inspirent principalement deux réflexions.

Primo, il est essentiel de comprendre que, pour les pays de l’OPEP et la Russie, le coût marginal d’extraction d’un baril de pétrole n’est pas une grandeur pertinente et ce, pour une raison très simple : les marges réalisées sur l’or noir sont, dans ces pays, une des principales ressources de l’État. Par exemple, il est tout à fait vraisemblable que les gisements d’Arabie Saoudite restent profitables même avec un baril à $20 ; seulement voilà, à ce prix-là, le royaume génère des déficits budgétaires colossaux ce qui, étant bien entendu que le niveau de la dépense publique est une condition essentielle de la stabilité politique du régime, place le royaume face à une simple alternative, s’endetter ou piocher dans le trésor de guerre. Mais si les Saoud peuvent s’offrir ce luxe, ce n’est en revanche pas le cas de la plupart de leurs camarades de jeu. Pour des pays comme l’Iran, la Russie, le Nigeria et surtout le Venezuela, les cours actuels du pétrole ne sont tout simplement pas politiquement supportables.

Deuxio, les technologies d’exploitation du pétrole de schiste existent et ne disparaitront pas. On peut bien sûr imaginer que l’OPEP, suite à un effort considérable, parvienne à acculer tous ces concurrents indésirables à la faillite – après tout, c’est ce que John D. Rockefeller a fait durant quelques décennies – mais ni les gisements étasuniens ni la technologie ne disparaîtront pour autant. Or voilà, si une exploitation de pétrole de schiste présente l’inconvénient de devoir forer continuellement, elle présente en revanche l’immense avantage de pouvoir être mise en œuvre très rapidement et pour des coûts très faibles. En d’autres termes, si les prix du pétrole remontent, on assistera plus que vraisemblablement à une renaissance de toute l’industrie.

Sur la base de ces deux idées très simples, on est tenté d’extrapoler ce qui suit : il est vraisemblable que (i) le pétrole de schiste a créé un plafond sur les cours du brut et (ii) nous assistons au baroud d’honneur de l’OPEP, prélude à sa très prochaine disparition.


Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Ca fait 40 ans que l’on parle de l’OPEP comme le grand manitou pétrolier. Qui « fait » le marché.

    Ce qui vous permet aujourd’hui d’annoncer sa disparition.

    Mais… quand l’OPEP a t elle fait office de groupe de pression… pour maximiser ses profits propres ?

    Au début. Peut-être.

    Mais ensuite ? Quand l’Arabie Saoudite a cassé les prix, sur ordre des américains, pour casser l’Union Soviétique ?

    Et après, ils ont simplement suivi. Ca a monté. Ca a baissé. Ca a remonté.

    Et puis de nouveau, un coup de chaud : il s’agit maintenant de casser la Russie, l’Iran, et par ricochet la Syrie etc.

    Les « quotas » de prod fixés sont violés systématiquement par ses membres.

    Si l’OPEP était ce que vous dites qu’elle est, ses membres auraient fermé les vannes fin 2014. Or l’Arabie Saoudite continue de pomper et de forer… à mort. Aujourd’hui même.

    Bref. L’OPEP a tout du faux-nez. Le truc qui permet de faire diversion, comme la lune et le doigt du sage.

    Le pétrole c’est d’abord et avant tout une arme géo politique, et le fait qu’il constitue l’ossature d’un système monétaire (et donc de pouvoir) : le pétro dollar.

    Dès lors continuer de parler de l’OPEP comme groupe qui « agirait » pour les intérêts uniquement financiers de ses « membres », genre syndic d’immeuble ou GIE… est un contre sens absolu.

    L’OPEP ne sert à rien. Ne servira à rien demain.

    Mais ça n’a absolument rien de nouveau.

    • Votre commentaire est étrange, vous semblez souhaiter payer votre pétrole cher et vous allez jusqu’à regretter que l’AS ai permit la chute de l’URSS (pour le plus grand bien de l’humanité). Aussi vous exposez le problème fondamental de ce cartel: il est composé de pays qui se détestent entre eux. Je ne vois pas pourquoi les pays compétitifs devraient se sacrifier pour la Russie ou l’Iran. Si l’OPEP est bien mort tant mieux, place au marché et aux bas prix. En plus on dira au revoir à quelques uns de nos socialistes les plus dangereux.

      • Sauf que l’Arabie Saoudite a intérêt à vendre son pétrole cher (d’autant que ses stocks sont limités).
        Si elle baisse les prix, ce n’est pas pour des raisons économiques, mais des raisons géopolitiques.

        • « Sauf que l’Arabie Saoudite a intérêt à vendre son pétrole cher »

          Comme tout le monde, mais elle le baisse bien pour des raisons économiques affin de maximiser ses parts de marché, couper la production pour faire monter les prix aiderait tout ses concurrents ce qui n’est pas dans son intérêt. Le fait que tout les régimes absurdes soient en difficulté montre surtout qu’ils sont socialistes et que le socialisme est un système terrible de gestion des ressources.

          • lol, quel est le rapport entre socialisme et Arabie Saoudite?
            Des fois je me demande si vous connaissez la définition des mots que vous employez, c’est ahurissant.

            Les fait est que le gaz de schiste est un moyen de production plus cher que l’extraction classique. Le seuil de rentabilité est – je crois – environ à 70$/baril.
            Si l’Arabie Saoudite coupait totalement sa production pendant 5 ans, ça ne l’empêcherai pas de revendre de nouveau à 70$ le baril après (puisque c’est le seuil de renta pour ses concurrents).

            Bref, vous racontez n’importe quoi, vous faites juste tout votre possible pour insérer le mot >socialisme<, même si ça n'a pas de rapport avec le sujet.

            Vous êtes un troll.

            • « lol, quel est le rapport entre socialisme et Arabie Saoudite? »

              Vous êtes incapable de suivre un raisonnement logique. Je vous cite:

              « Si elle baisse les prix, ce n’est pas pour des raisons économiques, mais des raisons géopolitiques. »

              J’en conclu que comme de nombreuses personnes vous pensez qu’elle baisse les prix pour nuire à des régimes qui ne l’aime pas et qui sont en difficultés, comme la Russie ou l’Iran. Hors je vous dis que cela n’est qu’un bonus pour l’AS, que sont comportement est avant tout économiquement rationel de son point de vue (celui de l’acteur compétitif au sein d’un cartel qui décide de faire cavalier seul car il ne pense pas que son sacrifice personnel sera rémunéré par la fiabilité de ses alliés non compétitifs dans le futur).

              On en arrive au moment ou vous me demandez « mais alors pourquoi les seuls régimes qui en pâtissent sont ceux qui luttent contre l’impérialisme américain ? »

              C’est ici que j’introduis le socialisme. Les USA défendant la liberté les régimes socialistes sont leurs ennemis mortels, car le socialisme ne peu tolérer l’existence que d’un seul homme libre sur terre. Hors en plus d’être totalitaire le socialisme est un système économique absurde qui ne fonctionne pas à cause des distorsions qu’il provoque dans le système de fixation des prix. C’est donc ce qui explique que les régimes qui sont le plus négativement affectés par la baisse du pétrole sont ceux qui s’opposent aux USA, car ils sont socialistes.

              « Les fait est que le gaz de schiste est un moyen de production plus cher que l’extraction classique. Le seuil de rentabilité est – je crois – environ à 70$/baril »

              ça dépend des puits et la technologie évolue.

              « Si l’Arabie Saoudite coupait totalement sa production pendant 5 ans, ça ne l’empêcherai pas de revendre de nouveau à 70$ le baril après »

              Si elle coupe la production cela provoquera une fuite de ces clients vers ses concurrents. Pourquoi alors qu’elle est compétitive donnerait elle ses parts de marché à des pays qui ne font que de la menacer ?

              « Vous êtes un troll. »

              De la part de celui qui dit « Staline n’a jamais eu de prétentions impérialistes » c’est plutôt un compliment.

              • Vu le nombre de fautes, votre manque de culture en économie, politique et histoire et le niveau de vos arguments, j’ai de plus en plus l’impression de m’adresser à un gamin de 12 ans.

                « Hors je vous dis que cela n’est qu’un bonus pour l’AS, que sont comportement est avant tout économiquement rationel de son point de vue »

                Ça ne serait économiquement rationnel que si les coûts de l’extraction par gaz de schiste diminuaient fortement, ce qui est loin d’être certain.
                Sinon, il vaut mieux vendre son stock à 70$ le baril pendant 20 ans, que le vendre à 55$ le baril pendant 15 ans.
                Mais vu que vous semblez incapable d’aligner deux nombres, je suppose que je perd mon temps.

                « Les USA défendant la liberté les régimes socialistes sont leurs ennemis mortels, car le socialisme ne peu tolérer l’existence que d’un seul homme libre sur terre. »

                Si vous pensez sérieusement que le but des USA est de protéger la liberté partout dans le monde, je ne peux plus faire grand chose pour vous.
                Déjà entendu parler de la dictature de Trujillo?
                Déjà entendu parler de Fulgencio Batista?
                Faut-il vraiment que je fasse la liste de toutes les dictatures que les USA ont soutenu et de toutes les révolutions que les USA ont combattu?

                Ce qui me fait le plus rire, c’est que vous trouviez l’Iran socialiste, mais que vous n’ayez rien à dire sur l’Arabie Saoudite.

                « Si elle coupe la production cela provoquera une fuite de ces clients vers ses concurrents.  »

                Pour les raisons expliquées plus haut, pas forcément.

                « De la part de celui qui dit « Staline n’a jamais eu de prétentions impérialistes » c’est plutôt un compliment. »

                1) Vous déformez mes propos.
                2) Par rapport aux USA on est loin du compte.
                3) Définition du mot impérialisme (vous semblez en avoir besoin) : http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/imperialisme/

                Je perd mon temps avec vous.

                • « Ça ne serait économiquement rationnel que si les coûts de l’extraction par gaz de schiste diminuaient fortement, ce qui est loin d’être certain. »

                  http://oilprice.com/Energy/Energy-General/Oil-Price-Crash-A-Blessing-In-Disguise-For-US-Shale.html
                  http://static1.businessinsider.com/image/54482ddf6bb3f7f669493878-1200-900/cotd-shale-breakevens.jpg

                  « Sinon, il vaut mieux vendre son stock à 70$ le baril pendant 20 ans, que le vendre à 55$ le baril pendant 15 ans. »

                  Il est encore plus rationnel de le vendre 200$ pendant 500 ans… D’où l’intérêt de la concurrence qui permet de faire baiser les prix. D’où l’intérêt des shale oil…

                  « Déjà entendu parler de la dictature de Trujillo?
                  Déjà entendu parler de Fulgencio Batista?
                  Faut-il vraiment que je fasse la liste de toutes les dictatures que les USA ont soutenu et de toutes les révolutions que les USA ont combattu? »

                  Cuba, excellent exemple. Le Cuba de Batista était le pays le plus prospère d’Amérique latine avant de devenir un des plus pauvre. Les libertés y étaient incroyablement mieux respectés que maintenant sous la dictature socialiste.

                  « Ce qui me fait le plus rire, c’est que vous trouviez l’Iran socialiste, mais que vous n’ayez rien à dire sur l’Arabie Saoudite. »

                  Ils vivent comme ils vivent depuis des siècles et nous menacent pas… Ils ne menacent même plus Israël c’est dire…

                  « Pour les raisons expliquées plus haut, pas forcément. »

                  Si elle coupe la production elle ne peut plus vendre de pétrole puisqu’elle ne le produit plus ! Ses clients devront donc aller voir ailleurs…

                  « Définition du mot impérialisme »

                  En quoi cette définition ne correspond pas à l’URSS ?

  • Article intéressant. Mais que pourrait-on en tirer comme conclusion sur le prix du pétrole ? Que le baril sera à 70 dollars durant une longue période ?

    • En 2007, peu de monde voyait le pétrole s’écrouler, ni même il y a un an, peut-être que le gaz de schiste risque de d’épuiser ou que d’autres technologies que le pétrole se développeront …

      Mais à court terme, un baril à 110 $ semble hors de portée et tant mieux …

  • Guillaume, la Russie ne fait pas partie de l’OPEP, si c’est ce que tu entendais par « camarade de jeu ».

  • A l’opposé du point deux, on peut spéculer que la « Renaissance de toute l’industrie » du schiste contribuera à une nouvelle baisse du prix, la mettant immédiatement hors-jeu.

    Sur le terrain, la situation est-elle aussi simple qu’un interrupteur à deux positions ? Quand bien même la technologie serait maîtrisée, une industrie se redémarre-t-elle par un simple claquement de doigts ? Le jour venu, les installations inutilisées seront rouillées, pillées, hors d’usage. Les employés et les capitaux se seront envolés pour d’autres cieux. On constate déjà la difficulté rencontrée pour seulement la suspendre, alors que les cuves débordent.

    Cette industrie souffre d’un écart de prix de revient trop élevé par rapport à ses concurrents. L’écart doit être comblé avant d’envisager une suite, que ce soit par l’innovation ou par les taxes.

    • « Cette industrie souffre d’un écart de prix de revient trop élevé par rapport à ses concurrents. L’écart doit être comblé avant d’envisager une suite, que ce soit par l’innovation ou par les taxes. »

      Je parie sur des concentrations et restructurations dans cette industrie au USA et …. sur l’innovation bien sur.

    • Et puis il y a un certain traumatisme, si vous avez perdu pas mal de pognon là-dedans, pas sûr que vous y retournez de suite …

  • Prospective intéressante. Il s’agirait maintenant d’écrire un article racontant la mort de l’OPEP et ses suites. On retiendra l’objection de Charles.

  • bonjour,

    on peut spéculer sur le marché du pétrole comme sur le sexe des anges de façon infinie, tant les parties prenantes et leurs motivations sont diverses.

    ce que je me dis néanmoins, c’est que :
    l’OPEP a été un groupe de pression qui a pris de l’importance dans les années 70, sous l’impulsion des pays du Golfe.
    comme dans tout groupe, il y a des meneurs et des suiveurs et un jour ou l’autre on voit naitre des divergences entre les membres.
    ma compréhension actuelle est que dans un marché qui connait une forme de tassement (ponctuel ou durable) en raison d’une pause de la demande mondiale, l’Arabie Saoudite a souhaité vivement s’affirmer et faire cavalier seul pour plusieurs raisons dont les suivantes :

    elle ne souhaite pas laisser des volumes aux autres en réduisant ses volumes propres,
    elle profite de l’occasion pour river leur clou et punir des acteurs qu’elle n’aime pas tels que l’Iran (qu’elle voit renaitre de ses cendres et qui pourrait faire un gros retour), la Russie (qui soutien la Syrie qu’elle n’aime pas) et le Vénézuela qui sombre dans le communisme.
    elle ne veut pas se faire tailler des croupières par des acteurs émergents ou réémergents tels que les USA et le Canada, et préfère donc leur faire boire la tasse en les asphyxiant par les couts.
    et surtout, elle en a les moyens. et elle est la seule a en avoir les moyens.

    je vois donc l’action de nos amis Saoudiens comme celle d’un acteur saoudien qui préfère compresser ses marges (et se faire un peu mal) pour préserver / augmenter sa part de marché en poussant ses volumes.

    et l’OPEP, elle s’en fout un peu. (beaucoup).

    • Autrement dit le cartel casse car le membre le plus compétitif se met à agir de façon rationnelle. C’est une bonne nouvelle pour des tas de raisons.

  • Le pétrole n’est qu’une forme d’énergie ; pratique car facilement stockable et transportable à peu de frais (car liquide), mais qui reste concurrencé par le gaz, le charbon, la lignite etc. Leurs prix relatifs sont fixés dans une fourchette par la technique de transport et de substitution.
    Dès lors le prix du pétrole ne peut plus monter trop haut

  • Ce qui a modifié profondément la donne en matière de pétrole c’est le gaz de schiste aux USA, car le gaz peut se substituer au pétrole (et inversement bien sur), ce qui a fait baisser la consommation de pétrole donc les importations des états-unis.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_aux_%C3%89tats-Unis#/media/File:History_of_energy_consumption_in_the_United_States.svg

    Même si l’OPEP arrive à mettre en faillite des producteur de pétrole de schistes, elle ne peut rien contre la compétitivité du gaz de schistes, donc plus cette énergie se développera plus elle se substituera au pétrole, et plus la marge de manœuvre de l’OPEP sur les contrôles du prix du pétrole sera réduite.

    • « Même si l’OPEP arrive à mettre en faillite des producteur de pétrole de schistes, elle ne peut rien contre la compétitivité du gaz de schistes, donc plus cette énergie se développera plus elle se substituera au pétrole, et plus la marge de manœuvre de l’OPEP sur les contrôles du prix du pétrole sera réduite. »

      +1

      La bonne nouvelle c’est que cela affaiblira toutes les dictatures socialistes qui nous haïssent pendant que ça rend notre économie plus compétitive. Comme quoi on a bien choisi nos alliés. Je ne demande si les récentes réserves de Lukashenko sur la zone d’échange eurasiatique ne sont pas du au fait que le seule avantage (aussi théorique qu’il soit) à rejoindre le camp de la folie poutiniste est entrain de disparaitre.

    • En fait c’est pas uniquement les « shale gaz » mais aussi la révolution du forage horizontal.

  • Sans parler des réserves importantes de Lanos colombiens
    Sans parler que la russie va surement tenter l’expérience Gaz & pétrole de Schiste…

  • Ils finiront par le boire leur… pétrole de malheur !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

services secrets russes
1
Sauvegarder cet article

Par Gaston Erlom. Un article de Conflits

Encore un livre sur l’espionnage par les sbires du Kremlin ? Oui, mais un très bon livre. Cet ouvrage doit être recommandé aux néophytes qui souhaitent acquérir d’emblée une vue synthétique des activités et des méthodes des services russes et soviétiques d’hier et d’aujourd’hui. Andreï Kozovoï nous offre en effet un panorama des principales actions et affaires connues, replacées avec soin dans leur contexte géopolitique, ainsi qu’une analyse fine des mécanismes de l’espionnage « russoviétique » ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles