Présidentielles 2017 : le marathon

Le regard de René Le Honzec.

marathon 2017 rené le honzec

On sait que Pépère préfère le sport en chambre, que Sarko footinge régulièrement et que Marine clope en loucedé… Mais s’ils ont tous entamé leur préparation au marathon présidentiel dès 2012, peut-on se risquer à un pronostic ? Pas facile, les uns et les autres faisant dans le n’importe quoi. Pouffy ne croit qu’en sa chance qui l’a déjà propulsé de M. 3% à la Présidence, et prie tous les jours un Dieu auquel il ne croit pas de lui amener la divine Croissance. Sarko laboure les cantonales, sème pour les régionales avec une absence de programme (ou une abondance de promesses, à vous de choisir) qui lui a fait perdre du terrain au profit de ses gentils coach, genre Juppé, Fillon, Lemaire, etc..), sans en perdre sur Pouffy et encore moins en gagner sur La Fille de Son Père : reste Marine qui vient de se délester d’un handicap qui peut accélérer son avance sur les deux perdants de 2012 (l’un par défaut, l’autre par délit de sale gueule). Mais une course n’est jamais gagnée avant la ligne d’arrivée, nous avons affaire à de vieux routards, qui le savent bien. En attendant, la France ne sera pas (plus) gouvernée, l’unique vision politique des trois prétendants de tête étant d’être élu.