Plaçons la loi sur le renseignement sous surveillance !

Le projet de loi sur le renseignement introduit 4 risques majeurs pour nos libertés : soyons vigilants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plaçons la loi sur le renseignement sous surveillance !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 avril 2015
- A +

Par Arnaud Dassier

Darth Vader is watching you - Credits Stéfan (CC BY-NC-SA 2.0)
Surveillance – Darth Vader is watching you – Credits : Stéfan via Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

 

La guerre que nous livrons contre le terrorisme islamiste est difficile. Elle n’est pas conventionnelle, et implique que nous nous protégions avec des techniques et des moyens nouveaux. Les terroristes se fondent dans la population, d’autant plus facilement qu’ils sont Français, sont mobiles, fonctionnent en petits groupes autonomes, et frappent par surprise. La responsabilité de l’État est d’anticiper ces actions, pour les éviter. Et pour cela, le renseignement est crucial.

Par ailleurs, comme on l’a vu avec la NSA, plusieurs États se sont déjà dotés de moyens de renseignement modernes qu’ils peuvent mettre aux services de leurs intérêts stratégiques ou économiques, y compris au détriment des intérêts de la France.

J’entends les demandes de nos services qui réclament de nouveaux moyens. Pourquoi se priver de ceux qu’offrent les nouvelles technologies, au risque d’en laisser le bénéfice aux seuls terroristes ou aux autres États ?

Une nouvelle loi sur le renseignement va être soumise au Parlement. Elle fait suite à plusieurs lois, dont certaines très récentes, comme la Loi de programmation militaire, qui ont déjà étendu les possibilités de surveillance. Ces lois créent une nouveauté importante, qui représente une véritable rupture dans notre Droit et notre tradition de séparation des pouvoirs. Désormais, l’administration – via la Police, l’Armée ou les services de renseignement – peut se passer de l’avis d’un juge pour procéder à des écoutes via des micros, des balises et des caméras ou à distance sur les téléphones, les ordinateurs, les réseaux sociaux et les messageries privées. Le renseignement exige de la réactivité et de la souplesse pour traquer des suspects ayant appris à changer souvent d’appareils de communication, mais aussi pour détecter dans leur entourage étendu les signaux faibles permettant d’identifier des risques. Les opérateurs techniques (FAI, réseaux sociaux, hébergeurs…) devront collaborer activement avec les services de renseignement.

Cette possibilité de surveillance élargie « au chalus » n’est pas sans risque. D’autant plus que les motifs la justifiant ont été étendus de manière assez large, en intégrant par exemple « les intérêts économiques et scientifiques majeurs ».

Le premier risque est celui de l’abus de pouvoir et d’une surveillance généralisée

surveillance rené le honzecNous devons faire confiance à nos services de renseignement, qui font un travail formidable pour nous protéger dans des conditions difficiles, mais pour autant ne pas être naïfs et insouciants. Tout pouvoir porte en lui un risque d’abus. C’est pourquoi l’expérience de la démocratie nous a appris à mettre en place des contre-pouvoirs et des organismes de contrôle. Nous devons être très attentifs à ce que la nouvelle Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) ne soit pas seulement un alibi, mais qu’elle ait réellement les moyens de mener à bien sa mission. Il faudra identifier et sanctionner durement toute dérive dans l’utilisation des écoutes. En 2017, nous devrons faire un premier bilan de cette loi et en tirer les conséquences, y compris mieux l’encadrer ou renforcer les moyens de contrôle si nécessaire.

N’oublions pas que les frères Kouachi étaient connus et surveillés peu de temps avant qu’ils passent à l’action. Leur surveillance a été malencontreusement abandonnée par défaut de communication et de coordination entre les services de la DRPP et de la DGSI mais elle avait fonctionné. Il n’y a donc pas de raison de penser que notre système de renseignement est défaillant sur le plan juridique ou technique. La loi sur le renseignement qui nous est proposée aujourd’hui n’aurait pas changé grand chose dans ce cas précis.

Les spécialistes du renseignement s’accordent à penser que le renseignement humain et l’infiltration demeurent les moyens les plus efficaces. C’est eux d’abord qu’il faut renforcer, en leur donnant plus de moyens humains et financiers.

Le second risque est celui de susciter des réactions contre-productives

Le risque de surveillance généralisée pousse les citoyens et les entreprises technologiques à mieux se protéger, rendant le renseignement encore plus difficile. Aux États-Unis, les révélations de l’affaire Snowden sur les pratiques abusives de la NSA ont poussé les grands entreprises de l’Internet, comme Facebook ou Google, à mieux encrypter leurs données pour les rendre plus difficiles d’accès. On voit émerger des messageries privées ultra-sécurisées, comme Telegram, qui ont justement pour but de protéger la vie privée de ses utilisateurs contre la surveillance des États.

À vouloir trop étendre les moyens de surveillance, ne risque-t-on pas d’encourager tout le monde, à commencer par les criminels et les terroristes, à mieux se protéger et se cacher, et créer ainsi une situation encore plus insaisissable et dangereuse ?

Le troisième risque est de créer un impact négatif sur l’économie

Avec le temps, on a parfois tendance à oublier les fondements de la prospérité que nos sociétés ont connu depuis le 18ème siècle. C’est le respect des libertés et du droit de propriété, principes fondamentaux des révolutions démocratiques, qui a créé le climat de confiance qui, à son tour, a permis l’essor de l’économie de marché. Société ouverte, liberté, respect de la vie privée, sont indissociables de la démocratie et du progrès économique. Ne l’oublions pas. En voulant trop les protéger, ne prenons pas le risque de les étouffer.

Les experts nous mettent en garde contre les risques économiques à long terme que portent les lois successives qui étendent les possibilités de surveillance des États. Elles pourraient dissuader certaines activités et entreprises qui préféreraient s’installer dans un pays où la confidentialité des échanges et les droits de propriété intellectuelle seraient mieux garantis. Ainsi, plusieurs hébergeurs menacent de quitter le territoire français pour éviter de perdre des clients à cause de la Loi sur le renseignement.

Le quatrième risque est de sacrifier trop de libertés pour peu de sécurité

Nous avons le devoir de défendre nos libertés et notre modèle de société démocratique et ouverte, aujourd’hui menacés par le terrorisme. Cette terreur a pour but de nous pousser au conflit et aux extrêmes pour mieux nous imposer son modèle de société totalitaire. C’est pourquoi nous ne devons pas abdiquer notre liberté et notre modèle de société pour une sécurité illusoire. Si nous sacrifions nos principes constitutionnels et nos libertés essentielles pour nous protéger des terroristes, alors nous leur aurons apporté une victoire symbolique et politique sur un plateau. Soyons vigilants. Très vigilants. Plaçons la loi sur le renseignement sous étroite surveillance.


Lire aussi : Loi sur le renseignement : le mythe de la surveillance de masse

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Vigilants, nous voulons l’être. La question est plutôt : nos politiques, ceux qui vont voter cette loi (parce-qu’elle va l’être), ont-ils le recul nécessaire pour l’être ? Ou simplement les capacités…?

    • « Vigilants », ça veut dire qu’on va encore une fois renoncer à s’opposer à une loi dont les éventuels bienfaits sont totalement invisibles derrière les effets pervers, au nom de la bonne intention affichée en seul argument. Opposons-nous franchement à cette loi, ça ne fait pas de nous des soutiens au terrorisme mais des soutiens au bon sens et à la liberté !

      • Arnaud prend pour postulat que la loi sera votée. Simplement parce que le parlement en a le pouvoir. Il se place après le vote.
        Si vous soushaitez que la loi ne soit pas votée, écrivez à votre député.

        • « écrivez à votre député »…
          Qu’elle soit votée (et il ne sera même pas présent à l’Assemblée le jour du vote) ou non ne change rien : c’est aussi [peu] efficace de lui écrire de l’abroger que de ne pas la voter…

  • @Arnaud Dassier
    « Nous avons le devoir de défendre nos libertés et notre modèle de société démocratique et ouverte, aujourd’hui menacés par le terrorisme. Cette terreur a pour but de nous pousser au conflit et aux extrêmes pour mieux nous imposer son modèle de société totalitaire. »

    Je crois qu’il faut arrêter de se voiler la face comme ça, et énoncer cette vérité qui n’en est pas.

    Le terrorisme actuel ne souhaite pas nous imposer quoi que ce soit, il souhaite seulement grandir et il utilise la peur pour qu’on lui foute la paix.

    Ce sont les gouvernements qui en profite pour je cite « mieux nous imposer son modèle de société totalitaire. »

    Le risque est de plus en plus grand de se faire arrêter pour des conneries que de sauter sur une bombe, alors qui sont les terroristes au final ?

  • Mr est vice-président du PLD, il est d’ailleurs possible de voir le succès des alliances passé ou futur du PLD, le président de l’UDI se déclarant « confiant dans l’état » avec ces lois du renseignement. Que d’influence libéral !

  • Le but est d’instaurer de fait la loi martiale en prévision de l’effondrement économique à venir.Pas de lutter contre quelques cinglés…

  • cette loi risque de poser pb car moi perso si je dois créer entreprise je ne vois pas intérêt de m investir en france un pays ou te te fais espionner par chiens collants

    alors que à côté il y a le luxembourg et ses avantages fiscaux

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Pass sanitaire
7
Sauvegarder cet article

Les choix techniques faits lors de la conception du pass sanitaire ne protègent pas le citoyen face aux abus de l’État. Bien au contraire, ils facilitent trois types d’abus dont deux sont déjà exploités.

Faciliter les décisions arbitraires

L’État a changé le pass sanitaire en pass vaccinal.

En pratique, il n’y a techniquement aucun changement de pass. Le pass sanitaire ne contient aucun laisser-passer, il doit en fait plutôt être baptisé certificat sanitaire car il contient uniquement votre parcours de santé.

Il ne porte ... Poursuivre la lecture

fin de la liberté patriot act surveillance
0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchard.

C’est dans l’émotion des semaines qui suivirent les attaques terroristes d’Al-Qaida sur le sol américain le 11 septembre 2001 que les États-Unis adoptèrent le Patriot Act, lequel mettait en place au nom de la guerre contre le terrorisme une société sous la surveillance d’un État policier et réduisait les libertés au nom de la sécurité. Cette loi a déjà vingt ans…

Le Patriot Act, une loi d’exception qui s’inscrit dans la durée

À la suite des attentats à la bombe du World Trade Center en 1993 et d’Oklahoma Ci... Poursuivre la lecture

Par François Jolain.

Décidément nos données de santé ne relèvent clairement plus du domaine privé.

Récemment j'évoquais les données de santé présentes dans le QR Code, et lisibles par tous. Maintenant c’est une fuite des hôpitaux de Paris qui laissent échapper dans la nature les données de 1,4 million de Français.

Depuis toujours l’informatique promet de stocker les données dans d’énormes entrepôts, des bases de données hébergées dans le cloud. Ces entrepôts sont fantasmés comme étant une étape nécessaire vers une plus gr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles