Le Canada attire toujours autant les jeunes

4500 titres de séjour pour l’année 2015 ont été distribués en moins de 5 minutes. Le PVT au Canada attire de plus en plus les jeunes Français.

Par Victoria Melville.

Oh canada credits  Ankakay (CC BY 2.0)
Oh canada credits Ankakay (CC BY 2.0)

 

Cette semaine a marqué une étape importante dans la vie de milliers de jeunes Français qui souhaitent bénéficier d’une expérience internationale au Canada : les permis vacances-travail ont été ouverts… et vite refermés, provisoirement en tout cas.

Qu’est-ce que le PVT ?

Le permis vacances-travail, pour ceux qui l’ignorent, est un titre de séjour permettant à un jeune Français de moins de 35 ans pour le Canada, moins de 30 ans pour les autres destinations que sont l’Argentine, l’Australie, la Corée, Hong-Kong, la Nouvelle-Zélande et Taïwan, de voyager pendant une durée limitée dans le pays d’accueil, tout en travaillant pour financer le voyage. L’attrait du PVT consiste surtout dans le caractère non sélectif de la procédure, permettant à des jeunes de tous horizons et de toutes formations de présenter une demande. De surcroît, il peut également permettre de s’installer à l’étranger dans une perspective de plus long terme, si l’expatrié formule une demande de résidence permanente par la suite. Certains pays choisissent de déterminer des quotas en fonction des nationalités, comme le Canada et d’autres non, comme la Nouvelle-Zélande.

Dans le cas du Canada, le dispositif existe depuis 2003 et connaît un succès croissant. Il faut dire que le Canada est l’un des rares endroits au monde où la maîtrise de la langue française constitue un réel atout. Ainsi donc, le nombre de permis ouverts est globalement en augmentation, de 3000 la première année à 6400 cette année. Si les premières années, les candidats ont eu jusqu’à plusieurs mois pour effectuer tranquillement leur demande en envoyant un joli dossier avec leurs informations personnelles, il n’en est plus de même aujourd’hui où tout est dématérialisé et bien vite consommé.

Le PVT Canada pour 2015

Devant le désir croissant des jeunes Français de découvrir le Canada, ses paysages extraordinaires, ses villes étonnantes et son marché de l’emploi flexible, les autorités d’Ottawa ont accordé cette année une augmentation de la durée du PVT. Alors que la plupart des pays n’accordent qu’un an de PVT, le Canada en accorde désormais deux, mais seulement pour les Français.

Deux sessions ont ouvert cette semaine, mardi et jeudi, pour l’attribution des premières tranches de PVT, 2250 places à chaque fois. La date de la dernière session n’est pas encore communiquée. Ayez bien en tête que lors de la première session, les 2250 titres de séjour se sont envolés en 2 minutes et 15 secondes et lors de la seconde, en 1 minute et 54 secondes. Le nombre de candidats était peut-être 10 fois supérieur au nombre de places disponibles et des milliers de jeunes sont repartis bredouilles.

Si vous êtes candidats pour la dernière session

Abordons les choses sous un angle pratique pour ceux qui sont intéressés par l’expérience. Tout n’est pas perdu, il reste encore 1900 places à attribuer et une liste d’attente sera constituée pour les places qui se libéreront du fait de candidatures non-conformes ou de désistements. Vous avez aussi naturellement la possibilité de vous préparer pour l’année prochaine où une nouvelle série de quelques milliers de titres de séjour sera proposée.

Vous pouvez vous renseigner efficacement sur le site de l’Expérience internationale Canada, où vous pourrez également découvrir que d’autres titres de séjour sont ouverts pour tenter l’aventure Canadienne. Le site Pvtistes.net et son riche forum pourront également répondre à vos questions de tous ordres.

Qu’en conclure ? Dans un pays où le chômage des jeunes atteint des sommets et où même ceux qui n’en sont pas les victimes trouvent leurs perspectives décourageantes ou simplement trop molles, il n’est guère étonnant qu’ils soient si nombreux à se précipiter sur cette possibilité d’évasion. Le Canada est, par de nombreux aspects, l’opposé de la France. Si l’on trouve des similitudes avec notre pays au Québec, notamment la pratique de la langue, ce qui peut rendre l’adaptation plus fluide, le Canada est un bien grand pays et Toronto, Vancouver, Calgary ou Edmonton offriront assurément un dépaysement total et un sentiment de liberté qu’on ne connaît plus guère ici.