Le Free State Project – Europe a besoin de vous

Participez à l’édification d’une société libre en Suisse !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
free-state-project

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Free State Project – Europe a besoin de vous

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 mars 2015
- A +

Par Gilles Laurent.

free-state-project
free-state-project

Certains parmi vous connaissent le Free State Project (Projet d’État libre), invitation aux libéraux et aux libertariens à se regrouper dans l’État du New Hampshire (États-Unis) afin d’obtenir une puissance politique suffisante pour imposer par le vote leurs choix politiques et économiques.

L’objectif est de réduire la place de l’État et de développer de façon optimale la philosophie libérale.

Un projet équivalent est en train de voir le jour en Europe. Il s’agit ici de rassembler 3.500 amoureux de la liberté en Suisse italienne, dans Le Tessin, cette région au cadre idyllique et surtout où le libéralisme authentique ne fait pas peur.

Le Tessin est un canton suisse situé au sud des Alpes, et qui bénéficie d’un micro-climat ensoleillé (2000 à 2300 heures de soleil par an).

Le système politique du Tessin est totalement proportionnel puisqu’il suffit d’obtenir 1% à 1,2% pour obtenir un élu au Gran Consiglio, le parlement local.

Le Tessin bénéficie également d’un système fiscal avantageux par rapport aux pays de l’UE.

– TVA 8%

– Pas de droits de successions en ligne directe

– Impôt sur le revenu raisonnable comparé aux pays de l’UE

On note également que les 3 plus grandes sociétés de raffinage d’or au monde sont implantées dans le Tessin : PAMP, Valcambi, Argor-Heraeus.

Nous sommes au stade bêta de ce projet puisqu’ un forum à déjà vu le jour, où vous pouvez déjà échanger avec d’autres  »Free Staters » et nous sommes déjà 3.455 membres sur la page facebook.

Pour nous permettre de tenir un stand pendant la European Student For Liberty Conférence, qui se tient à Berlin du 10 au 12 Avril 2015, nous souhaiterions solliciter le plus de monde via une campagne de crowdfunding sur le site Gofundme afin de financer le stand,les frais de transport et du merchandising pour informer les libéraux de ce projet.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Merci pour l’info je l’avais loupé celle_là.

  • D’ailleurs il en advient quoi du FSP dans le New Hampshire ? ça fait longtemps que j’en ai pas entendu parler.

    • Theoriquement ils sont entre 15 et 20 000 donc si les gens tiennent leur parole, la grande migration de 2015 devrait commencer chez eux…
      Et nous dira rapidement si c’est une utopie ou si les libertariens qui s’ etaient engagés a demenager sont de reels activites liberaux…

      • « ils sont entre 15 et 20 000 »

        Il ne seront jamais assez nombreux pour changer quoi que ce soit au New Hampshire.

        • Et pourtant, il y a de plus en plus de free staters élus à la Chambre des représentants du NH. Si j’étais vous, j’éviterais de prendre les paris, ils sont en bonne place de faire changer les choses et ont déjà permis d’éviter deux trois conneries liberticides en s’y opposant.

          • « ils sont en bonne place de faire changer les choses et ont déjà permis d’éviter deux trois conneries liberticides en s’y opposant. »

            C’est bien possible mais 15-20 000 personnes sur 1.3 million d’habitants c’est une goutte d’eau, ce n’est pas cela qui fera des miracles.

            • 15-20 000 c’est le nombre de militant pastèques sur la France.
              15-20 000 sur 1,3 million, soit 1 à 2% de la population, c’est proportionnellement plus que tous les adhérents de tous les partis français.
              N’étant pas extra-lucide je ne sais pas si ça fera des miracles, mais affirmer le contraire me semble très défaitiste.

              • Oui, c’est peu, maintenant, mais ça ne veut rien dire.
                Personne ne connait l’avenir.
                Si on essaie, pas, ça ne se fera pas.
                Si il y a 2 % de militants, ça suffit pour créer un mouvement.
                Un mouvement peut faire parler de lui (technique de la « rumeur » ou du bouche à oreille).
                En votant pour le ou les mêmes candidats, 2 % ça compte!
                Qui dit que les idées ne plairont pas à d’autres?
                Les citoyens U.S. ne sont pas connus pour se déplacer en masse, aux élections!
                Le nombre d’habitants importe moins que le nombre de votants.
                Le parti libéral fédéral ne devrait pas voir ça d’un mauvais oeil.
                On sait que les partis, dans ce pays, vivent de dons, pas de subventions!
                Donc il faut convaincre quelques fortunés!
                De puis quand, le « rêve américain » n’existerait plus?
                Tout dépend de la cohésion du groupe: un effet « boule de neige » reste à créer.

            • 15000 à 20000 personnes motivées et actives (et il faut l’être pour participer à un projet pareil. Emigrer au New Hampshire c’est une sacré preuve d’engagement) représentent une force sur laquelle il faut compter. Sur une population de 1.3 millions d’habitants, ça fait une sacré base militante. Je serais étonné que d’autres partie disposent d’autant de militants sérieux (c’est à dire motivés et actifs) au NH.

      • ça sera une expérience intéressante, mais même ça risque d’être insuffisant pour peser au niveau des Etats, l’impact serait municipal au mieux.

        • Et encore, a supposer qu’ils se concentrent en un même point.

          • Je ne crois pas: quasi tout le monde a eu, un jour ou l’autre, la visite de « témoins de Jéhovah » à sa porte: ils sont 250 000, en France, en tout et pour tout.
            Je suppose que tous ne font pas de la visite!
            Ils sont donc assez efficaces, sur ce point. Et ils ne sont pourtant que 3,8 / 100 000 habitants!
            (J’ai pris cet exemple car leur visite se fait très fréquemment, en vain. Mais motivés, ils persévèrent! Je ne veux en aucun cas « prêcher pour leur chapelle », soyons très clairs! Je ne pense pas du tout comme eux, cela ne m’empêche pas d’avoir de la considération pour cette démarche bénévole qui demande sans doute une conviction, sans plus. J’aurais pu prendre le téléthon ou la Croix Rouge, mais les témoins de Jehovah ne prennent pas du tout d’argent et offrent leurs petites revues gracieusement. Cela correspond plus à une démarche pour se faire connaitre et attirer des sympathisants.)
            Mais le fait d’être dispersés dans l’état les aidera dans le recrutement.

            • D’ailleurs en parlant de Mormons ils se sont tous réunis dans l’Utah et ont créé une communauté qui possède l’essentiel du pouvoir là-bas, dominant l’économie, la politique et très actifs, faisant de l’Utah un Etat unqiue aux US. Le New Hampshire pourrait un jour, dans plusieurs décennies, l’Utah des libertariens.

        • Si vous aviez raison, jamais le PS ou EELV qui pèse dix fois moins ne nous ferait pas autant chier …
          Le truc c’est qu’électoralement un électeur vaut 1 quand un million d’abstentionnistes valent 0. Et qu’un militant vaut 10 ou 100 électeurs moyen.

  • Lol dans le Tessin, le canton le plus anti immigrée de Suisse…

    A la place des promoteurs de ce projet n’éviterez d’aller enquiquinez les Tessinois.

    • Si c’est bien le cas, c’est probablement tout sauf le fruit du hasard. Les Tessinois auraient bien raison de répondre : allez plutôt créer un environnement favorable à la liberté chez vous plutôt que de venir en profiter chez les autres.

      • « Si c’est bien le cas, c’est probablement tout sauf le fruit du hasard. Les Tessinois auraient bien raison de répondre : allez plutôt créer un environnement favorable à la liberté chez vous plutôt que de venir en profiter chez les autres. »

        C’est sur, s’ils sont content de leurs situation, il est bien normale qu’ils ne souhaitent pas que des hordes d’étrangers débarquent chez eux et change tout leurs cadre de vie.

    • C’est principalement avec les frontaliers qu’ils ont du mal pas avec les gens qui s’installent là bas.

      • « C’est principalement avec les frontaliers qu’ils ont du mal pas avec les gens qui s’installent là bas. »

        De l’aveu même des suisses, les tessinois sont assez xénophobes, la preuve ils votent très massivement en faveur de toutes les initiatives anti islam ou anti immigrés, d’ailleurs le deuxième part de ce canton est la ligue du Tessin, un parti régionaliste anti immigré allié a l’UDC.

        Mais on ne peut pas dire qu’ils ait tord.

        • J’ai effectivement un peu de mal à imaginer la Suisse, et particulièrement le Tessin, comme emplacement idéal pour un tel projet. Personnellement, j’aurais plutôt vu l’île Maurice comme un pays plus approprié et mieux dimensionné pour un Free State Project – mais bon c’est pas en Europe.

  • Des fois on se demande si un bout de la France ne finira pas par faire sécession. Tout une partie de la population, répudiant l’excès de socialisme, exigerait un statut de relative autonomie par rapport à l’étatisme ambiant. Quitte à se regrouper sur un territoire.

    Par exemple la Bretagne. C’est juste un exemple hein, je ne suis pas Breton, patapé. Les Bonnets Rouges appellent les libéraux à se déplacer chez eux et à former une région spéciale.
    Les socialisants du crû sont prévenus que leurs lois de l’Etat-nounou vont disparaître, à eux de choisir.
    Bon, faudra rendre l’Île Longue et ses sous-marins, et trouver des sources d’électricité. Pas simple.

    Si la France entre en violentes convulsions socio-politiques dans les prochaines décennies, il n’est pas impossible que la sacro-sainte continuïté du pays soit démantelée !

    • Comme si un conseil régional allait déclarer la sécession…

      • Le but n’est pas la sécession, mais plutôt maintenir la situation de liberté déjà présente.

      • Négocier un statut spécial, ça se fait. Avec suffisamment de gens suffisamment bruyant, c’est peut-être jouable.

        C’est pas comme s’il était impossible de foutre la pression aux politiques.

        Cela dit, si je voulais monter un free state project, je viserais plutôt un territoire hors-UE. De ce point de vue, la Suisse n’est pas une mauvaise idée, même si ça ne serait pas la mienne.

    • Quand je vois le décalage de mentalité qui existe entre Paris et la province, j’ai l’impression que cette sécession s’est déjà faite.

    • La Bretagne est socialiste depuis des lustres.
      C’est vrai, récemment, les Bonnets Rouges ont manifesté leur déception.
      Mais regardez la récente carte de France politique issue des départementales : seuls deux villages Gaulois résistent à l’envahisseur, et l’Ille-et-Vilaine (sauf Rennes, poids de la fonction publique oblige) est traditionnellement de centre droit depuis toujours.

      Il faudra trouver mieux

  • Dans le même style mais à un échelon plus petit on a les « Liberty cities » au Texas:
    http://www.texaspolicy.com/library/doclib/LibertyCity-CLG-1.pdf

  • Quelle excellente idée j’adore je vais chercher une maison pour mes vieux jours.

  • Et quand on est pas Suisse on fait comment pour voter ?

    • De plus il s’agit du seul canton exclusivement italophone …

      C’est un projet qui n’a pas été très réfléchi j’ai l’impression ou alors ils ne veulent que des italiens =)

      • Contrairement aux Français les habitants du Tessin parlent plusieurs langues 😉
        Mais cela doit vous faire peur d’apprendre l’italien c’est vrais que c’est une langue extrêmement difficile surtout pour un Français

    • Qui vous a dit qu’il fallait être suisse pour voter dans le canton?
      Nul besoin d’avoir la nationalité suisse pour voter.

  • Ayant vaguement penser à un projet du genre, j’avais pensé aux commune mortes pour la France. Pour le symbole, pour leur localisation (pas loin de l’Allemagne et du Luxembourg), pour l’absence totale d’investissement public (pas mayen d’accuser les gens d’avoir profiter du système…) et pour les commodité administrative de l’existence d’une commune sans habitant. J’avais aussi penser à une île, mais en fait elles coutent toutes à la collectivité nationale et les habitants souvent nombreux ne sont pas prêt à perdre les avantages correspondant. Les communes mortes n’ont pas cet inconvénient.
    On n’imagine pas toutes les possibilités dont un maire dispose ; avec ses pouvoirs de police il peut faire chier de façon bloquante tout fonctionnaire qui voudrait emmerder ses administrés (sauf la police nationale, et encore …). Avec ses pouvoirs réglementaires et fiscaux ils peut contrecarrer l’URSSAF, le RSI, etc. Il a juste besoin de taxer ces organismes, sous un quelconque et parfaitement inique prétexte, d’un montant égal à ce qu’ils réclament à ses administrés (majorés de frais de gestion, faut pas déconner 😉 ) puis de leur rendre sous forme de subvention.
    Il n’est pas compliqué de monter une société HLM fictive rendant la totalité des logements « sociaux » au sens SRU
    etc.
    En utilisant habilement les lois française, il est possible d’instaurer une zone pas parfaitement libérale (faut pas rêver), mais pas loin.
    Par contre c’est un boulot énorme, dont les tribulation de Laurent C. ne donne qu’un vague aperçu

    • Il est peut-être possible d’essayer de passer par un statut de micro-nation (ça parait compliqué, mais c’est peut-être faisable), puis d’occuper un territoire, et essayer de faire sécession.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

À l’époque où très nombreux sont ceux qui se posent des questions sur le fonctionnement de notre démocratie on peut suggérer de regarder comment elle fonctionne ailleurs… même si cette approche va se briser sur l’argument très connu « À quoi bon ? Chez nous c’est différent ! »

C’est bien dommage car l'une des façons les plus simples de réfléchir c’est d’aller voir les pays où ça fonctionne, exercice d’autant plus facile que l'un de ceux qui marche le mieux au monde a des frontières communes avec le nôtre. Il s’agit de la Suisse.

La... Poursuivre la lecture

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles