Élections : le pathos de François Hollande

Le problème de ces élections, pour François Hollande, c’est l’abstention et le Front national. Seulement, si on approfondit un peu, est-ce vraiment le cas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Élections : le pathos de François Hollande

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mars 2015
- A +

Par Claude Robert.

François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre  Solfé Communications (Creative Commons)
François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

 

« Aujourd’hui la question c’est l’abstention » et « le score du Front national », a déclaré le Président après avoir voté le matin lors des élections départementales ce dimanche.

Cette phrase résume parfaitement le pathos actuel du pays, et pas seulement celui d’une classe politique à bout de souffle et déconnectée du réel. Elle contient d’ailleurs deux profondes mystifications, parfaitement perverses, qui en disent long sur l’intégrité de notre Président :

L’abstention n’est pas le problème, elle en est la conséquence !

Inciter les électeurs à voter, le matin d’une élection, alors que l’on a passé plusieurs années de sa vie à leur mentir, d’abord au sein du PS, puis ensuite à la tête de l’État, c’est tout simplement du cynisme. On donne des leçons au peuple le jour des élections. Mais on le méprise continuellement. Pendant la campagne présidentielle, on flatte ses instincts les plus bas en promettant de prendre l’argent aux riches. Puis devant l’échec patent de cette stratégie, deux ans plus tard, on minimise les faits, on répète en boucle « je maintiens le cap » et on fait diversion.

En France, il y a bien sûr beaucoup d’électeurs qui votent avec les yeux et qui peuvent changer d’avis au dernier moment sur la bonne mine d’un candidat. Il sont également nombreux, vierges de toute notion d’économie (les enquêtes internationales comparatives nous placent en médiocre position), à être capables d’enfourcher les promesses les plus mirobolantes.

Mais tout de même, ce taux d’abstention a quelque chose de tout à fait positif par ailleurs. Il montre que les français lassés par les mensonges à répétition et écœurés par cette morgue condescendante d’une classe politique française d’un autre âge, sont légion. Celle-ci a tellement failli à sa mission, elle a tellement enfumé le peuple qu’une partie significative de celui-ci ne lui accorde plus aucune crédibilité. Alors, pourquoi se déplacer vers les bureaux de vote ? Ces citoyens las et découragés estiment que la démocratie ne fonctionne plus. Dont acte, ils ne votent plus. Au moins, ils ne sont pas dupes.

Hélas, le message que les abstentionnistes envoient à l’attention de la classe politique ne semble même pas susciter son inquiétude. Imaginons un instant un Président honnête et intentionné. Devant de telles prévisions de taux d’abstention, car ce n’est pas la première fois que cela se produit, il se remettrait en cause. Il tenterait d’analyser son bilan d’une façon objective, en s’y faisant aider si nécessaire, ou en scrutant les avis des experts et autres économistes indépendants. Il regarderait les chiffres du chômage, de la croissance et de l’endettement. Et il ne se déroberait ni devant l’autocritique ni devant ses propres responsabilités. Enfin, il ne nous parlerait pas du danger de l’abstention ou du vote FN le matin des élections. Car il aurait fait en sorte d’éviter d’en arriver là. Et il nous parlerait des vrais problèmes : une compétitivité en berne, un chômage de masse, une exclusion qui alimente le terrorisme (y compris religieux), un endettement problématique.

Le vote FN n’est pas le problème, il en est la conséquence !

Parmi les gens qui n’espèrent plus rien de la classe politique, il y a également ceux qui votent encore et qui se rabattent sur les partis « antisystème ». Ce choix n’est pas stupide non plus, il obéit même à une logique assez solide. À la différence d’un abstentionniste, un électeur du Front National (comme du Front de gauche) espère en effet qu’il soit encore possible de dynamiter la classe politique de l’intérieur, en votant pour des partis trublions. Plutôt que de se laisser faire en ne prenant plus part à la vie de la cité, l’électeur antisystème reste actif. Du fond de l’isoloir, il envoie symboliquement des scuds à l’attention des politiques dont il exècre le comportement. À coup sûr son geste le soulage. Et lui donne probablement quelques frissons de plaisir, ceux là-mêmes que l’on ressent lorsque l’on provoque plus gros que soit tout en piétinant les règles de la bienséance.

Tout comme celle des abstentionnistes, cette stratégie comporte des risques. Elle est évidemment naïve car elle fait le pari que les partis trublions (Front de Gauche, Front National) sont capables de redresser l’économie du pays. Or les programmes de ces deux partis, qui sont par ailleurs très proches l’un de l’autre, sont basés sur des ficelles grotesques et des recettes populistes qu’aucun économiste sérieux ne cautionne. Pire, les promesses des deux Fronts sont mensongères. Car personne dans ces deux partis n’avertit clairement l’électeur du coût qu’il devra payer en cas de mise en place des mesures préconisées (parmi ces omissions, la plus monumentale concerne de toute évidence la sortie de l’euro).

Enfin, cette stratégie qui se voudrait disruptive, puisqu’elle vise à virer l’oligarchie qui nous dirige, est récupérée par elle, et lui sert de diversion. Ce jeu s’avère d’ailleurs paradoxal, et potentiellement toxique. Car d’un côté, les électeurs excédés sont de plus en plus nombreux à céder aux sirènes populistes. De l’autre, les politiques au pouvoir brandissent de plus en plus le chiffon rouge. Ce qui ne peut qu’exciter un peu plus l’électorat concerné.

Cela fait des années que les analystes sérieux disent qu’il est stupide de stigmatiser le FN et ses électeurs car le succès de ce parti n’est pas un problème mais une conséquence. Cependant, si la classe politique continue de claironner ou de se diviser à son sujet, c’est sans doute parce qu’elle y trouve un intérêt. Celui de faire diversion, et de ne pas endosser ses responsabilités dans le déclin lent mais puissant de notre pays.

 La France, une apparence de démocratie

Ce qui est désolant dans cette histoire, et on en revient toujours à cela, c’est qu’abstentionnistes et électeurs antisystème sont tous deux les victimes d’une même manipulation. Et cette manipulation n’est pas prête de s’arrêter. Pourquoi ? Parce que, en réalité, la démocratie française n’est plus qu’une représentation symbolique de ce qu’elle devrait être. La possibilité de pouvoir glisser dans une urne, loin de toute influence, le bulletin de vote de son choix le jour d’une élection nous berce d’illusion. Derrière cette apparence, un cercle vicieux s’est emparé de notre pays. Il tourne à plein régime. Il se caractérise par les phénomènes suivants :

– pendant les études secondaires, l’Éducation Nationale façonne des générations d’étatistes, incultes en économie et en histoire mais épris d’une fausse morale très idéologisée

– l’Université prend ensuite le relais chez bon nombre d’étudiants et consolide cette morale qui ne dit jamais son nom mais qui impose un système de valeur particulièrement pervers

– l’endoctrinement chez les adultes se poursuit grâce aux média dont la plupart (74% des journalistes ont voté F.Hollande en 2012 !) reproduisent les mensonges d’État sans la moindre retenue, tout en diabolisant par la même occasion les idées libérales ou socio-démocrates, ce qui empêche leur émergence

– la classe politique elle-même formatée par l’Éducation Nationale puis par l’ENA, et confortée par la mainmise idéologique qu’elle a su instaurer sur les médias, perpétue sans aucune difficulté le mensonge de gauche auprès des électeurs

– les électeurs sont rares à comprendre les subtilités entre partis et le réalisme des mesures qu’ils proposent. Les deux formations dites « extrêmes » préconisent à peu près les mêmes solutions économiques anti-libérales (et irréalistes) tandis que rares sont les leaders de l’UMP à ne pas tenir le même discours que ceux du PS. Le barycentre de l’offre politique se situe clairement et depuis longtemps au PS

– au-delà de quelques exceptions ponctuelles, l’abstention et le vote populiste prospèrent (le taux de participation des départementales est certes meilleur que prévu mais 49% des électeurs ne se sont pas déplacés ! Quand au score du FN, à 25%, il progresse et dépasse le PS seul)

– le gouvernement actuel, encore plus mauvais que les précédents, n’est challengé ni par des partis concurrents crédibles, ni par des médias critiques, ni par des électeurs à la fois actifs et avisés. Il a donc tout le loisir de poursuivre ses atermoiements et ses errements idéologiques…

article éradiquons le socialisme

Le grand perdant est la France. Les chances qu’elle puisse rompre ce cercle vicieux ne s’améliorent pas. Chaque jour d’élection qui passe présente un risque accru d’une poursuite de la politique suicidaire actuelle, ou d’une prise de pouvoir par un parti populiste au moins aussi frappadingue.

On peut supposer que dans cette relation circulaire néfaste impliquant les quatre principales variables que sont [les partis politiques], [les média], [l’éducation nationale] et [les électeurs], il faudrait qu’au moins deux de ces variables changent en même temps, profondément, et dans la bonne direction.

L’Éducation nationale n’a un effet qu’à long terme et ne constitue donc pas le levier le plus réactif. De même qu’il serait tout aussi vain d’espérer que les moins informés des électeurs se passionnent tout d’un coup pour l’économie et l’état réel de notre pays.

Restent donc les deux autres leviers : les partis politiques, et les médias. C’est de leur côté que se trouve un quelconque espoir d’une sortie de cette spirale dangereuse. Ne suffirait-il pas en effet d’une offre politique véritablement réformatrice, simultanément associée à un désenvoûtement idéologique des médias, c’est-à-dire à un sursaut de réalisme et de compétence de leur part ? Cela ne permettrait-il pas une réaction salutaire chez les électeurs ?

On peut toujours rêver… De tels changements sont tellement improbables…

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Cet Homme, représente si bien la France !

    Laissons le donc la détruire jusqu’au bout.

  • Bonjour,

    dans votre schéma, j’aurai rajouté un trublion de taille: Internet. C’est grâce à ce super-média totalement libre et indépendant que les gens s’émancipent et finissent par comprendre la désastreuse situation de notre pays. Maintenant, ce n’est clairement pas par les élections que nos vies changeront. Il faut chercher ailleurs, dans son propre libre-arbitre.

    • Les élections sont la tentative utopique et sans avenir de remplacer la véritable élection, celle du quotidien, à savoir le marché libre. La clé est la libération du marché de son assujettissement à l’Obèse. Et cela passe par la faillite de ce dernier, faillite économique, financière et monétaire bien sûr, mais également faillite sociétale et morale, toutes déjà bien entamées. Il faut s’armer de patience. La libération approche, même si on doit s’attendre dans l’intervalle aux derniers sursauts de violence de l’agonisant aux dépens de la population.

      Que les collectivistes jouissent bien de leur cigare, tant qu’ils le peuvent…

  • N’oublions pas que notre Président a été élu par le corps électoral français ( 1.5 % de voix en plus que Sarkozy et une petite quarantaine de % d’abstentions , votes blancs et nuls …oui …je sais) …

  • Quand je pense que toute « l’intelligentsia française » a appelé a voter pour lui , c’est hallucinant.

  • La France n’est pas le problème, elle est la conséquence.

  • le problême de tout élu , c’est son autisme….une fois le pouvoir entre leurs mains s’entend…

  • Tout est dit, sauf un élément qui manque encore pour finir le portrait de notre « république », ou de notre « démocratie », termes désignant exactement la même chose.

    Il s’agit de notre système électoral, complétement verrouillé, qui rend quasiment impossible l’entrée de nouveaux partis, et encore moins leur représentation dans les gradins de l’assemblée nationale. Il n’est pas possible de bousculer le paysage politique français, ni d’inquiéter les 2 partis-dinosaures UMPS, seul un écroulement total de ce système permettra d’envisager un renouveau.

  • L’article que vous citez est à coté de la plaque. Il faut replacer le vote FN dans son contexte européen, car il n’y a pas que les Français qui votent à l’extrême droite. 
    Ce vote traduit le refus de la destruction de leur civilisation par un nombre croissant d’européens.
    Il est regrettable que les libéraux continuent à se fourvoyer et à collaborer à cette œuvre de destruction. 

  • La situation de la France est catastrophique, et de cela tout le monde est d’accord. Plus que 2 Mille milliards de dettes, une immigration énorme et non maîtrisée, du communautarisme dans les villes, une éducation nationale calamiteuse et couteuse, une industrie en panne, une insécurité terrible, une armée qui demande aumône, les Français de souche brimés (même niés), une police et gendarmerie mal équipés, des impôts pharamineux, la liberté d’expression muselée bref nous sommes en EURSS. Mais les Français sont contents, même vous qui écrivez cet article. Franchement : Peut-on faire PIRE ??? je ne le pense pas.
    Moi ce qui me sidère, c’est que 75% des Français votent UMPS. Le grand remplacement est en marche et 75 % des Français votent oui à ceux qui l’organisent.

  • Le schéma électeurs-partis politiques-medias-ednat a ceci de remarquable que la propriété, l’entreprise, le marché, la société civile, en sont absents. Tous ce qui est proche du monde réél, l’efficacité, la subsidiarité est omis. Notre République est un régime de l’abstraction : pays un et indivisible, aucun religion aucune ethnie n’est reconnue. Le mariage unisexe est l’emblème du régime.

    Pour se sortir de ce tas de fumier, organiser ses propres intérêts en partant de soi et de ses proches, pas des autres ou de l’anti-discrimination ! (chacun peut se défendre gräce aux droits civiles). Famille, métier, paroisse (ou son équivalent), communauté locale (si possible choisie). Une fois relié aux autres, chacun se trouve en mesure de résister à l’Etat et aux politiciens lorsque leurs demandes sont infondées ou excessives (ce qui arrive souvent).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Par Marie Neihouser, Felix-Christopher von Nostitz, Giulia Sandri et Tristan Haute.

 

Le vote en ligne est souvent évoqué ces dernières années comme une solution pour lutter contre la hausse de l’abstention. Emmanuel Macron avait par exemple prévu dans son programme de 2017 de généraliser le vote électronique d’ici 2022. Si la promesse n’a pas été tenue, le contexte de crise sanitaire et la distanciation sociale généralisée qui s’en est suivie tout autant que l’abstention massive de ces dernières années (26 % d’abstention a... Poursuivre la lecture

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles