Gluten, lactose, oligosaccharides ? Une nouvelle arnaque ?

L’intolérance au gluten ou au lactose est-elle une légende ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hamburglar credits Charles Rodstrom (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gluten, lactose, oligosaccharides ? Une nouvelle arnaque ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mars 2015
- A +

Par Jacques Henry.

hamburglar credits Charles Rodstrom (licence creative commons)
hamburglar credits Charles Rodstrom (licence creative commons)

Depuis qu’on a « cartographié » le microbiome intestinal, la nouvelle mode des diététiciens est de faire en sorte que nous prenions soin de nos gentilles petites bactéries et toutes les extravagances sont autorisées. Le filon est en effet juteux pour ne pas dire appétissant car il y a des profits à portée de main. Tout a débuté avec la controverse sur l’intolérance au gluten à la suite d’essais en aveugle réalisés à l’Université Monash en Australie qui montrèrent, mais il ne fallait pas trop en parler, qu’après tout la maladie coeliaque n’était pas vraiment liée au gluten ni à une intolérance à cette protéine particulière mais plutôt à un dérèglement de la flore bactérienne intestinale. Il est vrai qu’à force de s’assommer d’antibiotiques pour rien on finit par détériorer la qualité de cette flore sans laquelle on ne pourrait pas vivre. Naturellement il va sans dire que cette histoire de pseudo-intolérance au gluten a rapporté des milliards de dollars aux petits malins qui se sont engouffrés dans ce créneau. J’ai acheté il y a quelques jours du café moulu en provenance du Brésil certifié sans gluten !!! J’ai ainsi découvert que le café, par voie de conséquence, contenait du gluten ou pouvait éventuellement en contenir. Cet exemple illustre à quel point des centaines de millions de personnes sont systématiquement considérées comme des imbéciles qu’on peut rançonner sans état d’âme en leur vendant toutes sortes de denrées alimentaires à des prix astronomiques sous prétexte qu’elles ne contiennent pas de gluten, ou pas de lactose ou encore pas de pesticides mais c’est une autre histoire…

Bref, revenons au microbiome intestinal. La doxa en la matière préconise de se pencher très sérieusement sur les FODMAPs, j’ignore s’il existe un acronyme équivalent en français, mais pas de souci j’ai inventé celui-ci : PDMOF, ça sonne bien et ça veut dire Polysaccharides, Disaccharides, Monosaccharides et Oligosaccharides Fermentescibles. Sans être allé au-delà du certificat d’études tout le monde a compris qu’il s’agit de sucres en folie sous toutes leurs formes, depuis le glucose du miel jusqu’au xylitol, l’agent sucrant des chewing-gums zéro calories ou encore additif des pâtes dentifrices qui donnent un léger goût de sucré sans être du vrai sucre mais prévient aussi le séchage du dentifrice à la sortie du tube.

Les nouveaux gourous de la diététique, forts des avancées récentes de la biologie moléculaire qui a identifié près de 2000 bactéries différentes dans l’intestin, préconisent de prêter une attention toute particulière aux PDMOFs parce que, pour eux, c’est là que se situe tout le problème des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Ces PDMOFs modifient la flore intestinale et il est donc nécessaire, selon les nouveaux charlatans qui sévissent dans ce domaine de la nutrition préventive (voir le lien), de modifier son régime alimentaire afin de réduire l’apport quotidien en PDMOFs et surtout d’éviter le gluten… comme si le gluten était aussi un PDMOF ! Il est vrai que glu fait penser à glucose alors qu’à cela ne tienne c’est aussi un PDMOF. Dans la liste exhaustive des PDMOFs, on trouve parmi les produits lactés la margarine, c’est nouveau, ça vient de sortir du cerveau des diététiciens dûment enregistrés, et je découvre comme vous que la margarine est fabriquée à partir de lait ou encore que le rhum contient du sucre et pas n’importe lequel, un PDMOF, mais c’est bien sûr ! Très bizarre parce que dans les PDMOFs préconisés pour améliorer le syndrome inflammatoire intestinal le sucre de table est autorisé. On peut continuer dans ce délire et aller de surprise en surprise pour prouver tout simplement que les diététiciens ne savent tout simplement pas de quoi ils parlent.

Dans un article paru dans Gastroenterology dont le titre est non ambigu puisqu’il nie toute relation entre le gluten, les sucres à chaîne courte (oligosaccharides) et le syndrome intestinal inflammatoire, il était question d’un échantillon de 37 personnes, pas suffisamment pour prouver que la relation entre ces paramètres, gluten et PDMOFs, et ce syndrome ne pouvait être établie de manière incontestable, un détail qui n’a pas échappé aux diététiciens ! L’anecdote du necator tendrait à prouver que l’inflammation de l’épithélium intestinal est bien un des éléments, certes, de ce syndrome mais il n’en a pas fallu plus que cet article pour déchainer les passions sur les PDMOFs. Le souci dans cette histoire c’est aussi la présence de fructanes dans la farine de céréales panifiables contenant du gluten. Or ces fructanes sont des candidats montrés du doigt pour initier le syndrome inflammatoire intestinal. On est donc en droit de supposer que si l’ingestion modérée de PDMOFs est réellement bénéfique pour diminuer le syndrome inflammatoire intestinal, dans le doute on peut se poser la question de savoir qui du gluten ou de ces sucres est vraiment en cause.

Il faut plutôt se pencher sur la flore intestinale et l’intégrité de son harmonie. Les polysaccharides et les fibres (encore une autre lubie des diététiciens, mangez du carton c’est bon pour la santé !) ne sont digérés que dans le gros intestin car la flore intestinale y est légèrement différente de celle de l’intestin grêle. Cette digestion tardive provoque des flatulences et des douleurs parfois attribuées au syndrome inflammatoire y compris l’intolérance au lactose pouvant également être imputée à l’absence de bactéries exprimant la beta-galactosidase.

Pour en finir avec cette controverse qui n’en est pas une, il existe des tests mis au point à la Johns Hopkins University pour détecter dans l’haleine (pas nécessairement fétide) l’intolérance au lactose, la présence d’helicobacter, l’intolérance au fructose et enfin le syndrome de la sur-croissance bactérienne dans l’intestin grêle (voir le lien) et plutôt que de s’imposer des régimes délirants il est préférable de savoir dans un premier temps si on est vraiment malade ou si ce n’est que de l’imagination. Difficile d’évaluer combien coûte une « cartographie » de la flore intestinale (quelques milliers de dollars) mais ce diagnostic pourrait très bientôt être proposé parallèlement à une inoculation par voie orale de bactéries permettant de reconstituer cette flore intestinale avec laquelle il vaut mieux, à l’évidence, vivre en bonne harmonie. Peut-être que Molière se serait délecté en écrivant une pièce du genre Le Malade aux Bactéries Imaginaires

  • Sources :

Understanding FODMAPs

FODMAPs checklist

Gastroenterology

Johns Hopkins Medicine

 

Sur le web

 

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • pour le renouvellement de la flore intestinale ont ils pensé a ‘éparcyl’ , 1 cuillère à café le matin et vos intestins sont comme neuf et c’est bon pour votre fosse septique …il y a aussi le fromage au lait cru pour les gastronomes 🙂

  • Je ne vois pas comment on pourrait sortir un mensonge plus grand, le blé et le lait sont les denrées alimentaires les plus consommés de l’homme depuis des dizaines de milliers d’années. Le prochain mensonge sera peut être l’eau ….
    Mais je ne comprends pas comment les gens(diététiciens compris, parce que premièrement ils se mentent à eux même) peuvent croire toutes les débilités pareilles seulement parce que c’était sur un lien dans google actualités et que c’était écris à côté le mot magique « Scientifique »

    • Ah mais c’est très dangereux le monoxyde de dihydrogène 😉
      C’est un oxydant, et les oxydants sont cancérigènes. Donc l’eau est cancérigène…

      blague à part, les gens suivent ces régimes parce qu’ils peuvent. Ils sont assez riches pour faire quelques dépenses en plus de « bio » ou de « café sans gluten ». Et si ça fait pas de bien, ça fait pas de mal non plus.
      Au fond, c’est pas plus con que fumer ou se prendre un petit café au bistro

    • Au delà de 2 L par jour, l’eau devient dangereuse. On préconisera donc de mesurer chaque apport en H2O, et, dans le doute, d’en boire le moins possible.

  • Pour votre information, monsieur, Après avoir eu Pdt des années des pb digestifs ( ballonnements, gaz, compliqués… ) associés à de la fatigue chronique, de l’acné!!!! Des humeurs de chien… bref, que du bonheur, g fini par littéralement m’empoisonner cet été en mangeant du pain, oui monsieur, du pain!! Matin, midi et soir, pdt 1 mois, en vacances, alors que c’est une denree que je mange plutot rarement…quoi qu’̂ il en soit, les symptomes latents depuis des annees ont pris des proportions invivable… et bizarrement, l’arrêt du gluten à TOUT enlevé!!! d’ailleurs, lorsqu’il y en a dans des aides culinaires ou autres plats non préparés par moi, oh joie!! Dans l’heure qui suit, je suis malade! Je vous souhaite de subir ce que j’ai vécu, afin que vous révisiez votre copie et cessiez de faire passer les personnes comme moi pour des débiles ou des farfelus!!!!

    • Pareil pour moi, le pain me rend systématiquement malade, et ce n’est pas une vue de l’esprit : je me suis rétablie depuis que je n’en mange plus.

      • Le pain et le lait sont bons pour la santé.Ce qui vous arrive ressemble à de l’effet placebo. Beaucoup de gens guérissent en croyant prendre des médocs.

        • Désolée, mais vous n’êtes pas dans ma peau, ni dans ma tête. J’ai fait plusieurs fois des tests : reprise de pain industriel ou de lait et fromage non cuit (de vache) = maux de têtes, douleurs abdominales, digestion difficile. Arrêt = aucune migraine, douleurs disparues, digestion normale. Et c’est systématique. Pour moi, 1 + 1 font 2, ni plus ni moins. Maintenant, à quoi sont dues ces difficultés digestives ? Je n’en sais rien. Certains disent que le blé industriel, né d’une terre de plus en plus stérile (au point que la taille de la tige a été diminuée de moitié pour que la plante ne s’effondre pas) donne une farine de plus en plus difficile à faire lever, d’où l’ajout de beaucoup de levures. D’autres, que le lait de vache ne convient pas à certains humains adultes (nous sommes quand même les seuls mammifères à boire, et ce jusqu’à l’âge adulte (!), le lait d’autres mammifères, cherchez l’erreur). Il y a également un net problème d’hormones dans le lait de vache. Donc je veux bien qu’on réfute certaines choses, mais vouloir à tout prix ignorer que certains aliments posent des problèmes à pas mal de gens (j’en connais au moins une dizaine autour de moi) est idiot. Cherchons plutôt sérieusement l’origine de ces maux.

          • (Et puis si on parle de lobbies, commençons par parler des lobbies laitiers, de tous ces yaourtiers qui tiennent absolument à nous faire absorber leurs produits en bombardant les chaînes TV de pubs idiotes – dont certaines deviennent hilarantes d’absurdité : vous ne supportez pas le lait ? Buvez le nôtre, il vous conviendra gnagnagna !)

            • « nous sommes quand même les seuls mammifères à boire, et ce jusqu’à l’âge adulte (!), le lait d’autres mammifères, cherchez l’erreur »
              Peut être mais du fait que depuis une dizaine de milliers d’années il est consommé par nos ancêtres, il devient sûr à 100%. Si vous avez des problème de digestion ne dites pas que c’est à cause du lait et du pain industriel ou bio.
              Vous manquez de respect à l’humanité

              • Houlà, vous êtes bien binaire, vous ! Je ne vois pas pourquoi je ne respecterais pas l’humanité (est-elle, d’ailleurs, si respectable ? j’en doute !) en ne mangeant pas ou en ne buvant pas ce qui m’empoisonne ! 😀
                Mais faites ce que vous voulez, je ne vous empêche pas de boire ou de manger ce que vous souhaitez ! Et je ne vous donne pas non plus de leçon de morale à deux balles en sus. (Vous n’avez pas l’air de beaucoup respecter, vous, la liberté de choix d’autrui. Je me demande ce que vous faites sur un site libéral…)

          • Le fait est que le problème n’est pas le gluten, mais votre flore intestinale, et ça ce n’est pas une vue de l’esprit. Ma soeur a eu le même problème que vous. Étonnamment, ses ennuis ont commencé peu de temps après un traitement lourd en antibiotiques…
            La mauvaise digestion du gluten n’est qu’un symptôme, pas une cause.
            Tant qu’on continuera d’interdire le gluten en le faisant passer pour la cause du problème, tout en continuant à blinder les gens d’antibiotique, et en particulier les nourrissons, qui en reçoivent des doses faramineuses souvent injustifiées, ça ne réglera rien.

    • Idem : en avril dernier j’ai arrêté tous les laitages et le gluten. Mes symptomes d’allergies et de rhinite chronique ont régressé de 90 % et surtout plus de maux de tête (une seule fois un gros mal de tête en 10 mois).

  • Il n’y a pas de pseudo intolérance comme vous le dites, l’intolérance au gluten est bien réelle, en théorie vous pouvez écrire n’importe quoi (scientifique ou pas) mais en pratique l’intolérance au gluten se traduit en temps réel et avec des symptômes précis, si je vous tape sur les doigts avec un marteau cela vous fera mal mais en théorie vous pourrez toujours affirmer le contraire jusqu’à ce que vous passiez l’épreuve pratique.

    • Oui, l intolérance au gluten existe, cela s’appelle la maladie Coeliaque, et c ‘est assez sérieux comme maladie.
      Mais pour affirmer ce diagnostic il faut une preuve histologique.

      http://www.afdiag.fr/intolerance-au-gluten/la-maladie-coeliaque/ :

      « une évolution actuelle des croyances, disant que le gluten serait associé à plusieurs symptômes, et un grand nombre de personnes en principe testées non cœliaques et non allergiques, disant qu’elles vont mieux si elles ne mangent plus de gluten (sensibilité ou hypersensibilité au gluten non cœliaque, pour laquelle il n’existe pas à ce jour de rationnel scientifique clairement établi et où le rôle du gluten reste à démontrer). »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_c%C5%93liaque

  • Bah oui ! pourquoi pas dépenser quelques milliers de deniers pour « cartographier la flore intestinale » ?
    alors qu il est bien plus simple de faire le test d’un régime pendant quelques jours !

    Hein ? pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? En plus maintenant avec le 1/3 payant généralisé ça sera « gratuit » pour les patients de faire ces tests ! …. Mais payant pour les contribuables…

    Pour info : on est tous des contribuables mais on n est pas tous des patients.

    Bref … continuons à abuser du système et à ne pas faire d’effort ! c est ça le message ?

    • Ça te coûte quoi d essayer un régime ? De prendre le risque que ça marche ? tu as peur que ce soit grâce ou a cause de l’effet placebo ? Eh alors si tu es mieux … c est pas ca le plus important ?

  • Bonjour , pour les détracteurs du régime sans gluten et sans lactose veuillez prendre connaissance des études faites par le docteur Seignalet sur les effets du régime sans gluten et sans laitage sur differentes pathologies :

    http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau1.pdf
    http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau2.pdf
    http://www.seignalet.fr/images/stories/pdf/tableau3.pdf

    Ensuite j’attends votre argumentaire sur le non fondé de ce régime , sur le phénomène de mode du sans gluten ( dans ce cas le cancer et l’obésité sont aussi des phénomènes de mode…) .
    Pour ceux qui disent que l’homme mange des céréales depuis la nuit des temps , et bien ce n’est pas vraiment vrai , idem pour les laitages.
    Pour en avoir la preuve il suffit d’utiliser sont moteur de recherche préféré .

    cordialement

    merci

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Silberzahn.

Non, ce n’est pas de l’échange d’un droit d’aînesse qu’il s’agit mais d’un échange de source alimentaire de protéine. Les lentilles sont très tendance. Ce féculent serait riche en protéines et les adeptes du végétarisme le prônent comme substitut de la viande. L’élevage des vaches serait à remplacer par des champs de lentilles. Malheureusement, les lentilles ne peuvent ni quantitativement ni qualitativement remplacer la viande.

Viande et invention de l'agriculture

La viande était en pratique la principale ... Poursuivre la lecture

Par Farid Gueham. Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_267590" align="aligncenter" width="640"] Baisser le prix des médicaments By: nym - CC BY 2.0[/caption]

Proposer une alternative aux antibiotiques traditionnels : c’est le pari d’Epibiome, une startup basée dans le sud de San Francisco, qui vient de lever un million de dollars pour soutenir son ambitieux projet. Bruno Marchon est le « chief technical officer » de l’entreprise, après 25 ans passés dans l’industrie des disques durs, toujours dans la Silicon Valley. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Henry.

[caption id="attachment_269906" align="aligncenter" width="640"] By: Jarkko Laine - CC BY 2.0[/caption]

Il est tout de même assez curieux de constater que seulement 1% de la population souffre de maladie cœliaque provoquée (ou non) par le gluten et que pourtant les aliments sans gluten représentent aujourd’hui un marché de 1,6 milliard de dollars par an rien qu’aux USA. De plus ce marché est en croissance constante, de l’ordre de 5% par an. Et pourtant le nombre de « malades » ne suit pas ce mouvement alors qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles