Éoliennes en mer : gare à l’aluminium !

Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Les 6500 éoliennes prévues en 2020 vont rejeter 13.000 tonnes de composés métalliques dans la mer, selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Un billet d’humeur de Michel Gay.

Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Éolien offshore (Crédits Statkraft, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Le système de protection contre la corrosion des éoliennes en mer commence à polluer la Mer du Nord et la Mer Baltique avec de l’aluminium. Les « anodes sacrificielles » en aluminium, zinc et indium des supports en acier, dont le but est d’empêcher la corrosion par le sel marin, sont pointées du doigt en Allemagne.

Les 6500 éoliennes prévues en 2020 vont rejeter 13.000 tonnes de composés métalliques dans la mer, selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. La méthode de protection classique utilisée contre la corrosion sur les bateaux pourrait aussi convenir, mais elle est plus coûteuse. Et le coût des éoliennes en mer est déjà suffisamment élevé, voire inabordable, pour ne pas en rajouter…

Faut-il s’en inquiéter ? Non bien sûr, (chut !) puisqu’il s’agit d’un moyen de production d’électricité « verte » à partir d’une énergie renouvelable censée sauver la planète !…